Drone abattu par l'Iran : La version de Trump    Energies renouvelables : Rabbah promeut les financement alternatifs    Conjoncture : La DEPF sur le même trend que le HCP, BOF!    CAN 2019 : la CAF placée sous tutelle de la Fifa    Larache. Un Français arrêté pour trafic de drogue et de psychotropes    Les parents des étudiants en médecine du privé dénoncent la discrimination et le populisme    La CAF prévoit deux pauses fraîcheur entre les mi-temps    Exposition sur Eugène Delacroix à Rabat, une première dans le monde arabe et en Afrique    Musiques sacrées. Le festival bat son plein    L'Iran dit avoir abattu un drone américain et parle de « ligne rouge »    Jeux Africains de Plage : le Maroc bat l'Algérie au beach-soccer    Arts martiaux : Marrakech abritera le Championnat du monde professionnel de muay thai    Accueil en fanfare pour le président chinois en Corée du Nord    Objectif Downing Street : Place aux deux finalistes    Kenzi Tower Hôtel: Restaurant Sens, une carte joliment revisitée    Une nouvelle stratégie de financement de la santé s'impose    TE Connectivity inaugure sa deuxième usine de production au Maroc    L'OPM célèbre la fête de la musique aux rythmes de compositions dansantes    Jazzablanca : 80% des festivaliers ont un accès gratuit    L'exposition «Mains de lumière» éblouit des étudiants et chercheurs    Le temps est ainsi fait    Sécurité et développement en Afrique. Comment le continent peut se prendre en main    Rabat. EBM lance ses programmes préparatoires pour les tests d'admissions    Sahara marocain à l'ONU: L'initiative marocaine fortement soutenue    Marquage fiscal .L'ADII lance un appel d'offres    Journée mondiale des réfugiés    Déconcentration administrative : La Commission interministérielle fait le point    Les Lions de l'Atlas en Egypte pour un deuxième exploit    Inscriptions au doctorat. L'UM5R annonce une baisse des frais pour les fonctionnaires    Les stocks de sardinelles et de chinchards surexploités    Benslimane : 4 personnes périssent dans un accident de la route    Le Centre international Hassan II de formation à l'environnement voit le jour à Salé    Le peuple marocain célèbre ce jeudi le 49ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    L'escalade des tensions dans le Golfe inquiète    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Dormir devant la télévision fait grossir    Bulletin de la CAN    Bouillon de culture    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Habib El Malki en visite à Dublin    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Casablanca : On change d'éboueurs… pour le meilleur ?
Publié dans La Nouvelle Tribune le 14 - 09 - 2017

La situation connait « une détérioration notable à cause de profonds dysfonctionnements au niveau de la gestion des déchets ménagers et du non respect des engagements pris par SITA », a déclaré à la MAP Mohamed Haddadi, l'adjoint au maire de Casablanca, à la veille de la tenue d'une session extraordinaire du conseil de la ville consacrée au vote de la résiliation du contrat de la filiale du groupe français Suez Environnement, vendredi dernier.
L'option de résiliation du contrat de la gestion déléguée des déchets ménagers avec la société « SITA Blanca » est dictée par « la nécessité de mettre fin à la dégradation de la propreté » à Casablanca, a affirmé l'adjoint au maire de Casablanca chargé de ce secteur, Mohamed Haddadi.
Haddadi a considéré comme « irrationnel » de vouloir convaincre les habitants de Casablanca et leurs élus de l'augmentation du budget de 300 millions de dirhams alloué annuellement à « SITA », sous prétexte que cette somme somme est « insuffisante » après les pertes essuyées par la société française, estimées à 130 millions de dirhams en trois ans de gestion.
Plus de 200 infractions sont relevées quotidiennement à cause du non respect du cahier des charges, en plus de la persistance de « points noirs » dans un nombre d'arrondissement et l'absence ou l'insuffisance de conteneurs à déchets, a-t-il expliqué.
Le Conseil de la ville formule d'autres griefs concernant les manquements au sujet du marché de gros, le renouvellement des camions-bennes et « le refus de coopérer » avec l'autorité délégante. Les pénalités infligées à la société SITA à cause de ces négligences « n'ont fait qu'accentuer les pertes matérielles dont elle se plaignait », a-t-il regretté, notant le montant desdites pénalités a atteint, de janvier à août dernier, 30 millions de dirhams, « un montant qu'il faut, certes, déduire du budget qui lui est destiné ».
La société française a été pourtant contactée, à maintes reprises, par l'actuel Conseil de ville et son prédécesseur afin d'attirer son attention sur la détérioration de la propreté dans la ville, a-t-il fait savoir, soulignant qu'à défaut d'un compromis, il sera procédé à la résiliation du contrat avec SITA qui assume « la responsabilité de ses ennuis financiers ainsi que les problèmes de propreté dans les neuf arrondissements dont elle a la charge ».
Au cas où le Conseil décide de résilier le contrat de SITA, qui court encore jusqu'en 2021, il envisage selon des sources concordantes de confier provisoirement ce service à la SDL Casa Prestations en attendant le lancement d'un nouvel appel d'offres.
Au moment de la signature de ce contrat en 2014, la société s'était engagée à investir plus de 240 millions de dirhams notamment pour l'acquisition de 109 véhicules de collecte et 28 autres de nettoiement répondant aux normes les plus exigeantes en termes de sécurité et d'environnement.
Casa Prestations avait, elle aussi, élaboré un rapport décriant les conditions de propreté dans la métropole, jetant l'entière responsabilité sur la société française.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.