Espagne: La dépouille de Franco sera exhumée ce jeudi…    Rapatriement du corps d'une des victimes marocaine du crash d'Ethiopian Airlines    Message verbal du roi Mohammed VI au nouveau président tunisien    Casablanca : 8.225 suspects arrêtés en 12 jours    2e Conférence internationale sur la justice    L'artiste Mohamed Louz n'est plus    Campagne électorale en Espagne    Elections. La participation des MRE activée en 2021 ?    PLF 2020. Benchaâboun défend les choix du gouvernement    Prix à la consommation. L'enseignement, toujours le plus cher    Le sort du mythique hôtel Lincoln enfin tranché    PLF 2020 : Benchaâboun présente le projet devant le Parlement    Industrialisation: Quel nouveau modèle de développement africain ?    Voici l'état-major de la Banque centrale    L'OCP intègre le réseau mondial WBCSD    Accident d'une rame de tramway T1 avec un piéton : RATP Dev Casablanca présente ses condoléances à la famille du défunt    Climat des affaires: Un plus grand rôle pour le système judiciaire    Sommet Russie-Afrique: Les défis ne manquent pas    Insolite : Fier d'avoir été insulté par Trump    Renault : Le futur directeur général pas nécessairement français    Erdogan menace de relancer l'offensive avant de rencontrer Poutine    Boeing multiplie les efforts pour le retour en service du 737 Max    Tunisie: Kaïs Saïed investi président    Vidéo : des pêcheurs rifains portent secours à des migrants    Salon du cheval: Valoriser et transmettre un héritage aux nouvelles générations    Salon du cheval d'El Jadida : Les voitures classiques se mettent en scène    Suarez doit enfin chasser le sortilège loin de Barcelone    Ballon d'or 2019 : Rapinoe, Mbappé et Van Dijk en vedette    Divers sportifs    Raja Club Athletic. Une valorisation à 400 MDH ?    L'ONMT exporte l'événement en Chine : Le Rallye Aicha des Gazelles se déplace dans le désert de Naiman    Kick-boxing : La sélection marocaine prend part aux Championnats du monde à Sarajevo    La présence de satellites iraniens en Afrique de l'Ouest préoccupe le Maroc et les Etats-Unis    En réponse aux Hautes orientations royales : Sensibilisation jusqu'au 4 novembre au développement de la petite enfance    Morocco, now competing with developed countries!    Facebook to Identify State-Run Media    Belgique : L'ARES accorde des bourses aux étudiants marocains    Why Turkey Wants a Safe Zone in Syria    Eric Renard : L'économie sociale et solidaire représente l'économie de demain    Voir la vie en vert    Marrakech à l'heure de la réconciliation ittihadie    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Adam" en lice pour le Tanit d'or des Journées cinématographiques de Carthage    Coup d'envoi du Salon régional du livre et de l'édition à Fès    Publié par Cosumar et les éditions Langages du Sud : Un nouveau livre met en valeur la succulence des variétés culinaires marocaines    TV5 Monde choisit Marrakech et Ouarzazate pour tourner des documentaires sur le Maroc    13ème Festival international du théâtre universitaire de Tanger : C'est parti !    Festival de Fès de la culture soufie: «Produire du sens pour vivre en harmonie»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bruxelles épingle le premier budget de Macron
Publié dans La Nouvelle Tribune le 22 - 11 - 2017

La prévision budgétaire 2018 de la France présente selon Bruxelles un « risque de non-conformité » avec les règles européennes, une mise en garde embarrassante pour le président Emmanuel Macron qui avait promis de les respecter.
La France fait partie, avec l'Italie, la Belgique, le Portugal, l'Autriche et la Slovénie, des six pays épinglés par la Commission européenne, qui publie chaque année à la même époque une évaluation des budgets européens dans le cadre du « semestre européen ».
Bruxelles remarque « un écart important » entre le budget qui lui a été présenté par Paris et « la trajectoire d'ajustement requise » pour atteindre son objectif d'assainissement des finances publiques.
