Agadir Affrontements mortels à la faculté des lettres    Parlement: Le gouvernement continue de bouder les propositions de loi    [Top] Les 15 plus grands innovateurs de tous les temps : Shigeru Miyamoto (11ème)    Entreprises en difficulté: Pour la première fois, un statut propre au syndic judiciaire    L'impayé, la phobie des entreprises de l'hexagone    Méga-barrage sur le Nil: La guerre de l'eau n'aura pas lieu    Brèves Internationales    Guelmim-Oued Noun veut classer son patrimoine archéologique    Les musées récupèrent les œuvres saisies par la Douane    Manuscrits et œuvres antiques au patrimoine national    Football: Manchester United vaut 3,2 milliards d'euros    Le Roi Mohammed VI appelle Mahmoud Abbas    26 sociétés bénéficient de l'aide de l'Etat    El Brouj: 59e ville « sans bidonvilles » au Royaume    Le Maroc et la Corée du Sud veulent donner un nouvel élan à la coopération bilatérale    Un individu succombe à ses blessures    "fait maison" ou "prêt à emporter", que préfèrent les Marocains ?    Epreuve de force entre Salaheddine Mezouar et Hakim Marrakchi, pour la présidence de la CGEM    Elections de la CGEM : le gotha des affaires au RDV    Tan-Tan : 113 projets de diplômés chômeurs financés par l'INDH    Concert «Trois cultures, trois musiques» par Luis Delgado à Rabat    Produit par Hamid Bouchnak : Le single «Ramadan Kareem» de Soufiane Nhass bientôt en clip    Rencontre à Rabat consacrée à la préparation des épreuves du baccalauréat en juin 2018    Rabat abrite la 2ème Conférence annuelle sur la paix et la sécurité en Afrique les 18 et 19 juin    30ème journée de la Botola Maroc Telecom : Un épilogue sans grande surprise    «La photographie marocaine est encore marginalisée»    Maroc – Corée du Sud: Un nouvel élan à la coopération bilatérale    Transfert : Emery, après le PSG, se dirige vers Arsenal    Télémédecine et répression de la faude aux examens, sur la table du gouvernement    Les Marocains, deuxièmes sur la liste des affiliés étrangers à la sécurité sociale en Espagne en avril    Le régime algérien, un véritable «danger» pour la cohésion et la souveraineté nationales    L'UE et les marchés tremblent pour l'Italie    (Vidéo) C1: Entre CR7 et Mo Salah, Zizou a fait son choix!    Réunion de la deuxième session du CC du PPS    Incident fortuit à la Faculté des lettres d'Agadir!    Merouane Kabbaj diplômé de l'université du Québec    Netflix: Barack et Michelle Obama sont les nouveaux producteurs!    Marche populaire de solidarité avec le peuple palestinien    Le WAC et le HUSA complètent le podium derrière l'IRT    Des représentants du Maroc à Bruxelles pour la Gambie    Les trois premiers « ninjas » non japonais sont Marocains    SM le roi lance des projets dédiés aux femmes et aux jeunes à Kénitra    53 blessés dans un atterrissage d'urgence d'un avion de la Saudia (+vidéo)    «Le développement de l'enseignement de l'amazighe connaît un retard notable»    Les prix stagnent au premier trimestre    Le coach de l'équipe nationale iranienne dévoile sa constellation    Décès de l'ancien joueur de l'équipe nationale de football Mohamed « Houmane » Jarir    C1 – Klopp: « Zizou est l'un des meilleurs joueurs de tous les temps »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Shutdown » aux Etats-Unis: des administrations au chômage technique, espoir d'un compromis
Publié dans La Nouvelle Tribune le 22 - 01 - 2018

Des centaines de milliers d'employés sont restés chez eux lundi matin aux Etats-Unis, démocrates et républicains s'étant montrés incapables durant le week-end d'adopter un compromis budgétaire permettant de financer l'Etat fédéral.
Malgré des tractations incessantes, les sénateurs des deux bords n'ont pas pu surmonter leurs différends et permettre aux employés fédéraux de se rendre au travail lundi.
