Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le HCR accuse l'Australie de renier un accord sur les réfugiés
Publié dans La Nouvelle Tribune le 24 - 07 - 2017

Le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) a accusé lundi l'Australie de renier un accord qui visait à trouver une solution au problème des réfugiés relégués par les autorités autraliennes dans des camps offshore.
Le HCR a expliqué qu'il avait accepté en novembre d'aider à organiser le transfert aux Etats-Unis de certains de ces détenus à la condition que Canberra accepte de laisser entrer sur son territoire des demandeurs d'asile ayant des attaches en Australie.
« Nous avions accepté à la condition claire que des réfugiés vulnérables ayant des membres de leurs familles en Australie seraient au final autorisés à s'y installer », a déclaré dans un communiqué le Haut-commissaire Filippo Grandi.
« Le HCR a été récemment informé par l'Australie qu'elle refusait même ces réfugiés. »
Selon l'organisation, les autorités ont fait savoir à ces réfugiés relégués dans les camps de rétention de l'île de Manus, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, et de Nauru, minuscule île du Pacifique, que leurs seules options étaient soit de rester où ils étaient, soit de partir au Cambodge ou aux Etats-Unis.
Au nom de la lutte contre les gangs de passeurs et de la nécessité de dissuader les migrants tentant la périlleuse traversée vers l'Australie, Canberra repousse systématiquement en mer les bateaux tentant de gagner illégalement ses côtes.
Les migrants qui y parviennent – originaires principalement d'Afghanistan, du Sri Lanka ou du Proche-Orient – sont relégués pour des durées indéterminées dans des camps reculés.
Même si leur demande d'asile est jugée fondée, ils ne sont pas autorisés à s'installer sur le sol australien, une position qui a été réaffirmée lundi par le ministère de l'Immigration.
« La position du gouvernement de coalition est claire et constante: ceux qui sont transférés dans un Centre régional de traitement ne s'installeront jamais en Australie », a dit un porte-parole.
Ce qu'avait aussi réaffirmé dimanche le ministre de l'Immigration Peter Dutton: « Non, les gens ne viendront jamais en Australie. Je l'ai dit constamment, comme le Premier ministre, comme en son temps le Premier ministre (Tony) Abbott. »
Les organisations de défense des droits de l'homme ont multiplié les rapports pour dénoncer les conditions de détention dans les camps offshore et le « désespoir absolu » de leurs occupants. Canberra maintient un blackout sur ce qu'il s'y passe et sur ses opérations maritimes.
Le Premier ministre Malcolm Turnbull avait conclu l'an dernier un accord « exceptionnel » avec Barack Obama pour la réinstallation aux Etats-Unis d'un certain nombre de demandeurs d'asile.
Fustigeant un « accord stupide », Donald Trump avait néanmoins indiqué que son administration le respecterait. Mais on ignore combien de réfugiés pourront partir aux Etats-Unis.
On dénombre plus d'un millier de personnes dans les camps australiens offshore.
« Pour éviter que leur calvaire ne dure, le HCR n'a d'autre choix que de soutenir la réinstallation de tous les réfugiés de Papouasie-Nouvelle-Guinée et de Nauru aux Etats-Unis, même ceux qui ont de la famille proche en Australie », a indiqué l'ONU.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.