Mondial 2026 : le dossier du Maroc est fin prêt    Corruption : Une évolution en trompe-l'œil    Sept mille quatre-vingts secondes    Sous-traitance: Des pistes pour un travail décent    Brèves Internationales    Coaching territorial: L'expertise de l'Oriental dupliquée au Sénégal    Maroc-Espagne : Des hélicoptères pour transporter le haschich    Températures min et max prévues - Vendredi 23 Février 2018    Marrakech: Protéger l'histoire contre l'acharnement immobilier    Affaire Bencharki: le MAS va-t-il se tourner vers la FIFA    Brand content, une plus grande proximité entre annonceurs et consommateurs    Mondial 2026: Blatter soutient la candidature du Maroc    Sidi Ifni : Pour 60 DH, il tue son ami avec une clé à mollette    Armer des enseignants? Donald Trump persiste et signe    En kiosque n° 1245 : UN RÊVE MAROCAIN    Mounib: La gauche connait actuellement une crise d'existence    4ème édition du Marathon International de Rabat : 12.000 participants attendus    Dakhla, carrefour mondial de kitesurf    McDonald's Maroc et le Marrakech du Rire lancent «Masterclass du Rire»    La barbarie et les droits de l'homme    Syrie: Plus de 300 morts en trois jours à la Ghouta orientale    Maghreb Oxygène: Bénéfices en hausse de 34,9% à 12,6 millions de DH en 2017    L'OM à la conquête du monde arabe    Italie: Une campagne électorale à relent fasciste    Pacte mondial pour les migrations: le train est lancé    Assurance Maladie : Total Maroc et Saham Assurance s'allient pour les professionnels de la route    13è session plénière solennelle annuelle de l'Académie Hassan II des sciences et techniques    Vidéo : L'arbitre qui distribue les cartons rouges comme des petits pains !    Majorité !    Le français, «langue maternelle» en Afrique...    Le Maroc joue dans la cour des grands    Afrisanté et Officine Expo: la santé à l'honneur à Marrakech    Le secteur du BTP exposé à des entraves :    Coupe de la CAF : La renaissance de Berkane se qualifie au prochain tour    Enfance : Le Souverain appelle les grandes puissances à assumer leur responsabilité    Monténégro: L'ambassade des Etats-Unis à Podgorica attaquée à la grenade    Nouveau coup de filet du BCIJ à Tanger    CGI inaugure un nouveau centre d'excellence    Stabilité de l'indice des prix à la consommation, selon le HCP    CGEM : Comment faire cohabiter des cultures différentes au sein d'une entreprise ?    La princesse Lalla Meryem a présidé la cérémonie de clôture de la rencontre « Femme et enfant en situation de précarité »    Don de sang: un acte de civisme et de citoyenneté    Majorité : Mets de l'huile, Saad Eddine...    Grand-messe de la franchise en avril    Rencontre sur «Les nouvelles routes de la soie» à Fès    Joaquin Phoenix époustouflant en John Callahan !    Festival «Dakar-Gorée Jazz» : La RAM sponsor et transporteur officiel de la 4ème édition    « Mazagan, mémoires partagées », de Mustapha Jmahri    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PJD: le parti dévasté par une guerre intestine
Publié dans HibaPress le 17 - 08 - 2017

Au moment où rien ne va plus entre Benkirane et Yatim, Ramid menace de démissionner. Une véritable guerre entre les proches de Benkirane et le «courant des ministres» déchire le PJD, à moins de trois mois du prochain congrès du parti.

En attendant son congrès, prévu en décembre, le PJD bouillonne. Ainsi, Mohamed Yatim a dernièrement tenu, lors d'une rencontre de la jeunesse du parti islamiste tenue à Fès, des propos peu amènes sur la présence de «gauchistes» proches du PJD. Abdelilah Benkirane lui a rendu la politesse en recevant, chez lui, ces mêmes «gauchistes» en présence de nombreux militants du parti, en prenant soin de ne pas convier Yatim. Pendant ce temps, Mustapha Ramid évoque une hypothétique démission du gouvernement à la prochaine rentrée. Une semaine mouvementée, donc, et largement commentée par la presse nationale.

