Casablanca : Le groupe Akdital ouvre deux nouveaux établissements de santé    HCP : la confiance des ménages poursuit sa tendance baissière    Une nouvelle banque dans le giron de la BCP    Brexit : Les principaux points d'accord entre Londres et Bruxelles    L'ancien SG du FLN Amar Saâdani affirme la marocanité du Sahara    Salon du cheval. El Jadida à l'heure de la fantasia    FIFM: Tilda Swinton, Présidente du jury de la 18e édition    Aéroport Hassan 1er de Laâyoune : Le trafic aérien grimpe de 11,68% à fin août    Le Forum régional des coopératives agricoles féminines les 18 et 19 octobre à Al Hoceima    Prix Katara du roman arabe : Deux Marocains distingués    Surf : Le magazine américain «Traveller» consacre un carnet de voyage au village de Taghazout    Don d'organes, quelle est la procédure ?    Fatema Nouali Azar : «Nous n'avons aucune crainte quant à la pérennité du Festival»    Cartes d'abonnement. Après le Raja, succès chez le WAC    Catalogne: La mobilisation se poursuit après de nouvelles violences    Climat: Des ONG fustigent les banques impliquées dans l'entrée en Bourse d'Aramco    Tensions dans le Golfe: La diplomatie aux abonnés absents, regrettent des experts    Crédit Agricole du Maroc. Une émission de 850 MDH dans le pipe    Pour sa première implantation au Maroc : Giovanni Galli opte pour le Morocco Mall    Communiqué du Bureau politique du PPS    Rien à attendre    Elide Fire: La boule anti-feu fait son entrée au Maroc    Argentine: Le social au cœur de la campagne    Le Maroc s'incline face au Gabon en amical    Malika Demnati expose «le vivre ensemble» à Dar Souiri    Témara : Un policier utilise son arme pour arrêter un multirécidiviste    La FAO salue les efforts du Maroc pour éradiquer la malnutrition    Affaire Hajar Raissouni : Grâce royale pour les condamnés, un grand pas en avant    Afriquia : «1.000 idées» pour développer l'entrepreneuriat    La lettre « agressive » de Trump à Erdogan    La raison ou la haine ?    Des traces de la plus ancienne organisation collective et sociale trouvées au Maroc    ONU: Hilale dévoile les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Législation. Les députés tracent leur feuille de route    Erdogan: La Turquie ne déclarera jamais de cessez-le-feu sans avoir atteint ses objectifs    Euro 2020 : L'Espagne se qualifie au forceps    60% des femmes en Europe disent avoir subi le sexisme au travail    Le cercle diplomatique de Rabat organise une journée de diagnostic et de sensibilisation au cancer du sein    Divers    Djamel Belmadi : Les supporters ont fait un travail magnifique    Avec Halilhodzic, on aura tout vu : une victoire, deux nuls et une défaite    Insolite : Un parachutiste heurte un lampadaire en plein défilé militaire    Création d'un groupe d'amitié avec le Maroc au sein de la Chambre mexicaine des députés    Diplomatie, anticorruption et décentralisation : Les dossiers du futur président tunisien    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Surf: Le magazine américain "Traveller" consacre un carnet de voyage au village de Taghazout    Deux films marocains participent au Festival international du film du Caire    Le Prince Moulay Rachid préside l'ouverture de la 12e Salon du cheval    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Casablanca : On change d'éboueurs… pour le meilleur ?
Publié dans La Nouvelle Tribune le 14 - 09 - 2017

La situation connait « une détérioration notable à cause de profonds dysfonctionnements au niveau de la gestion des déchets ménagers et du non respect des engagements pris par SITA », a déclaré à la MAP Mohamed Haddadi, l'adjoint au maire de Casablanca, à la veille de la tenue d'une session extraordinaire du conseil de la ville consacrée au vote de la résiliation du contrat de la filiale du groupe français Suez Environnement, vendredi dernier.
L'option de résiliation du contrat de la gestion déléguée des déchets ménagers avec la société « SITA Blanca » est dictée par « la nécessité de mettre fin à la dégradation de la propreté » à Casablanca, a affirmé l'adjoint au maire de Casablanca chargé de ce secteur, Mohamed Haddadi.
Haddadi a considéré comme « irrationnel » de vouloir convaincre les habitants de Casablanca et leurs élus de l'augmentation du budget de 300 millions de dirhams alloué annuellement à « SITA », sous prétexte que cette somme somme est « insuffisante » après les pertes essuyées par la société française, estimées à 130 millions de dirhams en trois ans de gestion.
Plus de 200 infractions sont relevées quotidiennement à cause du non respect du cahier des charges, en plus de la persistance de « points noirs » dans un nombre d'arrondissement et l'absence ou l'insuffisance de conteneurs à déchets, a-t-il expliqué.
Le Conseil de la ville formule d'autres griefs concernant les manquements au sujet du marché de gros, le renouvellement des camions-bennes et « le refus de coopérer » avec l'autorité délégante. Les pénalités infligées à la société SITA à cause de ces négligences « n'ont fait qu'accentuer les pertes matérielles dont elle se plaignait », a-t-il regretté, notant le montant desdites pénalités a atteint, de janvier à août dernier, 30 millions de dirhams, « un montant qu'il faut, certes, déduire du budget qui lui est destiné ».
La société française a été pourtant contactée, à maintes reprises, par l'actuel Conseil de ville et son prédécesseur afin d'attirer son attention sur la détérioration de la propreté dans la ville, a-t-il fait savoir, soulignant qu'à défaut d'un compromis, il sera procédé à la résiliation du contrat avec SITA qui assume « la responsabilité de ses ennuis financiers ainsi que les problèmes de propreté dans les neuf arrondissements dont elle a la charge ».
Au cas où le Conseil décide de résilier le contrat de SITA, qui court encore jusqu'en 2021, il envisage selon des sources concordantes de confier provisoirement ce service à la SDL Casa Prestations en attendant le lancement d'un nouvel appel d'offres.
Au moment de la signature de ce contrat en 2014, la société s'était engagée à investir plus de 240 millions de dirhams notamment pour l'acquisition de 109 véhicules de collecte et 28 autres de nettoiement répondant aux normes les plus exigeantes en termes de sécurité et d'environnement.
Casa Prestations avait, elle aussi, élaboré un rapport décriant les conditions de propreté dans la métropole, jetant l'entière responsabilité sur la société française.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.