Secrétariat général du gouvernement: Dernières retouches pour la transformation    Les droits d'auteurs au Conseil du gouvernement    El Othmani interpellé sur l'appui aux TPME    Fonds d'équipement communal: Le PNB en hausse    Foncier agricole: Le coup de pouce de Maroc Vert    Capital humain: 96% des actifs casablancais sont stressés    Forum de Paris sur la paix: Pour l'ONU, le monde se fissure    Tibu lance l'enseignement des sciences par le sport    LA FME intègre ses nouveaux boursiers    Bourse de mérite: Les étudiants des prépas indignés    Réforme du Code pénal: Les propositions du CNDH relancent le débat    Repérez les personnes toxiques au bureau    Concert: Roméo et Juliette en tournée au Maroc    Chambre des représentants : le PLF 2020 adopté à la majorité    Le Maroc participe à la Coalition mondiale anti-Daech à Washington    Tsitsipas en demie, Nadal toujours en vie au Masters de Londres    Accord de cessez-le-feu après deux jours d'agression israélienne    La Russie aménage une base militaire dans le nord-est syrien    Coopération maroco-libyenne dans le domaine législatif    Wenger nommé directeur du développement du football mondial    Suspension de Bernardo Silva    La Mauritanie, un premier cap à franchir pour le Onze national    Une banque publique peut-elle aider les plus pauvres?    Abdellatif Jouahri : La digitalisation des services, l'ubérisation de l'économie, et les multiples risques de la cybercriminalité posent des défis d'une complexité sans précédent en matière de régulation    Data Protect signe un protocole de partenariat avec Trans-Sahara IT    Lors d'une journée d'étude organisée à la Chambre des conseillers, Mohamed Benabdelkader : Mettre l'arsenal juridique au diapason de l'évolution de la société    Insolite : Arrêtée avec 2 kilos d'or dans ses chaussures    Appel à l'élaboration d'une feuille de route nationale pour promouvoir des alternatives au placement institutionnel des enfants    Prochaine ouverture à Laâyoune d'un consulat général des Iles Comores    Le rôle de l'institution législative dans l'exception d'inconstitutionnalité des lois débattu à Rabat    La philosophie n'est pas une réflexion aride réservée à des élites intellectuelles    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Macky Sall primé à MEDays    Brahim El Mazned invité du Forum de la MAP le mardi 19 novembre    Guelmim: arrestation de trois personnes pour organisation de l'immigration clandestine    Race désert marathon : Une 4ème édition en trois étapes    Golf : Maha Haddioui remporte le tournoi Omnium VI    La cigarette électronique enfin réglementée et fiscalisée    Mondiaux de para-athlétisme: Cinq médailles, dont une en or pour le Maroc    L'Association enfance et découverte présente son nouveau programme digital pour enfants !    La MINUSCA rend hommage au soldat marocain mort en Centrafrique    El Majhad remplace Zniti dans la liste d'Halilhodzic    Rialto se revêtit de sa parure nuptiale!    Gaza. Huit palestiniens d'une même famille tués par l'armée israélienne    Financement des projets. Les mesures d'accompagnement dévoilées    Destitution de Trump: Un témoin clé enfonce le clou au Congrès    France-islamophobie : Pour un morceau de tissu !    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Face à Poutine, sept candidats et un grand absent
Publié dans La Nouvelle Tribune le 16 - 02 - 2018

Vladimir Poutine sera opposé à sept candidats lors de la présidentielle du 18 mars en Russie mais pas à son principal opposant Alexeï Navalny, déclaré inéligible.
Alexeï Navalny, le grand absent
Connu pour ses enquêtes sur la corruption des élites abondamment partagées sur les réseaux sociaux, ce juriste charismatique a créé la surprise en organisant des manifestations d'ampleur contre le pouvoir l'année dernière.
A 41 ans, il a ainsi confirmé son statut d'opposant numéro un au Kremlin, seul capable de mobiliser des dizaines de milliers de personnes contre le pouvoir. L'élection ne permettra pas de jauger sa réelle popularité à l'échelle du pays: sa candidature a été rejetée par la Commission électorale en raison d'une condamnation judiciaire qu'il dénonce comme montée de toutes pièces.
