Le Nigéria décroche le premier ticket pour les huitièmes de finale    Taza. Première édition du festival national de la chanson marocaine    Les choses sérieuses commencent !    Auto Hall-DFSK. Un partenariat de fond    Trump avertit la Chine et critique l'Allemagne avant le G20    Inauguration à Kénitra de la première usine de Nexteer Automotive en Afrique    RAM digitalise son fret aérien avec Portnet    La MDJS certifiée par la World Lottery Association    CAN 2019 : les derniers jours d'Al Ahmadi avec les Lions de l'Atlas    Ell fait l'actu : Imane Ouaadil, nouvelle ambassadeur de SM le Roi auprès du Ghana    Elissa : «J'aimerais bien chanter en dialecte marocain»    Baccalauréat 2019 : La moisson exceptionnelle de Casablanca-Settat    Casablanca en quête d'un air plus frais    Lancement au siège de l'OCDE à Paris du 2e Programme Pays-Maroc    Le mal de maire!    Conférence à Bahreïn: Un plan économique pour les Palestiniens, qui le rejettent    L'Europe étouffe sous la canicule, qui va s'intensifier    Brésil: la Cour Suprême va réexaminer le dossier «Lula»    La liste des nouveaux ambassadeurs reçus par le roi    Nucléaire, Golfe : l'Iran semble jouer l'apaisement    Nissan prêt à revoir avec Renault la structure d'une alliance en danger    Renault rénove un établissement scolaire dans la région d'Essaouira    BMW transporteur officiel du Festival Mawazine    Un policier à Casablanca accusé de chantage, vol et adultère    Tanger-Med : Avortement d'une tentative de trafic de 270 kg de chira    MRE, loin des clichés    El Jadida : OCP organise dimanche la finale de son championnat de beach soccer    Les Comores expriment leur "soutien sans réserve" à l'initiative marocaine d'autonomie    Chambre des représentants : Adoption de trois conventions relatives à la ZLECAF et à l'accord de pêche durable Maroc-UE    Le Cameroun réussit son entrée, le Ghana chancelle    Youssef Amrani, nommé à Prétoria, « ready to work »…    Soulaliyates, Laftit veille au grain…    Mawazine 2019 : Elissa embrase Nahda    Royal Air Maroc en représentation au Caire, en marge de la CAN    Régionalisation avancée et mise en œuvre d'une stratégie visant la préservation de l'identité des MRE    YouTube pressé de mieux protéger les enfants    Divers    El Hadji Diouf Jouer la CAN en Egypte est une chance !    Jordan Ayew, la stagnation du prodige    La Côte d'Ivoire réussit son entrée en matière    Sommet des deux rives : Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée    S'énerver plus pour vivre plus    Très attendu par ses fans, Reda Taliani cartonne à Salé    Chellah à l'heure de la musique tzigane    "Toy Story 4" en tête du box-office    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    Démantèlement d'une cellule liée à Daesh composée de 4 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Raconte-moi Ibn Battouta », comparé au « Petit Prince » de Saint-Exupéry
Publié dans La Nouvelle Tribune le 30 - 10 - 2011

La Nouvelle Tribune : Vous venez de recevoir le Prix Grand Atlas pour votre dernier ouvrage, «Raconte-moi Ibn Battouta». Tout d'abord est-ce que vous vous attendiez à cette consécration ?
Mehdi de Graincourt : Se voir décerner le Prix Atlas est une magnifique consécration. Je vous confie que je n'y songeais pas, tant j'étais absorbé par mon travail d'écriture et de peinture. C'est un signe très fort qui m'est adressé par l'Ambassade de France.
Est-ce que vous pouvez nous donner un aperçu succinct sur le contenu de l'ouvrage ?
Le lecteur de tout âge va suivre la vie du grand voyageur marocain Ibn Battouta, depuis son premier pèlerinage à la Mecque, jusqu'en Chine puis en Afrique subsaharienne, de sa naissance en 1304 jusqu'à sa disparition en 1369. Ibn Battouta prend lui-même la parole. Sa voix est accompagnée de textes qui expliquent le contexte de l'époque.
Le livre a-t-il une vocation historique ou mystique ? Et à quel genre de lectorat s'adresse-t-il ?
« Raconte-moi Ibn Battouta » est surtout le récit des périples du grand voyageur tangérois. L'aspect mystique vient du fait que son premier voyage est motivé par son pèlerinage à la Mecque. Une fois devenu Haj, Ibn Battouta décide de poursuivre sa découverte du monde et d' « aller chercher la connaissance jusqu'en Chine » tel que l'Islam le recommande. Mystique aussi par l'écriture. La romancière Nadia Chafik, qui était membre du jury, a comparé ce livre au « Petit Prince » de Saint-Exupéry. C'est le plus beau des compliments...
Membre elle aussi du jury, Marie Desmeures, éditrice chez Actes Sud en France, m'a confié avoir beaucoup aimé l'ouvrage. Elle a découvert Ibn Battouta qu'elle ne connaissait pas et a donné le livre à lire à son fils de neuf ans. Cette biographie romancée s'adresse donc à tous.
Dans vos ouvrages, on retrouve souvent une forte présence de l'amour, que ce soit pour le Créateur, pour l'esthétisme, pour une contrée quelconque, … de quoi s'agit-il cette fois-ci ?
Ibn Battouta nous transmet son amour de la découverte, des contrées lointaines. Avec lui, au cours de ce voyage à la fois dans l'espace et le temps, le lecteur découvre que l'Islam est vécu différemment d'un pays à l'autre. Ainsi, le respect voué aux femmes dans la Turquie du XIVème siècle, la fabuleuse organisation administrative et les splendeurs de la Chine... Mais avant tout, il s'agit bien, vous l'avez compris, de l'amour de la vie, de la reconnaissance que nous devons tous au Créateur.
Enfin, l'entreprise d'écrire un livre, au delà du processus de création, est elle aisée, les maisons d'éditions suivent-elles, ou s'agit-il d'une aventure ?
La parution de chaque livre est un vrai miracle. « Raconte-moi Ibn Battouta » est le fruit de beaucoup de recherches historiques, ainsi que d'une collaboration fructueuse avec mon éditrice Amina Hachimi Alaoui. Sans le soutien de la Fondation BMCI, ce livre n'aurait pas pu voir le jour. Je tiens à remercier tout particulièrement M. Mourad Chérif, ainsi que M. Bruno Joubert, Ambassadeur de France au Maroc et le ministre Azouz Begag, Président du Jury, homme lumineux et charismatique. C'est grâce à leurs encouragements que de nombreux enfants, tant au Maroc qu'en Europe, pourront découvrir Ibn Battouta.
Entretien réalisé par


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.