Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





M. El Kadiri : Lockton est venu au Maroc pour accéder aux marchés africains
Publié dans La Nouvelle Tribune le 02 - 05 - 2016

M. Salah Eddine El Kadiri, Directeur général de la succursale MENA-Casablanca de la compagnie d'assurances américaine Lockton, a commencé sa carrière, à la Société Centrale de Réassurance marocaine. Il revient au Maroc avec Lockton après 30 années passées dans l'exercice de hautes responsabilités dans les métiers d'assurance et de réassurance à l'international, notamment à Londres, Bahreïn et Dubaï. Rappelons que Lockton vient de s'installer à Casablanca Finance City, CFC, dont elle avait obtenu le statut fin 2015.
La Nouvelle Tribune :
M.El Kadiri, vous dirigez Lockton MENA Casablanca, la succursale du courtier en assurances et réassurance américain du même nom. Pouvez-vous le présentez à nos lecteurs ?
M.Salah Eddine El Kadiri :
C'est l'histoire de M. Jack Lockton, du Kansas, qui a commencé à vendre des polices d'assurances de sa maison en 1966. Il a vendu la première année quelques polices pour un montant ne dépassant pas quelques milliers de dollars et depuis, avec son frère David, ils n'ont pas arrêté de développer ce business. L'entreprise a connu une forte expansion très rapidement dans tous les Etats du pays. Et, moins de 10 ans après, elle s'est externalisée au Canada, puis dans le reste du monde à travers un réseau qui est appelé maintenant « Lockton Global ». Leur idée étant de trouver des entrepreneurs pour devenir des partenaires locaux afin de s'implanter dans les différents pays. Et, c'est en faisant l'acquisition en 2007, d'un cabinet de courtage, Alexandre Forbes de Lloyd's, basé à Londres, pour étoffer leur branche d'assurances internationales, que leur développement mondial a commencé pour atteindre un revenu global de plus de 1 milliard 250 millions de Dollars en 2015.
Il faut savoir que Lockton est une compagnie privée, ce qui signifie qu'elle n'est pas cotée en bourse. Sa devise se traduit par une phrase « We live service », on vit le service. Et, justement, ce qui différencie Lockton de tout autre grand courtier, ce sont les clients, et non pas les actionnaires, qui sont au centre de sa philosophie.
La rétention des clients chez Lockton dépasse de loin la compétition, avec pas moins de 96 % de clients fidélisés. D'ailleurs, Lockton a été élu en 2015 meilleur employeur aux USA en assurance et réassurance. Il poursuit deux objectifs : se développer en continu, de plus de 10% par an et rémunérer ses partenaires en leur permettant de réaliser un bon retour sur investissement. Une grande partie des bénéfices de la compagnie est réinvestie pour son développement à l'international et sa pérennisation. Le cabinet est présent dans plus de 40 pays et sert plus de 48.000 clients à travers le monde.
Lockton a-t-il toujours été un courtier en assurances et réassurance qui sont généralement des métiers d'assurances à des niveaux différents ?
En effet, le courtage de l'assurance et de réassurance sont des activités complémentaires. L'assurance est offerte à des clients qui sont des individus et des entreprises jusqu'à un certain niveau de risque au-delà duquel, dès que les risques deviennent plus importants, on a recours à la réassurance. Une compagnie passe à la réassurance quand sa surface financière devient insuffisante pour assurer la couverture des gros risques. Toutefois, l'intermédiation en assurance représente plus de 80 % de l'activité de Lockton et la réassurance n'a démarré qu'en 2007. Par contre au Maroc, on ne fera pas de courtage en assurance, mais uniquement du courtage en réassurance dont le placement sera fait à partir de Dubaï.
Lockton au Maroc est dit MENA, pourquoi ?
Au Maroc, nous sommes une succursale de Lockton MENA Ltd, basée à Dubaï, qui se déploie dans toute la partie MENA, dont le Maroc. Nous avons ouvert notre succursale à Casablanca depuis le 13 avril même si nous avions obtenu le statut CFC à la fin 2015. Nos deux présidents, de Dubaï et des Etats Unis, sont venus à notre inauguration pour montrer l'intérêt que Lockton porte à l'ouverture du premier bureau en Afrique. Je voudrais rappeler que Lockton MENA a démarré en 2009 au Dubaï International Financial Centre, DIFC, la place financière internationale des Emirats, avec cinq personnes. DIFC est une place financière qui a très bien réussi. Toutes les grandes compagnies du monde y sont logées. Son attractivité s'explique par une réglementation DIFC rigoureuse qui s'applique à ses membres. C'est un centre off shore à l'intérieur de Dubaï, où aucun impôt n'est appliqué, ni sur les salaires, ni sur les bénéfices. Le service y est unique au monde et il n'y a pas trace de bureaucratie. Il y a même un tribunal au sein du DIFC, réservé aux règlements des affaires de la place financière. La réglementation est similaire à celle de la City à Londres. Ainsi les investisseurs sont protégés, ce qui fait la force du succès de la place financière internationale de Dubaï.
A Dubaï, Lockton emploie actuellement 40 personnes, spécialisées dans les différentes branches d'assurances et réassurance. A Abou Dhabi, plus de 25 personnes couvrent les affaires de nos clients dans cet Emirat. Dubaï est la holding de Lockton Mena limited, qui a décidé au niveau stratégique d'ouvrir des filiales ou succursales dans plusieurs marchés de la région. C'est ainsi que Lockton s'est implanté en Jordanie au mois de novembre dernier, au Maroc bien sûr et nous sommes en train de nouer un partenariat en Egypte, en Arabie Saoudite et au Pakistan.
Et pourquoi le Maroc, même si la réglementation de CFC est moins avantageuse qu'à DIFC ?
En effet, nous avons obtenu le Statut CFC qui nous donne quelques avantages. Mais le choix de LOCKTON MENA de venir au Maroc se justifie aussi par d'autres réalités. Le Maroc est le deuxième marché d'assurances de l'Afrique après l'Afrique du Sud et le troisième du monde arabe après l'Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis. De plus, nous avons voulu répondre aux besoins de nos nombreux clients Internationaux du Golfe et même des Etats-Unis et d'Asie. Par ailleurs, nous croyons au marché marocain même s'il est très orienté vers le marché français, en espérant y apporter une valeur ajoutée. Dans l'assurance conseil, nous travaillerons avec nos gros clients marocains et étrangers sur des produits à fort risque pour les aider à mieux les assurer comme l'assurance des risques énergies renouvelables et pétroliers, les risques de construction d'ouvrages, le maritime, les risques politiques, etc. Nous avons une équipe qui travaille sur les énergies renouvelables depuis deux ans au Maroc et en Afrique où l'on commence à se déployer. Le marché marocain s'ouvre et se libéralise, ce qui nous donnera des opportunités d'affaires dans les années à venir. La Société Centrale de Réassurance, SCR, a toujours joué un rôle important et nous travaillons avec elle sur plusieurs affaires. Et, il y a d'autres courtiers et réassureurs internationaux qui se sont établis à CFC comme AIG, IGI et Trust Re, croyant nécessaire de se positionner au Maroc pour couvrir la région de l' Afrique de l'Ouest. Donc, Lockton est venu au Maroc aussi pour accéder aux affaires africaines. Nous croyons que CFC deviendra certainement dans quelques années un hub sur cette région, à laquelle nous ne pouvons accéder à partir de Dubaï, ne serait-ce que du fait du décalage horaire...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.