Attentat Strasbourg : Le roi adresse un message de condoléances à Macron    CAN 2019 : le Maroc se met volontairement hors-course    COP24 : Une coopération environnementale entre le Maroc et le Sénégal    Saisie par la Marine royale de plus de 300 Kg de Chira à bord d'un Go-fast en Méditerranée    Maroc-France : Signature d'un accord pour le renforcement des compétences en langue française des jeunes    Glamour, stars et paillettes sont au rendez-vous    Tanger : Deux malfrats condamnés à 10 ans de prison    Juan Carlos Garrido, le maître d'œuvre    En vertu d'une convention entre la FNM et Renault : Un véhicule Renault Master pour transporter les toiles en toute sécurité    Real Madrid.. 63 millions de livres sterling sur la table pour Hazard    Casablanca : Remise des prix aux lauréats de l'African Entrepreneurship Award 2018    Accord agricole : Les eurodéputés disent oui    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste composée de trois «Daechiens» à Kénitra    Projet de loi de Finances 2019 : Les amendements des conseillers bien accueillis    Lutte contre la spoliation immobilière : Aujjar s'attaque à la mafia du foncier    Les droits sociaux et juridiques de l'artiste à l'ordre du jour    Malgré l'adoption formel, le combat se poursuit    Espagne : Pedro Sanchez annonce une hausse de 22% du SMIC    Fès-Meknès. Dardouri communique autour de l'INDH    Le groupe Attijariwafa bank remporte deux prix à Londres    Où en sont les pourparlers de paix inter-yéménites?    PLF 2019 en phase finale chez les conseillers    «Réhabiliter la politique et le politique»    «L'autisme est un prétexte pour parler de nos différences»    Ligue des Champions : Messi, Salah, Kane et Hakimi disputeront les huitièmes    Le gel des biens de Hosni Moubarak maintenu par l'UE    L'ES Tunis souhaite rencontrer River Plate au Carré d'AS    Apple. Voici les meilleures applications de 2018    Royal Air Maroc réceptionne à Seattle un nouveau Boeing 787-9 Dreamliner    Entreprises : De nouveaux textes législatifs approuvés par la Chambre des représentants    Le transfert des compétences toujours en stand-by    Noël endeuillé pour Strasbourg    E-commerce : Le Maroc classé 5ème pays africain    Le taux de mortalité infantile a baissé à 2,9% en 2018 au Maroc    Madrid menace d'assumer le maintien de l'ordre en Catalogne    Carlos Ghosn, l'empereur déchu de l'automobile    L'Iran déterminé à poursuivre ses essais de missiles    Le secret de la longévité des tortues géantes des Galapagos    Rencontres de concertation au sujet des colonies de vacances    Lancement à Kénitra d'un modèle de classes d'enseignement préscolaire    Marcelo Gallardo Stratège et idole de River Plate    Valverde : Nous voulons aider Dembélé    Ronaldo : J'aimerais que Messi vienne en Italie    Abdelali Hamieddine de nouveau rattrapé par l'affaire Aït Ljid    La Cour béninoise de répression des infractions économiques et du terrorisme menacerait-elle l'Etat de droit ?    Insolite : Bague perdue    L'OCP Policy Center devient le "Policy Center For The New South"    Azoulay appelle les Souiris à s'enquérir des intérêts de leur cité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Travailleuses en Espagne : Des actes de mauvais traitement « très isolés » selon Yatim
Publié dans La Nouvelle Tribune le 20 - 06 - 2018

Les actes de mauvais traitement et d'harcèlement dont auraient été victimes certaines ouvrières marocaines travaillant dans les exploitations agricoles espagnoles « restent très isolés, et ce genre d'abus n'épargne pas des ouvrières agricoles de différentes nationalités'', a indiqué, mardi à Rabat, le ministre de l'Emploi et de l'Insertion professionnelle, Mohamed Yatim.
S'exprimant sur « la situation des ouvrières saisonnières marocaines dans les exploitations agricoles espagnoles », devant la commission des secteurs sociaux à la chambre de Représentants, M. Yatim a fait savoir que les informations recueillies auprès des différents sources et parties officielles montrent que les enquêtes diligentées par la garde espagnole ont permis d'auditionner 800 femmes marocaines et que les investigations ont permis d'enregistrer 12 cas de tentative d'harcèlement dont les auteurs sont 7 (4 Marocains et 3 Espagnols). Deux individus ont été arrêtés puis relâchés dans l'attente de la clôture de la procédure, tandis que les autres sont toujours soumis à l'enquête, a-t-il dit.
