Drame migratoire : Accusé par l'Algérie et le Polisario, le Maroc communique avec des ambassades africaines    À Manama, Nasser Bourita prend part à un remake de la réunion tenue dans le désert du Néguev    Affaire Jacques Bouthier, affaire Toufik Bouachrine : Aïcha Guellaa, présidente de l'AMDV, s'épanche franchement    TPME: Plus de 2.500 projets appuyés par Maroc PME en 2021    African Lion : les militaires américains dancent au rythme du Jazz à Agadir    Botola Pro : Le RCOZ s'impose face à la RSB    Barça : Ilias Akhomach fera la pré-saison avec le groupe de Xavi    Les autorités engagent la procédure d'évacuation forcée d'un appartement occupé illégalement par Mohamed Ziane    Des milliers de personnes contre l'Otan à Madrid, ville hôte de son prochain sommet    Le pôle DGSN/DGST poursuit le démantèlement des réseaux criminels de l'émigration, arrête 57 subsahariens et reçoit l'hommage officiel de Pedro Sanchez    Promulgation de la charte révisée: vers une levée de l'embargo contre le Mali    Bac: 573 individus interpellés pour leur implication présumée dans des actes de fraude et autres affaires (DGSN)    Une tentative de passage en force qui a coûté la vie à 23 Subsahariens    Un militant politique et des droits humains attaché à ses valeurs et idéaux    L'Opinion : Selon nos voisins de l'Est, tout Marocain est un espion !    Exploration spatiale : A cause d'un problème de logiciel, la Nasa reporte le lancement de la mission Psyche    Maroc. Le canadien Tenaz Energy Corp s'offre la junior britannique SDX Energy    La situation épidémiologique au 26 juin 2022    Covid-19 au Maroc : 2 117 nouvelles infections et 3 morts ce dimanche    Diaspo #245 : Mahmoud Chouki, un Marocain amoureux de la musique et de la Nouvelle-Orléans    Hôtellerie. Les filiales marocaines du groupe Fram bientôt en liquidation    Le Roi Mohammed VI félicite le président de Madagascar à l'occasion de la fête nationale de son pays    Economie marocaine : l'essentiel de la note de conjoncture du DEPF    Cinquante-neuf migrants d'origine africaine interpellés entre Tétouan et Fnideq    Juventus Academy Maroc et Ariston Maroc lance «Action Foot»    Botola Pro D1 : La 29e journée se joue dans sa totalité mercredi prochain    Bourita: «la coopération entre le Maroc et les Nations Unies est forte»    La commission nationale préparatoire tient sa première réunion    Une délégation de députés marocains à Johannesburg pour prendre part aux travaux du Parlement panafricain    OMS: la variole du singe n'est pas actuellement une urgence sanitaire mondiale    Sidi Kacem / Zegota : Les valeurs de la bonne éducation au centre d'un colloque    Quand Rabat vibre aux rythmes de Gnaoua et Musiques du monde    La grogne des festivals de cinéma!    L'IRCAM célèbre le 18è anniversaire de l'homologation ISO    Début du sommet du G7 en Bavière – « plan Marshall » pour l'Ukraine    Températures prévues pour le lundi 27 juin 2022    Futsal: La sélection marocaine progresse au 10ème rang mondial    Cartier Saada : un déficit de 25,5 MDH    Le Maroc et le FMI négocient une nouvelle ligne de liquidité    Transition énergétique : Le Maroc, fournisseur majeur d'hydrogène vert d'ici 3 ans    Magazine : Soyons fous, aimons l'art    Festival / Electro : Dakhla into the wild    Photographie : L'abstraction vue par Abdelkader Badou    Ce n'est pas sur le fronton de la scène du Marrakech du rire qu'on lira « Castigat ridendo mores »    Le ministère du Tourisme dément l'annulation de la gratuité du transport pour ses fonctionnaire    Le temps qu'il fera ce dimanche 26 juin 2022    Le président sénégalais Macky Sall salue la participation d'une forte délégation du Maroc à la célébration du Centenaire de la disparition de Cheikh El Hadj Malick Sy    Le Gnaoua Festival Tour un Succès Populaire Grandissant Porté Par Les Alizés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Partygate: Un rapport accuse Boris Johnson qui refuse de démissionner
Publié dans Hespress le 25 - 05 - 2022

Un rapport d'enquête publié mercredi a accusé le Premier ministre britannique Boris Johnson d'avoir « autorisé » les fêtes nocturnes de son cabinet pendant le confinement en pleine pandémie de covid, enfreignant les règles du pays. Boris Johnson a refusé de démissionner.
Le dirigeant britannique ainsi que d'autres hauts dirigeants ont autorisé les fêtes de fin d'années arroée à l'alcool au sein de son cabinet. Un rapport d'enquête a révélé que Boris Johnson et son équipe ont enfreint à plusieurs reprises les restrictions sanitaires qu'ils ont imposées à la Grande-Bretagne en 2020 et 2021.
Et bien qu'il ait dit assumer l'entière responsabilité des violations et de cette retentissante affaire de « partygate », le Premier ministre a insisté qu'il ne démissionnerait pas. Il reste encore un autre rapport, celui de a haute fonctionnaire Sue Gray, pour connaitre la fin de l'histoire et l'avenir du dirigeant britannique.
Pour le moment M. Johnson a le soutien de son parti, les Tories et dans le rapport de Mme Gray, il est dit que «l'équipe de direction [...] doit assumer la responsabilité» d'une culture qui permet à des événements de se produire qui «n'auraient pas dû se produire».
Elle souligne eu « des échecs de leadership et de jugement au n ° 10 », en faisant référence au bureau du Premier ministre situé au 10, rue Downing Street.
L'enquête qu'elle a mené concerné pas moins de 16 rassemblements auxquels Johnson et son personnel ont assisté alors que les britanniques étaient soumis à de très sévères restriction de rassemblement et de mouvement.
« Ceux qui occupent les postes les plus subalternes ont assisté à des rassemblements auxquels leurs supérieurs étaient présents, voire organisés », a ajouté Sue Gray.
Suite à la publication du rapport, Johnson a réagi en affirmant encore une fois qu'il assumait « l'entière responsabilité de tout ce qui s'était passé », ajoutant qu'il était désolé mais insistant sur le fait qu'il n'avait sciemment enfreint aucune règle.
Il a dit qu'il était « humilié » et qu'il avait « appris une leçon », mais qu'il était maintenant temps de « passer à autre chose » et de se concentrer sur l'économie en difficulté de la Grande-Bretagne et la guerre en Ukraine, minimisant cette affaire qui pourrait néanmoins lui coûter sa place.
Les critiques, elles, lui ont rappelé qu'il avait menti au Parlement au sujet des événements, et que les ministres qui trompent sciemment le Parlement sont censés « démissionner ».
Mais Boris Johnson a nié avoir menti lorsqu'il a dit au Parlement l'année dernière qu'aucune règle n'était enfreinte et qu'il n'y avait pas de fêtes. « C'est ce que je croyais être vrai », a-t-il déclaré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.