Tunisie : Kais Saed vainqueur de la Présidentielle    Averses orageuses fortes avec chute de grêle et rafales dans plusieurs provinces du royaume    World Policy Conference 2019 : Ce qu'a dit Mezouar sur l'Algérie…    CGEM : Mezouar annonce sa démission    Le chapitre Mezouar fermé, que se passera-t-il à la CGEM ?    Mezouar démissionne de la CGEM pour "contraintes personnelles majeures"    Salaheddine Mezouar annonce son départ de la CGEM    Zagora : clôture du 7ème Festival international du conte et des arts populaires    WPC 2019: Mezouar voit positivement les mutations que connaît le Maghreb    Emouvantes obsèques à Seddina «Tétouan» d'Abderrahmane Karkich    Agir pour un tourisme créatif!    Transport de marchandises : les professionnels suspendent leur sit-in    Sahara: des pétitionnaires latino-américains mettent en avant l'initiative marocaine    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Le groupe Renault se sépare de son Directeur général    Le PDG de Laprophan n'est plus !    Le thyphon Hagibis atteint les côtes du Japon    Les chants désespérés et pathétiques des supporters    Gouvernement : A la recherche de l'efficacité    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    Falsification de billets de banque : Deux arrestations à Marrakech    Arrivée au Maroc du président rwandais Paul Kagame    «La culture est le meilleur moyen d'échange»    Fatima Attif: «Il n'y a pas beaucoup d'écriture pour la femme dans le cinéma marocain»    Faouzi Skali présente la culture soufie devant le Sénat français    L'édition 2020 du Symposium business et santé en Afrique (AHBS) aura lieu au Maroc !    Maroc – Libye : « Beaucoup de travail reste à faire », dixit Halilhodzic    Casablanca ne sera pas privé d'électricité le 20 octobre (ONEE)    Le secrétaire général des Nations unies épingle le Polisario    Les distributeurs africains des produits pharmaceutiques fédèrent leurs énergies    La Belgique première qualifiée à l'Euro 2020 : Les Pays-Bas se font peur    Le Sud-Africain Giniel De Villiers remporte le Rallye du Maroc 2019    Un ressortissant étranger arrêté in extremis en possession de 26 faucons vivants    Divers sportifs    La Banque mondiale prévoit une accélération de la croissance de l'économie marocaine    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    Les Tunisiens élisent leur président après un mois riche en rebondissements    Angelina Jolie : Je ne me suis jamais cantonnée dans un confort physique ou émotionnel    Beyoncé de nouveau enceinte    Bentalha victime d'une escroquerie    Institut français du Maroc. Que la saison commence !    Maroc-Lybie : Tout ce qu'il faut savoir sur cette rencontre    Wydad et Raja dans des groupes plus ou moins difficiles    Vahid Halilhodžić n'a pas encore trouvé l'équipe type    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Données, manipulation russe : Les scandales qui empoisonnent Facebook
Publié dans La Nouvelle Tribune le 23 - 05 - 2018

Retour sur les scandales qui empoisonnent Facebook, alors que son patron Mark Zuckerberg poursuit mercredi en France sa tournée sur le Vieux continent après avoir présenté la veille ses excuses aux eurodéputés pour les lacunes du réseau social.
– Cambridge Analytica –
Selon Facebook tout remonte à 2013, lorsqu'un chercheur américano-russe, Alexandre Kogan, met au point une application de tests psychologiques, « thisisyourdigitallife », proposée sur le réseau social, comme de nombreuses autres applications extérieures auxquelles on se connecte via son compte Facebook.
Environ 300.000 personnes téléchargent l'application, l'autorisant alors à accéder aux informations de leur profil mais également aux données des « amis » de la personne ayant téléchargé l'application.
A partir de 2015, Facebook limite ce pouvoir et empêche les applications tierces d'accéder notamment aux données des « amis » sans leur consentement.
Le réseau social apprend la même année que M. Kogan a transmis les informations récupérées via son application à la firme britannique Cambridge Analytica (CA), spécialisée dans l'analyse de données et la communication stratégique. Celle-ci a été embauchée en 2016 par l'équipe de campagne du candidat républicain à la présidentielle américaine Donald Trump.
Le réseau dit avoir reçu en 2015 l'assurance que CA avait effacé les données en question. Mais Facebook estime que la firme a bien pu avoir accès aux données de 87 millions de personnes, la plupart aux Etats-Unis, sans leur consentement, et s'en servir pour la campagne de Trump.
Cambridge Analytica, qui réfute ces accusations, a cessé son activité et s'est déclarée en faillite au Royaume-Uni puis aux Etats-Unis.
Facebook est accusé d'avoir été laxiste dans la protection des données de ses utilisateurs, d'avoir tardé à intervenir et d'avoir toujours entretenu le flou quant aux paramètres de confidentialité.
D'autant que la FTC, régulateur américain du commerce, avait déjà accusé en 2011 Facebook de « tromper » les usagers et mis en garde contre les applications tierces car elles avaient accès à trop de données. Les accusations de la FTC notamment s'étaient soldées par un accord amiable.
Fin mars, la FTC a indiqué qu'elle enquêtait pour savoir si Facebook n'avait pas enfreint cet accord, ce qui est passible de fortes amendes.
Au-delà du scandale CA, le groupe estime que les données de quasiment tous ses utilisateurs ont pu à un moment ou un autre être récupérées à leur insu.
– La manipulation politique –
Facebook est aussi accusé, comme Twitter et Google, d'avoir laissé proliférer des « fausses informations » et autres publications destinées à manipuler l'opinion publique pendant la campagne présidentielle américaine de 2016, pour favoriser l'élection de Donald Trump.
Ces trois entreprises ont reconnu avoir trouvé sur leurs plateformes nombre de messages, comptes et pages provenant de l'Internet Research Agency, considérée par la justice américaine comme une ferme à trolls payée par le Kremlin pour inonder les réseaux sociaux de messages sur des sujets polémiques (armes, immigration, religion…).
Selon les calculs de Facebook, plus de 120 millions d'utilisateurs ont vu ce type de contenus.
Ces manipulations ont notamment pris la forme de messages publicitaires sponsorisés que l'on peut cibler moyennant finance vers certains utilisateurs grâce aux données privées détenues par Facebook. La manipulation est aussi passée par des « Pages » Facebook, qui sont consacrées à des causes, des marques, des entreprises ou organisations et auxquelles on peut s'abonner.
Facebook est notamment accusé de n'avoir pas été assez vigilant sur ces contenus et sur l'authenticité de leurs auteurs, d'autant plus que le financement de publicités politiques depuis l'étranger est interdit aux Etats-Unis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.