Edito : Rattraper le retard    Grève générale !    Grève. Les fonctionnaires toujours mobilisés    Maroc-Russie. Le renouvellement de l'accord de pêche amorcé    1,2,3, où va l'Algérie ?    Crédit du Maroc explose son bénéfice    Marrakech: Quand des personnalités parlent «identité»    Vidéo – Le Raja arrache une victoire dans les arrêts de jeu    Algérie : Un maire limogé pour avoir suscité une manifestation contre Bouteflika    Vidéo – Le Wydad s'impose face au Youssoufia de Berrechid et creuse l'écart    Le nouveau cadre de partenariat entre le Maroc et la Banque mondiale approuvé    Crédit du Maroc améliore son RNPG    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    L'armée vénézuélienne déterminée à empêcher l'entrée de l'aide    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    Grippe : Un nouveau pas dans la longue quête du vaccin universel    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers    Cigarettes électroniques. Dangereuses ou pas pour les femmes enceintes ?    Soutien international à l'initiative "Ceinture bleue" lancée par le Maroc    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    La CGEM s'engage en faveur du financement de la TPME    Clash et ego trip, le rap avant l'heure de la poésie arabe    ODD : Le Maroc s'est engagé de « manière claire » dans l'absence d'un cadre institutionnel    Honda annonce la fermeture de son usine britannique de Swindon en 2021    L'UE va pour la première fois limiter les émissions de CO2 des camions    Voitures d'époque : La fédération dévoile son programme sportif de 2019    Affaire Benalla : Les conclusions du Sénat    Halieutis    Oulad Mogador Music Action : Trois jeunes groupes sélectionnés    «Le groupement artistique» honore Mohamed Belmou    «Ana nabghiha», nouveau single de Cheb Kadil    Sécurité routière: El Otmani appelle à accélérer la mise en œuvre de la stratégie nationale    Le Centre de santé urbain «Massira II» à Témara rénové : SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie d'inauguration    Les profondes divergences entre Washington et les pays européens    Derby de l'Oriental : Une affaire entre voisins    SM le Roi reçoit les nouveaux walis et gouverneurs    Top 5 des meilleurs buteurs actuels d'Europa League    Une justice propre aux mineurs au Maroc ?    Première enquête sur les hépatites virales au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crédit-bail : L'activité sous pression du niveau des investissements
Publié dans Finances news le 17 - 03 - 2017

Avec une croissance de 2% à fin septembre 2016, les professionnels du crédit-bail parlent d'une légère progression, même si les entreprises sont de plus en plus enclines à recourir à ce mode de financement des investissements.
Les chiffres disponibles sur le site de l'Association professionnelle des sociétés de financement (APSF) témoignent d'une relative bonne tenue de l'activité du crédit-bail au Maroc. «La croissance légère qu'a connue notre secteur en 2016 est quelque part due au niveau modéré de l'effort d'investissement dans le secteur industriel», confie Réda Daifi, Directeur général de Maghrebail. En d'autres termes, cette assertion démontre que l'activité du leasing est fortement corrélée à la conjoncture économique, qui a été particulièrement difficile l'année dernière, avec un taux de croissance gravitant autour de 1,5% du PIB. Entre fin septembre 2015 et la même période de 2016, la production du secteur, qui a progressé de 2% (soit 182 MDH) pour culminer à plus de 9,2 Mds de DH, a été bridée par celle du créditbail immobilier. Cette branche a enregistré à fin septembre 2016 un net repli de l'ordre de 4%, au moment où le crédit-bail mobilier a connu une croissance de 3,6% pour se chiffrer à plus de 7,3 Mds de DH. Au registre des chiffres, notons enfin qu'à la même période, l'encours comptable s'est amélioré de 3,4% pour représenter plus de 41,6 Mds de DH. Au-delà de ces chiffres, Adil Salim El Qalb, directeur de la société Concept Automation, se réjouit de l'essor de ce mode de financement qu'il juge, par ailleurs, alternatif.
L'alternative en attendant... «Recourir au crédit-bail nous éloigne des crédits classiques, en attendant le démarrage de l'activité des banques participatives», confie-t-il. En d'autres termes, certains chefs d'entreprise plébiscitent le crédit-bail pour des raisons religieuses, au-delà de ses multiples avantages financiers pour l'entreprise. Faudrait-il rappeler qu'en permettant à l'entreprise de financer intégralement des investissements sans apport initial, ce mode de financement ne nécessitant pas de lourdes garanties préserve les fonds propres à d'autres fins, dont notamment le financement des besoins. L'autre paramètre crucial aux yeux des entreprises de plus en plus enclines à utiliser ce mode de financement ou la location avec option d'achat (LOA), a trait à l'aspect fiscal.
En effet, le crédit bail est doté par le législateur d'un régime fiscal autorisant la déductibilité des charges ainsi que la possibilité de l'amortissement accéléré. «L'économie en paiement d'impôt pour l'entreprise constitue un réel avantage comparatif par rapport à l'achat par fonds propres ou par emprunt bancaire», souligne Abderrafi El Maataoui, expert-comptable, qui fait remarquer que «grâce au financement par crédit-bail, la capacité d'endettement de l'entreprise reste intacte». Pour cause, contrairement aux normes internationales IFRS, les règles marocaines de comptabilité n'imposent pas la comptabilisation des contrats de crédit-bail à l'actif et au passif, puisque l'entreprise est uniquement locataire. La préservation de la capacité d'endettement de l'entreprise revêt une grande importance, surtout si l'on sait que les banques sont particulièrement frileuses quand il s'agit d'accorder un crédit ou une facilité de caisse aux très petites et moyennes entreprises (TPME). Au-delà des aspects purement financiers et comptables, les sociétés de crédit-bail misent aussi sur leur expertise pour s'attirer les faveurs des professionnels et des particuliers. Car étant spécialisées dans le financement d'équipements ou d'immeubles professionnels, elles sont à même d'édifier le client quant à la qualité du bien et de son fournisseur.
Par M. Diao

Attention à l'effet de levier !
Interrogé sur le recours croissant des particuliers et des opérateurs à ce mode de financement, El Maataoui met en garde. «Il est important pour les entreprises de raisonner en termes d'effet de levier positif (différence entre coût et profit)», alertet-il. Car, dans certains cas, procéder par l'achat classique peut être profitable pour l'entreprise. En clair, opter de façon systématique pour le crédit-bail n'est pas toujours judicieux. D'où l'impératif de réaliser des études prenant en compte un faisceau de paramètres juridiques, comptables, fiscaux et financiers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.