Huawei: Londres s'apprête à trancher sous la pression de Washington    NBA Superstar Kobe Bryant Dies in Helicopter Crash    NBA: Kobe Bryant en chiffres    Soutien, assistance, financement… La FM6CS dresse le bilan de ses 9 ans d'action au profit des champions sportifs    Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad et le Raja accèdent aux quarts de finale    Le marché de tabac a rapporté 11,34 MMDH au Trésor en 2019    Le PPS perd un de ces doyens    Banque d'affaires: Les russes de Renaissance Capital tâtent le terrain    Algérie : après un an, la contestation populaire unit ses forces vives    Les jeunes et le discours religieux contemporain    L'initiative «100 jours, 100 villes» du RNI fait escale à Asilah    «La confiance de Sefrioui dans Addoha est un signal positif»    La Douane, un acteur du développement durable    Les litiges relèvent désormais de la compétence des TPI    Scène culturelle: La guerre des communiqués…    Le groupe Addoha intensifie ses investissements au Ghana    Mission multi-sectorielle sur les mines et industries extractives à Nouakchott    Proche-Orient : le plan de paix américain sera dévoilé dans les tout prochains jours    CGEM-DGI : CGEM-DGI Une rencontre de communication sur les dispositions de la loi de Finances 2020    Produits impropres à la consommation : Près de 18.000 tonnes détruites en 2019    Une baisse du marché sans impact sur les recettes fiscales    Le sud-africain Aspen Pharmacare veut se développer au Maroc    Les nageurs meknassis se positionnent sur le podium du Championnat d'hiver de Meknès    Le Marocain Hicham Laqouahi remporte le 31è marathon international de Marrakech    CAN Futsal 2020 : L'Île Maurice a déja réussi sa CAN    La HACA à l'édition 2020 du Salon de la radio et de l'audio-digital à Paris    Coronavirus : Aucun cas enregistré au Maroc    Nous sommes tous Nour    Chute d'obus de mortier sur l'Est de Tripoli : Un Marocain tué    Point de vue : Dire pour construire et non dire pour détruire    L'épidémie de coronavirus est partie d'un marché à Wuhan en Chine    Abdelaziz Barrada rejoint les Lusitanos Saint-Maur    Edito : Triste déballage    Voici le temps qu'il fera ce lundi    Harvey Weinstein avait une "liste rouge" des femmes susceptibles de le dénoncer    Noureddine Saïl à Dakar : "Il faut multiplier les productions cinématographiques nationales afin de promouvoir le cinéma africain"    Le Roi félicite le Premier ministre indien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Le Roi félicite le Gouverneur général d'Australie à l'occasion de la fête nationale de son pays    Russie: Le nouveau gouvernement a du pain sur la planche…    L'ambassade du Maroc à Pékin rassure    Ali Najab: «Les tortionnaires du polisario agissaient sur ordre des Algériens»    Larbi Doghmi, un créateur dans la mémoire…    La «dissolution» de l'IRCAM: Que pensent les acteurs amazighs !    Brexit : l'UE nomme un ambassadeur auprès du Royaume-Uni    Coronavirus : Voici les pays touchés    Capitales africaines de la culture : Rabat supplée Marrakech à la hâte    Coronavirus: le Maroc instaure un contrôle sanitaire aux ports et aéroports internationaux    Piers Faccini, le maître de la complainte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Boris Johnson met en garde contre une « trahison » du Brexit
Publié dans La Nouvelle Tribune le 14 - 02 - 2018

Le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson doit livrer mercredi un discours offensif pour contrer les velléités des opposants au Brexit, jugeant qu'il serait « intolérable et anti-démocratique » de revenir en arrière sur la sortie de l'UE.
« Je crains que certains ne soient de plus en plus déterminés à arrêter le Brexit (…) Ce serait intolérable, anti-démocratique, et cela rendrait impossible la conclusion d'accords commerciaux importants », doit dire le ministre dans un discours dont des extraits ont été publiés à l'avance par le tabloïd The Sun.
« Ce serait une erreur monumentale qui provoquerait un sentiment permanent et ineffaçable de trahison » soutient le ministre, assurant que « le Brexit est le grand projet de notre époque ».
Ce discours doit être le premier d'une série d'interventions de membres du gouvernement, y compris sa cheffe Theresa May, qui doit exposer sa vision des futures relations avec l'UE après le Brexit, le 29 mars 2019
Alors que la société britannique reste profondément divisée sur le sujet et que le gouvernement peine à se mettre d'accord sur sa future relation avec l'UE, Boris Johnson, l'un des leaders du camp pro-Brexit, tend la main aux partisans du maintien dans l'Europe.
« Il ne suffit pas de dire à ceux qui ont voté contre le Brexit +vous avez perdu, c'est terminé+. Nous devons reconnaître que beaucoup d'entre eux sont animés par des sentiments nobles (…) et le désir de voir le Royaume-Uni réussir », explique-t-il.
Boris Johnson se pose en challenger de Mme May dont il défie régulièrement l'autorité pour faire passer sa vision d'une rupture sans concession avec l'UE, accompagnée d'une sortie du marché unique et de l'union douanière. Il fait figure d'épouvantail pour les partisans du maintien du Royaume-Uni dans l'UE, qui l'accusent d'avoir mené une campagne mensongère avant le référendum du 23 juin 2016 qui a décidé le Brexit à 52% des voix.
Le leader de la campagne anti-Brexit Open Britain, le député travailliste Chuka Umunna a d'ailleurs raillé le discours à venir du ministre, le qualifiant « d'hypocrisie de premier ordre ».
« Boris Johnson n'est pas en mesure de sermonner sur les dangers ou une éventuelle trahison », estime-t-il. « Il s'est lui-même répandu en discours alarmistes sur le fait que la Turquie était sur le point de rejoindre l'UE, et il a trahi des millions de gens avec sa promesse de verser (grâce au Brexit) 350 millions de livres par semaine au NHS », le service de santé britannique, a-t-il réagi.
D'autres membres du gouvernement livreront leur vision du Brexit dans les deux prochaines semaines : le ministre du Brexit David Davis évoquera les futures normes commerciales, le ministre d'Etat David Lidington abordera la répartition des compétences avec les parlement régionaux, et le secrétaire d'Etat au commerce international, Liam Fox, doit livrer la stratégie sur la signature de futurs accords commerciaux.
Bruxelles attend impatiemment que Londres précise sa position en vue des négociations sur leur future relation commerciale. Les deux parties n'ont pas encore trouvé d'accord sur les modalités de la période de transition réclamée par Londres et qui doit commencer après le Brexit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.