Allam succède à Chaouki    Ouverture prochaine d'un consulat général de Gambie à Dakhla    S.M le Roi procède à la désignation des membres de la Commission spéciale sur le modèle de développement    RAM rejoint l'Alliance Oneworld en mars prochain    WAC-ASFAR, match phare de la mise à jour    L'intelligence artificielle, entre opportunité et menace pour la santé    Un grand pas dans le projet national pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel    La musique gnaoua, entre rituel africain et culte des saints vénérés au Maroc    André Azoulay: Il s'agit d'une consécration de l'engagement pionnier d'Essaouira    La CGEM veut améliorer la performance environnementale des PME    Le vivarium du jardin zoologique de Rabat désormais ouvert au public    Egypte-Algérie: Un président controversé en félicite un autre    L'emprunt obligataire AWB visé par l'AMMC    Les Algériens ne veulent pas Tebboune    Marrakech. Arrestation d'un homme pour possession et trafic de drogue    Football: Qui sont les joueurs africains les mieux payés?    Algérie : Abdelmadjid Tebboune, nouveau président    Les Jugements sont exécutoires    Participation massive au championnat du Maroc de lutte    Vidéo Commune de Dar Bouazza : Abattus comme des chiens…    Quelque 5.000 participants attendus au "10 km de M'diq"    Et de 6 pour Lydec qui se voit décrocher le « Top Performer RSE » !    Présidentielles algériennes : Abdelmadjid Tebboune vainqueur selon les résultats préliminaires    Le PPS au Parlement    Karim El Aynaoui : « Atlantic Dialogues », une invitation à formuler des réponses urgentes aux grands défis communs »    Les 100 femmes les plus puissantes du monde, selon Forbes    Prison locale de Bouizakarne : Journée sportive pour les détenus mineurs    Asilah : 12 millions de dirhams pour réhabiliter et fermer l'actuelle décharge publique    Nouvelle défaite cruelle de l'OCK    Eliminatoires Mondial-2022 : La date du tirage au sort fixée    PLF2020: L'article de la discorde    La France et Maroc tiennent leur forum interparlementaire    Twitter rêve de réseaux sociaux plus ouverts et de conversations en ligne moins énervées    Les Guinéens contre le 3ème mandat d'Alpha Condé…    Habib Sidinou, un président sobre et altruiste    Iberia annonce une ligne Madrid-Fès pour l'été 2020    Espagne: Les 3 footballeurs accusés de viol écopent de 38 ans de prison chacuns    Destitution: le vote préliminaire sur le renvoi de Trump en procès reporté à vendredi    Présidé par SM le Roi : Adoption de plusieurs textes en Conseil des ministres    Neutralité carbone en 2050: l'UE s'engage, mais sans la Pologne    Fares appelle à l'élaboration de rapports et études annuels sur la détention préventive    Une première, deux conventions collectives dans l'enseignement privé    Académie française: Abdeljalil Lahjomri reçoit le Grand Prix de la francophonie    G-B : La Livre sterling s'envole après la victoire des Tories    Expo: La symphonie en bleu de Saâd Hassani    Festival du film de Marrakech: Moins de glamour et plus de cinéma    Un colloque pour débattre du rôle de la darija    La Fédération de rugby minée par une crise sans précédent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pyongyang tire une salve de missiles, trois tombent près du Japon
Publié dans La Nouvelle Tribune le 06 - 03 - 2017

La Corée du Nord a tiré lundi une salve de quatre missiles balistiques, dont trois ont fini leur course près du Japon, une « provocation » intolérable pour Tokyo et un nouveau défi pour le président américain Donald Trump.
Ces tirs sont-ils une réponse aux exercices militaires annuels conjoints entamés par Séoul et Washington la semaine dernière, manoeuvres qui ne manquent jamais de provoquer la colère d'un régime doté de l'arme nucléaire ? Pyongyang avait en tout cas menacé ses ennemis de représailles « sans merci ».
Le Nord ambitionne de mettre au point un missile intercontinental balistique (ICBM) capable de porter le feu nucléaire sur le continent américain, mais Donald Trump a promis que cela ne se produirait pas.
D'après Séoul, Pyongyang a tiré quatre missiles en mer Orientale (mer du Japon).
