Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Textile : Les deux salons ont connu un beau succès, selon l'AMITH    Barid Al Maghrib étoffe son offre digitale    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    Brexit, politique étrangère… au sommet de Bruxelles    Brèves Internationales    Un Monde Fou    Brèves    Le Parquet général suscite la polémique au Parlement    BAM : L'encours des financements par Mourabaha totalise 7,17 MMDH    Maroc PME organise la Semaine de l'entreprise dans la Région de Laâyoune-Sakia El Hamra    Amar Saâdani : Le Sahara est marocain    La 4ème Commission de l'ONU exprime son soutien au processus politique au Sahara    Bachir Edkhil : L'option référendaire est caduque    Paris Jackson arrêtée en plein cœur d'Hollywood    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    Clasico au Camp Nou : Valverde a "confiance" malgré les violences    Réforme de la C1 : Lampard opposé à la multiplication des matches    Liga: Duel à distance entre Real et Barça    A Madagascar, l'électricité reste un produit de luxe    Bella Hadid se livre sur son état mental    La Twittoma, ou comment les réseaux sociaux servent la bonne cause    Divers    L'ANRUR, un mécanisme d'amélioration du paysage urbain et architectural    Le jour où un des acteurs de Friends a failli être renvoyé à cause de Jennifer Aniston    Pourquoi Kate Winslet s'est fait tacler par la Reine Elizabeth II    Pitt vs Jolie : Pourquoi le couple star n'a toujours pas entériné son divorce    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    «Pour Sama» : Le témoignage bouleversant d'une jeune mère à Alep    Le CSCA sanctionne Radio Méditerranée    Filière équine : Une stratégie créatrice de richesse    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    Coupe du Trône de tennis: L'ACSA pour la 9e fois    Syrie: Washington arrache une trêve à Erdogan, en vue de la création d'une « zone de sécurité »    Les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf mise à nu    Et la vie continue…dans un autre corps    Les lauréats du Prix de la culture amazighe dévoilés    Réforme de l'enseignement. La Commission de suivi prépare sa réunion inaugurale    Attijariwafa bank, Top Performer RSE de l'année    Casablanca : Le groupe Akdital ouvre deux nouveaux établissements de santé    Loi de Finances 2020 : Benchaâboun passe l'oral devant les parlementaires    Raja. Le trésorier du club détaille le rapport financier    Météo: Le temps qu'il fera ce vendredi    Tanger : Un nouvel espace d'insertion pour les jeunes handicapés mentaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crédit-bail : L'activité sous pression du niveau des investissements
Publié dans Finances news le 17 - 03 - 2017

Avec une croissance de 2% à fin septembre 2016, les professionnels du crédit-bail parlent d'une légère progression, même si les entreprises sont de plus en plus enclines à recourir à ce mode de financement des investissements.
Les chiffres disponibles sur le site de l'Association professionnelle des sociétés de financement (APSF) témoignent d'une relative bonne tenue de l'activité du crédit-bail au Maroc. «La croissance légère qu'a connue notre secteur en 2016 est quelque part due au niveau modéré de l'effort d'investissement dans le secteur industriel», confie Réda Daifi, Directeur général de Maghrebail. En d'autres termes, cette assertion démontre que l'activité du leasing est fortement corrélée à la conjoncture économique, qui a été particulièrement difficile l'année dernière, avec un taux de croissance gravitant autour de 1,5% du PIB. Entre fin septembre 2015 et la même période de 2016, la production du secteur, qui a progressé de 2% (soit 182 MDH) pour culminer à plus de 9,2 Mds de DH, a été bridée par celle du créditbail immobilier. Cette branche a enregistré à fin septembre 2016 un net repli de l'ordre de 4%, au moment où le crédit-bail mobilier a connu une croissance de 3,6% pour se chiffrer à plus de 7,3 Mds de DH. Au registre des chiffres, notons enfin qu'à la même période, l'encours comptable s'est amélioré de 3,4% pour représenter plus de 41,6 Mds de DH. Au-delà de ces chiffres, Adil Salim El Qalb, directeur de la société Concept Automation, se réjouit de l'essor de ce mode de financement qu'il juge, par ailleurs, alternatif.
L'alternative en attendant... «Recourir au crédit-bail nous éloigne des crédits classiques, en attendant le démarrage de l'activité des banques participatives», confie-t-il. En d'autres termes, certains chefs d'entreprise plébiscitent le crédit-bail pour des raisons religieuses, au-delà de ses multiples avantages financiers pour l'entreprise. Faudrait-il rappeler qu'en permettant à l'entreprise de financer intégralement des investissements sans apport initial, ce mode de financement ne nécessitant pas de lourdes garanties préserve les fonds propres à d'autres fins, dont notamment le financement des besoins. L'autre paramètre crucial aux yeux des entreprises de plus en plus enclines à utiliser ce mode de financement ou la location avec option d'achat (LOA), a trait à l'aspect fiscal.
En effet, le crédit bail est doté par le législateur d'un régime fiscal autorisant la déductibilité des charges ainsi que la possibilité de l'amortissement accéléré. «L'économie en paiement d'impôt pour l'entreprise constitue un réel avantage comparatif par rapport à l'achat par fonds propres ou par emprunt bancaire», souligne Abderrafi El Maataoui, expert-comptable, qui fait remarquer que «grâce au financement par crédit-bail, la capacité d'endettement de l'entreprise reste intacte». Pour cause, contrairement aux normes internationales IFRS, les règles marocaines de comptabilité n'imposent pas la comptabilisation des contrats de crédit-bail à l'actif et au passif, puisque l'entreprise est uniquement locataire. La préservation de la capacité d'endettement de l'entreprise revêt une grande importance, surtout si l'on sait que les banques sont particulièrement frileuses quand il s'agit d'accorder un crédit ou une facilité de caisse aux très petites et moyennes entreprises (TPME). Au-delà des aspects purement financiers et comptables, les sociétés de crédit-bail misent aussi sur leur expertise pour s'attirer les faveurs des professionnels et des particuliers. Car étant spécialisées dans le financement d'équipements ou d'immeubles professionnels, elles sont à même d'édifier le client quant à la qualité du bien et de son fournisseur.
Par M. Diao

Attention à l'effet de levier !
Interrogé sur le recours croissant des particuliers et des opérateurs à ce mode de financement, El Maataoui met en garde. «Il est important pour les entreprises de raisonner en termes d'effet de levier positif (différence entre coût et profit)», alertet-il. Car, dans certains cas, procéder par l'achat classique peut être profitable pour l'entreprise. En clair, opter de façon systématique pour le crédit-bail n'est pas toujours judicieux. D'où l'impératif de réaliser des études prenant en compte un faisceau de paramètres juridiques, comptables, fiscaux et financiers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.