Le Maroc quitte la compétition la tête haute : Il a difficilement été défait par le Portugal    Elle fait l'actu : Farida Loudaya, ambassadeur du Maroc en Colombie et en Equateur    Le Maroc quitte le Mondial 2018    Iberostar rouvre à Agadir    Le français GFI regroupe ses principales filiales marocaines    Jeune enfance… grande misère    Agents d'autorité: SM le roi veut une rationalisation des ressources humaines    Oumaya Naamane Guessous: Le taux de divorce au Maroc est normal    L'ONU lance le Rapport des Objectifs de Développement Durable 2018    Daroua : Arrestation de 3 pilleurs de câbles électriques en cuivre    Casablanca : Démantèlement d'une bande de malfaiteurs dont une fille    «Les musiques et les sons aux intersections méditerranéennes» à Essaouira    Célèbre série britannique : «Baghdad Central» en tournage au Maroc    La lutte continue…!    Maroc-Portugal : les compos probables    Afailal: 190 sites menacés d'inondations ont été traités    Audiovisuel : Le CSCA adopte une nouvelle décision relative à la garantie de l'expression pluraliste    El Othmani: « Le gouvernement déterminé à aller de l'avant pour le développement des langues et des expressions culturelles nationales »    Franc succès de «Mawazine, Le Before »    Ivan Duque, nouveau président de Colombie...    Michael Kohler : «Un montant de 1 milliard 500 millions d'euros pour l'Afrique et le Proche-Orient»    Les chevaliers des temps modernes    Les Lions pour rééditer l'exploit de 1986    Travailleuses en Espagne : Des actes de mauvais traitement « très isolés » selon Yatim    Le cas ZIANE    Les Etats-Unis claquent la porte du Conseil des droits de l'homme de l'ONU    Malgré la tempête, Trump persiste et signe sur les séparations d'enfants migrants    Kénitra : Un policier contraint de faire usage de son arme de service pour arrêter six criminels    Un navire des garde-côtes italiens accoste avec plus de 500 migrants en Sicile    Armes chimiques : Une réunion de haut niveau à Marrakech    El Othmani : Les accords de libre-échange ont grandement profité aux exportations marocaines    Aïd Al-Adha : Les vétérinaires veulent « collaborer efficacement » avec l'ONSSA    Un élève auteur d'une agression contre un surveillant d'examens à Salé    Si la Selecção est un serpent...coupons-lui la tête    Polémique    Mondial 2018: La Russie s'impose face à l'Egypte (3-1)    48ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    Edito : We Casa ?    (Vidéo)Auto-emploi: Zoubida donne l'exemple    Facebook partenaire de Maroc Cultures pour Mawazine    Les Africains se concertent à Marrakech contre les armes chimiques    Agression d'un élève contre un surveillant : la direction provinciale réagit    Burundi : L'économie otage de la crise politique    Souss-Massa : Une délégation du Conseil régional prospecte à San Pedro    Union du Maghreb Arabe : L'UA y croit toujours!    Alphadi : «Avec le Maroc, le cinéma africain peut aller très loin»    YouTube défie Spotify et Deezer en Europe avec un nouvel abonnement musical    Mohamed Ziane, entre rejet et admiration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Armer des enseignants? Donald Trump persiste et signe
Publié dans La Nouvelle Tribune le 22 - 02 - 2018

Le président américain Donald Trump a martelé jeudi sa conviction qu'armer certains enseignants permettrait de riposter face aux tireurs qui ciblent les écoles et aurait un effet dissuasif sur ces « lâches ».
Dans une rafale matinale de tweets, le locataire de la Maison Blanche a défendu cette mesure très controversée et catégoriquement rejetée par nombre d'élus du Congrès, démocrates comme républicains.
« Une école +sans armes+ attire les méchants », a-t-il lâché, sans oublier de redire son soutien à la National Rifle Association (NRA) qui l'a soutenu sans réserve tout au long de sa campagne.