Il a appelé au boycott du scrutin, promis des actions de protestation et veut envoyer des observateurs traquer les fraudes dans les bureaux de vote.
Pavel Groudinine, le communiste millionnaire
La candidature surprise de Pavel Groudinine, 57 ans, a donné un coup de jeune au parti communiste, représenté depuis la chute de l'URSS par Guennadi Ziouganov. Directeur débonnaire du « Sovkhoze Lénine », une ferme de fruits dont les revenus se comptent en millions de dollars, il est le plus populaire des concurrents de Vladimir Poutine tout en restant loin derrière à environ 7% d'intentions de vote.
S'il critique certaines politiques du gouvernement et fait l'éloge de Staline, il ne s'en prend jamais personnellement à M. Poutine, qu'il a soutenu par le passé. L'intérêt qu'il a suscité lui a valu une vague d'articles hostiles dans la presse pro-Kremlin et il dénonce les « pressions constantes » des autorités.
Vladimir Jirinovski, le trublion populiste
Habitué des présidentielles et des déclarations tonitruantes, Vladimir Jirinovski, 71 ans, est le candidat traditionnel du parti d'extrême droite LDPR. Antiaméricain, antilibéral, anticommuniste, il est considéré par nombre d'observateurs comme un vrai-faux opposant au Kremlin et est souvent décrit comme un clown dans les milieux politiques russes.
Marginalisé ces dernières années, M. Jirinovski n'en a pour autant pas perdu sa fougue oratoire. Il est crédité de 5,7% des intentions de vote.
Ksenia Sobtchak, « contre tous »
Journaliste de télévision proche de l'opposition libérale, ex-star de téléréalité, Ksenia Sobtchak, 36 ans, s'est lancée dans la course avec le slogan « contre tous ».
Des voix se sont élevées pour dénoncer un « coup monté » du Kremlin destiné à faire oublier l'absence d'Alexeï Navalny, soulignant les liens de Mme Sobtchak avec le président russe, qui a travaillé avec son père Anatoli à la mairie de Saint-Pétersbourg dans les années 1990.
Si les sondages lui attribuent à peine plus de 1% des intentions de vote, sa candidature a insufflé un peu de vie dans une présidentielle jouée d'avance et apporté des critiques d'une rare virulence contre le Kremlin dans les médias fédéraux.
Grigori Iavlinski, le vétéran libéral
L'un des rares hommes politiques d'orientation libérale à avoir un poids en Russie, Grigori Iavlinski, 65 ans, a fondé le parti Iabloko peu après la chute de l'URSS.
Bien qu'il reste une voix critique de Vladimir Poutine, sa candidature à la présidentielle, la troisième, est perçue avec scepticisme et les intentions de vote en sa faveur ne dépassent pas 1%.
Boris Titov, l'homme d'affaires
Représentant des entrepreneurs en Russie, Boris Titov, 57 ans, s'est lancé dans la course, sans illusions sur le vainqueur à attendre, pour « convaincre Poutine de changer l'économie ».
Crédité de 0,4% des intentions de vote, il est notamment favorable à davantage mesures de relance économique et à une normalisation des relations avec les Occidentaux.
Sergueï Babourine, le nationaliste discret
Président du parti nationaliste Union du peuple russe, Sergueï Babourine, 59 ans, est peu connu du grand public et fait très rarement parler de lui dans les médias.
Ancien vice-président de la Douma, la chambre basse du Parlement russe, il affirme lutter depuis plus de 20 ans contre les orientations « néolibérales » des autorités.
Maxime Souraïkine, le schismatique communiste
Peu nombreux étaient ceux qui avaient entendu parler de Maxime Souraïkine, 39 ans, avant son entrée dans la course. Ancien membre du Parti communiste, il a rompu avec celui-ci avant de fonder en 2012 le parti des Communistes de Russie. Son poids politique est minime.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.