"Les Impériales 2022" célèbre les marques, les agences et les campagnes qui ont brillé en 2020 et 2021    Sécurité : Hammouchi reçoit le chef de la police en Mauritanie    Sécheresse : Le Maroc suspend la subvention des cultures de pastèque et d'avocats    Maroc-UE : Entretien téléphonique entre Ursula von der Leyen et Aziz Akhannouch    Lions de l'Atlas: le moment où Ziyech a failli marquer contre le Paraguay (VIDEO)    Le Chef du gouvernement s'entretient au téléphone avec la présidente de la Commission européenne    "Le bleu du caftan" représentera le Maroc dans la présélection des Oscars 2023    Sortie du Trésor à l'international : Les conditions "de plus en plus difficiles" (Jouahri)    Botola Pro D1 et D2 : Le programme    le prince héritier Mohammed ben Salmane nommé Premier ministre Politique    Santé : Un contrat-programme pour la création de près de 16 000 emplois industriels au Maroc    Maroc – Paraguay : Composition officielle des Lions de l'Atlas    Murcie : La sélection du Maroc U20 de football s'impose face au Chili    Tanger-Med: saisie de pièces en or d'une valeur de plus de 500.000 dirhams    Maroc : 9 morts après la consommation d'alcool frelaté, 2 arrestations    Une caravane de l'Association Moltaka B'ladi pour la citoyenneté cible 950 bénéficiaires    Santé : le Groupe AKDITAL met en service sa 12éme infrastructure de santé à Sidi Maarouf    Abdellatif Hammouchi reçoit le patron de la Sûreté nationale en Mauritanie    فيروس كورونا : الحالة الوبائية تتميز بانتشار جد ضعيف للفيروس بالمغرب    Shakira va être jugée en Espagne pour fraude fiscale    Vidéo / Festival « Symphonyat » : A la rencontre d'artistes de la 2ème édition    Inclusion financière des artisans :convention entre le ministère du Tourisme et Crédit agricole    Football pour amputés: «L'équipe nationale en stage de préparation en Turquie»    Covid-19 : l'épidémie poursuit son déclin au Maroc    Nul fou mais en trompe-l'oeil entre Angleterre et Allemagne    Le Conseil de la concurrence dénonce l'absence de toute concurrence sur les prix et la forte concentration du marché    Le Maroc lance un appel à l'Algérie pour reprendre le processus des tables rondes    Sommet de la Ligue arabe: le ministre algérien de la Justice reçu par Nasser Bourita    Politiques culturelles. Le Maroc participe aux travaux de Mondiacult de l'UNESCO    Questions à Yasmean, DJ marocaine: «Je joue des genres électroniques différents et «pointus»»    Béni Mellal: plusieurs blessés dans un terrible accident d'autocar (PHOTOS)    M. Akhannouch représente SM le Roi Mohammed VI aux funérailles d'Etat de l'ancien Premier ministre japonais feu Shinzo Abe    Pénuries alimentaires et crise financière aggravée en Tunisie    L'Italie a voté – à l'extrême droite, craintes en Europe    Ukraine : les «référendums» auront des «conséquences» sur la sécurité des régions annexées, dit le Kremlin    Sitel Group et Majorel abandonnent leur projet de fusion    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce mardi 27 septembre 2022    Le programme complet du Festival Moga, cinq jours de fête et une soixantaine d'artistes    Fakhreddine Rajhi fait l'éloge de Walid Regragui    Abdelfattah El Harraq, une figure du sport à la télé, est décédé    Le torchon brûle entre le comédien Taliss et «un collègue» (PHOTO)    Le 1er Rabie-I 1444 correspond au mercredi 28 septembre 2022, Aid Al Mawlid Annabaoui célébré le dimanche 9 octobre    La Bourse de Casablanca démarre dans le vert    Tunisie: Un nouveau parti politique annonce son boycott des prochaines législatives    Zone euro : La BCE prévoit de poursuivre la remontée de ses taux d'intérêt    Interview avec Nawal Sfendla : « L'Everest est mon rêve ultime »    Le Malawi élimine le trachome, une maladie tropicale qui provoque la cécité (OMS)    Le Roi Mohammed VI adresse un message de condoléances à la famille de feue Aïcha Ech-Channa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les cadeaux sont-ils fiscalement déductibles ?
Publié dans Challenge le 31 - 01 - 2017

La raison d'être de toute entreprise est de réaliser des bénéfices, dans le respect des lois en vigueur, notamment celles relatives à la protection des droits sociaux et de l'environnement. L'entreprise a bien sûr un but lucratif. Néanmoins, elle peut faire des dons au profit de certains organismes dont la liste est énumérée par la loi fiscale (Habous publics, Entraide Nationale...) et des associations à but non lucratif, reconnues d'utilité publique. Dans ce cas, les dons sont admis en tant que charges fiscalement déductibles. Par contre, ne sont pas déductibles fiscalement les achats et les prestations revêtant un caractère de libéralité. Les grandes entreprises bien structurées ont recours à des formules sophistiquées, en créant notamment des fondations...Mais le radar du fisc est bien braqué pour éviter les pratiques abusives.
A la fin de chaque année, les entreprises ont souvent recours à des « cadeaux publicitaires » pour améliorer leur image dans leur environnement. Mais attention, la déductibilité fiscale de la valeur des cadeaux est subordonnée à des conditions fixées explicitement par la loi fiscale.
En effet, ces cadeaux publicitaires doivent être d'une valeur unitaire maximale de 100 dirhams, portant la raison sociale, soit le nom ou le sigle de l'entreprise, soit la marque des produits qu'elle fabrique ou dont elle fait le commerce. Les deux conditions (valeur de 100 dirhams et indication du nom/sigle/marque) sont cumulatives.
Ainsi, à l'approche de chaque fin d'année, les fournisseurs de « cadeaux publicitaires » se frottent les mains. Il peut s'agir de commandes de calendriers, d'agendas, de stylos, de portes clés, tee- shirt, casquettes (...). Il peut même s'agir de chocolat, en tout petits paquets, dont raffolent « gardiens du temple », bureaucrates, ministres, parlementaires (...). Mais, en cas de chaleur, le chocolat risque de fondre, et ce sera difficile de conserver intact le sigle de l'entreprise qui l'a offert.
De manière générale, comment le fisc pourra-t-il contrôler le respect effectif de ces deux conditions ? Certes la première condition est aisément vérifiable sur le plan comptable (valeur unitaire inférieure à 100 dirhams). Tel n'est pas le cas pour la deuxième condition. Faudrait-il s'amuser à visiter l'ensemble des bénéficiaires pour pouvoir contrôler la matérialité effective de la deuxième condition ? Opération pratiquement très difficile et surtout très coûteuse. Situation proche de la fameuse « règle d'origine » en fiscalité douanière mais à enjeu beaucoup moins important.
Le principal risque est de voir certaines entreprises faire fonctionner le compte correspondant à cette dépense, comme un simple compte de réajustement ou d'équilibrage d'ensemble. Les vrais cadeaux, bien sûr, reçoivent un traitement extracomptable avec zéro traçabilité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.