Il fait l'actu : Rachid Aouzal, nouveau DG de National Aviation Services Maroc    Paris : Les MRE victimes d'escroquerie immobilière manifestent au « SMAP IMMO »    Le Maroc et la France renforcent leur coopération en matière d'aviation civile    La Gendarmerie royale et la Guardia Civil se réunissent à Agadir    Le 8ème congrès national de la JS reporté à la mi-septembre    Benabdallah: Elire une nouvelle direction capable de dépasser les dysfonctionnements    Maroc Telecom: les détails de l'OPV    Objectif Downing Street : Qui face à Boris Johnson ?    Un panneau publicitaire blesse grièvement un homme à Casablanca…    Le marché de l'art sur la voie de la digitalisation    Nouveau clip : Abdelbasset Mriqi lance «Bogossa»    Remise des prix aux lauréats Marocains du concours national de la langue russe    Couverture sanitaire universelle : Un droit fondamental    Accréditation : London Academy Casablanca homologuée    Le Meeting International Mohammed VI d'athlétisme tient ses promesses    L'équipe du Maroc s'incline pour la seconde fois    Zahira Tigtate: Sa conception exemplaire d'art et de créativité    Une cellule liée à EI démantelée à Tétouan    Brésil: Bolsonaro face à la grogne populaire…    Voiture électrique. La ministre El Ouafi donne l'exemple    Production. L'industrie en convalescence    Finances publiques. Les recettes grimpent et dépenses stagnent    Hilale: Pas de solution à la question du Sahara en dehors de la souveraineté du Maroc    Les schémas de guerre    Port de Casablanca : L'ANP renforce le contrôle des marchandises    Le Maroc prend part aux Journées MENA-OCDE à Tunis    Pour l'amour du ballon rond ?    Boxe. La sélection nationale s'échauffe à Cuba    Forte participation marocaine au Salon international de l'aéronautique du Bourget    Le musée de la publicité inauguré à Rabat    Sublime Marcel Khalifé !    Edito : Inquiétant !    News    Rapport final de la XXVIIème Assemblée régionale Afrique de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie    Driss Lachguar s'entretient avec Vo Van Thuong, membre dirigeant du Parti communiste vietnamien    Le Maroc et le Portugal souhaitent consolider davantage la coopération énergétique bilatérale    Les lipides laitiers contribueraient à réduire le risque cardiovasculaire    Au menu, 5 grammes de plastique par semaine    Formation à Laâyoune sur l'intégration de la dimension handicap dans les programmes régionaux de développement    Mouvement des étudiants grévistes en médecine et en pharmacie    Insolite : Taper sur Trump ?    Présidentielle en Mauritanie : De joyeuses soirées sous la tente rythment la campagne    "Sarriverderci" Chelsea, Sarri à la Juventus    Patrice Bommel : Préserver d'abord le groupe    Prisme tactique : Le milieu de terrain, symbole de tous les maux    Réforme de l'administration publique : Le droit et le "new public management"    Ces tournages qui ont tourné au drame    La richesse du patrimoine culturel sahraoui au cœur du carnaval de Tan Tan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pyongyang tire une salve de missiles, trois tombent près du Japon
Publié dans La Nouvelle Tribune le 06 - 03 - 2017

La Corée du Nord a tiré lundi une salve de quatre missiles balistiques, dont trois ont fini leur course près du Japon, une « provocation » intolérable pour Tokyo et un nouveau défi pour le président américain Donald Trump.
Ces tirs sont-ils une réponse aux exercices militaires annuels conjoints entamés par Séoul et Washington la semaine dernière, manoeuvres qui ne manquent jamais de provoquer la colère d'un régime doté de l'arme nucléaire ? Pyongyang avait en tout cas menacé ses ennemis de représailles « sans merci ».
Le Nord ambitionne de mettre au point un missile intercontinental balistique (ICBM) capable de porter le feu nucléaire sur le continent américain, mais Donald Trump a promis que cela ne se produirait pas.
D'après Séoul, Pyongyang a tiré quatre missiles en mer Orientale (mer du Japon).
