Bac 2019. 150 personnes interpellées pour fraude    AWB lance un emprunt obligataire d'un milliard de dirhams    Maroc Telecom, 1ère privatisation du programme de la LdF 2019    Un suspect arrêté dans l'affaire de l'agression d'une allemande    Crise au PAM : la réunion de la commission préparatoire maintenue à Agadir    BAC 2019. Les résultats seront affichés le 26 juin    Larache: Coup d'envoi du 9e festival international d'équitation « Mata »    Inauguration officielle du Smap Paris 2019    CAN 2019 : Royal Air Maroc mobilise 54 vols supplémentaires depuis et vers l'Egypte    Relance du secteur immobilier : Fassi Fihri sollicite les MRE    Arabie Saoudite: Le conflit s'intensifie    Dialogue social: à combien s'élève le coût de l'accord ?    Bac: Nouveaux cas de triche!    Enseignement public payant: Le niet des parents    Visa se mobilise pour la CAN    Marrakech: Le festival des arts populaires fête un demi-siècle    Un salon pour encourager les jeunes à lire    Dialogue social : Le coût global de l'accord s'élève à plus de 14 milliards de dirhams    SAEDM et REALITES scellent un partenariat    Copa America : Le Brésil en reconquête sans Neymar    Les sanctions de la Commission de discipline et de fair-play    Meeting International Mohammed VI : Beau plateau attendu aux épreuves de sprint    Le Mpay Forum, un observatoire de veille en Mobile payment, Mobile banking et Fintech    Un roadshow national pour promouvoir l'accès des TPME au financement et à la commande publique    Activités du parti    Attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman    Pour améliorer le goût de vos aliments, mangez assis !    Insolite : Le tatouage du patron de Twitter    Jessica Préalpato, la pâtissière qui bouscule le dessert    Rapatriement des familles de l'EI Que font leurs pays d'origine ?    News    Younes Moujahid à la tête de la FIJ    Zagora à l'honneur du "Moroccan day" aux Etats-Unis    "Rolling Thunder Revue", quand Scorsese s'amuse à raconter Dylan    Nouvelle édition du Moussem culturel international d'Assilah    CAN 2019. Ce qui attend les Lions de l'Atlas    La Fondation nationale des musées s'allie au ministère de la culture    Célébrations de la Fête du Trône. Les consignes du ministère de la Maison royale, du protocole et de la chancellerie    Moujahid, premier journaliste arabe et africain à la tête de la FIJ    Ouyahia écroué, Sellal entendu par un juge d'instruction    Le Suriname salue le rôle de «leader africain» de SM le Roi Mohammed VI    Taper sur Trump? C'est possible à un salon tech en Chine    NBA : Toronto fait chuter Golden State et s'offre son premier titre    Caractère officiel de l'amazigh : Le conseil provincial de Tiznit premier à passer à l'acte    Entre pirates, collision ou missiles, les tankers évoluent en eaux troubles    Compromis européen sur un budget de la zone euro    La protection des données revêt une importance capitale pour Bank Al-Maghrib    Journée mondiale des donneurs de sang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"The Ocean Mapping Expedition" fait escale à Bouregreg Marina
Publié dans La Nouvelle Tribune le 15 - 04 - 2015

Il y a bientôt 500 ans, le navigateur portugais Ferdinand de Magellan s'élançait pour le compte de la couronne espagnole dans une expédition destinée à trouver une route maritime par l'ouest vers ce qu'on appelait alors l'île aux épices. Il allait en résulter la découverte d'un passage qui porte désormais son nom, tout au sud du continent américain, et d'un océan beaucoup plus vaste et beaucoup moins calme qu'il le cru, malgré le nom de Pacifique dont il le baptisa. L'expédition de Magellan allait surtout permettre d'accomplir le premier tour du monde jamais effectué auparavant et révéler un monde beaucoup plus vaste qu'on ne le pensait à l'époque.
Cette expédition baptisée The Ocean Mapping Expedition a pour but d'observer, comprendre, cartographier et raconter l'état des océans à la lumière de cette première circumnavigation. Son ambition est de contribuer à une meilleure et plus grande prise de conscience des enjeux que représente l'impact humain sur cet environnement pourtant vital pour l'homme et de faire réfléchir sur notre relation avec la planète mer.