Les engins ont parcouru un millier de kilomètres, atteignant une altitude de 260 kilomètres, a indiqué un porte-parole de l'état-major interarmées sud-coréen, jugeant improbable qu'il s'agisse d'ICBM.
Les condamnations, dans la région et ailleurs, n'ont pas tardé.
Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a déclaré que trois missiles étaient tombés dans la zone économique exclusive (ZEE) du Japon, qui s'étend jusqu'à 200 milles nautiques (370 kilomètres) de ses côtes.
Si le Nord multiplie les tirs de missiles, c'est seulement la seconde fois que ses engins s'abîment dans la ZEE japonaise.
– ‘Conséquences épouvantables' –
« Les tirs répétés de la Corée du Nord sont un acte de provocation pour notre sécurité », a déclaré M. Abe, parlant de « nouveau degré de menace ». « Nous ne pouvons en aucun cas tolérer cela ».
A Séoul, le président par intérim Hwang Kyo-Ahn a également jugé que les provocations nord-coréennes représentaient « une menace immédiate et réelle ».
« Considérant la brutalité et l'imprudence témoignées par les dirigeants de la Corée du Nord avec le meurtre de Kim Jong-Nam, les conséquences de la détention de l'arme nucléaire par le Nord seront épouvantables et inimaginables », a dit M. Hwang.
Séoul accuse Pyongyang d'avoir orchestré l'assassinat du demi-frère de Kim Jong-Un, empoisonné le 13 février à l'aéroport de Kuala Lumpur par un puissant agent neurotoxique.
M. Hwang a appelé au déploiement « rapide » du bouclier antimissile américain THAAD, projet annoncé l'année dernière par Séoul et Washington et qui suscite la colère de Pékin.
A Washington, le département d'Etat a « condamné fermement » ces lancements, promettant d'utiliser « toute la gamme » possible de moyens « contre cette menace croissante ».
Le nouveau secrétaire d'Etat Rex Tillerson doit se rendre prochainement au Japon, en Chine et en Corée du Sud. Pyongyang « tente de faire savoir dès le début du mandat de Trump que la Corée du Nord ne sera pas malmenée par son administration », estime Kim Yong-Hyun, de l'Université Dongguk.
Les résolutions de l'ONU interdisent au Nord tout programme nucléaire ou balistique. Mais six volées de sanctions n'ont pas persuadé Pyongyang d'abandonner ses ambitions militaires.
– ‘Gros, gros problème' –
Il y a trois ans, l'ancien président Barack Obama avait ordonné au Pentagone de multiplier les cyber-attaques contre la Corée du Nord pour tenter de saboter ses tirs de missiles, avant ou pendant le lancement, a rapporté le New York Times ce week-end. Plusieurs tests ont échoué peu après le lancement.
Les derniers engins tirés ne sont probablement pas nouveaux, a estimé Kim Dong-Yup, analyste à l'Université Kyungnam. « S'ils testaient des nouveaux missiles, ils n'en tireraient pas quatre d'un coup. Il est très vraisemblable qu'ils aient tiré un engin existant en représailles aux exercices américano-coréens ».
Donald Trump avait parlé de la Corée du Nord comme d'un « gros, gros problème », promettant de lui répondre « fortement ».
La Corée du Sud et les Etats-Unis ont lancé mercredi dernier leurs manoeuvres militaires conjointes annuelles, perçues par Pyongyang comme la répétition générale d'une invasion de son territoire. Séoul comme Washington assurent qu'ils sont purement défensifs.
A peine l'exercice Foal Eagle était-il sur les rails que l'armée nord-coréenne avait menacé les forces ennemies de « contre-mesures nucléaires sans merci ».
L'année dernière, le Nord avait tiré sept missiles en signe de protestation contre ces exercices.
Le mois dernier, la Chine, principal allié et protecteur diplomatique de Pyongyang, a annoncé qu'elle cesserait d'importer du charbon de Corée du Nord jusqu'à la fin 2017, privant ainsi son alliée d'une source cruciale de devises.
Pékin a déclaré rester opposé aux tirs de missiles de son allié mais s'est également dit préoccupé par les exercices militaires conjoints, appelant les parties « à la retenue ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.