Casablanca : Plus de peur que de mal dans des affrontements entre jeunes marocains et des migrants subsahariens    Des tours-opérateurs canariens en visite à Laâyoune    L'esprit critique, fruit de l'éducation aux médias et à l'information, estime Mme Lamrini    Standard & Poor's dégrade la note de l'Afrique du Sud    MATU: 2 MILLIARDS DE DIRHAMS D'ACTIFS FINANCIERS EXTERNALISES    Affrontements entre des jeunes Casablancais et des migrants subsahariens    Londres: Réouverture des stations de métro Oxford Street et Bond Street    Trump ne veut pas faire « la cover » de Time Magazine    Brexit-UE: Possible accord en décembre    MESSAGE DE CONDOLEANCES DU ROI MOHAMMED VI AU PRESIDENT EGYPTIEN    Coupe du Monde des Clubs. Mbark Boussoufa rêve de jouer la finale contre le Real Madrid    Al Akhawayn obtient la prestigieuse accréditation NEASC    Affrontements entre jeunes et migrants près le la gare routière de Ouled Ziane    METEO. VOICI LE TEMPS QU'IL FERA CE SAMEDI AU MAROC    VIDEO. CASABLANCA: AFFRONTEMENTS ENTRE "RIVERAINS" ET SUBSAHARIENS À OULED ZIANE    Programme des principaux matchs de ce samedi 25 novembre    Maroc remporte la CAN 2017 Handi-Basket    Attentat dans le Sinaï: le bilan s'alourdit    Al Akhawayn a obtenu l'accréditation américaine NEASC pour 5 ans    Insolite : L'amour sans frontières    Emmerson Mnangagwa devient le nouveau président du Zimbabwe    Le Maroc réalise des progrès notables en matière de gouvernance économique    Le Forum d'Ifrane plaide pour la création d'outils de financement innovants    L'ancien président brésilien Fernando Collor de Mello : « La mondialisation, un chemin vers la paix ».    Europa League : Les grosses écuries s'en tirent à bon compte    Robinho condamné à neuf ans de prison pour viol en réunion    Oscar Pistorius, de l'Olympe sportive à la prison    Driss El Yazami : La deuxième opération de régularisation vise le traitement d'au moins 82% des dossiers    Dimitris Avramopoulos : Le Maroc, un pays à même de contribuer à une gestion efficace de la migration    La Dominique réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Hausse des levées brutes du Trésor à fin octobre    Londres vise les premières voitures sans chauffeur    Divers    Message du Secrétaire général de l'ONU António Guterres    Pour une meilleure préservation de l'arganier    Les meilleurs films de tous les temps    Casablanca accueille la première édition de la "China Trade Week Morocco"    Ibrahim Maalouf dépoussière les morceaux de Dalida    Agadir accueille le 2ème Forum des avocats MRE    Visa For music : Des hommages à des figures nationales et africaines    « Visa for Music »: Le théâtre national Mohammed V vibre aux rythmes africains du groupe « Jouvay Fest »    Air Arabia : changement sur les vols Fès-Marrakech    Munir El Haddadi: «Je rêve de jouer le Mondial avec le Maroc, dont j'ai toujours chanté l'hymne national»    Bombardier au taquet avec l'ONCF    Mondial 2018 : Le Maroc est-il un tirage "facile" ?    Des mini-concerts pour de grands futurs musiciens    L'Uzine rend hommage à son quartier    Rabat, « capitale africaine par excellence » pour Visa for Music    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PJD: le parti dévasté par une guerre intestine
Publié dans HibaPress le 17 - 08 - 2017

Au moment où rien ne va plus entre Benkirane et Yatim, Ramid menace de démissionner. Une véritable guerre entre les proches de Benkirane et le «courant des ministres» déchire le PJD, à moins de trois mois du prochain congrès du parti.

