Visite surprise de Laftit à Madrid    Vidéo. L'artisanat marocain mis en valeur au salon du cheval d'El Jadida    Ouverture d'une enquête après une tentative de viol filmée    La beauté de Chefchaouen et de Tanger mise en relief par TF1    Le Rwanda annonce un nouveau gouvernement composé à 50% de femmes    4e commission de l'ONU: Triste spectacle mercenaire    Affronter les pollueurs récidivistes!    «Les fourmis prédatrices ou l'itinéraire d'un expulsé d'Algérie»    L'Affaire Khashoggi et la main de Washington…    Sahara : De l'informel à l'officiel…    Miss Liban perd son titre pour avoir posée avec Miss Israël    Mairie de Casablanca: La propreté renvoyée aux calendes grecques    Malgré les aveux saoudiens, Trump et l'UE réclament plus de détails sur le meurtre de Khashoggi    Les métiers du cheval: une filière en manque de profils adaptés    KACM – DHJ au sommer de la 5e journée    Débats en profondeur et intellectuels d'ici et d'ailleurs    11è Festival de la Culture soufie à Fès : Les Femmes ouvrent le bal    «Pressa»…. le bonheur est ailleurs!    Mouloud Ou Hamouch mène en silence une bataille contre la maladie    Sa majesté le roi reçoit les condoléances du roi Salmane suite au drame Bouknadel    Les marcheurs de la faim toujours bloqués à la frontière mexicaine    Armes nucléaires: Trump fait un pas de plus vers l'unilatéralisme    Londres : 700 000 personnes manifestent contre le Brexit    Messi exit du Classico    Faouzi Benzarti mis à la porte par la sélection tunisienne    Aller loin, y aller ensemble : Les start-up marocaines ont besoin de notre soutien    La terrible blessure de Lionel Messi avant le classico (Vidéo)    Une nouvelle tragédie sur l'autoroute de Casablanca    Retour du droit à l'importation de 30% sur le blé tendre à partir de 2019    ESCA invite les professionnels de la comptabilité à un workshop gratuit    Le Maroc et la Tunisie peinent toujours à dynamiser leurs échanges    Une levée de fonds de 500M$ pour Careem    L'ONCF dément les rumeurs de piratage    Le Roi Mohammed VI charge Akhannouch d'élaborer une stratégie de développement agricole    Affaire Khashoggi : L'Arabie saoudite plaide coupable    L'Organisation des Etats de la Caraïbe orientale se dote d'une ambassade à Rabat    Arrestation d'une femme soupçonnée de port illégal d'un uniforme de police    Bundesliga : Le Bayern en opération sauvetage    Désillisions    Le Maroc refuse de jouer au gendarme de l'Europe    Liga : Barça et Real guettés par la crise    Premier League : Une manche show    Le Salon maghrébin du livre à Oujda, une ambitieuse contribution à la consécration de la coopération culturelle    Faiçal Ben primé au Festival international du film de Delhi    Bouillon de culture    Une sordide histoire de décapitation défraye la chronique à Mohammedia (Vidéo)    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    Divers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le drame et la vérité
Publié dans La Gazette du Maroc le 07 - 07 - 2003


Brahim Jalti est de retour
Décidément, les drames font plutôt bien les choses. Aucune allusion n'est faite ici, aux malheurs des uns et aux bonheurs des autres. Mais à ce que le 16 mai a apporté, en preuve et insinuation, à un détenu militaire, Brahim Jalti. Le militaire d'Oujda qui purge une peine de prison pour un chef d'accusation aussi long que les sanglots du violon de Verlaine. L'histoire remonte à plus d'une année. Ce détenu-là et son ami ont séquestré un de leurs chefs hiérarchiques, pistolet en main. Motif déclaré : ils auraient filmé, recueilli des informations, fouiné et Dieu sait quoi encore pour préparer un dossier accablant pour le remettre aux supérieurs des supérieurs. S'ensuit un procès, un verdict. A l'époque, le pays vivait au rythme des scandales CIH, CNCA et Cie, et des commissions d'enquête parlementaire.
Jalti et son ami ont cru le moment propice pour crier à un procès fabriqué pour mettre au pas des justiciers droit dans leurs bottes (c'est militaire, ça !). Le plaidoyer se résumait en ceci : on les a ciblés (c'est aussi militaire, ça !) pour passer sous silence la corruption. La défense n'a pas tenu la route. Changement de décors: les attentats du drame font parler de la Salafiya Jihadiya et la nébuleuse intégriste. Une aubaine pour un prisonnier qui a tout le temps pour concocter des rapprochements. On rectifie le tir (on n'est pas encore sorti de l'auberge). Et voilà Jalti qui, dans un article paru dans “Assahifa” cette semaine, qui nous édifie : “ils (les autres) ont essayé d'établir des liens entre notre affaire et l'appartenance aux groupes islamistes, Salafiya y compris”. Vainement, parole d'un détenu. Mais ce dernier persiste et signe : “les interrogatoires subis par nos familles portaient sur notre comportement religieux : prière, mosquées fréquentées…”. Le comble : “ils (les autres, toujours) ont peur de l'Islam plus que ses ennemis”. La conclusion, on ne vous la fera pas dire : les ennemis de la religion sont ceux qui nous ont condamnés ! Pas la peine d'aller plus loin. L'idée ici va aux esprits sensés, pas à Jalti qui lui, boucle la boucle : “qu'ils amendent, abrogent de la Constitution l'article qui stipule que le Maroc est un pays musulman”. Il y a ici la bêtise de conclure aussi gauchement. Il y a surtout l'obstination de faire l'amalgame. De qui s'agit-il en fait ? Des militaires en poste aux frontières ! Qui font un travail plus proche de celui de personnes douteuses que des détectives version Transparency, poursuivis pour “séquestration, menace à l'encontre de supérieurs, insubordination et dérogation aux règles militaires”, un chef d'inculpation qu'ils n'ont pas nié au départ, qui sautent du coq de la bergère à l'âne de la fable. Franchement, c'est un peu - comment dire - hâtif ! Il fallait, pour être un bon Musulman, les laisser séquestrer, manu militari, leur chef. Sinon ? Changez la Constitution. Les pinceaux se mélangent, les choses s'emmêlent. Comment appelle-t-on cela dans le jargon militaire ? Là-dessus, le détenu n'éclaire en rien notre lanterne, mais on voit bien que la Jihadiya lui tient d'exercice réquisitoire. On n'aura pas besoin, le cas échéant, de suivre les minutes de son affaire. Un écrivain français du siècle dernier disait : “quand je veux savoir les dernières nouvelles, je lis Saint-Paul”.
Brahim Jalti a tous les droits de dire sa vérité. Tous les droits, même les plus légaux. La vérité, néanmoins est constante, les jusfifications muables. Mais on n'est pas là pour le sérieux, le syllogisme et toute la panoplie philosophique, c'est un cas de style. Ni plus, ni moins. Il changera demain, promis, juré. Il suffit que l'actualité change de titres. Et puis, on se défend comme l'on peut. Comme quoi la bêtise, même désespérée, n'enlève rien à l'humain.
Clin d'œil final : il ne faut jamais parler gravement des choses graves.
L'histoire remonte à plus d'une année. Ce détenu-là et son ami ont séquestré un de leurs chefs hiérarchiques, pistolet en main. Motif déclaré : ils auraient filmé, recueilli des informations, fouiné et Dieu sait quoi encore pour préparer un dossier accablant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.