Affaire Ghali: La justice espagnole "enterre" l'affaire après 1 an d'enquête    Météo Maroc: temps assez chaud à chaud ce vendredi 27 mai    L'acteur américain Ray Liotta, star des "Affranchis", décède à 67 ans    Hussein al-Cheikh, nouveau secrétaire général de l'OLP    [Vidéo] Jets d'oeufs et de tomates accueillent la visite de Tebboune en Italie, confronté à la diaspora du Hirak    Sénégal: Macky Sall limoge son ministre de la Santé après la mort de 11 bébés    Nayef Aguerd se rapproche de la Premier League    « Le Bleu du Caftan » de Maryam Touzani à Cannes    Au Maroc, les réserves de sang couvrent à peine quatre jours !    Tibu Africa et Decathlon Maroc pour une alliance sportive et humaine au profit des jeunes    «Un plaidoyer commun pour la défense de l'intégrité territoriale des Etats»    La question taïwanaise dans le périple asiatique du président américain    Les Russes cherchent à s'emparer d'une ville de l'est de l'Ukraine    Un impératif et non une option pour le CESE    Tout ce qu'il faut savoir sur la billetterie    Un souffle de vie par l'image et l'échange    Entre défis de sauvegarde et enjeux de développement    Opéra NORMA de Bellini    Ligue Europa Conférence: revivez le sacre de La Roma (VIDEO)    Rabat: on connaît la date d'ouverture du nouveau « parking Bab El Had »    Inflation : la facture de compensation s'alourdit de 15 milliards de dirhams    Marina Agadir accueille une grande chaine hôtelière internationale    Variole du singe: plus de 200 cas confirmés dans le monde    NMD : Nadia Fettah Alaoui sollicite l'appui de la BAD    Maroc : La production locale d'électricité en hausse de 4,1% au 1er trimestre    Covid-19 : 239 nouveaux cas et zéro décès ce 26 mai    Maroc: Les arrivées de touristes grimpent à 1,5 million à fin avril 2022    Le Suriname ouvre un Consulat Général à Dakhla    Marrakech accueille le Festival aboudabien des courses de chevaux pur-sang arabe    Une grande éruption sous-marine visible depuis l'espace    Les changements climatiques augmentent les canicules    CHAN Algérie 2022 : Le Maroc déja qualifié, tirage au sort des éliminatoires    Un virus « tueur de cancer » en test sur un patient    Des arrestations suite à des émeutes ayant suivi le match de l'Ittihad Tanger et RSB Berkane    Covid-19: l'état d'urgence sanitaire prolongé jusqu'au 30 juin    L'Algérie confirme avoir écarté des aéroports espagnols à cause de la question du Sahara    Législatives : LREM exclut les «candidats dissidents» Mehdi Reddad et David Azoulay    Au sommet Melipol22, le Président du Conseil des ministres de Qatar s'entretient avec Abdellatif Hammouchi    Voici la liste des joueurs convoqués par Vahid Halilhodžić    Leila Cherkaoui et Abderrahmane Ouardane exposent à «Dak'Art»    «Points de vue» : Treizephotographes marocains livrent leurs sensibilités autour du monde    Berrechid: l'agresseur de l'influenceuse Loubna Mourid écroué    Le Maroc, l'UA et l'ONU célèbrent l'Afrique de l'espoir, de la diversité et du dynamisme    Le Maroc et la Hongrie veulent inscrire le partenariat économique dans leur coopération    Suisse: Roche annonce des tests PCR de détection du virus de la variole du singe    Ouverture du 15e Forum international de la Bande dessinée de Tétouan    La revue de presse du jeudi 26 mai    Corruption : Deux arrestations par semaine en moyenne grâce à la ligne directe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Algérie arme le terrorisme au Niger
Publié dans Hespress le 12 - 01 - 2022

Des sources bien informées à Niamey, ont révélé que les services d'intelligences d'Algérie si intelligence il y a, sont en train d'armer des groupes terroristes au Niger. Il est question de 8 groupes terroristes et qui pour la plupart sont de mercenaires qui s'activent dans la région entre Agadez et Tahoua.
Selon ces même sources, il y a en ce moment même 13 agents de renseignement algériens au Niger qui fournissent argent et armes. Ils viennent équiper ces mercenaires de missiles antichars, des Hawns et des quantités d'explosifs. L'Algérie depuis l'avènement du président au nom imprononçable promu par Chenegriha, n'a de cesse de bomber son torse hégémonique en brandissant ou s'inventant un rôle sur la scène régionale et en s'impliquant dans le Sahel.
Ce pays qui se prétend la plus grande puissance de la région, notamment sur le plan militaire, envisage une autre forme d'engagement face au terrorisme islamique qui embrase le Sahara et le Sahel à ses frontières du sud, où la filière du trafic d'armes fait le lit à celui de la drogue...
« Nice to know », la frontière entre l'Algérie et le Niger est longue de 951 km. Le trafic des armes et des munitions qui prenait sa source dans la ville malienne de Kidal en passant par l'ouest du Niger pour ravitailler les combattants de Boko Haram et autres kidnappeurs rançonneurs, devra désormais passer par l'Algérie et son ANP.
Aujourd'hui les militaires algériens sont en train d'armer des groupes terroristes dans cette région dans le seul but d'exploser le Niger. Pour comprendre ce nouveau type de trafic dont s'est assujetti l'Algérie, il faut se placer dans l'espace et le temps. Les frontières entre le sud algérien, le Niger, le Mali, voire la Libye, poreuses sont habitées de part et d'autre par des populations touarègues qui circulent beaucoup dans la région et de fait, tout ce qui touche au Sahel affecte directement la sécurité nationale et la stabilité de l'Algérie du moins c'est ainsi qu'on le conçoit à l'Est de l'Eden.
Lors de la décennie noire, l'Algérie ne pouvait que jouer un rôle de médiation dans les crises qui opposaient les rébellions touarègues et les gouvernements du Mali ou du Niger. Dans ce contexte, le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), affilié à al-Qaïda, a participé avec d'autres à ces médiations, le régime d'Alger y a alors tissé des complicités. Même plus.
Faveur est faite au GISM qui faisait du sud algérien l'une de ses plates-bandes aidé en cela par le laxisme kaki et volontaire de l'ANP. Le GISM est le premier à avoir signé des accords (sous cape) avec Alger. Il intervient dans des affaires d'otages et toutes autres tournures dans d'autres trafics, drogue, armes, cigarettes, traite d'humain. Récemment en 2020, il a fait montre d'une volonté à ouvrir un dialogue avec Bamako.
Aussi les autorités algériennes pensent, qu'il est possible d'ouvrir un dialogue avec lui d'où cet empressement à l'armer ainsi que ses compagnons qui gravitent autour de lui dans le Sahara et au Sahel, GSPC (le Groupe salafiste pour la prédication et le combat) d'Aqmi (al-Qaïda au Maghreb islamique). Mais voilà, entretemps le régime algérien tout juste débarqué modifiait la Constitution.
L'Algérie ne s'interdisait plus l'intervention militaire extérieure. Pour autant elle n'interviendra pas dans les zones limitrophes où les conflits sont légion: Mali, Niger, et Libye et se cantonnera à monter les milices opérantes dans ces zones les unes contre les autres, le souvenir de la décennie noire et du terrorisme islamique étant encore trop présent dans les esprits pour que l'ANP puisse se permettre d'aller le combattre ailleurs que chez elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.