Edito : INDH évolutive    ''Avengers" se fait doubler par ''John Wick'' sur le box-office américain    Victoire pour le RSB Berkane    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    Nouveau scandale d'abus dans les exploitations agricoles espagnoles ?    Meilleur joueur de L1. M'bappé sème le doute    Ces Marocains dits de la 3ème et de la 4ème générations Tiraillés entre l'identité revendiquée et celle attribuée    Mohamed Jalid Les intellectuels marocains ne sont pas suffisamment ouverts sur les médias !    WhatsApp attaqué par Pegasus    Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern    Le WAC rate le coche et se met davantage de pression    La sélection marocaine féminine de boxe remporte le tournoi international du Gabon    Projets d'extension de la SOMACA et de création d'un Institut de formation aux métiers de l'automobile à Casablanca    Et si notre amnésie était dégénérescente… ?    Ramadan et diabète riment obligatoirement avec des dispositions spécifiques    Divers    Volonté du Maroc d'accompagner ses startups et de promouvoir la coopération Sud-Sud    L'humoriste Bassou offre un spectacle captivant au public r'bati    Meknès abrite son premier Festival international du film arabe    Egypte: Près de 17 blessés dans l'explosion d'un bus touristique    Caire. Au moins 17 blessés dans une explosion visant un bus de touristes    Procès de l'attentat d'Imlil    Fondation Mohammed V pour la Solidarité    OMS    Etat des réalisations et programmation estivale 2019    Entretien avec M.Hassan Sentissi El Idrissi    Création de la zone franche Tanger Tech    5ème édition du Festival "Aji T'hdm"    Bilan de mi-mandat, les non-dits d'El Othmani    SM le Roi Mohammed VI autorise l'ouverture de 20 nouvelles mosquées    Cristiano Ronaldo élu meilleur joueur en Italie    Une délégation de la Direction du PPS au Mausolée Mohammed V    Washington dans le bourbier vénézuélien…    Vigilance et mobilisation!    Aziz Lahlou: «Aziz Belal, économiste du socialisme»    Journée Internationale de l'infirmière    Le concert de la tolérance d'Agadir tend à disparaître?    Amina Rachid, La soldate des planches    Olk Werner à la tête des Lions pour 2 rendez-vous sans gloire    Hamid Bennani, le cinéaste accompli…    Les Pays-Bas remportent l'Eurovision 2019    La Fondation Mohammed VI des Oulémas Africains lance son site web    Laâyoune se dote d'un laboratoire de santé publique    Golfe: Les tensions montent d'un cran    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme commémore le 16 mai    Nouveaux membres et nouvelle vie pour les amputés du Soudan du Sud    Poussée attendue des populistes à J-6 avant le coup d'envoi des Européennes    News    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bruxelles épingle le premier budget de Macron
Publié dans La Nouvelle Tribune le 22 - 11 - 2017

La prévision budgétaire 2018 de la France présente selon Bruxelles un « risque de non-conformité » avec les règles européennes, une mise en garde embarrassante pour le président Emmanuel Macron qui avait promis de les respecter.
La France fait partie, avec l'Italie, la Belgique, le Portugal, l'Autriche et la Slovénie, des six pays épinglés par la Commission européenne, qui publie chaque année à la même époque une évaluation des budgets européens dans le cadre du « semestre européen ».
Bruxelles remarque « un écart important » entre le budget qui lui a été présenté par Paris et « la trajectoire d'ajustement requise » pour atteindre son objectif d'assainissement des finances publiques.
Elle souligne aussi que le niveau de la dette française — 96,9% du PIB en 2018 — dépasse de loin le seuil des 60% prévu dans les traités.
Ce bonnet d'âne européen est susceptible de mettre à mal la crédibilité de la France vis-à-vis de ses partenaires européens, à l'heure où Emmanuel Macron les invite à réformer l'Europe en profondeur, en particulier la zone euro.
Une discussion sur ces réformes est d'ailleurs à l'ordre du jour d'un prochain sommet européen mi-décembre à Bruxelles.
« La marge de sécurité est faible. Il faut tenir les objectifs », a martelé le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, lors d'une discussion avec des journalistes.
– ‘On va rassurer' –
En raison de ses largesses budgétaires, la France reste avec l'Espagne le seul pays de la zone euro encore sous le coup d'une « procédure pour déficit excessif », qui peut aboutir à des sanctions et des amendes — même si cela ne s'est encore jamais produit.
Pour en sortir, elle doit présenter deux années de suite un déficit public inférieur à 3% du Produit intérieur brut (PIB). Pour l'instant, la Commission anticipe un déficit à 2,9% à la fois en 2017 et en 2018.
Bien qu' »un risque » demeure sur ces chiffres, Bruxelles anticipe dans son analyse de mercredi que la France sortira de cette procédure au printemps prochain, ce qui la contraint dès lors à respecter en 2018 des objectifs bien plus poussés que cette seule règle des 3%.
Il lui est désormais demandé de réduire son déficit structurel (hors conjoncture économique).
Bruxelles a fixé cette réduction à 0,1 point de PIB. Or, selon ses calculs, ce déficit structurel, loin de se réduire, devrait s'accroître de 0,4 point de PIB, soit un écart significatif de 0,5 point.
« La différence d'appréciation avec la Commission est habituelle à ce stade de l'année et se résorbe en général » plus tard, a réagi le ministère français des Finances dans un communiqué. « Elle reflète en partie la prudence de la Commission ».
« On va rassurer » Bruxelles, a ensuite insisté le porte-parole du gouvernement français, Christophe Castaner, à l'issue du conseil des ministres à Paris.
– Six bons élèves –
« Notre approche est prudente et conservatrice », a concédé M. Moscovici, soulignant que Bruxelles appréciait « les réformes faites en France ».
La prochaine évaluation budgétaire de la Commission est prévue au printemps prochain.
Bruxelles s'est par ailleurs dite « préoccupée » par la dette publique élevée de l'Italie, qui va atteindre 130,8% du PIB en 2018, un chiffre d'autant plus inquiétant que Rome devrait enregistrer la croissance la plus faible de la zone euro.
« Etant donné la taille de son économie, c'est une source d'inquiétude pour la zone euro dans son ensemble », a même affirmé l'exécutif européen dans une lettre adressée à Rome.
Le Premier ministre portugais, dont le budget est également mis en cause, a pour sa part assuré qu'il irait « au-delà des objectifs » fixés. « Au fil des mois, la Commission européenne va être rassurée », a ajouté le socialiste.
Seuls six pays parmi les 19 ayant adopté la monnaie unique sont en conformité totale avec les règles européennes: l'Allemagne, la Lituanie, la Lettonie, le Luxembourg, la Finlande et les Pays-Bas.
Pour les autres — Estonie, Irlande, Chypre, Malte, Slovaquie et Espagne — les projets de budget sont jugés « globalement conformes ».
Bruxelles note cependant à propos de l'Espagne « une incertitude » sur l'exercice 2018 liée à la crise en Catalogne.
La Grèce, toujours sous le coup d'un plan d'aide à cause de sa dette, n'est pas concernée par ces prévisions budgétaires.
La Commission a par ailleurs recommandé mercredi de clore la procédure pour déficit excessif ouverte contre le Royaume-Uni, seul pays hors zone euro encore concerné par ce dispositif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.