Abdessamad Kayouh s'entretient à Paris avec le président du Sénat    New-York. Un ancien ambassadeur marocain poursuivi pour "fraude sur les visas"    Meknès. Arrestation d'un partisan de Daesh qui planifiait un attentat-suicide    Le roi Mohamed VI félicite Abdelmadjid Tebboune    Découvrez les vainqueurs de la 8ème Course de Tafilalet    Plus de 25 entreprises portugaises en mission d' affaires multisectorielle au Maroc    La torture est-elle toujours de rigueur ?    Volonté du Maroc de renforcer sa coopération avec les Parlements d'Amérique latine et des Caraïbes    L'ONU réaffirme son soutien au processus politique en cours au Sahara    Omar El-Béchir, l'autocrate déchu aux multiples visages    Pompeo promet une réponse ferme si l'Iran nuit aux intérêts américains en Irak    Les mesures restrictives prennent de l' ampleur au niveau du commerce mondial    Signature à Montréal d' un accord de partenariat entre Attijariwafa Bank et la Banque nationale du Canada    Klopp : Le projet d'expansion de la Ligue des champions à 32 clubs est du grand n 'importe quoi    Tokyo dévoile son stade olympique conçu pour affronter la chaleur    Un camion douche pour voir la vie sous un nouveau jour    Oujda aura son Centre d' accueil des enfants et adolescents autistes    Divers    L'USFP démarre les "Forums Socialistes " par la question économique sous le thème    "Un autre ciel" de Mohammed Al Horr présentée Journées Théâtrales de Carthage    Le public rbati découvre l'Amazonie brésilienne à travers la musique et le cinéma    Mordu par un chat au Maroc, il succombe quelques jours après en Espagne    L'Assemblée générale du Royal Golf Anfa Mohammedia est reportée    Casablanca. Rencontre-débat sur la promotion du don d'organes    Communiqué du Cabinet Royal    Agadir, un paradis de retraite où il fait bon vivre    Enseigner autrement!    Entretien avec le cinéaste et romancier Atiq Rahimi    Botola Pro D1: Les mises à jour se poursuivent    Un site structurant à dimension internationale    Météo : Fortes vagues attendues sur l'Atlantique    Skhirat: Deux médecins chercheuses marocaines en diabète primées par SANOFI    Oujda. Formation sur la gouvernance au profit des conseillères communales    Abdennabaoui insiste sur le rôle « central » du corps du Secrétariat-greffe    HCP : Les solutions à la réduction des inégalités, selon les Marocains    Inde: 200 millions de musulmans, une minorité indésirable?    L'APSB s'associe à la naissance de l'Association des sociétés de bourse africaines    L'olive tient salon à Taourirt    Les Gnaoua au patrimoine de l'Unesco salués par André Azoulay    Cinéma et migration : « Rafaël » remporte le grand prix du Festival d'Agadir    Casablanca: Annonce des projets primés au Festival international du film de l'étudiant    Attijariwafa bank renforce son engagement en faveur des MRE du Canada    Forum parlementaire: Le Maroc et la France, partenaires pour la sécurité et le développement en Afrique    L'Organisation de Coopération Islamique fait le bilan de 20 ans d'activités    Botola Pro D1 : Le classico Wydad-AS FAR vole la vedette    Complexe Mohammed VI: Le modus operandi    Des entreprises portugaises en mission d'affaires multisectorielle au Maroc    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Accord nucléaire : Les grandes puissances présentent leur copie à l'Iran
Publié dans La Nouvelle Tribune le 06 - 07 - 2018

Les Européens, la Russie et la Chine, pressés de faire des propositions concrètes pour garantir la survie de l'accord sur le nucléaire, sont au pied du mur vendredi à Vienne où ils rencontrent les responsables iraniens qui ont posé leurs conditions pour maintenir le pacte.
La pression est grande sur les ministres des Affaires étrangères des cinq puissances restant partie à l'accord (Allemagne, Chine, France, Royaume-Uni, Russie): à quelques heures de la rencontre, le président iranien Hassan Rohani a fait savoir que l'offre des Européens pour compenser les effets du retrait de Washington n'était pas satisfaisante à ce stade.
Le paquet de mesures « ne répond pas à toutes les exigences de la République islamique », a indiqué M. Rohani au président français Emmanuel Macron lors d'un échange téléphonique, selon l'agence de presse officielle iranienne Irna jeudi soir.
Ces mesures seront au coeur des discussions prévues à partir de 09h00 GMT entre le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif et ses homologues à Vienne, où avait été signé l'accord historique de 2015.
Téhéran ne cache pas son impatience. « Le temps des négociations arrive à son terme », avait prévenu début juin le président du Parlement iranien, Ali Larijani, exhortant l'Europe à « se prononcer explicitement et rapidement ».
L'Iran tente d'obtenir des pays européens des compensations économiques au désengagement fracassant des Etats-Unis qui ont dénoncé l'accord début mai. Téhéran a menacé à plusieurs reprises de reprendre l'enrichissement d'uranium.
Le pacte historique de 2015 soumet l'Iran à un strict contrôle de ses activités nucléaires visant à empêcher le pays d'accéder à l'arme atomique. La contrepartie de l'accord pour l'Iran fut la levée des sanctions économiques internationales avec la perspective de nouveaux investissements.
Or depuis que le gouvernement américain de Donald Trump a dénoncé le texte validé par l'ONU, la perspective du retour des sanctions américaines a commencé à faire fuir les investisseurs étrangers.
La rencontre de vendredi doit donner « une impulsion » en vue de protéger les intérêts des acteurs économiques, selon le vice-ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Riabkov.
– Compte à rebours –
« Je suis certain que demain nous enverrons un signal uni et déterminé au monde (…) », a déclaré jeudi soir à Vienne le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi.
Dans sa liste de conditions présentées fin mai, le guide suprême de la République islamique, l'ayatollah Ali Khamenei, a notamment demandé aux signataires restants une garantie sur les ventes iraniennes de pétrole et sur les transactions commerciales.
Jusqu'ici la plupart des grands établissements financiers européens ont rechigné à garantir les échanges commerciaux avec l'Iran par peur de sanctions aux Etats-Unis où ils sont très exposés.
L'Europe se retrouve ainsi sous une double pression, celle de Téhéran qui a besoin d'investissements étrangers pour remettre à flots son économie, et celle de Washington qui pourrait s'en prendre à ses entreprises.
La Commission européenne a lancé en mai le processus de la loi dite « de blocage » visant à contrer les effets des sanctions américaines sur les entreprises européennes voulant investir en Iran. Mais ses effets sont incertains.
Signe de l'urgence, alors que les premières sanctions américaines doivent être réimposées début août, le président iranien était à Genève et à Vienne cette semaine où il a plaidé pour la sauvegarde de l'accord.
La visite de M. Rohani en Europe a été assombrie par la récente arrestation d'un diplomate de l'ambassade d'Iran en poste à Vienne, suspecté d'être impliqué dans un projet d'attentat en France.
« Tant que c'est possible pour l'Iran, nous resterons partie à l'accord, nous ne quitterons pas le JCPOA (le sigle officiel de l'accord, ndlr), à la condition que nous puissions aussi en profiter », a dit M. Rohani, conservateur modéré réélu en 2017.
« Les activités nucléaires de l'Iran n'ont toujours eu qu'un but pacifique », mais « c'est l'Iran qui décide de son niveau de coopération avec l'AIEA », a-t-il averti, selon Irna, lors d'un entretien avec Yukiya Amano, patron de l'agence des Nations Unies pour l'énergie atomique chargée de veiller au respect des engagements de Téhéran sur ses activités nucléaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.