"Partir dans le sillage de Magellan, c'est d'une certaine manière renouer avec l'esprit des grandes explorations et des grandes découvertes des siècles passés qui continuent à frapper notre imaginaire", explique Pietro Godenzi, président et membre fondateur de la Fondation Pacifique. "Mais en se gardant bien de s'en faire une représentation fantasmée et idéalisée. Il ne s'agit pas non plus de vouloir reproduire un chapitre de l'histoire humaine appartenant au passé. De même que Magellan partait vers l'Ouest à la recherche de l'île aux épices dont le prix valait plus que celui de l'or, l'idée est plutôt de se demander quelle est notre île aux épices aujourd'hui. Quelle richesse allons-nous chercher ? Une richesse matérielle ? Spirituelle ?", poursuit Pietro Godenzi.
Une expédition organisée autour de 3 pôles
De 2015 à 2019, dans un esprit pluridisciplinaire et de partage de l'expérience, The Ocean Mapping Expedition s'articulera autour de trois pôles – scientifique, socio-éducatif et culturel – et verra la mise en œuvre de plusieurs programmes dont :
– 20 000 sons sous les mers : ce programme scientifique sans précédent, en partenariat avec le biologiste et ingénieur Michel André, directeur du Laboratoire d'Applications Bioacoustiques (LAB) de l'Université polytechnique de Catalogne à Barcelone, contribuera à cartographier la pollution sonore des océans. L'environnement marin est en effet rempli de sons naturels, bien qu'un nombre croissant de bruits d'origine humaine contribuent à la hausse du niveau sonore général actuel des océans. L'ampleur avec laquelle ces bruits impactent et affectent l'environnement et la vie marine est une question suscitant actuellement un très grand intérêt et une très grande préoccupation à la fois de la part de la communauté scientifique et du grand public. L'intérêt des scientifiques découle du besoin de mieux comprendre le rôle de la production de ces bruits et de leur perception sur le comportement, la physiologie et l'écologie des organismes marins.
"Pour la première fois, un bateau sera équipé en permanence de capteurs basés sur la plus récente technologie et procédera ainsi à une cartographie acoustique des océans à une échelle jamais réalisée jusqu'à présent", explique Michel André. Le programme 20 000 sons sous les mers détectera et classifiera automatiquement les sons – naturels et d'origine humaine – tout au long du périple de Fleur de Passion et les enverra en temps réel aux chercheurs du LAB, en même temps que ces sons et les images sous-marines des caméras embarquées sur les capteurs seront mis en scène sur le site web de l'expédition à l'adresse du grand public. Le flux continue de données acoustiques sera analysé pour comprendre les défis auxquels les océans font face aujourd'hui et aidera la communauté scientifique et les pouvoirs publics à une approche et des pratiques responsable, de la part des utilisateurs des océans", ajoute Michel André.
– Micromégas : cet autre programme scientifique – au nom inspiré du conte de Voltaire mais pour micro-déchets/méga-enjeux -, mené en partenariat avec l'association suisse Oceaneye basée à Genève, consistera à effectuer des prélèvements réguliers d'eau de mer pour évaluer la teneur en polluants plastiques. Ces échantillons alimenteront les recherches menées par Oceaneye et seront analysés en collaboration avec le Laboratoire Central Environnemental de l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL).
"Le tour du monde de Fleur de Passion représente une formidable opportunité d'obtenir des échantillons en provenance des trois océans Atlantique, Pacifique et Indien", explique Pascal Hagmann, directeur exécutif d'Oceaneye. "Ceci nous permettra de générer de nouvelles données qui viendront compléter celles issues de nos campagnes de 2011 et 2012 en mer Méditerranée occidentale, et celles de 2013 et 2014 dans la partie Est du waste patch de l'Atlantique nord. Elles permettront d'établir de nouvelles études de pollution de ces trois océans, de chiffrer le niveau de pollution et de démontrer son importance réelle." Le résultat de ce suivi cartographique de la pollution par les composants plastiques sera transmis au Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE).
