Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean : Le marocain Mustapha Fahmi primé    OCP renforce sa position de leader en Asie    Football : la Coupe de la Ligue disparaîtra dès la saison prochaine    Brexit : l'UE appelle Londres à négocier sérieusement pour empêcher un « no deal »    Les Clintons à Marrakech pour l'anniversaire du milliardaire marocain Marc Lasry    Tourisme : La tendance positive du début d'année se confirme    U.S. Seeks to Heighten Scrutiny of Foreign Investment in Tech, Infrastructure, Data    Le CESE appelle à accélérer l'éradication de la pratique du mariage d'enfants    Trump annonce un durcissement « substantiel » des sanctions contre l'Iran    Nador: Arrestation d'un récidiviste pour tentative d'homicide volontaire à l'arme à feu    Affaire Hajar Raissouni: La demande de liberté provisoire sera examinée jeudi    Festival national du théâtre de Tétouan : Lancement de l'appel à candidatures    «Eco-Tire» remporte le prix de l'écocitoyenneté offert par Vivo Energy Maroc    Croissance et Gouvernance!    Rapport de la Cour des comptes : Tamek tire à boulets rouges sur Jettou    Un concours pour créer l'identité visuelle de l'Agence nationale de la sécurité routière    Assemblée Générale Ordinaire de la FRMF    L'intervention fracassante de Adil Miloudi cause la suspension du Kotbi Tonight    Aux 12èmes rencontres photographiques de Bamako : Yasmine Hajji s'exprime sur les «Words of world» en installation vidéo    Mur à Sebta. Vox se fait remonter les bretelles par le PP    Guaido poursuivi pour ses liens présumés avec des narco-trafiquants    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    Maroc-France. Appel à projet pour l'enseignement des soft skills à l'université    Moga Festival ou l'avant-garde de la musique électronique    Le Professeur Rachid Yazami reçoit à Paris le Prix de l'Investisseur arabe    La « Cour suprême » de Facebook pourra annuler les décisions de Mark Zuckerberg    Incendies: Fermeture de milliers d'écoles en Indonésie et en Malaisie    Sahara : A quoi joue l'Espagne ?    Quel gouvernement pour le PLF 2020?    Aéroport Mohammed V : Inauguration d'un espace arrivée dédié aux nationaux    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Météo: le temps qu'il fera ce mercredi    Bolton, un va-t-en-guerre finalement incompatible avec le trumpisme    Brad Pitt parle d'apesanteur et de corne des pieds avec un astronaute    Le Maroc remporte le prix Cheikh Aissa Al Khalifa d'actions bénévoles    Le Sénégal réitère son soutien à la marocanité du Sahara    Habib El Malki reçoit une délégation de diplomates accréditées en Australie    Innovation et technologie agricoles, clés de la réduction de la pauvreté    Divers    La performance de la Bourse de Casablanca quasi stable    Revanche Atlético-Juventus : Retrouvailles Félix-Ronaldo    Le PSG sans Mbappé et Cavani et le Real sans Marcelo    Réélection de Said Naciri à la tête de la Ligue nationale du football professionnel    Concentration des recettes fiscales sur un nombre limité de contribuables    Coup d'envoie de la 4ème Semaine du cinéma marocain en Côte d'Ivoire    La Maison de la poésie de Tétouan entame sa saison culturelle par une nuit de la poésie    Bouillon de culture    Ligue des champions: Raja et Wydad proches de la phase de poules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Boris Johnson met en garde contre une « trahison » du Brexit
Publié dans La Nouvelle Tribune le 14 - 02 - 2018

Le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson doit livrer mercredi un discours offensif pour contrer les velléités des opposants au Brexit, jugeant qu'il serait « intolérable et anti-démocratique » de revenir en arrière sur la sortie de l'UE.
« Je crains que certains ne soient de plus en plus déterminés à arrêter le Brexit (…) Ce serait intolérable, anti-démocratique, et cela rendrait impossible la conclusion d'accords commerciaux importants », doit dire le ministre dans un discours dont des extraits ont été publiés à l'avance par le tabloïd The Sun.
« Ce serait une erreur monumentale qui provoquerait un sentiment permanent et ineffaçable de trahison » soutient le ministre, assurant que « le Brexit est le grand projet de notre époque ».
Ce discours doit être le premier d'une série d'interventions de membres du gouvernement, y compris sa cheffe Theresa May, qui doit exposer sa vision des futures relations avec l'UE après le Brexit, le 29 mars 2019
Alors que la société britannique reste profondément divisée sur le sujet et que le gouvernement peine à se mettre d'accord sur sa future relation avec l'UE, Boris Johnson, l'un des leaders du camp pro-Brexit, tend la main aux partisans du maintien dans l'Europe.
« Il ne suffit pas de dire à ceux qui ont voté contre le Brexit +vous avez perdu, c'est terminé+. Nous devons reconnaître que beaucoup d'entre eux sont animés par des sentiments nobles (…) et le désir de voir le Royaume-Uni réussir », explique-t-il.
Boris Johnson se pose en challenger de Mme May dont il défie régulièrement l'autorité pour faire passer sa vision d'une rupture sans concession avec l'UE, accompagnée d'une sortie du marché unique et de l'union douanière. Il fait figure d'épouvantail pour les partisans du maintien du Royaume-Uni dans l'UE, qui l'accusent d'avoir mené une campagne mensongère avant le référendum du 23 juin 2016 qui a décidé le Brexit à 52% des voix.
Le leader de la campagne anti-Brexit Open Britain, le député travailliste Chuka Umunna a d'ailleurs raillé le discours à venir du ministre, le qualifiant « d'hypocrisie de premier ordre ».
« Boris Johnson n'est pas en mesure de sermonner sur les dangers ou une éventuelle trahison », estime-t-il. « Il s'est lui-même répandu en discours alarmistes sur le fait que la Turquie était sur le point de rejoindre l'UE, et il a trahi des millions de gens avec sa promesse de verser (grâce au Brexit) 350 millions de livres par semaine au NHS », le service de santé britannique, a-t-il réagi.
D'autres membres du gouvernement livreront leur vision du Brexit dans les deux prochaines semaines : le ministre du Brexit David Davis évoquera les futures normes commerciales, le ministre d'Etat David Lidington abordera la répartition des compétences avec les parlement régionaux, et le secrétaire d'Etat au commerce international, Liam Fox, doit livrer la stratégie sur la signature de futurs accords commerciaux.
Bruxelles attend impatiemment que Londres précise sa position en vue des négociations sur leur future relation commerciale. Les deux parties n'ont pas encore trouvé d'accord sur les modalités de la période de transition réclamée par Londres et qui doit commencer après le Brexit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.