Vie privée: Le Parquet général veut renforcer la protection    Le projet de loi de finances au Parlement    Brexit: Les principaux points du nouvel accord    Un Monde Fou    Le groupe Lamatem inaugure la première usine de textile médical au Maroc    Dans un message adressé aux participants à la deuxième Conférence internationale de Marrakech sur la justice    Divers Economie    L'Espagne, berceau des précieux faucons du Moyen-Orient    La digitalisation joue un rôle prépondérant en matière d'impulsion de la croissance économique    Madrid de nouveau sur la sellette    Les Editions de la Gazette en deuil, Nadia Sefraoui nous a quittés    Premier League : Manchester met fin à la série victorieuse de Liverpool    Calcio : L'Inter reste aux trousses de la Juve    Amine Harit convoité par le Barça    Les supporters du WAC interdits de déplacement à Safi    L'urgence d'investir dans l'éducation numérique en Afrique    Des chercheurs ont filmé la fourmi la plus rapide du monde    Mobilisation sociale contre la déperdition scolaire à Essaouira    L'UE et l'ONUDC en ordre de bataille à Rabat    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Sauvages" imagine un président français issu de l'immigration maghrébine    Participation marocaine à la Foire internationale du livre de Belgrade    Mohammed Abdennabaoui : Le ministère public veille à préserver l'activité de l'entreprise    Casablanca : Un pédophile viole plus de 40 fillettes    Bank Al-Maghrib et la Banque Centrale d'Egypte renforcent leur partenariat    Hariri : «Le gouvernement a entamé ses réformes grâce aux manifestants»    Safi : Ouverture d'une enquête judiciaire pour féminicide    Le Salon du cheval: Une 12ème édition réussie    Julian Assange, confus et bredouillant, devant la justice à Londres    Hong Kong : Premières excuses officielles de la police    La Chine affiche son ambition de « grande puissance » de l'internet    Martil: Avortement d'une tentative de trafic de près de 600 kg de chira    Marrakech accueille son premier musée dédié au Patrimoine immatériel    Concert pour la tolérance 2019 : Pari réussi    Faouzi Skali : «Nous sommes dans l'exploration de la culture soufie en tant que telle»    Les fantaisies d'un président!    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Etablissements et entreprises publics : Un investissement prévisionnel de plus de 101 milliards de dirhams en 2020    Accidents de travail. La facture fait mal aux entreprises    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Une belle leçon des joueurs botolistes    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Le groupe Maroc Télécom consolide ses résultats en septembre    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Les Botolistes proches de la qualification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« L'affaire russe »: Vers des inculpations à Washington, Trump inquiet
Publié dans La Nouvelle Tribune le 30 - 10 - 2017

L'équipe du procureur spécial sur la Russie Robert Mueller pourrait officialiser lundi, selon plusieurs médias, le lancement de poursuites contre une ou plusieurs personnes, marquant une nouvelle étape dans l'enquête sur les supposées ingérences russes dans la campagne présidentielle américaine.
Face à l'imminence de ces actions judiciaires publiques, qui seraient les premières dans cette affaire, le président Donald Trump tente de déplacer l'attention sur le terrain politique. Il a de nouveau dénoncé une « chasse aux sorcières » et accusé son ancienne adversaire, Hillary Clinton, de collusion et d'autres méfaits.
Les investigations de l'équipe Mueller se déroulent en secret, et rien n'a filtré sur les noms des suspects principaux ou sur leur niveau de relation avec Donald Trump. Les chefs d'inculpation restent également mystérieux.
Selon CNN, une première inculpation a été approuvée par un grand jury fédéral vendredi, et l'interpellation d'au moins un suspect pourrait avoir lieu lundi. D'autres médias ont confirmé l'information.
« Cela fera une grande différence si l'inculpation concerne une transaction financière vieille de 15 ans, ou des conversations avec la Russie il y a 15 jours », a prévenu l'élu républicain Trey Gowdy, sur Fox News.
« Si il y a une inculpation, elle visera un petit poisson », a assuré Ari Fleischer, ancien porte-parole de la Maison Blanche sous la présidence de George W. Bush: « Un nouveau nom qui je parie n'aura aucun rapport avec Trump ».
Robert Mueller, nommé le 17 mai par le numéro deux du ministère de la Justice, a pour mission d'enquêter sur l'existence d'une éventuelle collusion entre la Russie et l'équipe de campagne de Donald Trump, mais il a également le pouvoir de remonter toute piste émanant de ses investigations.
– ‘Ce n'est que le début' –
L'ancien directeur de campagne du candidat, Paul Manafort, serait notamment ciblé pour des activités non déclarées de lobbyiste et consultant, notamment auprès de l'ancien président ukrainien pro-russe Viktor Ianoukovitch.
L'éphémère conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn pourrait aussi être dans le viseur des enquêteurs pour des activités de lobbyiste pour la Turquie. Il a aussi rencontré des responsables russes en 2016.
Le président républicain, dans une série de tweets dimanche, a encore réfuté la moindre « collusion » avec la Russie durant la campagne.
« Toutes ces histoires +russes+ juste quand les républicains s'attaquent à une baisse et réforme historiques des impôts. Est-ce une coïncidence ? NON! » a-t-il tweeté.
Lui-même ne semble pas visé, dans l'immédiat, par l'enquête. C'est ce qu'a assuré le gouverneur républicain du New Jersey Chris Christie, un allié, dimanche: « Le président ne fait pas l'objet d'une enquête ». « Personne ne lui a dit qu'il l'était », a-t-il dit, en expliquant que les avocats des suspects étaient généralement en contact avec les procureurs avant une mise en examen.
« Quoiqu'il arrive, ce n'est que le début », a estimé le sénateur indépendant Angus King, apparenté au groupe démocrate, sur CNN. Robert Mueller, a-t-il dit, est « un pro » qui « remontera les faits, où qu'ils mènent ».
– Feu sur Clinton –
M. Mueller, patron du FBI de 2001 à 2013, ne s'est jamais exprimé publiquement.
Il a été nommé après le limogeage du directeur du FBI James Comey, pour reprendre l'enquête qui était jusqu'alors menée par la police fédérale, afin d'en garantir l'indépendance.
Ces investigations sont distinctes des trois enquêtes principales menées par trois commissions du Congrès.
Face à l'imminence des accusations, les conservateurs serrent les rangs.
Encouragés par le locataire de la Maison Blanche, ils ont allumé des contre-feux visant les démocrates et Hillary Clinton, accusée d'avoir laissé passer la vente de mines américaines au groupe public russe Rosatom en 2010, en échange de dons à la fondation Clinton. Elle était alors secrétaire d'Etat.
La révélation que le camp Clinton et le parti démocrate ont financé une enquête privée sur Donald Trump, compilée dans un « dossier » sulfureux publié en janvier par Buzzfeed, fait aussi couler beaucoup d'encre dans le camp conservateur.
Des républicains ont même appelé à la démission de Robert Mueller, accusé d'être trop proche de James Comey.
D'autres républicains se lamentent de ces polémiques. « Nous ferions mieux de nous scandaliser du fait que les Russes se sont ingérés dans nos élections », a rappelé le sénateur Rob Portman sur CBS.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.