En attendant son congrès, prévu en décembre, le PJD bouillonne. Ainsi, Mohamed Yatim a dernièrement tenu, lors d'une rencontre de la jeunesse du parti islamiste tenue à Fès, des propos peu amènes sur la présence de «gauchistes» proches du PJD. Abdelilah Benkirane lui a rendu la politesse en recevant, chez lui, ces mêmes «gauchistes» en présence de nombreux militants du parti, en prenant soin de ne pas convier Yatim. Pendant ce temps, Mustapha Ramid évoque une hypothétique démission du gouvernement à la prochaine rentrée. Une semaine mouvementée, donc, et largement commentée par la presse nationale.

D'après Al Ahdath Al Maghribia, dans son édition du jeudi 17 août, certaines personnalités considérées de gauche et rejetées par leur partis, notamment Hassan Tariq, Abdessamad Belkébir et Latifa Bouhssini, chercheraient à se créer une popularité en se rapprochant du PJD. Ils ont d'ailleurs assisté à une manifestation de la jeunesse du parti. Mohamed Yatim, le ministre de l'Emploi, n'apprécie guère ce stratagème et a profité de l'occasion pour le leur faire savoir. Il les accuse notamment, indique pour sa part Al Massae dans son édition du même jour, de «chercher auprès du PJD ce qu'ils ont échoué à obtenir au sein de leurs partis», soit, en d'autres termes, la popularité et la crédibilité.

Or, poursuit Al Ahdath Al Maghribia, Benkirane, encore secrétaire général du parti, n'a, pour sa part, aucunement apprécié les déclarations de celui qui était considéré, jusque-là, comme son bras droit et son porte-voix. D'ailleurs, Mohamed Yatim, dirigeant et membre fondateur du parti, commence à recevoir des coups de partout, y compris de la part des députés et des membres de la direction du parti.

Par ailleurs, lors de cette rencontre, qui a eu lieu mardi et à laquelle a également assisté Adil Benhamza, ancien député et porte-parole de l'Istiqlal, Benkirane a mis l'accent sur «la nécessité de l'ouverture de la jeunesse sur d'autres courants de pensée et d'autres écoles politiques en dehors de la mouvance islamiste», relève le quotidien Al Massae. «Ceci, explique Benkirane, est notamment important pour renforcer les valeurs de la différence et mettre un terme aux idées reçues et aux préjugés qui ont mené les acteurs de la scène politique à des confrontations sans fin», rapporte le même quotidien.

Le journal Assabah, qui s'est également intéressé à ce sujet dans son édition du jeudi 17 août, estime que Mohamed Yatim a reçu un véritable camouflet de son ami, Abdelilah Benkirane. Les deux dirigeants étaient en effet très proches, surtout lors des négociations pour la formation du gouvernement El Othmani.

Le quotidien Al Akhbar, dans son édition du jour, estime que cette réaction de Benkirane n'est pas étonnante, au vu de la guerre qu'il mène contre le «clan des ministres» au sein du parti et, surtout, de sa campagne pour un troisième mandat à la tête du parti. C'est, de même, dans le cadre de ces luttes internes que s'inscrit l'annonce de la démission du ministre d'Etat chargé des Droits de l'Homme, Mustapha Ramid.

Selon Al Akhbar, cette annonce de démission intervient en réponse à la campagne de dénigrement que subit actuellement «le clan des ministres», et Ramid en fait partie. La campagne conduite par les proches de Benkirane se déroule surtout sur les réseaux sociaux, dans des groupes de discussion fermés, et sur les applications de messagerie instantanée. Selon le journal, certains dirigeants se sont également joints à cette campagne.

Par ailleurs, affirme le journal qui cite des sources du parti, Ramid aurait pris cette décision après l'accueil froid, pour ne pas dire désagréable, qui lui a été réservé lors de son déplacement à Fès pour participer à la dernière rencontre nationale de la jeunesse du parti. Il en a ensuite fait part au chef du gouvernement, mais refuse toujours de confirmer ou d'infirmer cette décision.

En définitive, assure le journal, toute cette campagne qui vise les ministres fait partie d'un projet fomenté par le secrétaire général. Il s'agit d'évincer complètement ces ministres, actuellement membres du secrétariat général. Pour cela, Benkirane et ses proches plancheraient actuellement sur un amendement de l'article 37 des statuts du parti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.