Drone abattu par l'Iran : La version de Trump    Energies renouvelables : Rabbah promeut les financement alternatifs    Conjoncture : La DEPF sur le même trend que le HCP, BOF!    CAN 2019 : la CAF placée sous tutelle de la Fifa    Larache. Un Français arrêté pour trafic de drogue et de psychotropes    Les parents des étudiants en médecine du privé dénoncent la discrimination et le populisme    La CAF prévoit deux pauses fraîcheur entre les mi-temps    Exposition sur Eugène Delacroix à Rabat, une première dans le monde arabe et en Afrique    Musiques sacrées. Le festival bat son plein    L'Iran dit avoir abattu un drone américain et parle de « ligne rouge »    Jeux Africains de Plage : le Maroc bat l'Algérie au beach-soccer    Arts martiaux : Marrakech abritera le Championnat du monde professionnel de muay thai    Accueil en fanfare pour le président chinois en Corée du Nord    Objectif Downing Street : Place aux deux finalistes    Kenzi Tower Hôtel: Restaurant Sens, une carte joliment revisitée    Une nouvelle stratégie de financement de la santé s'impose    TE Connectivity inaugure sa deuxième usine de production au Maroc    L'OPM célèbre la fête de la musique aux rythmes de compositions dansantes    Jazzablanca : 80% des festivaliers ont un accès gratuit    L'exposition «Mains de lumière» éblouit des étudiants et chercheurs    Le temps est ainsi fait    Sécurité et développement en Afrique. Comment le continent peut se prendre en main    Rabat. EBM lance ses programmes préparatoires pour les tests d'admissions    Sahara marocain à l'ONU: L'initiative marocaine fortement soutenue    Marquage fiscal .L'ADII lance un appel d'offres    Journée mondiale des réfugiés    Déconcentration administrative : La Commission interministérielle fait le point    Les Lions de l'Atlas en Egypte pour un deuxième exploit    Inscriptions au doctorat. L'UM5R annonce une baisse des frais pour les fonctionnaires    Les stocks de sardinelles et de chinchards surexploités    Benslimane : 4 personnes périssent dans un accident de la route    Le Centre international Hassan II de formation à l'environnement voit le jour à Salé    Le peuple marocain célèbre ce jeudi le 49ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    L'escalade des tensions dans le Golfe inquiète    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Dormir devant la télévision fait grossir    Bulletin de la CAN    Bouillon de culture    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Habib El Malki en visite à Dublin    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les naufrages se multiplient au large de la Libye, le bilan s'alourdit
Publié dans La Nouvelle Tribune le 03 - 07 - 2018

Trois naufrages et près de 180 morts ou disparus en cinq jours en Méditerranée. Le rythme des départs de migrants en grande majorité africains de Libye s'est accéléré après un accord européen destiné à dissuader de telles traversées.
Mardi, un nouveau naufrage est venu rappeler ces drames humains de l'immigration clandestine. Au moins sept personnes, dont deux enfants, ont péri et 123 autres ont été secourues, après que leur embarcation a coulé non loin des côtes libyennes.
Les corps des cinq migrants qui étaient morts à l'arrivée des secours, n'ont pas pu être repêchés, a indiqué le capitaine d'un navire de la marine libyenne, Rami Ghommeidh. Deux enfants ont été retrouvés sans vie sur l'embarcation, a-t-il ajouté sans être en mesure de fournir davantage de détails.
Dimanche, 63 migrants sont portés disparus en mer et 41 migrants ont pu être sauvés parce qu'ils portaient des gilets de sauvetage. Les rescapés ont indiqué que 104 personnes étaient à bord de l'embarcation qui a coulé au large de Garaboulli, à 50 km à l'est de Tripoli.
Cette région est devenue depuis quelques mois le principal point de départ de canots pneumatiques surchargés de migrants qui veulent tenter la périlleuse traversée de la Méditerranée vers l'Italie, distante de quelque 300 km.
Et vendredi, les corps de trois bébés ont été repêchés dans la même zone, tandis qu'une centaine de personnes, dont des femmes et des enfants, ont été portées disparues. Seulement 16 migrants ont pu être sauvés.
Le bilan des derniers jours, porte à 1.000 le nombre de morts en Méditerranée en 2018, a déploré lundi l'Organisation internationale des migrations (OIM).
– 12 vedettes d'Italie –
Face à la multiplication des drames, les gardes-côtes libyens affirment ne pas disposer de moyens suffisants pour faire face à ces flux de migrants, et disent ne disposer que de 4 « vieux » navires prêtés par l'Italie.
Lundi, le gouvernement italien a annoncé qu'il allait leur offrir 12 vedettes, d'un coût de 2,5 millions d'euros, pour les aider à mieux lutter contre les tentatives des migrants de rejoindre l'Italie.
« Nous sommes conscients que cela ne suffit pas et qu'il faut travailler pour stabiliser le scénario, renforcer l'Etat de droit et la protection de la dignité des personnes sur le territoire de l'Etat libyen naissant », a commenté le ministre italien des Transports et des Infrastructures, Danilo Toninelli.
« Le nombre de morts en mer au large des côtes libyennes augmente de façon alarmante », a mis en garde lundi Othman Belbeisi, chef de mission de l'OIM en Libye.
« Les trafiquants exploitent le désespoir des migrants avant que l'Europe ne réprime les traversées méditerranéennes », a-t-il dit dans un communiqué.
Vendredi, après des semaines de tension maximale, les dirigeants de l'Union européenne sont parvenus à un compromis qui propose la création de « plateformes de débarquements » de migrants en dehors de l'UE pour dissuader les traversées de la Méditerranée.
Pour des analystes, cet accord permet de sauver la face à plusieurs leaders en première ligne face à l'afflux de migrants, mais reste flou et ne comporte pas suffisamment d'engagements concrets pour régler cette question.
– Rapatriement –
La semaine dernière, Le porte-parole de la marine libyenne, le général Ayoub Kacem a prévenu que les passeurs avaient donné un coup d'accélérateur aux départs, craignant la fermeture des frontières européennes, après que Rome a interdit l'accès à ses ports des bateaux d'ONG.
Plus de 1.000 migrants ont en outre été secourus ou interceptés par les garde-côtes libyens depuis vendredi. Les rescapés ont été conduits vers des centres de détention où ils croupissent avec des milliers d'autres dans des conditions difficiles, en attendant leur éventuel rapatriement.
L'OIM mène un programme de « retour de volontaire » qui a permis le rapatriement de 9.000 migrants de Libye durant les six premiers mois de 2018, selon Jomaa Ben Hassan, coordinateur de ce programme à Tripoli.
Cette organisation a rapatrié près de 20.000 migrants en 2017.
Du temps du dictateur Mouammar Kadhafi renversé et tué en 2011, des milliers de migrants traversaient les frontières sud de la Libye longues de 5.000 km, notamment pour tenter la traversée de la Méditerranée vers l'Europe.
La situation a empiré après la chute du dictateur, les passeurs profitant du chaos qui règne en Libye pour envoyer chaque année des dizaines de milliers de migrants à destination de l'Italie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.