Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc adopte une norme internationale anti-corruption
Publié dans La Nouvelle Tribune le 01 - 06 - 2017

La commission nationale de normalisation des systèmes de management, relevant de l'Institut Marocain de Normalisation (IMANOR), a adopté en tant que norme marocaine, la norme internationale ISO 37001 relative au système de management anti-corruption.
Selon un communiqué de l'IMANOR, cette norme, adoptée lors d'une réunion de la commission, le 10 mai 2017 en présence d'une quarantaine d'opérateurs publics et privés, s'inscrit dans le cadre de la loi 12-06 relative à la normalisation, à la certification et à l'accréditation. « L'adoption de la norme ISO 37001 en tant que norme marocaine fournit à l'entreprise marocaine un outil reconnu à l'échelle internationale, lui permettant de démontrer ses efforts dans la lutte contre la corruption, de mieux s'enquérir des bonnes pratiques internationales en la matière, de promouvoir des bonnes pratiques dans sa chaîne de valeur et de se préparer à d'éventuelles exigences en la matière au niveau de ses marchés actuels et potentiels », a indiqué le communiqué.
En effet, il est probable que certains pays ou organisations utilisent cette norme comme obstacle technique au commerce et demandent à leurs fournisseurs et prestataires d'être certifiés ISO 37001, a averti IMANOR qui a suivi les différentes étapes du processus d'élaboration de cette norme, dans le cadre d'une commission de normalisation nationale regroupant l'ensemble des parties concernées.
L'institut a ainsi accéléré le processus d'adoption de cette norme et œuvre, en collaboration avec ses partenaires publics et privés, pour la mise en place d'une offre nationale de formation et de certification à la norme ISO 37001, accessible à toutes les catégories d'entreprises, afin de leur permettre d'atteindre la conformité à cette norme et d'en apporter la preuve dans des conditions favorables.
Publiée par l'Organisation internationale de Normalisation (ISO) en octobre 2016, cette norme renforce davantage l'arsenal normatif international relatif à la responsabilité sociétale des organisations et au développement durable. Elle couvre toutes les formes de corruption de ou par un organisme, son personnel ou ses partenaires commerciaux, et a pour objectif d'aider ce denier à lutter contre la corruption et promouvoir une culture d'entreprise éthique. L'ISO 37001:2016 spécifie les exigences pour un système de management de l'anti-corruption articulé autour d'une politique de lutte contre la corruption, une démarche d'évaluation des risques de corruption, les moyens de contrôle financiers et commerciaux, ainsi que la mise en œuvre de procédures de pilotage, d'enquête et d'audits, afin de permettre à toute organisation intéressée de disposer d'un cadre d'action lui permettant de prévenir, détecter et traiter les risques de corruption.
S'inspirant des meilleurs standards et dispositifs européens et internationaux dans la lutte contre la corruption, cette norme est en large cohérence avec les principes énoncés dans les législations applicables dans certains pays et qui créent pour les entreprises, une obligation de vigilance contre les risques de corruption et leur exigent d'établir une cartographie des risques, actualisée et destinée à identifier, analyser et hiérarchiser les risques d'exposition à la corruption.
La norme ISO 37001, qui demande davantage de formalisme, a vocation à récompenser des entreprises avec de bonnes pratiques, en leur donnant la possibilité d'accéder à la certification, rassurant ainsi les autorités, leurs partenaires locaux et étrangers et la société d'une manière générale de la loyauté de leurs pratiques dans le cadre de leur sphère d'influence.
En effet, parmi les grandes entreprises qui travaillent à l'international, beaucoup ont déjà mis en place des dispositifs internes de lutte contre la corruption et commencent à l'afficher après l'avènement de la norme ISO37001 à travers la certification par rapport à cette dernière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.