La conscription concernera 15.000 appelés    Vers le renforcement de la coopération entre le Parlement marocain et l'UIP    Le Maroc et les Iles Fidji veulent booster leurs relations    De la nécessité d'investir dans la jeunesse    L'Indice des prix des actifs immobiliers demeure orienté à la baisse    Mise en service à Rabat des nouveaux autobus    Le Soudan se dote d'un nouveau pouvoir    Le régime syrien va permettre aux civils de sortir de la région d'Idleb    News    L'ultime défi de l'Imperatore Franck Ribéry à la Fiorentina    De l'or pour la taekwondiste marocaine Soukaina Sahib    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT gagne mais sa qualification reste compromise    Jeux africains : l'Egypte domine le classement, le Maroc 4ème    Fouzi Lekjaa démissionne de la présidence de la RSB    Féminicide à Sidi Slimane    Divers    Faire souvent la sieste, un signe précoce d'Alzheimer ?    Abdelhamid Azzubair, un artiste éclectique qui exalte la calligraphie arabe    Dwayne Johnson récupère sa place d'acteur le mieux payé au monde    Le Festival international de Volubilis de musique mondiale traditionnelle de retour à Meknès    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    Kelaât Sraghna : Elle rend l'âme lors d'une soirée arrosée    Festival «Oued Eddahab » : Le coup d'envoi ce vendredi    Festival Tifawin : Les arts du rural en fête    Transfert: Le PSG « intransigeant » sur le cas Neymar, selon la presse    Le KACM signe un contrat de haut niveau    Les ministres de tutelle veulent professionnaliser le sport dans le continent    Le cinéma sans frontières fait escale à Berkane    Selon BAM, repli de 0,9% des prix des actifs immobiliers au T2-2019    Des migrants privés de terre ferme, d'autres de secours    Italie: Deuxième jour de consultations pour sortir de la crise    Boris Johnson reçu par Macron, tenant de la fermeté sur le Brexit    Crise de Hong Kong: Craignant un Tian an men 2, Pékin tergiverse…    Finance climatique. Une délégation marocaine en Corée    Ces jeunes artistes marocains qui brillent de mille feux    20 ans de règne : Un billet commémoratif de 20 DH émis par BAM    Fête de la Jeunesse : 443 personnes graciées    Grâce à la recharge *5 : Inwi démocratise l'achat d'applications sur Google Play Store    La relance sur fond de responsabilité    Arrestation à Sidi Slimane d'un individu soupçonné d'assener des coups mortels à sa femme    Service militaire : Démarrage de l'incorporation des appelés    Maroc–Iles Fidji : Vers un partenariat mutuellement bénéfique    Accidents de la route : 30 morts et 1.615 blessés en périmètre urbain    Quel temps fera-t-il ce jeudi ?    Service militaire obligatoire : 900 candidats accueillis à Oujda    Discours du roi. Un modèle de développement aux spécificités marocaines    Edito : Révolution    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Autriche élit un président Vert qui bat de justesse l'extrême droite
Publié dans La Nouvelle Tribune le 24 - 05 - 2016

L'écologiste Alexander Van der Bellen a remporté d'une courte tête l'élection présidentielle autrichienne face à Norbert Hofer, qui a échoué de justesse à devenir le premier président d'extrême droite dans une Europe confrontée au rejet des partis traditionnels.
Plusieurs dirigeants européens ont exprimé leur soulagement après le résultat de ce scrutin très suivi dans une Europe qui affronte sa plus sévère crise migratoire depuis la Seconde guerre mondiale.
L'extrême droite autrichienne (FPÖ), tout comme son alter ego français, le Front National, y ont vu l'annonce de « succès futurs ».
Près d'un électeur autrichien sur deux a voté au deuxième tour pour le FPÖ, un des partis de droite radicale les plus puissants électoralement en Europe.
Avec 50,3% des suffrages, M. Van der Bellen, ancien dirigeant des Verts âgé de 72 ans, a devancé son adversaire de 0,6 points, soit 31.026 voix. Norbert Hofer a obtenu 49,7% des suffrages.
« Je vous remercie pour votre soutien. Bien sûr, je suis triste aujourd'hui », a réagi M. Hofer, un cadre du FPÖ au discours très lisse, sur sa page Facebook. Mais « les efforts déployés pour cette campagne ne sont pas perdus, ils sont un investissement pour l'avenir », a-t-il assuré.
M. Hofer et le chef du FPÖ autrichien, Heinz-Christian Strache, doivent tenir une conférence de presse mardi à 9H00 GMT à Vienne.
Le FPÖ, qui caracole en tête des sondages pour les législatives depuis plusieurs mois, espère décrocher la chancellerie, le coeur exécutif du pouvoir, lors du prochain scrutin parlementaire en 2018.
Tout comme le ministre italien des Affaires étrangères Paolo Gentiloni, le Premier ministre français Manuel Valls a exprimé son « soulagement » de voir les Autrichiens « rejeter le populisme et l'extrémisme ».
Le futur chef d'Etat autrichien, qui assumera à partir du 8 juillet ces fonctions essentiellement protocolaires, s'est engagé à « être un président au-dessus des partis » pour représenter « dans toute sa diversité » un pays dont le scrutin a révélé les divisions.
C'est le vote par correspondance, dépouillé lundi, qui a finalement fait pencher la balance en faveur du candidat écologiste, de sensibilité libérale et centriste, au terme d'un véritable « thriller » électoral.
Quelque 750.000 électeurs, soit 16,7% des suffrages exprimés, ont voté par correspondance alors que M. Hofer était légèrement en tête des votes déposés dans les urnes dépouillés dimanche.
– Forte participation –
Crédité de 21,3% seulement des voix au premier tour, loin derrière son adversaire qui en avait obtenu 35%, M. Van der Bellen a bénéficié d'une participation électorale en hausse (72,7%) et d'importants reports de voix des partis traditionnels, qui avaient subi un revers historique.
La déroute des sociaux démocrates et des conservateurs, qui gouvernent l'Autriche depuis 2007 dans une coalition, traduit le discrédit qui frappe les partis traditionnels en Europe.
Les élections législatives chypriotes dimanche ont été marquées par l'entrée d'un parti d'extrême droite au parlement, une première sur l'île méditerranéenne.
« Le très beau résultat » de Norbert Hofer « annonce des succès futurs » en Autriche et « ailleurs dans le monde », a prédit le Front national, en France, l'un des pays européens où l'extrême droite est la plus forte et vise la victoire à l'élection présidentielle en 2017.
Le vote en Autriche est la preuve qu'une nouvelle ère s'ouvre en Europe, s'est félicitée la co-dirigeante de la droite populiste allemande AfD (Alternative für Deutschland), Frauke Petry, qui avait fait le déplacement de Vienne pour la soirée du second tour, dimanche.
Le FPÖ, comme l'AfD, a surfé sur la vague migratoire qui a vu 90.000 personnes demander l'asile dans le pays en 2015, soit plus de 1% de la population.
M. Hofer, un député affable et policé, militant au FPÖ depuis sa jeunesse, avait axé son discours sur le pouvoir d'achat, se gardant des dérapages ouvertement xénophobes qui avaient fait la marque de son parti par le passé.
Il a séduit la majorité des électeurs masculins (54%) et sans diplôme du second degré (58%). Le vote ouvrier est aussi très majoritairement allé vers son parti (71%).
M. Van der Bellen est pour sa part parvenu à séduire l'électorat jeune (56%) et les plus de 50 ans (51%). Ses électeurs ont été majoritairement motivés par la conviction qu'il était « le plus à même de représenter l'Autriche à l'étranger ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.