– Jeunes en mer : ce programme socio-éducatif permettra d'accueillir plusieurs dizaines d'adolescents et de jeunes adultes de Suisse romande dans le cadre de séjours de réinsertion ou d'expérience de la vie en mer, en groupe ou individuellement comme mousses intégrés à l'équipage. Que ce soit pour une semaine, un mois ou plusieurs, tous embarqueront comme équipiers à part entière à bord d'un voilier dédié au "travailler ensemble" dans le but d'éprouver les exigences de la vie à bord, mais aussi et surtout d'aller ainsi à la découverte du grand large, des autres et d'eux-mêmes. Pour ceux d'entre eux qui connaissent un parcours de vie chahuté, l'objectif est de passer un cap pour se forger un horizon prometteur, et prendre ainsi un nouveau départ une fois de retour à terre.
– Dans le miroir de Magellan : ce programme culturel consiste à accueillir une douzaine de dessinateurs de BD suisses et internationaux qui se succèderont pendant une à trois semaines pour raconter sur le mode du récit de voyage l'expédition et la vie à bord, mais aussi les grands thèmes universels et intemporels qui ont caractérisé le premier tour du monde et, au-delà, les grands voyages de découverte de l'époque Moderne tels que: le besoin irrépressible d'exploration et de connaissance, l'esprit de conquête et de domination, l'accès aux ressources de la planète, le partage des richesses, les relations tout autant belliqueuses que pacifiques des hommes entre eux. Parmi les premiers dessinateurs qui embarqueront figurent les genevois Zep, parrain de la fondation Tom Tirabosco, et Matthieu Berthod.
De la cartographie au mapping
Si, d'un point de vue scientifique, l'expédition vise à cartographier l'impact humain sur les océans, à différentes escales, un "mapping" organisé au cœur des villes aura pour but de mettre en scène l'expédition et ses différentes facettes pour en transmettre l'esprit au grand public, en sons et en images et en sons.
Fleur de Passion, un bateau au destin... Pacifique!
Porte-drapeau de la Fondation et plateforme logistique de The Ocean Mapping Expedition, Fleur de Passion est un bateau à l'histoire étonnante. Il s'agit à l'origine d'un Kriegsfischkutter (KFK), bateau à moteur de la Marine de guerre allemande construit en 1941 et dévolu à des activités de défense côtière, de pose de mines ou de ravitaillement de sous-marin. Survivant de la Seconde Guerre mondiale, il a été cédé à la Marine française qui l'a utilisé pendant une trentaine d'années avant qu'il ne soit désarmé dans les années 1970 puis vendu à un particulier qui l'a alors gréé à la voile et baptisé de son nom actuel. Jusqu'au milieu des années 1990, Fleur de Passion a sillonné la Méditerranée et l'Atlantique dans le cadre de projets socio-éducatifs et scientifiques. Racheté en 2002 par l'association genevoise Pacifique, il a été entièrement restauré de 2003 à 2009 afin de prolonger son destin désormais pacifique sous l'égide de la Fondation.
Programme :
Le 12 avril 2015, le voilier Fleur de Passion, ancien bateau de la marine allemande construit en 1941, aujourd'hui désarmé, et plus grand voilier battant pavillon suisse avec ses 33 mètres, s'élancera de Séville (Espagne) pour un tour du monde de 4 ans dans le sillage de Magellan sous l'égide de la Fondation Pacifique, organisation à but non lucratif genevoise active dans les questions de développement durable.
Du 18 au 21 juin, à l'initiative de Vue sur Mer Maroc (partenaire de l'expédition) Fleur de Passion effectuera sa 1ère escale à la marina du Bouregreg (Salé/Rabat) du 18 au 21 avril. A cette occasion, la visite du voilier scientifique Fleur de Passion sera ouverte (amarrage au quai d'honneur, au fond de la marina de Salé "Bouregreg Marina" :
dimanche 19 avril (11h à 12h30 et 15h à 17h30) : au public
lundi 20 avril (10h à 12h et 14h à 17h30) : à près de 200 enfants d'écoles populaires de Salé et Temara : Groupe Mohamed Benabdallah, Shems'y et Amesip
lundi 20 avril (à 17h30) : aux médias pour visite du voilier suivi d'un point presse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.