Des projets de codes qui font trembler les barreaux    Le réveil de l'Istiqlal    SIAM: Tour d'horizon dans les différents pôles    Fiscalité: Transparency pointe les zones grises    20% de touristes golfeurs en plus dès 2020    Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Maroc-EAU : La ministre émiratie de la culture souligne la bonne entente entre les deux pays    Mea Culpa d'Hervé Renard sur Hakim Ziyech    Combien gagne les acteurs de Game of Thrones ?    Trafic de drogues : Gros coup de filet à Casablanca    Le BCIJ annonce le démantèlement d'une nouvelle cellule terroriste à Salé    Meurtres d'Imlil : Ouverture du procès le 2 mai    Espagne. Les mineurs marocains, sujets de campagne électorale    Intelligence artificielle. Rachid Guerraoui alerte sur les "fragilités"    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    L'ESAV lance un nouveau Pôle d'excellence    L'institut CDG lance le débat : Quel modèle de retraite pour le Maroc ?    Botola Maroc Telecom : WAC et RCA se neutralisent au terme d'un derby emballant    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    Mohcine Akhrif: une départ tragique…    Fin de la visite d'une délégation du PPS au Kurdistan d'Irak    Maroc Telecom consolide ses performances au premier trimestre    Gestes et significations    Ziyech convoité par les Merengue    Tenue de plusieurs comités provinciaux du PPS    5ème édition du JIDAR Toiles de rue    Le ministère annule sa réunion avec les syndicats d'enseignants    FIAB-2019 à Essaouira : Beauté, innovation et responsabilité en Afrique    Révolutionnaire ! Fini les facultés à accès ouvert    HCP : Stagnation de l'indice des prix à la consommation en mars 2019    Trump rejette la menace d'une destitution, les démocrates débattent    Artisanat : Les exportations se consolident de 12% au premier trimestre    Responsibles Banking Principles de UNEP FI : BMCE Bank of Africa, 1ère banque marocaine à y adhérer    ONU Femmes : Lancement d'une campagne contre la traite humaine au Maroc    Marathon de Rabat : Deux nouveaux records et une bonne prestation des Marocains    Divers    Le vélo électrique serait meilleur pour la santé mentale    Création d'un Centre de créativité pédagogique à la Faculté des sciences de Tétouan    Coupe internationale Mohammed VI de karaté    Les leaders de la contestation au Soudan suspendent leurs discussions avec l'armée    Youssef Chiheb : Le Grand Remplacement, nouveau paradigme de l'islamophobie en Europe    Divers    Les efforts de la diplomatie marocaine ont fini par payer    Clôture en beauté du Festival de la culture Aissaoua    "La Malédiction de la dame blanche" en tête du box-office    L'œuvre du cinéaste et poète Abbas Kiarostami au cœur des Journées cinématographiques de Safi    L'Union arabe de taekwondo s'installe à Rabat    Le PPS au Kurdistan d'Irak: La diplomatie partisane agissante    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crédit-bail : L'activité sous pression du niveau des investissements
Publié dans Finances news le 17 - 03 - 2017

Avec une croissance de 2% à fin septembre 2016, les professionnels du crédit-bail parlent d'une légère progression, même si les entreprises sont de plus en plus enclines à recourir à ce mode de financement des investissements.
Les chiffres disponibles sur le site de l'Association professionnelle des sociétés de financement (APSF) témoignent d'une relative bonne tenue de l'activité du crédit-bail au Maroc. «La croissance légère qu'a connue notre secteur en 2016 est quelque part due au niveau modéré de l'effort d'investissement dans le secteur industriel», confie Réda Daifi, Directeur général de Maghrebail. En d'autres termes, cette assertion démontre que l'activité du leasing est fortement corrélée à la conjoncture économique, qui a été particulièrement difficile l'année dernière, avec un taux de croissance gravitant autour de 1,5% du PIB. Entre fin septembre 2015 et la même période de 2016, la production du secteur, qui a progressé de 2% (soit 182 MDH) pour culminer à plus de 9,2 Mds de DH, a été bridée par celle du créditbail immobilier. Cette branche a enregistré à fin septembre 2016 un net repli de l'ordre de 4%, au moment où le crédit-bail mobilier a connu une croissance de 3,6% pour se chiffrer à plus de 7,3 Mds de DH. Au registre des chiffres, notons enfin qu'à la même période, l'encours comptable s'est amélioré de 3,4% pour représenter plus de 41,6 Mds de DH. Au-delà de ces chiffres, Adil Salim El Qalb, directeur de la société Concept Automation, se réjouit de l'essor de ce mode de financement qu'il juge, par ailleurs, alternatif.
L'alternative en attendant... «Recourir au crédit-bail nous éloigne des crédits classiques, en attendant le démarrage de l'activité des banques participatives», confie-t-il. En d'autres termes, certains chefs d'entreprise plébiscitent le crédit-bail pour des raisons religieuses, au-delà de ses multiples avantages financiers pour l'entreprise. Faudrait-il rappeler qu'en permettant à l'entreprise de financer intégralement des investissements sans apport initial, ce mode de financement ne nécessitant pas de lourdes garanties préserve les fonds propres à d'autres fins, dont notamment le financement des besoins. L'autre paramètre crucial aux yeux des entreprises de plus en plus enclines à utiliser ce mode de financement ou la location avec option d'achat (LOA), a trait à l'aspect fiscal.
En effet, le crédit bail est doté par le législateur d'un régime fiscal autorisant la déductibilité des charges ainsi que la possibilité de l'amortissement accéléré. «L'économie en paiement d'impôt pour l'entreprise constitue un réel avantage comparatif par rapport à l'achat par fonds propres ou par emprunt bancaire», souligne Abderrafi El Maataoui, expert-comptable, qui fait remarquer que «grâce au financement par crédit-bail, la capacité d'endettement de l'entreprise reste intacte». Pour cause, contrairement aux normes internationales IFRS, les règles marocaines de comptabilité n'imposent pas la comptabilisation des contrats de crédit-bail à l'actif et au passif, puisque l'entreprise est uniquement locataire. La préservation de la capacité d'endettement de l'entreprise revêt une grande importance, surtout si l'on sait que les banques sont particulièrement frileuses quand il s'agit d'accorder un crédit ou une facilité de caisse aux très petites et moyennes entreprises (TPME). Au-delà des aspects purement financiers et comptables, les sociétés de crédit-bail misent aussi sur leur expertise pour s'attirer les faveurs des professionnels et des particuliers. Car étant spécialisées dans le financement d'équipements ou d'immeubles professionnels, elles sont à même d'édifier le client quant à la qualité du bien et de son fournisseur.
Par M. Diao

Attention à l'effet de levier !
Interrogé sur le recours croissant des particuliers et des opérateurs à ce mode de financement, El Maataoui met en garde. «Il est important pour les entreprises de raisonner en termes d'effet de levier positif (différence entre coût et profit)», alertet-il. Car, dans certains cas, procéder par l'achat classique peut être profitable pour l'entreprise. En clair, opter de façon systématique pour le crédit-bail n'est pas toujours judicieux. D'où l'impératif de réaliser des études prenant en compte un faisceau de paramètres juridiques, comptables, fiscaux et financiers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.