Le métro et les principales autoroutes menant à la capitale fédérale Washington étaient moins fréquentés que d'habitude.
Le vote qui pourrait éventuellement mettre fin au « shutdown » – entré en vigueur samedi à 00H00 – et qui était initialement prévu dans la nuit de dimanche, a été reporté à lundi midi (17H00 GMT).
La pierre d'achoppement reste la question de l'immigration. Les démocrates, minoritaires dans les deux chambres mais indispensables à la majorité républicaine pour adopter un budget même temporaire, veulent des engagements sur le sort de centaines de milliers de clandestins arrivés jeunes aux Etats-Unis, les « Dreamers », avant tout accord.
Les calculs politiques ne sont pas absents des postures en apparence inflexibles des deux partis, chacun espérant tirer avantage de la situation lors des élections législatives de mi-mandat, en novembre, en rejetant la faute du blocage sur l'autre.
Un compromis évoqué par les républicains consisterait à voter un budget temporaire jusqu'au 8 février en s'engageant à aborder la question de l'immigration dans les plus brefs délais.
Donald Trump a tweeté lundi matin, accusant l' »extrême gauche » du parti démocrate, qui selon lui « préfère renoncer aux services et à la sécurité des citoyens au profit des services et de la sécurité aux non-citoyens ».
Dès l'entrée en vigueur du « shutdown », la Maison Blanche avait affirmé qu'il ne serait pas question de négocier sur l'immigration tant qu'un budget temporaire n'aurait pas été voté.
Le chef de file des démocrates au Sénat, Chuck Schumer, s'est moqué de ses adversaires dimanche, leur rappelant que c'est la première fois qu'un « shutdown » intervient alors que la Maison Blanche, la Chambre des représentants et le Sénat sont aux mains d'un même parti.
« Il n'arrivent même pas à se mettre d'accord avec leur président! », a-t-il lancé, dénonçant un « Trump shutdown » qui aurait pu selon lui être évité si le président n'avait pas changé d'avis au milieu du gué.
– La Statue de la Liberté résiste –
Si les administrations jugées essentielles –en particulier celles chargées de la sécurité du pays– vont continuer à fonctionner, de nombreuses autres ont demandé à leurs employés de rester chez eux lundi.
Autre effet collatéral possible de cette paralysie budgétaire: la Maison Blanche a reconnu que l'incertitude pesait désormais sur la participation de Donald Trump au Forum économique de Davos (Suisse), en milieu de semaine.
Seule certitude au milieu de la cacophonie: la Statue de la Liberté, fermée aux touristes depuis samedi matin, rouvrira lundi.
L'Etat de New York paiera de sa poche les employés fédéraux nécessaires à la réouverture de ce monument emblématique d'une Amérique ouverte aux migrants.
La statue est importante pour l'économie mais « elle est plus que ça », a souligné dimanche le gouverneur démocrate de New York Andrew Cuomo. « C'est un symbole de New York et de nos valeurs (…) Son message n'a jamais été aussi important qu'aujourd'hui. »
Dans ce contexte, Donald Trump a évoqué dimanche dans un tweet un hypothétique changement des règles du vote au Sénat.
Cette hypothèse est connue à Washington sous le nom d' »option nucléaire » tant elle marquerait une rupture radicale dans le fonctionnement de cette institution censée contrebalancer les excès partisans de la tumultueuse Chambre des représentants.
Le règlement intérieur du Sénat, qui est composé de 100 élus, stipule que pour chaque motion, comme la programmation d'un vote, tout sénateur a le droit d'objecter. Cette objection ne peut être surmontée que par un vote des trois cinquièmes du Sénat. En pratique, donc, il faut 60 sénateurs sur 100 pour faire quoi que ce soit.
Mais franchir le Rubicon et prendre la décision unilatérale d'abaisser la barre de 60 à 51 voix transformerait en profondeur le fonctionnement du Congrès et une majorité de sénateurs est vent debout contre une telle initiative.
Le dernier « shutdown » remonte à 2013, sous l'administration du président démocrate Barack Obama. Il avait duré 16 jours.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.