Démocratie participative: Le diagnostic de Habib El Malki    Lois électorales: Ce qui risque de changer    Nezha El Ouafi: «Nous travaillons sur le changement des paradigmes»    Séances sans relief    France: La Cour des comptes sort ses cartons    Hosni Moubarak n'est plus    Matières premières: L'effet coronavirus    L'après-Brexit Un long chemin semé d'embûches    Coronavirus : les bourses se portent mal    Rebondissement dans l'affaire de l'arbitre Hicham Tiazi    Le coronavirus plombe l'économie    La CCISCS scelle un partenariat avec l'AFEM    L'OMDH demande la mise en adéquation des lois nationales avec les conventions internationales signées par le Maroc    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Plaidoyer pour un modèle de démocratie participative et inclusive    Célébration aujourd'hui du 13ème anniversaire de S.A.R la Princesse Lalla Khadija    Bouillon de culture    L'Emir du Qatar reçoit Fouad Ali El Himma à Doha    La politique immobilière nationale décortiquée par le CESE    Ligue des champions : Le Raja à l'assaut du Tout Puissant Mazembe    Divers sportifs    Moutaouali, la perle du Raja    Aucun cas de Coronavirus enregistré au Maroc    Le parc Murdoch victime d'un vandalisme aveugle    Caravane multidisciplinaire    U.S. Coronavirus Outbreak Would Pose Risk to Record Expansion    Record absolu d'œuvres vendues en 2019 sur le marché de l'art    Avant une cérémonie sous tension, les César nomment une présidente par intérim    Oualas : Bilan exceptionnel du 3ème Festival "Afrique du rire"    Boxe : quatre pugilistes qualifiés aux JO de Tokyo    Le Roi adresse un message de félicitations au Président de la République dominicaine    Spécial TPME : Le plan de bataille des banques…    Un don de Patrice de Mazières au profit des Archives du Maroc    Jeudis cinéma droits humains : Projection du film « Khartoum Offside»    «Trio Sophia Charaï» à l'Institut Cervantès de Casablanca    Des amendes pour soutenir les PME    Coronavirus: un Tétouanais dans les filets de la police    Jeux olympiques de Tokyo 2020 : Soufiane El Bakkali rejoint la Visa Team    OCS-AS FAR et MAT-RBM: nuls équitables    Taza à l'heure du 2e forum provincial pour la culture et le travail associatif    La réaction de Dounia Batma après sa confrontation avec Aïcha Ayach (VIDEO)    France: plusieurs morts et blessés dans un incendie à Strasbourg    Les notaires s'expliquent : Ils observent une grève les 27 et 28 février pour protester contre le plafonnement de leurs honoraires    Coronavirus: l'Arabie saoudite suspend les Omras (VIDEO)    Voici le temps qu'il fera ce jeudi    La détention de l'éditeur suédois Gui Minhai perturbe les relations entre la Chine et la Suède    Sous le feu de ses rivaux démocrates Sanders se pose en rempart à Trump    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Données, manipulation russe : Les scandales qui empoisonnent Facebook
Publié dans La Nouvelle Tribune le 23 - 05 - 2018

Retour sur les scandales qui empoisonnent Facebook, alors que son patron Mark Zuckerberg poursuit mercredi en France sa tournée sur le Vieux continent après avoir présenté la veille ses excuses aux eurodéputés pour les lacunes du réseau social.
– Cambridge Analytica –
Selon Facebook tout remonte à 2013, lorsqu'un chercheur américano-russe, Alexandre Kogan, met au point une application de tests psychologiques, « thisisyourdigitallife », proposée sur le réseau social, comme de nombreuses autres applications extérieures auxquelles on se connecte via son compte Facebook.
Environ 300.000 personnes téléchargent l'application, l'autorisant alors à accéder aux informations de leur profil mais également aux données des « amis » de la personne ayant téléchargé l'application.
A partir de 2015, Facebook limite ce pouvoir et empêche les applications tierces d'accéder notamment aux données des « amis » sans leur consentement.
Le réseau social apprend la même année que M. Kogan a transmis les informations récupérées via son application à la firme britannique Cambridge Analytica (CA), spécialisée dans l'analyse de données et la communication stratégique. Celle-ci a été embauchée en 2016 par l'équipe de campagne du candidat républicain à la présidentielle américaine Donald Trump.
Le réseau dit avoir reçu en 2015 l'assurance que CA avait effacé les données en question. Mais Facebook estime que la firme a bien pu avoir accès aux données de 87 millions de personnes, la plupart aux Etats-Unis, sans leur consentement, et s'en servir pour la campagne de Trump.
Cambridge Analytica, qui réfute ces accusations, a cessé son activité et s'est déclarée en faillite au Royaume-Uni puis aux Etats-Unis.
Facebook est accusé d'avoir été laxiste dans la protection des données de ses utilisateurs, d'avoir tardé à intervenir et d'avoir toujours entretenu le flou quant aux paramètres de confidentialité.
D'autant que la FTC, régulateur américain du commerce, avait déjà accusé en 2011 Facebook de « tromper » les usagers et mis en garde contre les applications tierces car elles avaient accès à trop de données. Les accusations de la FTC notamment s'étaient soldées par un accord amiable.
Fin mars, la FTC a indiqué qu'elle enquêtait pour savoir si Facebook n'avait pas enfreint cet accord, ce qui est passible de fortes amendes.
Au-delà du scandale CA, le groupe estime que les données de quasiment tous ses utilisateurs ont pu à un moment ou un autre être récupérées à leur insu.
– La manipulation politique –
Facebook est aussi accusé, comme Twitter et Google, d'avoir laissé proliférer des « fausses informations » et autres publications destinées à manipuler l'opinion publique pendant la campagne présidentielle américaine de 2016, pour favoriser l'élection de Donald Trump.
Ces trois entreprises ont reconnu avoir trouvé sur leurs plateformes nombre de messages, comptes et pages provenant de l'Internet Research Agency, considérée par la justice américaine comme une ferme à trolls payée par le Kremlin pour inonder les réseaux sociaux de messages sur des sujets polémiques (armes, immigration, religion…).
Selon les calculs de Facebook, plus de 120 millions d'utilisateurs ont vu ce type de contenus.
Ces manipulations ont notamment pris la forme de messages publicitaires sponsorisés que l'on peut cibler moyennant finance vers certains utilisateurs grâce aux données privées détenues par Facebook. La manipulation est aussi passée par des « Pages » Facebook, qui sont consacrées à des causes, des marques, des entreprises ou organisations et auxquelles on peut s'abonner.
Facebook est notamment accusé de n'avoir pas été assez vigilant sur ces contenus et sur l'authenticité de leurs auteurs, d'autant plus que le financement de publicités politiques depuis l'étranger est interdit aux Etats-Unis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.