Le ministère suit, depuis le premier jour ainsi que les départements ministériels concernés et les autorités espagnoles, l'opération consistant à employer des ouvrières agricoles pour en garantir le succès, affirme le ministre soulignant l'engagement du département de tutelle à poursuivre la mobilisation et à prendre toutes les mesures visant à protéger et améliorer l'emploi des saisonnières marocaines.
M. Yatim a également souligné que son département est déterminé, aux côté des autres départements ministériels marocains et espagnols, à assurer le suivi de l'enquête menée par les autorités espagnoles au sujet des actes de mauvais traitement et d'harcèlement commis par des individus contre certaines travailleuses et à agir avec responsabilité.
M. Yatim a, en outre, rappelé qu'en application des recommandations de la 17-ème réunion de la commission mixte permanente sur la migration, tenue en avril dernier à Madrid, une délégation conjointe maroco-espagnole a effectué, les 10 et 11 mai courant, une visite de terrain dans la province espagnole de Huelva, pour s'enquérir des conditions de travail et de logement des ouvrières dans les exploitations agricoles espagnoles, de s'assurer des différentes prestations qui leur sont fournies pour les accompagner et faciliter leur intégration, ainsi que des contrats de travail sur place.
Concernant les résultats de cette visite, le ministre a indiqué qu'il a été procédé à l'examen avec la partie espagnole des différentes questions liées à la migration de la main-d'œuvre saisonnière, conformément à la volonté et la disposition affichées par les associations des entreprises espagnoles d'accorder davantage d'opportunités aux travailleuses marocaines au cours des prochaines années, de prolonger les permis de travail et de leur garantir la protection et le soutien nécessaires si elles font face à de telles pratiques.
Au niveau de suivi de l'opération de recrutement des ouvrières saisonnières dans la province de Huelva, M. Yatim a relevé que le ministère chargé des marocains résidant à l'étranger et des affaires de la migration a effectué fin mai une deuxième visite dans la province, tout en mettant l'accent sur la coordination des efforts entre les parties concernées, en vue de tenir des rencontres régulières entre le ministère de l'Emploi et de l'Insertion professionnelle et l'ambassade d'Espagne au Maroc.
Il a, en outre, indiqué que le retour au Maroc des ouvrières marocaines avait débuté le 25 mai 2018 et que l'opération se poursuivra jusqu'à juillet, précisant que l'accueil des ouvrières marocaines au niveau du port de Tanger est assuré par un staff relevant de l'Agence nationale de promotion de l'emploi et des compétences (ANAPEC) qui les sonde sur leur condition de travail et de séjour dans la ville espagnole.
Le ministre a également souligné la nécessité de mettre en place un mécanisme pour accompagner ces saisonnières durant toute la période de cueillette, à l'instar du système de « intermédiaires » adoptée en 2008 et 2009, évoquant le système de « médiatrices » (femmes marocaines maitrisant la langue espagnole) chargées du suivi des conditions des travailleurs sur place et la mise à la disposition des ouvrières d'une ligne verte pour contact ces intermédiaires en cas de besoin.
Il a, dans ce sens, mis l'accent sur l'amélioration des conditions de séjour des ouvrières dans certaines exploitations agricoles, dont le nombre demeure très limité, notant que les entreprises concernées qui attirent la main-d'œuvre étrangère sont tenues ainsi de respecter le cahier des charges fixé par les autorités espagnoles, tout en appelant à renforcer les campagnes de sensibilisation en faveur des ouvrières saisonnières candidates à l'émigration avant leur sortie du territoire national.
Pour leur part, les députés ont indiqué que les conditions sociales défavorables des ouvrières issues des zones rurales les mènent à travailler dans les exploitations agricoles espagnoles, notant que d'un point de vue juridique, ce type de contrat ne prévoit pas une protection suffisante pour elles, étant donné que les jours fériés ne sont pas rémunérés et leur régime de retraite n'est pas réglementé, compte tenu de la durée limitée du travail, de même qu'elles n'ont pas le droit à une représentation syndicale pour défendre leurs intérêts.
Ils ont également appelé d'agir d'urgence en vue d'apporter la protection à ces migrantes qui souffrent en silence des conditions sociales difficiles et des agressions et mauvais traitements inhumains, tout en veillant à respecter la dignité humaine, saluant les démarches entreprises par la justice espagnole afin d'agir convenablement avec les résultats de l'enquête judiciaire ouverte à ce propos et de rendre justice aux victimes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.