World Policy Conference : L'urgence d'une nouvelle gouvernance mondiale    Outsourcia fait l'acquisition de la société française Simplify    Dialogue social : El Otmani rencontre syndicats et employeurs    TGR : Le déficit budgétaire s'est creusé à 32,3 MMDH en septembre    Il fait l'actu : Kaiss Saïed, nouveau président de la Tunisie    Arab Reading Challenge: La Marocaine Fatima Zahra Akhiar passe en finale    Le 3e Salon maghrébin du livre fait la part belle aux enfants    Samira Said à Muscat    FRMF: Tout savoir sur les billets du match Maroc-Algérie locaux    TIBU Maroc présente la 1ère promotion de «Intilaqa»    Yemoh & The Minority Globe lance «Welcome to Africa» le 25 octobre    Ligue des champions de la CAF : Le WAC gagnera par forfait contre l'USMA    Les violations des droits humains à Tindouf mises à nu    Brexit: Un accord « possible » dans la dernière ligne droite, selon Dublin    Programme Bades: Le démenti de la CGI/CDG    Suite à une réunion avec la tutelle : Les transporteurs routiers de marchandises annulent leur grève    Moga Festival. L'électro métissé d'Essaouira !    À Hong Kong, la violence des radicaux n'entame pas l'unité du mouvement    Joie dans les rues de Quito pour célébrer la fin de la crise    Le Maroc tenu en échec par la Libye en attendant le Gabon ce mardi    Ouverture de la première session de la 4e année législative    Edito : Banques    Paul Kagame : « Le développement de l'Afrique relève de la responsabilité des Africains »    Le Maroc remporte à Abu Dhabi le Championnat arabe du muay-thaï    Fès : Trois individus arrêtés en flagrant délit de possession de plus de 2 t de chira    Vidéo. Marrakech : L'accident enregistré par une caméra de surveillance    WPC de Marrakech : La ‘‘Route de la Soie'', entre alarmistes et réalistes    Tunisie : Kais Saed vainqueur de la Présidentielle    Bleus : Plan D comme Deschamps, monsieur bricolage    La quête d'un équilibre défensif    Le nouvel échéancier de paiement de l'IATA inquiète les voyagistes marocains    Ferme soutien au Plan d'autonomie au Sahara    La sensibilisation à la santé mentale au menu d'une rencontre à Rabat    Grave menace sur le passage frontalier d'El Guerguarat    Une délégation parlementaire marocaine participe à la 141ème Assemblée de l'UIP    Le village solaire d'Id Mjahdi se dote d'un Centre éducatif    La Banque africaine de développement soutient l'entrepreneuriat des jeunes et l'innovation au Maroc    Euro-2020 : L'Italie qualifiée, l'Espagne devra attendre    BMCE Bank of Africa organise une master class sur le "personal branding"    "Achoura" de Talal Selhami remporte un nouveau prix en Espagne    Le musée Farid Belkahia ouvre ses portes aux œuvres de Hassan Hajjaj    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Kremlin réfute toute nouvelle « course aux armements » avec Washington
Publié dans La Nouvelle Tribune le 02 - 03 - 2018

Le Kremlin a réfuté vendredi vouloir se lancer dans une nouvelle « course aux armements » avec les Etats-Unis au lendemain d'un discours très ferme de Vladimir Poutine dans lequel il a vanté les nouvelles armes « invincibles » de la Russie.
En détaillant longuement lors de son discours annuel devant le Parlement les capacités technologiques des missiles développés par la Russie, le président russe a donné une tonalité belliciste aux tensions qui ne cessent de s'aggraver entre Moscou et Washington.
Cette démonstration de force porte un nouveau coup aux promesses de Donald Trump de réconcilier l'Amérique avec la Russie de Vladimir Poutine, déjà plombées par les accusations d'ingérence russe dans sa campagne.
Elle fait craindre surtout une nouvelle escalade rappelant la fin de la Guerre froide.
« La Russie n'a pas l'intention de se lancer dans une course aux armements », a affirmé aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, rejetant les accusations américaines.
« Nous démentons catégoriquement toutes les accusations selon lesquelles la Russie viole des dispositions et des articles du droit international sur le désarmement et le contrôle des armements », a affirmé M. Peskov.
« La Russie a été, est et sera contrainte par ses obligations internationales », a-t-il ajouté.
La chancelière allemande Angela Merkel et le président américain Donald Trump se sont pour leur part dits « inquiets », lors d'une conversation téléphonique, des déclarations de Vladimir Poutine qui précèdent de deux semaines l'élection présidentielle du 18 mars en Russie.
Le président russe a justifié le développement de ces nouvelles armes, qu'il a supervisé personnellement, comme une réponse à l'activité militaire des Etats-Unis, et notamment au déploiement de systèmes antimissiles en Europe de l'est et en Corée du Sud.
Il a ainsi présenté des nouveaux types de missiles de croisière avec une « portée illimitée » ou hypersoniques, des mini-submersibles à propulsion nucléaire ou encore une arme laser « dont il est trop tôt pour évoquer les détails ».
Selon le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, les armes russes sont désormais capables de « surpasser tous les systèmes antimissiles existants ».
Washington a réagi en accusant Moscou de « violation directe » des traités internationaux signés par la Russie, dont le traité INF sur les armes nucléaires à portée intermédiaire, paraphé par Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev en 1987.
« Il ne s'agit que d'une réponse de la Russie au retrait des Etats-Unis de l'accord sur le système de défense antimissile et au processus très actif de développement d'un système antimissile global qui est à même de violer la parité stratégique et nucléaire et de neutraliser de fait les forces stratégiques russes », a indiqué M. Peskov vendredi.
– Indifférence –
La Russie reproche en outre aux Etats-Unis leur nouvelle posture nucléaire, qualifiée de « belliqueuse » et « antirusse », qui vise notamment à doter Washington de nouvelles armes nucléaires de faible puissance.
Si Vladimir Poutine a assuré ne « menacer personne » et ne pas prévoir d' »utiliser ce potentiel de façon offensive », la diplomatie américaine a jugé que le président russe n'avait pas eu « une attitude digne d'un acteur mondial majeur ».
Mais au-delà de la condamnation diplomatique, les militaires américains ont affecté l'indifférence à l'égard de ces assertions du président russe.
« Ces armes sont en développement depuis très longtemps », a déclaré à la presse la porte-parole du Pentagone, Dana White. « Nous ne sommes pas surpris par cette déclaration et les Américains peuvent être sûrs que nous sommes pleinement préparés ».
D'ailleurs, la nouvelle stratégie nucléaire des Etats-Unis, publiée début février, « tenait compte » de ces armes russes, a-t-elle ajouté.
Signe supplémentaire des tensions entre les deux puissances, la Russie a annoncé vendredi avoir annulé des discussions stratégiques prévues en mars avec les Etats-Unis, qui fait lui même suite au retrait « inamical » de dernière minute d'une délégation américaine d'une réunion consacrée à la cybersécurité fin février.
Certains experts estiment néanmoins que les annonces militaristes de Vladimir Poutine s'adressent avant tout à un public intérieur avant la présidentielle du 18 mars qu'il est certain de remporter faute d'opposition réelle.
M. Poutine a ainsi promis lors du même discours jeudi d'améliorer le niveau de vie des Russes et diviser par deux le niveau de pauvreté « inacceptable » lors des six prochaines années.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.