Une municipalité chinoise fait confiance à un jeune marocain    Les Africains se concertent à Marrakech contre les armes chimiques    Berlin et Paris veulent un budget commun pour la zone euro    Trump martèle que la criminalité augmente en Allemagne, conteste les chiffres officiels    Agression d'un élève contre un surveillant : la direction provinciale réagit    L'équipe saoudienne échappe à un crash d'avion    Wafasalaf se met aux couleurs du 11 national    L'ordre du jour de cette semaine    Office des changes : Aggravation du déficit commercial et baisse des IDE    Hydrocarbures : Les prix ont augmenté de 9,1% depuis 2016 selon le HCP    Burundi : L'économie otage de la crise politique    Maroc-Côte d'Ivoire : Le Souss et San Pedro renforcent leur coopération    Médicaments biosimilaires : ECL s'indigne contre la lenteur des remboursements    Taounate : Un malade mental tue sa mère et sa sœur    DigiWorld Summit Africa, une 1ère édition à Fès    Groupe ODM : De nouveaux actionnaires dans le tour de table    Union du Maghreb Arabe : L'UA y croit toujours!    Aéronautique : Un partenariat entre Airbus et la Côte d'Ivoire    Rhamna : 5 mis en cause arrêtés dans une affaire de meurtre    Alphadi : «Avec le Maroc, le cinéma africain peut aller très loin»    «Jawhara Talents» : Dépôt de candidatures jusqu'au 28 juin    A l'occasion de la Coupe du monde : Driss Roukhe réalise le clip «Tchiki»    Comment le sélectionneur coréen veut tromper ses adversaires    Maroc-Portugal: la dernière chance des Lions    YouTube défie Spotify et Deezer en Europe avec un nouvel abonnement musical    Trêve de flagellation!    L'addiction aux jeux vidéo reconnue comme une maladie    Travail dangereux: 162.000 enfants exposés    Au-delà de l'aspect financier, l'investissement doit également prendre en compte la rentabilité écologique    Smartphones: Samsung rafle le gros lot    Industrie du lait : la COMADER alerte sur la situation des petits éleveurs    BEZTAM-E: trois questions à Abdelmounaim Dinia, directeur général adjoint du GCAM    La Fondation Lalla Asmae pour enfants et jeunes sourds termine l'année scolaire en apothéose    Un théâtre qui doute    Mohamed Ziane, entre rejet et admiration    Youssef Amrani : La paix en Afrique viendra d'un vrai processus politique    Les grands de la planète foot ratent leur entrée!    Commerce: Escalade Chine-Etats-Unis après de nouvelles menaces de Trump    Record de 68,5 millions de personnes déplacées dans le monde en 2017    Saisonnières à Huelva : Yatim convoqué au Parlement    Cour constitutionnelle : Ihrai répond à Bouâchrine    Le Parlement dément le voyage en Russie de députés aux frais de ses deux Chambres    Une nouvelle Décision pour garantir le pluralisme et la parité dans les médias    Comparaison n'est pas raison !    L'ONMT décoré à Paris    Oprah Winfrey va produire des programmes pour Apple    Les concerts seront gratuits : L'OPM fête la musique aux airs d'opéras    Le ministère de la Culture et la FICC se penchent sur les industries culturelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PJD: le parti dévasté par une guerre intestine
Publié dans HibaPress le 17 - 08 - 2017

Au moment où rien ne va plus entre Benkirane et Yatim, Ramid menace de démissionner. Une véritable guerre entre les proches de Benkirane et le «courant des ministres» déchire le PJD, à moins de trois mois du prochain congrès du parti.

En attendant son congrès, prévu en décembre, le PJD bouillonne. Ainsi, Mohamed Yatim a dernièrement tenu, lors d'une rencontre de la jeunesse du parti islamiste tenue à Fès, des propos peu amènes sur la présence de «gauchistes» proches du PJD. Abdelilah Benkirane lui a rendu la politesse en recevant, chez lui, ces mêmes «gauchistes» en présence de nombreux militants du parti, en prenant soin de ne pas convier Yatim. Pendant ce temps, Mustapha Ramid évoque une hypothétique démission du gouvernement à la prochaine rentrée. Une semaine mouvementée, donc, et largement commentée par la presse nationale.