Les engins ont parcouru un millier de kilomètres, atteignant une altitude de 260 kilomètres, a indiqué un porte-parole de l'état-major interarmées sud-coréen, jugeant improbable qu'il s'agisse d'ICBM.
Les condamnations, dans la région et ailleurs, n'ont pas tardé.
Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a déclaré que trois missiles étaient tombés dans la zone économique exclusive (ZEE) du Japon, qui s'étend jusqu'à 200 milles nautiques (370 kilomètres) de ses côtes.
Si le Nord multiplie les tirs de missiles, c'est seulement la seconde fois que ses engins s'abîment dans la ZEE japonaise.
– ‘Conséquences épouvantables' –
« Les tirs répétés de la Corée du Nord sont un acte de provocation pour notre sécurité », a déclaré M. Abe, parlant de « nouveau degré de menace ». « Nous ne pouvons en aucun cas tolérer cela ».
A Séoul, le président par intérim Hwang Kyo-Ahn a également jugé que les provocations nord-coréennes représentaient « une menace immédiate et réelle ».
« Considérant la brutalité et l'imprudence témoignées par les dirigeants de la Corée du Nord avec le meurtre de Kim Jong-Nam, les conséquences de la détention de l'arme nucléaire par le Nord seront épouvantables et inimaginables », a dit M. Hwang.
Séoul accuse Pyongyang d'avoir orchestré l'assassinat du demi-frère de Kim Jong-Un, empoisonné le 13 février à l'aéroport de Kuala Lumpur par un puissant agent neurotoxique.
M. Hwang a appelé au déploiement « rapide » du bouclier antimissile américain THAAD, projet annoncé l'année dernière par Séoul et Washington et qui suscite la colère de Pékin.
A Washington, le département d'Etat a « condamné fermement » ces lancements, promettant d'utiliser « toute la gamme » possible de moyens « contre cette menace croissante ».
Le nouveau secrétaire d'Etat Rex Tillerson doit se rendre prochainement au Japon, en Chine et en Corée du Sud. Pyongyang « tente de faire savoir dès le début du mandat de Trump que la Corée du Nord ne sera pas malmenée par son administration », estime Kim Yong-Hyun, de l'Université Dongguk.
Les résolutions de l'ONU interdisent au Nord tout programme nucléaire ou balistique. Mais six volées de sanctions n'ont pas persuadé Pyongyang d'abandonner ses ambitions militaires.
– ‘Gros, gros problème' –
Il y a trois ans, l'ancien président Barack Obama avait ordonné au Pentagone de multiplier les cyber-attaques contre la Corée du Nord pour tenter de saboter ses tirs de missiles, avant ou pendant le lancement, a rapporté le New York Times ce week-end. Plusieurs tests ont échoué peu après le lancement.
Les derniers engins tirés ne sont probablement pas nouveaux, a estimé Kim Dong-Yup, analyste à l'Université Kyungnam. « S'ils testaient des nouveaux missiles, ils n'en tireraient pas quatre d'un coup. Il est très vraisemblable qu'ils aient tiré un engin existant en représailles aux exercices américano-coréens ».
Donald Trump avait parlé de la Corée du Nord comme d'un « gros, gros problème », promettant de lui répondre « fortement ».
La Corée du Sud et les Etats-Unis ont lancé mercredi dernier leurs manoeuvres militaires conjointes annuelles, perçues par Pyongyang comme la répétition générale d'une invasion de son territoire. Séoul comme Washington assurent qu'ils sont purement défensifs.
A peine l'exercice Foal Eagle était-il sur les rails que l'armée nord-coréenne avait menacé les forces ennemies de « contre-mesures nucléaires sans merci ».
L'année dernière, le Nord avait tiré sept missiles en signe de protestation contre ces exercices.
Le mois dernier, la Chine, principal allié et protecteur diplomatique de Pyongyang, a annoncé qu'elle cesserait d'importer du charbon de Corée du Nord jusqu'à la fin 2017, privant ainsi son alliée d'une source cruciale de devises.
Pékin a déclaré rester opposé aux tirs de missiles de son allié mais s'est également dit préoccupé par les exercices militaires conjoints, appelant les parties « à la retenue ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.