Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Baisser les impôts et élargir l'assiette, un vrai casse-tête    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Fès à l'heure du 2ème Salon régional de l'économie sociale et solidaire    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    De Zemamra à Azemmour    Khalid Naciri au Forum de la MAP    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Après le fiasco d'Hanoi, Kim ravive les « liens historiques » avec Moscou    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le HCR accuse l'Australie de renier un accord sur les réfugiés
Publié dans La Nouvelle Tribune le 24 - 07 - 2017

Le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) a accusé lundi l'Australie de renier un accord qui visait à trouver une solution au problème des réfugiés relégués par les autorités autraliennes dans des camps offshore.
Le HCR a expliqué qu'il avait accepté en novembre d'aider à organiser le transfert aux Etats-Unis de certains de ces détenus à la condition que Canberra accepte de laisser entrer sur son territoire des demandeurs d'asile ayant des attaches en Australie.
« Nous avions accepté à la condition claire que des réfugiés vulnérables ayant des membres de leurs familles en Australie seraient au final autorisés à s'y installer », a déclaré dans un communiqué le Haut-commissaire Filippo Grandi.
« Le HCR a été récemment informé par l'Australie qu'elle refusait même ces réfugiés. »
Selon l'organisation, les autorités ont fait savoir à ces réfugiés relégués dans les camps de rétention de l'île de Manus, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, et de Nauru, minuscule île du Pacifique, que leurs seules options étaient soit de rester où ils étaient, soit de partir au Cambodge ou aux Etats-Unis.
Au nom de la lutte contre les gangs de passeurs et de la nécessité de dissuader les migrants tentant la périlleuse traversée vers l'Australie, Canberra repousse systématiquement en mer les bateaux tentant de gagner illégalement ses côtes.
Les migrants qui y parviennent – originaires principalement d'Afghanistan, du Sri Lanka ou du Proche-Orient – sont relégués pour des durées indéterminées dans des camps reculés.
Même si leur demande d'asile est jugée fondée, ils ne sont pas autorisés à s'installer sur le sol australien, une position qui a été réaffirmée lundi par le ministère de l'Immigration.
« La position du gouvernement de coalition est claire et constante: ceux qui sont transférés dans un Centre régional de traitement ne s'installeront jamais en Australie », a dit un porte-parole.
Ce qu'avait aussi réaffirmé dimanche le ministre de l'Immigration Peter Dutton: « Non, les gens ne viendront jamais en Australie. Je l'ai dit constamment, comme le Premier ministre, comme en son temps le Premier ministre (Tony) Abbott. »
Les organisations de défense des droits de l'homme ont multiplié les rapports pour dénoncer les conditions de détention dans les camps offshore et le « désespoir absolu » de leurs occupants. Canberra maintient un blackout sur ce qu'il s'y passe et sur ses opérations maritimes.
Le Premier ministre Malcolm Turnbull avait conclu l'an dernier un accord « exceptionnel » avec Barack Obama pour la réinstallation aux Etats-Unis d'un certain nombre de demandeurs d'asile.
Fustigeant un « accord stupide », Donald Trump avait néanmoins indiqué que son administration le respecterait. Mais on ignore combien de réfugiés pourront partir aux Etats-Unis.
On dénombre plus d'un millier de personnes dans les camps australiens offshore.
« Pour éviter que leur calvaire ne dure, le HCR n'a d'autre choix que de soutenir la réinstallation de tous les réfugiés de Papouasie-Nouvelle-Guinée et de Nauru aux Etats-Unis, même ceux qui ont de la famille proche en Australie », a indiqué l'ONU.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.