Elle souligne aussi que le niveau de la dette française — 96,9% du PIB en 2018 — dépasse de loin le seuil des 60% prévu dans les traités.
Ce bonnet d'âne européen est susceptible de mettre à mal la crédibilité de la France vis-à-vis de ses partenaires européens, à l'heure où Emmanuel Macron les invite à réformer l'Europe en profondeur, en particulier la zone euro.
Une discussion sur ces réformes est d'ailleurs à l'ordre du jour d'un prochain sommet européen mi-décembre à Bruxelles.
« La marge de sécurité est faible. Il faut tenir les objectifs », a martelé le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, lors d'une discussion avec des journalistes.
– ‘On va rassurer' –
En raison de ses largesses budgétaires, la France reste avec l'Espagne le seul pays de la zone euro encore sous le coup d'une « procédure pour déficit excessif », qui peut aboutir à des sanctions et des amendes — même si cela ne s'est encore jamais produit.
Pour en sortir, elle doit présenter deux années de suite un déficit public inférieur à 3% du Produit intérieur brut (PIB). Pour l'instant, la Commission anticipe un déficit à 2,9% à la fois en 2017 et en 2018.
Bien qu' »un risque » demeure sur ces chiffres, Bruxelles anticipe dans son analyse de mercredi que la France sortira de cette procédure au printemps prochain, ce qui la contraint dès lors à respecter en 2018 des objectifs bien plus poussés que cette seule règle des 3%.
Il lui est désormais demandé de réduire son déficit structurel (hors conjoncture économique).
Bruxelles a fixé cette réduction à 0,1 point de PIB. Or, selon ses calculs, ce déficit structurel, loin de se réduire, devrait s'accroître de 0,4 point de PIB, soit un écart significatif de 0,5 point.
« La différence d'appréciation avec la Commission est habituelle à ce stade de l'année et se résorbe en général » plus tard, a réagi le ministère français des Finances dans un communiqué. « Elle reflète en partie la prudence de la Commission ».
« On va rassurer » Bruxelles, a ensuite insisté le porte-parole du gouvernement français, Christophe Castaner, à l'issue du conseil des ministres à Paris.
– Six bons élèves –
« Notre approche est prudente et conservatrice », a concédé M. Moscovici, soulignant que Bruxelles appréciait « les réformes faites en France ».
La prochaine évaluation budgétaire de la Commission est prévue au printemps prochain.
Bruxelles s'est par ailleurs dite « préoccupée » par la dette publique élevée de l'Italie, qui va atteindre 130,8% du PIB en 2018, un chiffre d'autant plus inquiétant que Rome devrait enregistrer la croissance la plus faible de la zone euro.
« Etant donné la taille de son économie, c'est une source d'inquiétude pour la zone euro dans son ensemble », a même affirmé l'exécutif européen dans une lettre adressée à Rome.
Le Premier ministre portugais, dont le budget est également mis en cause, a pour sa part assuré qu'il irait « au-delà des objectifs » fixés. « Au fil des mois, la Commission européenne va être rassurée », a ajouté le socialiste.
Seuls six pays parmi les 19 ayant adopté la monnaie unique sont en conformité totale avec les règles européennes: l'Allemagne, la Lituanie, la Lettonie, le Luxembourg, la Finlande et les Pays-Bas.
Pour les autres — Estonie, Irlande, Chypre, Malte, Slovaquie et Espagne — les projets de budget sont jugés « globalement conformes ».
Bruxelles note cependant à propos de l'Espagne « une incertitude » sur l'exercice 2018 liée à la crise en Catalogne.
La Grèce, toujours sous le coup d'un plan d'aide à cause de sa dette, n'est pas concernée par ces prévisions budgétaires.
La Commission a par ailleurs recommandé mercredi de clore la procédure pour déficit excessif ouverte contre le Royaume-Uni, seul pays hors zone euro encore concerné par ce dispositif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.