L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    HCP : Les Cahiers du plan publient une étude démographique du Maghreb    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    Tanger. Trois individus arrêtés, 8.000 comprimés de psychotropes saisis    Education nationale. Un budget en hausse    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Lycée Victor Hugo: Première plainte au Maroc, convocation pour harcèlement du proviseur à Paris    Insolite : Trahi par Facebook    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Nouveau single : «Ya Denya» lance la carrière de Sara Moullablad    Un regard certain sur le monde    BAM: l'immobilier en berne    Adil Zaidi : «La 13ème région connaît un accueil extrêmement favorable»    SM le Roi inaugure à l'arrondissement Sidi Moumen un Centre médical de proximité    Recherche scientifique au Maroc 2006-2016: le Rapport de Fassi Fehri    Affaire Khadija: Report du procès    SM le Roi préside la 3e causerie religieuse du Ramadan    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Baccalauréat 2019. Une nouvelle date pour l'examen régional unifié    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Le Maroc fait sa promo en Espagne    Pourquoi la Loi sur les travailleurs domestiques n'est pas appliquée    Officialisation de l'amazigh. Qui est responsable du retard ?    Viol et séquestration. Le procès de Khadija enfin lancé    Edito : Avalanche de lois    Tarifs douaniens: Les fabriquants de chaussures contre la procédure de Trump    Nike accusé de contrefaçon    En Libye, la guerre est aussi économique    Arsenal a une longueur d'avance dans le dossier Ziyech    Tous les bienfaits santé du poivre    La santé visuelle des chauffeurs professionnels objet d'une campagne médicale    Divers sportifs    La CGEM octroie son label RSE    L'environnement de la sphère publique marocaine, impact sur la communication    Divers    Niki Lauda, miraculé de la F1, meurt paisiblement à 70 ans    Ces tournages qui ont tourné au drame : Harry Potter et les Reliques de la mort    La faune et la flore à l'honneur lors de la journée internationale des musées    Adil Fadili : Les séries policières suscitent un intérêt grandissant du public    1998: retour des Lions pour une place au quart…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Syrie : Les frappes aériennes russes vont s'intensifier
Publié dans La Nouvelle Tribune le 03 - 10 - 2015

Les avions de combat russes ont bombardé samedi des cibles du groupe jihadiste Etat islamique (EI) au quatrième jour de leur intervention en Syrie, mais les Etats-Unis ont continué à dénoncer la stratégie de Moscou visant à défendre le régime de Bachar al-Assad.
Selon le ministère de la Défense russe, une série de frappes ces dernières 24 heures ont détruit un poste de commandement et un bunker de l'EI près de la ville de Raqa, la « capitale » de l'organisation extrémiste située dans le nord-est du pays en guerre.
L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a fait état de frappes russes samedi avant l'aube contre des positions de l'EI à l'ouest et au nord de Raqa. « Les explosions ont été entendues jusque dans la ville ».
Déclenché en mars 2011 par une révolte populaire brutalement réprimée, le conflit en Syrie, déjà très complexe, a pris un nouveau tournant avec l'implication des Russes, alliés du régime Assad qui a perdu les deux-tiers du pays dans les combats. Ceux-ci opposent régime aux rebelles, mais aussi groupes rebelles rivaux dans un pays de plus en plus morcelé.
Pour le président américain Barack Obama, une coopération avec la Russie sur le dossier syrien reste possible à condition qu'il reconnaisse qu'un changement de régime est nécessaire. Mais Moscou ne veut rien entendre et considère le régime Assad comme un rempart face à l'EI.
Depuis le début de ses opérations militaires mercredi en Syrie, la Russie a visé l'EI mais surtout aussi le groupe rebelle du Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, et ses alliés islamistes, selon des sources syriennes et une ONG. Elle a également, dans une moindre mesure, frappé des petits groupes rebelles soutenus par les Etats-Unis.
Le Front Al-Nosra, considéré comme un groupe « terroriste » également par Washington, et ses alliés ont infligé le plus de revers au régime Assad cette année, alors que l'EI a concentré sa guerre contre les groupes rebelles rivaux à qui il a pris plusieurs régions.
– ‘Catastrophe assurée' –
=========================
Moscou soutient que ses frappes visent l'EI, le Front al-Nosra et « d'autres groupes terroristes ». Or, à la différence des pays occidentaux, le Kremlin qualifie de « terroriste » tout groupe combattant le régime Assad.
Les Occidentaux, en tête desquels les Etats-Unis, ont critiqué la stratégie russe, en insistant que les frappes ne devraient pas toucher les groupes rebelles qu'ils soutiennent.
Le président russe Vladimir Poutine « ne fait pas la différence entre l'EI et une opposition (syrienne) sunnite modérée. De leur point de vue, ce sont tous des terroristes. Et c'est une catastrophe assurée », a dit M. Obama vendredi.
Après avoir rencontré M. Poutine à Paris, le président français François Hollande a assuré avoir lui aussi insisté sur la nécessité de viser « Daech et uniquement Daech », un acronyme en arabe de l'EI.
Mais les Etats-Unis et leurs alliés reprochent surtout à Moscou son soutien indéfectible au régime Assad.
« Nous n'allons pas pouvoir tenir des négociations (avec Moscou) s'il n'y a pas une reconnaissance qu'il doit y avoir un changement de gouvernement. Le problème ici, c'est Assad et la violence qu'il inflige au peuple syrien, et ça doit s'arrêter », a ajouté M. Obama.
Une coalition d'une soixantaine de pays menée par les Etats-Unis – et à laquelle la Russie ne participe pas – mène, elle, depuis septembre 2014 des frappes contre l'EI en Syrie, sans parvenir à venir à bout du groupe jihadiste qui contrôle la moitié du territoire syrien.
Les Russes, qui ont déployé plus de 50 avions et hélicoptères en Syrie, n'ont pas l'intention d'en rester là. Les raids vont durer « trois à quatre mois » et « s'intensifier », a assuré le président de la Commission des Affaires étrangères de la chambre basse du Parlement russe, Alexeï Pouchkov.
Depuis le début du conflit, plus de 240.000 personnes sont mortes et quatre millions ont quitté la Syrie, occasionnant une crise migratoire majeure.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.