Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Syrie: Le sort de Bachar al-Assad plane sur les négociations de Genève
Publié dans La Nouvelle Tribune le 14 - 03 - 2016

Les négociations intersyriennes visant à mettre un terme au conflit en Syrie ont commencé lundi à Genève sous l'égide de l'ONU, mais le sort réservé au président Bachar al-Assad risque de faire capoter le processus de paix.
L'orchestrateur de ces discussions, Staffan de Mistura, envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, a affirmé que « la mère de toutes les questions » était de trouver un accord sur une transition politique. « Nous sommes à un moment de vérité », a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse en préambule de sa rencontre avec le négociateur en chef du régime de Damas, Bachar al-Jaafari.
A l'issue de ce premier entretien qui a duré plus d'une heure au Palais des Nations, M. De Mistura a expliqué qu'il avait « permis de clarifier un certain nombre de questions, notamment de procédure ». « La prochaine rencontre (avec le régime), mercredi matin, sera centrée sur l'ordre du jour, qui est comme vous le savez celui fixé par la résolution 2254 », a-t-il ajouté.
Ce document, adopté en décembre par le Conseil de Sécurité de l'ONU, prévoit la formation d'un organe de transition en Syrie dans les 6 mois et des élections dans les 12 mois suivants.
A son tour, M. Jaafari a dit devant la presse que cette rencontre avait été « positive et constructive ». Il a indiqué qu'il avait donné à l'émissaire de l'ONU « des éléments de base pour une solution politique », mais sans fournir de détails.
« Nous voulons un dialogue entre Syriens, mais sans condition préalable », a ajouté M. Jaafari, ambassadeur de la Syrie à l'ONU, en référence aux exigences de l'opposition qui réclame le départ du président Assad, mort ou vivant, avant toute solution politique.
– organe de transition ou gouvernement d'union ? –
L'opposition syrienne, représentée par le Haut comité des négociations (HCN) qui regroupe une myriade de groupes différents, veut la mise en place dans les 6 mois qui viennent d'un « organe de transition » doté de tous les pouvoirs.
Pour Damas, dont les positions militaires sur le terrain ont été considérablement renforcées grâce à l'intervention militaire de son allié russe, il est hors de question de parler du sort du président Assad.
Le régime considère la transition comme un simple remaniement ministériel avec un « gouvernement d'union » élargi à des opposants.
Washington et Paris ont mis en garde dimanche le régime syrien contre toute tentative de « faire dérailler le processus » de Genève en voulant exclure des discussions le sort du chef de l'Etat.
Le format de ces pourparlers prévoit des rencontres alternées de l'émissaire de l'ONU avec chaque délégation, car pour l'instant, il n'est pas prévu de rencontre directe entre les belligérants.
L'opposition, qui aura mardi des discussions avec M. de Mistura, a affirmé qu'elle n'avait pas l'intention de se retirer des négociations, comme elle l'avait fait lors du premier round en février pour protester contre les frappes russes.
La guerre en Syrie, qui a débuté en mars 2011 après la répression sanglante par le régime de manifestations prodémocratiques, s'est transformée en un conflit complexe impliquant une multitude d'acteurs locaux et internationaux. Elle a fait plus de 270.000 morts, poussé plus de la moitié des habitants à quitter leur foyer et provoqué par ricochets une importante crise migratoire.
Dans un rapport publié lundi, l'Unicef a révélé que quelque 3,7 millions d'enfants, soit un jeune Syrien sur trois, étaient nés depuis le début du conflit, qui touche au total 8,4 millions d'enfants syriens, soit plus de 80% d'entre eux, en Syrie ou en exil.
– Contexte différent –
Le contexte des nouvelles discussions de Genève est toutefois radicalement différent en raison d'une cessation des hostilités sur le terrain entre les rebelles et le régime, instaurée depuis le 27 février.
Initiée par les Etats-Unis et la Russie, la trêve tient malgré quelques violations, et l'ONU avec ses partenaires ont pu apporter de l'aide à près de 250.000 personnes vivant dans des zones assiégées.
Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a toutefois indiqué que la livraison d'aide à quatre villes assiégées en Syrie avait été annulée lundi en raison de problèmes de sécurité.
Grands absents de ces pourparlers de paix, les Kurdes de Syrie, alliés de Moscou et de Washington, contrôlent pourtant plus de 10% du territoire et les trois quarts de la frontière syro-turque. Mais la Turquie, en conflit avec ses propres Kurdes, s'oppose à leur présence à Genève.
Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a réaffirmé lundi que ces discussions devaient « inclure tout l'éventail des forces d'opposition ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.