Taghazout Bay: des hôtels épinglés pour infractions urbanistiques    La Tunisie dévoile son nouveau gouvernement    France: la ministre de la Santé a démissionné    Coupe Mohammed VI : Al Ismaily bat le Raja    Safi : 12 individus arrêtés pour hooliganisme en marge du match OCS-Ittihad Jeddah    Le classement des banques IVT les plus actives sur le marché des BDT    Mohammed VI félicite le président lituanien    Le RCA affronte l'égyptien Al Ismaïli pour la demi-finale de la Coupe arabe Mohammed VI    Zamalek Vs Espérance de Tunis avec un arbitre marocain    Béni Mellal : arrestation d'un mineur ayant gravement blessé un conducteur par jets de pierre    Le Roi Mohammed VI félicite le président lituanien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Japon : le nombre de cas atteints de coronavirus sur le paquebot Diamond Princess grimpe à 355    Des roquettes s'abattent près de l'ambassade américaine à Bagdad    On n'arrête plus Youssef El Arabi (vidéo)    De rupture en échec    Marché des changes (février): le dirham s'apprécie face à l'euro    Investissements : une mission d'affaires de Valence en prospection au Maroc, du 16 au 19 février    Algérie : une mobilisation populaire massive se prépare avant le 1er anniversaire du « Hirak »    Italie: le Sénat autorise le renvoi de Salvini devant la justice…    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'Olympic de Safi quitte la compétition    Pourquoi Ziyech est parfait pour Chelsea?    SM le Roi lance la nouvelle stratégie de développement agricole et forestier    Raviver le potentiel du Souss Massa!    Faiblesse du taux de la production éditoriale marocaine en langue amazighe!    Botola Pro D1 : Le Wydad tombe à domicile, Berkane se contente du nul    Météo: les températures prévues au Maroc ce dimanche (villes)    Rabat nommée capitale africaine de la culture    Voici le temps qu'il fera ce dimanche    Le Maroc isole le polisario sur les scènes africaine et internationale    Météo: le temps qu'il fera ce dimanche au Maroc    Tunisie: Ennahdha a pris une décision    Casablanca: Ramid a pris la parole au SIEL    Afrique : Rabat désignée capitale africaine de la culture    Kristalina Georgieva: «Le Maroc doit maintenir l'effort de réforme»    Coronavirus: premier décès en France    Le Lac des Cygnes, un monument de danse classique à Rabat    La Cour européenne des droits de l'Homme disculpe Madrid    Fès intègre le réseau mondial des villes les plus engagées contre le sida    Divers    Mohamed Benabdelkader : La communication publique, une exigence démocratique et un impératif de bonne gestion    Driss Lachguar en visite au SIEL    Jennifer Lopez: La renaissance d'une icône    Sharon Stone évoque son expérience avec les sites de rencontres    Britney Spears en danger ?    Dans son nouveau recueil : La nouvelle, tout un art chez Abdellah Baïda    L'IRCAM et l'Académie de la langue arabe absorbée par le CNLCM    SIEL 2020 : Le CESE présente son rapport sur la promotion de la lecture au Maroc    Salvini, le chef de l'extrême droite italienne, touché mais pas coulé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Raconte-moi Ibn Battouta », comparé au « Petit Prince » de Saint-Exupéry
Publié dans La Nouvelle Tribune le 30 - 10 - 2011

La Nouvelle Tribune : Vous venez de recevoir le Prix Grand Atlas pour votre dernier ouvrage, «Raconte-moi Ibn Battouta». Tout d'abord est-ce que vous vous attendiez à cette consécration ?
Mehdi de Graincourt : Se voir décerner le Prix Atlas est une magnifique consécration. Je vous confie que je n'y songeais pas, tant j'étais absorbé par mon travail d'écriture et de peinture. C'est un signe très fort qui m'est adressé par l'Ambassade de France.
Est-ce que vous pouvez nous donner un aperçu succinct sur le contenu de l'ouvrage ?
Le lecteur de tout âge va suivre la vie du grand voyageur marocain Ibn Battouta, depuis son premier pèlerinage à la Mecque, jusqu'en Chine puis en Afrique subsaharienne, de sa naissance en 1304 jusqu'à sa disparition en 1369. Ibn Battouta prend lui-même la parole. Sa voix est accompagnée de textes qui expliquent le contexte de l'époque.
Le livre a-t-il une vocation historique ou mystique ? Et à quel genre de lectorat s'adresse-t-il ?
« Raconte-moi Ibn Battouta » est surtout le récit des périples du grand voyageur tangérois. L'aspect mystique vient du fait que son premier voyage est motivé par son pèlerinage à la Mecque. Une fois devenu Haj, Ibn Battouta décide de poursuivre sa découverte du monde et d' « aller chercher la connaissance jusqu'en Chine » tel que l'Islam le recommande. Mystique aussi par l'écriture. La romancière Nadia Chafik, qui était membre du jury, a comparé ce livre au « Petit Prince » de Saint-Exupéry. C'est le plus beau des compliments...
Membre elle aussi du jury, Marie Desmeures, éditrice chez Actes Sud en France, m'a confié avoir beaucoup aimé l'ouvrage. Elle a découvert Ibn Battouta qu'elle ne connaissait pas et a donné le livre à lire à son fils de neuf ans. Cette biographie romancée s'adresse donc à tous.
Dans vos ouvrages, on retrouve souvent une forte présence de l'amour, que ce soit pour le Créateur, pour l'esthétisme, pour une contrée quelconque, … de quoi s'agit-il cette fois-ci ?
Ibn Battouta nous transmet son amour de la découverte, des contrées lointaines. Avec lui, au cours de ce voyage à la fois dans l'espace et le temps, le lecteur découvre que l'Islam est vécu différemment d'un pays à l'autre. Ainsi, le respect voué aux femmes dans la Turquie du XIVème siècle, la fabuleuse organisation administrative et les splendeurs de la Chine... Mais avant tout, il s'agit bien, vous l'avez compris, de l'amour de la vie, de la reconnaissance que nous devons tous au Créateur.
Enfin, l'entreprise d'écrire un livre, au delà du processus de création, est elle aisée, les maisons d'éditions suivent-elles, ou s'agit-il d'une aventure ?
La parution de chaque livre est un vrai miracle. « Raconte-moi Ibn Battouta » est le fruit de beaucoup de recherches historiques, ainsi que d'une collaboration fructueuse avec mon éditrice Amina Hachimi Alaoui. Sans le soutien de la Fondation BMCI, ce livre n'aurait pas pu voir le jour. Je tiens à remercier tout particulièrement M. Mourad Chérif, ainsi que M. Bruno Joubert, Ambassadeur de France au Maroc et le ministre Azouz Begag, Président du Jury, homme lumineux et charismatique. C'est grâce à leurs encouragements que de nombreux enfants, tant au Maroc qu'en Europe, pourront découvrir Ibn Battouta.
Entretien réalisé par


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.