Visite au Centre culturel africain au Maroc après rénovation    Décès de l'ancien portier du WAC Mohamed El Khalidy, alias «Yachine»    Christian Adda : «Le Maroc peut être un carrefour de la culture africaine»    BMCE Bank à l'écoute des MRE    Ahidous à l'honneur à Aïn Louh    Délais de paiement: Beaucoup reste à faire    Des maires africains repensent la régionalisation dans le continent à Casablanca    MTF 2018: Focus sur la régionalisation avancée    La campagne agricole s'annonce exceptionnelle    Careem signe un protocole d'accord avec deux syndicats de taxis    Le Maroc et l'UE s'entendent sur le contenu du futur accord de pêche    L'experte espagnole María Carrasco* : « L'Espagne doit lutter au sein de l'UE pour aider le Maroc à gérer les flux des migrants »    Mahmoud Abbas condamne l'adoption de la loi sur « l'Etat-nation juif »    Comment des réfugiés peuvent refaire leur vie au Maroc    Allemagne : Des blessés après une attaque dans un bus    La vague de chaleur en Europe provoque sécheresse et incendies    Trump menace de taxes punitives les 505 milliards de dollars de produits chinois importés    Coupe de la Confédération : Le Raja sort la tête du goulot    Les grands enjeux d'Agadir!    Retraite des parlementaires: Manque de consensus et interminable débat    Création d'un Club national de la presse au Maroc    Rencontre des députés du PPS et le réseau Anaruz    Pedro Sanchez veut tourner la page du franquisme    Les clubs marocains se préparent pour la nouvelle saison    Corée du Sud : La présidente déchue condamnée à huit ans de plus    Des enfants d'Al Qods visitent le mausolée Mohammed V    Marhaba : 961.000 MRE ont gagné le Maroc    Immigration illégale – BCIJ : Démantèlement d'une bande criminelle active dans plusieurs villes    HCEFLCD : Ouverture de 1.237 km de pistes forestières entre 2013 et 2017    L'ONEE lance un programme d'éducation et de sensibilisation à la protection du littoral    Italie : Le torchon brûle entre Salvini et Saviano    CCG lance une nouvelle capsule vidéo dédiée aux mécanismes du Fonds Innov Invest    Santé : Et les recettes?    Il fait l'actu : Nizar Baraka, président du CESE    Saad-Eddine El Otmani : « Je suis très confiant pour la suite »    Le ministère de la santé dénonce les actes d'agressions répétitifs visant son personnel hospitalier    Munir El Kajoui Mohamedi rejoint le FC Malaga    BD : le Maroc aura son propre Marvel    Menaces de Trump sur les autos: l'Europe prête à discuter… et riposter    Ronaldo moqué jusqu'à l'humiliation dans les bains publics    Faouzi Lekjaa invité du Forum de la MAP le mardi 24 juillet    Non... «Mr Bean» n'est, encore une fois, pas mort    Match de gala entre les Lions de l'Atlas de 2004 et des anciens de la Seleção    L'été au musée    Le jalon du progrès    Décès de l'ancien portier du WAC Mohamed El Khalidy    Vers la création d'un musée de la mémoire juive marocaine à Fès : Le message fort de Mehdi Qotbi    Vidéo : La bourgeoisie marocaine caricaturée par The Tberguig !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Etats-Unis claquent la porte du Conseil des droits de l'homme de l'ONU
Publié dans La Nouvelle Tribune le 20 - 06 - 2018

Les Etats-Unis se sont retirés mardi du Conseil des droits de l'homme de l'ONU en accusant l'institution basée à Genève d' »hypocrisie » et de parti pris contre Israël, une décision aussitôt dénoncée par des organisations de défense des droits humains.
« Nous prenons cette mesure parce que notre engagement ne nous permet pas de continuer à faire partie d'une organisation hypocrite et servant ses propres intérêts, qui fait des droits de l'homme un sujet de moquerie », a lancé devant la presse à Washington l'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley, aux côtés du secrétaire d'Etat Mike Pompeo.
« Pendant trop longtemps, le Conseil des droits de l'homme a protégé les auteurs de violations des droits de l'homme et a été un cloaque de partis pris politiques », a-t-elle ajouté.
Mme Haley et M. Pompeo ont insisté sur le fait que les Etats-Unis resteraient un héraut des droits de l'homme dans le monde mais, pour beaucoup, cette décision reflète la défiance du gouvernement américain envers les organismes multilatéraux.
– « Biais continu » –
Cette annonce intervient au lendemain de vives critiques du Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Zeid Ra'ad Al Hussein contre la politique « inadmissible » et « cruelle » des autorités américaines de séparation d'enfants de leurs parents sans-papiers à la frontière mexicaine.
Mais Nikki Haley et Mike Pompeo ont assuré que la décision était liée à l'échec des tentatives de réforme du CDH.
« Malheureusement, il est maintenant clair que notre appel à la réforme n'a pas été entendu », a dit Mme Haley.
Le CDH a été créé en 2006 pour promouvoir et protéger les droits humains à travers le monde mais ses rapports ont souvent contredit les priorités américaines.
En particulier, le fait qu'Israël soit le seul pays au monde ayant un point fixe (appelé point 7) à l'ordre du jour de chaque session, soit trois fois par an, provoque la colère des Etats-Unis.
Washington, dont le mandat au Conseil s'achevait en principe en 2019, avait aussi réclamé que l'exclusion des Etats membres commettant de graves violations des droits de l'homme soit votée à la majorité simple et non aux deux tiers, et que le processus de sélection des Etats membres soit renforcé.
« Les pays (membres) se sont entendus pour saper la méthode actuelle de sélection des membres », a déclaré M. Pompeo. « Et le biais continu et bien documenté du Conseil contre Israël est inadmissible. Depuis sa création, le Conseil a adopté plus de résolutions condamnant Israël que contre le reste du monde », a-t-il ajouté.
– Critiques –
Si l'ambassadeur d'Israël à l'ONU Danny Danon s'est réjoui de ce retrait et a remercié les Etats-Unis pour leur refus « de la haine aveugle à l'égard d'Israël dans les institutions internationales », le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a dit qu'il « aurait préféré que les Etats-Unis restent au Conseil des droits de l'homme », a déclaré son porte-parole.
Quant à l'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW), elle a vivement critiqué ce nouveau repli.
Le CDH a « joué un rôle important dans des pays comme la Corée du Nord, la Syrie, la Birmanie et le Soudan du Sud », a dit le patron de l'ONG Kenneth Roth. « Mais Donald Trump n'est intéressé que par la défense d'Israël », a-t-il dénoncé.
Le Conseil « est loin d'être parfait, mais il est une force importante pour la reddition de comptes et la justice. En se retirant, les Etats-Unis sapent délibérément les droits de l'homme de tous les peuples partout dans le monde et leurs luttes pour la justice », a de son côté critiqué Salil Shetty, secrétaire général d'Amnesty International.
Depuis l'arrivée début 2017 du républicain Donald Trump à la Maison Blanche, les Etats-Unis se sont retirés de l'Unesco, ont coupé plusieurs financements à des organes de l'ONU et ont annoncé notamment leur retrait de l'accord de Paris sur le climat et de l'accord nucléaire avec l'Iran endossé par les Nations unies.
Le départ des Etats-Unis du Conseil des droits de l'homme n'est pas une première. Il y a douze ans, l'administration du républicain George W. Bush avait déjà boycotté le CDH, avant que le démocrate Barack Obama ne décide d'y faire participer son pays à nouveau.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.