Marouane Chamakh prend sa retraite    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Les Berkanis à un pas du sacre    Une réaction curieusement ingrate!    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Banque privée : Les principaux requis de succès    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Mammifères    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Banques : Attijariwafa bank affiche des résultats solides
Publié dans La Nouvelle Tribune le 04 - 03 - 2015

«Le secteur bancaire s'est globalement bien comporté malgré une situation économique atone», a déclaré M. Mohamed El Kettani, Président Directeur Général d'Attijariwafa bank, en introduisant la présentation des réalisations financières du Groupe Attijariwafa bank au titre de l'exercice 2014. Pourtant, la conjoncture n'a pas été des plus favorables pour le secteur. Outre la décélération des crédits (+2% en 2014/2013), la dégradation de la qualité du crédit due à la conjoncture économique difficile s'est traduite par une hausse du coût du risque bancaire et donc un impact sur les résultats des bancaires.
Dans ces conditions, le leader du secteur bancaire s'est bien comporté, en améliorant de manière notable ses performances aussi bien en termes d'activité que de résultats.
Au niveau commercial, les ressources globales du Groupe (dépôts bancaires, OPCVM et épargne-bancassurance) ont augmenté de 13% (+41,1 milliards de dirhams) pour ressortir à 356,8 milliards de dirhams. Les crédits totaux distribués par le Groupe ont augmenté légèrement (+1,7% ou 4,3 milliards de dirhams) pour atteindre 255,1 milliards de dirhams. L'encours de ces crédits est distribué à hauteur de 80% au Maroc, 7% en Tunisie et 12% en Afrique subsaharienne.
Cette dynamique commerciale a été soutenue par un réseau d'agences très dense de 3 331 points de vente, couvrant 23 pays dont 2 636 agences au Maroc (+95 agences). Au Maroc, le Groupe a recruté 420 930 nouveaux clients bancaires et placé quelque 504 844 nouvelles cartes monétiques.

Pnb en hausse de 8,8% à 19,4 milliards

Au niveau financier, le produit net bancaire (Pnb) a progressé de 8,8% pour s'établir à 19,4 milliards de dirhams. Cette forte hausse est le fait surtout de la Banque au Maroc (+13%) et de la Banque de Détail à l'International (+8%). Elle est tirée par toutes les activités, dont celles de marché (+40,8%), la marge d'intérêts (+4,2%) et la marge sur commissions (+3,9%). La structure du Pnb évolue mais reste dominée par la marge d'intérêt, qui pèse 57% de l'activité du Groupe, devant les activités de marchés (21%) et les marges sur commissions (20%).
Le résultat brut d'exploitation (RBE) a également fortement augmenté de 10,2% à 10,9 milliards de dirhams. «Cette performance résulte aussi bien de l'évolution du Pnb que de la maîtrise des charges générales d'exploitation au niveau des différents pôles du Groupe malgré les différents programmes d'investissement et de développement», a expliqué M. Ismail Douiri, Directeur Général, Responsable du Pôle Finances, Technologies et Opérations. Conséquence, le coefficient d'exploitation de Groupe s'est amélioré de 0,7 point pour ressortir à 43,7%, soit le plus bas au niveau de la place.

Taux de couverture de 68,5%

Par ailleurs, malgré la dégradation du risque crédit avec un taux de contentialité du marché qui s'est établi à 7,01%, à fin 2014, le Groupe Attijariwafa bank, grâce à sa politique de risque, arrive à contenir ce ratio à 5,03%. Nonobstant, «fidèle à sa politique de gestion rigoureuse des risques, le Groupe a poursuivi sa politique de détection anticipée et de couverture des risques», a souligné M. El Kettani. Le coût du risque a ainsi augmenté de 0,42 point à 1,13%. Selon M. Douiri, «cette hausse s'explique par le contexte économique difficile, la hausse de la contentialité en Afrique et l'approche rigoureuse et anticipative du groupe en matière de détection, suivi et couverture des risques». Grâce à cet effort de provisionnement, le Groupe a amélioré son taux de couverture des créances en souffrances de 4,5 points à 68,5%.

Un dividende de 10 dirhams/action

Cet effort de provisionnement a impacté sur le résultat net consolidé qui a évolué de 1,5% à 5,1 milliards de dirhams. Le résultat net part du groupe (Rnpg) a augmenté de 5,2% à 4,35 milliards de dirhams. Parmi les plus gros contributeurs au Rnpg figurent Attijariwafa bank (60,1%, soit 2 617 MDH), Wafa Assurance (12,8%, soit 556 MDH), Attijari bank Tunisie (5,5%, soit 236 MDH), Wafasalaf (4,0%, soit 176 MDH), Crédit du Congo (2,5%, soit 108 MDH) et Wafacash (2,5%, soit 108 MDH).
Ce résultat a contribué à l'amélioration des fonds propres du Groupe de 6,5% à 40,4 milliards de dirhams.
La rentabilité financière du Groupe -RoE (rendement des fonds propres)- ressort à 14,6%, en légère baisse de -0,8 point du fait que les fonds propres ont augmenté plus vite que le résultat net.
Enfin, le Conseil d'administration de la banque a proposé la distribution d'un dividende ordinaire de 10 dirhams par action, soit un montant global à distribuer de 2 035,27 MDH correspondant à un taux de distribution de 47%. Ce dividende offre un rendement brut de 2,91% (cours à fin décembre 2014).
Moussa Diop

Forte hausse des comptes sociaux d'Attijariwafa bank
Les comptes sociaux font ressortir une forte hausse des indicateurs financiers d'Attijariwafa bank S.A. Les dépôts de la banque ont augmenté de 9,6% avec une structurée dominée par les ressources non rémunérées qui représentent 64% des dépôts. Les crédits clientèles ont évolué de 1,7%.
Le Pnb a progressé de 13,0% à 11 449 MDH grâce notamment à la forte hausse des opérations de marché en hausse de 69,2% (+1 281 MDH) à 3 132 MDH. Parallèlement, les charges générales d'exploitation de la banque ont été contenues avec une hausse de 5,1% à 3 927 MDH. Du coup, le coefficient d'exploitation a reculé de 2,6 points pour ressortir à 34,3%.
Conséquence, le résultat brut d'exploitation a évolué de 16,5% à 7 445 MDH. Le coût du risque a été stable à 0,59%, grâce à une approche rigoureuse en matière de détection et de couverture des risques.
Et malgré des dotations nettes des reprises aux provisions en hausse de 28,5% à 2 007 MDH, le résultat net social a augmenté de 7,7% à 3 544 MDH.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.