Peu après, le chef de ce puissant lobby des armes, Wayne LaPierre, a, dans un discours virulent dont il est coutumier, dénoncé la « politisation honteuse » de la tragédie de Floride, accusant ses détracteurs de vouloir « éradiquer toutes les libertés individuelles » en Amérique.
Après un échange poignant mercredi avec des rescapés de la fusillade qui a fait 17 morts il y une semaine dans un lycée de Floride, M. Trump devait rencontrer jeudi à la Maison Blanche des élus locaux, parmi lesquelles Christine Hunschofsky, maire démocrate de Parkland, ville meurtrie par ce carnage.
« Des enseignants/entraîneurs très bien formés et adeptes des armes résoudraient le problème instantanément avant que la police arrive. GRAND POUVOIR DE DISSUASION! » a-t-il écrit, affirmant que les fusillades duraient en moyenne « trois minutes » et qu'il fallait « cinq à huit minutes » à la police pour se rendre sur les lieux.
Reprenant son argument avancé la veille, il a estimé qu'environ 20% des enseignants, ceux ayant « une expérience militaire ou entraînement spécial » pourraient porter une arme de façon dissimulée, ce qui leur permettrait de « riposter immédiatement ».
« Des enseignants bien formés serviraient aussi de dissuasion face aux lâches qui font ça. Beaucoup plus efficace à un coût bien moindre que des vigiles », a-t-il encore dit, évoquant pour la première fois l'argument économique.
S'ils savent qu'une école a un « grand nombre d'enseignants très doués avec les armes (…) les lâches n'iront pas là-bas…problème réglé ».
– ‘Formée comme une policière?' –
Pour le sénateur démocrate Richard Blumenthal, il s'agit d'une idée « abjecte » et « dangereuse » qui a été rejetée « avec force par l'ensemble de la communauté éducative »
Lors d'un débat organisé mercredi soir près de Miami par la chaîne CNN, de nombreuses voix se sont élevées pour mettre en garde contre un tel scénario.
« Vais-je devoir être formée comme une policière en plus d'éduquer ces enfants ? » a demandé Ashley Kurth, une enseignante du lycée de Parkland où 17 personnes ont perdu la vie. « Vais-je devoir porter un gilet en kevlar ? ».
« Je ne pense pas que les enseignants doivent être armés. Je pense qu'ils doivent enseigner », a de son côté réagi le shérif Scott Israel, qui est intervenu sur le lieu du carnage perpétré il y a une semaine par un jeune homme de 19 ans qui avait acheté légalement son fusil semi-automatique.
Le sénateur républicain Marco Rubio a lui aussi fait entendre sa différence avec le président américain, affirmant être opposé à cette idée.
Dans sa séries de tweets, M. Trump a réaffirmé également qu'il était favorable à l'idée de relever de 18 à 21 ans l'âge auquel il est possible d'acheter une arme.
De nombreuses personnes ont souligné que Nikolas Cruz, le tueur de Floride, avait pu acquérir à 18 ans un fusil semi-automatique, alors qu'il faut avoir au moins 21 ans pour acheter de l'alcool aux Etats-Unis.
La NRA a immédiatement fait savoir son opposition à tout relèvement de l'âge légal pour acheter une arme, en estimant que cela reviendrait à « faire payer à des citoyens respectueux de la loi les actes malfaisants de criminels ».
Les lycéens de Stoneman Douglas, qui prévoient un grand rassemblement le 24 mars à Washington, reçoivent chaque jour des encouragements marqués de personnalités de premier plan.
Barack Obama, plutôt discret depuis son départ de la Maison Blanche, leur a apporté jeudi matin un soutien appuyé. « Quelle inspiration de voir une nouvelle fois tant d'élèves intelligents et courageux se battre pour leur droit à grandir en sécurité », a-t-il écrit sur Twitter. « Nous vous attendions. Et nous vous soutenons », a ajouté l'ancien président démocrate.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.