D'après Al Ahdath Al Maghribia, dans son édition du jeudi 17 août, certaines personnalités considérées de gauche et rejetées par leur partis, notamment Hassan Tariq, Abdessamad Belkébir et Latifa Bouhssini, chercheraient à se créer une popularité en se rapprochant du PJD. Ils ont d'ailleurs assisté à une manifestation de la jeunesse du parti. Mohamed Yatim, le ministre de l'Emploi, n'apprécie guère ce stratagème et a profité de l'occasion pour le leur faire savoir. Il les accuse notamment, indique pour sa part Al Massae dans son édition du même jour, de «chercher auprès du PJD ce qu'ils ont échoué à obtenir au sein de leurs partis», soit, en d'autres termes, la popularité et la crédibilité.

Or, poursuit Al Ahdath Al Maghribia, Benkirane, encore secrétaire général du parti, n'a, pour sa part, aucunement apprécié les déclarations de celui qui était considéré, jusque-là, comme son bras droit et son porte-voix. D'ailleurs, Mohamed Yatim, dirigeant et membre fondateur du parti, commence à recevoir des coups de partout, y compris de la part des députés et des membres de la direction du parti.

Par ailleurs, lors de cette rencontre, qui a eu lieu mardi et à laquelle a également assisté Adil Benhamza, ancien député et porte-parole de l'Istiqlal, Benkirane a mis l'accent sur «la nécessité de l'ouverture de la jeunesse sur d'autres courants de pensée et d'autres écoles politiques en dehors de la mouvance islamiste», relève le quotidien Al Massae. «Ceci, explique Benkirane, est notamment important pour renforcer les valeurs de la différence et mettre un terme aux idées reçues et aux préjugés qui ont mené les acteurs de la scène politique à des confrontations sans fin», rapporte le même quotidien.

Le journal Assabah, qui s'est également intéressé à ce sujet dans son édition du jeudi 17 août, estime que Mohamed Yatim a reçu un véritable camouflet de son ami, Abdelilah Benkirane. Les deux dirigeants étaient en effet très proches, surtout lors des négociations pour la formation du gouvernement El Othmani.

Le quotidien Al Akhbar, dans son édition du jour, estime que cette réaction de Benkirane n'est pas étonnante, au vu de la guerre qu'il mène contre le «clan des ministres» au sein du parti et, surtout, de sa campagne pour un troisième mandat à la tête du parti. C'est, de même, dans le cadre de ces luttes internes que s'inscrit l'annonce de la démission du ministre d'Etat chargé des Droits de l'Homme, Mustapha Ramid.

Selon Al Akhbar, cette annonce de démission intervient en réponse à la campagne de dénigrement que subit actuellement «le clan des ministres», et Ramid en fait partie. La campagne conduite par les proches de Benkirane se déroule surtout sur les réseaux sociaux, dans des groupes de discussion fermés, et sur les applications de messagerie instantanée. Selon le journal, certains dirigeants se sont également joints à cette campagne.

Par ailleurs, affirme le journal qui cite des sources du parti, Ramid aurait pris cette décision après l'accueil froid, pour ne pas dire désagréable, qui lui a été réservé lors de son déplacement à Fès pour participer à la dernière rencontre nationale de la jeunesse du parti. Il en a ensuite fait part au chef du gouvernement, mais refuse toujours de confirmer ou d'infirmer cette décision.

En définitive, assure le journal, toute cette campagne qui vise les ministres fait partie d'un projet fomenté par le secrétaire général. Il s'agit d'évincer complètement ces ministres, actuellement membres du secrétariat général. Pour cela, Benkirane et ses proches plancheraient actuellement sur un amendement de l'article 37 des statuts du parti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.