D'après Al Ahdath Al Maghribia, dans son édition du jeudi 17 août, certaines personnalités considérées de gauche et rejetées par leur partis, notamment Hassan Tariq, Abdessamad Belkébir et Latifa Bouhssini, chercheraient à se créer une popularité en se rapprochant du PJD. Ils ont d'ailleurs assisté à une manifestation de la jeunesse du parti. Mohamed Yatim, le ministre de l'Emploi, n'apprécie guère ce stratagème et a profité de l'occasion pour le leur faire savoir. Il les accuse notamment, indique pour sa part Al Massae dans son édition du même jour, de «chercher auprès du PJD ce qu'ils ont échoué à obtenir au sein de leurs partis», soit, en d'autres termes, la popularité et la crédibilité.

Or, poursuit Al Ahdath Al Maghribia, Benkirane, encore secrétaire général du parti, n'a, pour sa part, aucunement apprécié les déclarations de celui qui était considéré, jusque-là, comme son bras droit et son porte-voix. D'ailleurs, Mohamed Yatim, dirigeant et membre fondateur du parti, commence à recevoir des coups de partout, y compris de la part des députés et des membres de la direction du parti.

Par ailleurs, lors de cette rencontre, qui a eu lieu mardi et à laquelle a également assisté Adil Benhamza, ancien député et porte-parole de l'Istiqlal, Benkirane a mis l'accent sur «la nécessité de l'ouverture de la jeunesse sur d'autres courants de pensée et d'autres écoles politiques en dehors de la mouvance islamiste», relève le quotidien Al Massae. «Ceci, explique Benkirane, est notamment important pour renforcer les valeurs de la différence et mettre un terme aux idées reçues et aux préjugés qui ont mené les acteurs de la scène politique à des confrontations sans fin», rapporte le même quotidien.

Le journal Assabah, qui s'est également intéressé à ce sujet dans son édition du jeudi 17 août, estime que Mohamed Yatim a reçu un véritable camouflet de son ami, Abdelilah Benkirane. Les deux dirigeants étaient en effet très proches, surtout lors des négociations pour la formation du gouvernement El Othmani.

Le quotidien Al Akhbar, dans son édition du jour, estime que cette réaction de Benkirane n'est pas étonnante, au vu de la guerre qu'il mène contre le «clan des ministres» au sein du parti et, surtout, de sa campagne pour un troisième mandat à la tête du parti. C'est, de même, dans le cadre de ces luttes internes que s'inscrit l'annonce de la démission du ministre d'Etat chargé des Droits de l'Homme, Mustapha Ramid.

Selon Al Akhbar, cette annonce de démission intervient en réponse à la campagne de dénigrement que subit actuellement «le clan des ministres», et Ramid en fait partie. La campagne conduite par les proches de Benkirane se déroule surtout sur les réseaux sociaux, dans des groupes de discussion fermés, et sur les applications de messagerie instantanée. Selon le journal, certains dirigeants se sont également joints à cette campagne.

Par ailleurs, affirme le journal qui cite des sources du parti, Ramid aurait pris cette décision après l'accueil froid, pour ne pas dire désagréable, qui lui a été réservé lors de son déplacement à Fès pour participer à la dernière rencontre nationale de la jeunesse du parti. Il en a ensuite fait part au chef du gouvernement, mais refuse toujours de confirmer ou d'infirmer cette décision.

En définitive, assure le journal, toute cette campagne qui vise les ministres fait partie d'un projet fomenté par le secrétaire général. Il s'agit d'évincer complètement ces ministres, actuellement membres du secrétariat général. Pour cela, Benkirane et ses proches plancheraient actuellement sur un amendement de l'article 37 des statuts du parti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.