Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Akhannouch appelle à favoriser l'emploi des jeunes    Marrakech devient, pour deux jours, capitale mondiale de la Justice    Maroc Telecom : progression de 10% des abonnés    Jouahri primé à Washington pour la troisième année consécutive    Etablissements et entreprises publics : Un investissement prévisionnel de plus de 101 milliards de dirhams en 2020    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Une belle leçon des joueurs botolistes    Dernier tour qualificatif pour le CHAN-2020 : Le Maroc se qualifie haut la main    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Agadir célèbre la tolérance en musique    Production alimentaire : Le Maroc a atteint «un bon niveau» de couverture de ses besoins    Top Performer RSE 2019. Attijariwafa bank distingué    Chambre des représentants. Comment réformer la séance des questions orales ?    Au-delà d'une LDF    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Solid'Action : Faisons des enfants des douars nos enfants !    Rabat : Arrestation d'un malade mental pour agression contre un muezzin    Accès à l'information. Le parquet général secoue les tribunaux    Météo: le temps qu'il fera ce lundi    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Les facteurs de vulnérabilité financière pourraient aggraver le prochain ralentissement économique    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Manifestations au Liban: L'ambassade du Maroc met une ligne téléphonique à disposition des Marocains    Les subventions à la culture ont-elles tué la création?    «Le Sahara est marocain»: il invite l'Algérie et le Maroc à ouvrir leurs frontières    «La subvention a pratiquement aidé le secteur»    «Les subventions aux arts plastiques pourraient connaitre un réexamen»    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    PPS: l'opposition pour l'édification d'une alternative démocratique    Les Botolistes proches de la qualification    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Syrie : Les frappes aériennes russes vont s'intensifier
Publié dans La Nouvelle Tribune le 03 - 10 - 2015

Les avions de combat russes ont bombardé samedi des cibles du groupe jihadiste Etat islamique (EI) au quatrième jour de leur intervention en Syrie, mais les Etats-Unis ont continué à dénoncer la stratégie de Moscou visant à défendre le régime de Bachar al-Assad.
Selon le ministère de la Défense russe, une série de frappes ces dernières 24 heures ont détruit un poste de commandement et un bunker de l'EI près de la ville de Raqa, la « capitale » de l'organisation extrémiste située dans le nord-est du pays en guerre.
L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a fait état de frappes russes samedi avant l'aube contre des positions de l'EI à l'ouest et au nord de Raqa. « Les explosions ont été entendues jusque dans la ville ».
Déclenché en mars 2011 par une révolte populaire brutalement réprimée, le conflit en Syrie, déjà très complexe, a pris un nouveau tournant avec l'implication des Russes, alliés du régime Assad qui a perdu les deux-tiers du pays dans les combats. Ceux-ci opposent régime aux rebelles, mais aussi groupes rebelles rivaux dans un pays de plus en plus morcelé.
Pour le président américain Barack Obama, une coopération avec la Russie sur le dossier syrien reste possible à condition qu'il reconnaisse qu'un changement de régime est nécessaire. Mais Moscou ne veut rien entendre et considère le régime Assad comme un rempart face à l'EI.
Depuis le début de ses opérations militaires mercredi en Syrie, la Russie a visé l'EI mais surtout aussi le groupe rebelle du Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, et ses alliés islamistes, selon des sources syriennes et une ONG. Elle a également, dans une moindre mesure, frappé des petits groupes rebelles soutenus par les Etats-Unis.
Le Front Al-Nosra, considéré comme un groupe « terroriste » également par Washington, et ses alliés ont infligé le plus de revers au régime Assad cette année, alors que l'EI a concentré sa guerre contre les groupes rebelles rivaux à qui il a pris plusieurs régions.
– ‘Catastrophe assurée' –
=========================
Moscou soutient que ses frappes visent l'EI, le Front al-Nosra et « d'autres groupes terroristes ». Or, à la différence des pays occidentaux, le Kremlin qualifie de « terroriste » tout groupe combattant le régime Assad.
Les Occidentaux, en tête desquels les Etats-Unis, ont critiqué la stratégie russe, en insistant que les frappes ne devraient pas toucher les groupes rebelles qu'ils soutiennent.
Le président russe Vladimir Poutine « ne fait pas la différence entre l'EI et une opposition (syrienne) sunnite modérée. De leur point de vue, ce sont tous des terroristes. Et c'est une catastrophe assurée », a dit M. Obama vendredi.
Après avoir rencontré M. Poutine à Paris, le président français François Hollande a assuré avoir lui aussi insisté sur la nécessité de viser « Daech et uniquement Daech », un acronyme en arabe de l'EI.
Mais les Etats-Unis et leurs alliés reprochent surtout à Moscou son soutien indéfectible au régime Assad.
« Nous n'allons pas pouvoir tenir des négociations (avec Moscou) s'il n'y a pas une reconnaissance qu'il doit y avoir un changement de gouvernement. Le problème ici, c'est Assad et la violence qu'il inflige au peuple syrien, et ça doit s'arrêter », a ajouté M. Obama.
Une coalition d'une soixantaine de pays menée par les Etats-Unis – et à laquelle la Russie ne participe pas – mène, elle, depuis septembre 2014 des frappes contre l'EI en Syrie, sans parvenir à venir à bout du groupe jihadiste qui contrôle la moitié du territoire syrien.
Les Russes, qui ont déployé plus de 50 avions et hélicoptères en Syrie, n'ont pas l'intention d'en rester là. Les raids vont durer « trois à quatre mois » et « s'intensifier », a assuré le président de la Commission des Affaires étrangères de la chambre basse du Parlement russe, Alexeï Pouchkov.
Depuis le début du conflit, plus de 240.000 personnes sont mortes et quatre millions ont quitté la Syrie, occasionnant une crise migratoire majeure.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.