Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    Le poison du racisme fait trembler l'Allemagne    Bulletin météorologique spécial : de fortes rafales de vent, attendues ce week-end    Ce que pense Nouamane Lahlou de Dounia Batma et Saad Lamjarred (VIDEO)    Modèle de développement : La DG du FMI livre sa recette    La déconstruction d'un mythe    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Trump remplace le patron du renseignement après un briefing lié à la Russie    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    Basket : le Maroc remporte un match amical face à l'Algérie    Transferts: Après Ziyech, Idrissi annoncé en Premier League?    L'Atalanta Bergame séduit l'Europe    Officiel: Badr Hari de retour sur le ring (VIDEO)    Taghazout Bay: la notion introuvable du développement    Coronavirus : le nombre de nouveaux cas en forte baisse, près de 900 nouvelles contaminations    Commission spéciale du modèle de développement : Chakib Benmoussa à l'écoute à Paris des Marocains du Monde    Wana retire sa plainte contre Maroc Telecom    Lancement à Hay Hassani d'une plateforme d'intégration économique dédiée aux jeunes    Education à la santé sexuelle et reproductive : Les Nations Unies appuient le ministère de l'éducation nationale    Economie nationale : 2020 devrait connaître un ralentissement    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Hicham Alaoui, paradoxes et prétéritions    Opacité financière: Le Maroc dans le rouge    Pourquoi Marrakech perd ses événements    Contemporary African Art Fair: à Marrakech, la culture reste «Capitale»    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    Le Maroc constitue la première destination des exportations valenciennes en Afrique    Divers Economie    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    Entretiens maroco-mauritaniens sur les moyens de renforcer la coopération bilatérale    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    Le cancer n'est pas une fatalité    Divers    L'OMDH-Casablanca sensibilise des élèves contre les dangers d'Internet    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Lancement de la deuxième édition du programme "Spin-off by PIS" dédié à l'entrepreneuriat des jeunes    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    CSMD : Chakib Benmoussa initie à Paris une série de réunions d'écoute avec des Marocains du monde    Classement FIFA: Le Maroc se maintient à la 43ème position    «Archéologie de l'intime» à la Fondation Dar Bellarj de Marrakech    Ouverture officielle d'un consulat à Laâyoune    Les jurys du 21e Festival National du Film dévoilés!    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Erythrée et l'Ethiopie annoncent ne plus être en guerre
Publié dans La Nouvelle Tribune le 09 - 07 - 2018

Au lendemain d'un sommet historique de leurs dirigeants, l'Erythrée et l'Ethiopie ont signé lundi à Asmara une déclaration formalisant leur rapprochement et mettant fin à vingt ans d'état de guerre.
Le président érythréen Issaias Afeworki et le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, ont signé une « déclaration conjointe de paix et d'amitié », a annoncé le ministre érythréen de l'Information, Yemane Gebremeskel.
« L'état de guerre qui existait entre les deux pays est arrivé à sa fin. Une nouvelle ère de paix et d'amitié s'ouvre », selon ce texte.
« Les deux pays œuvreront à promouvoir une étroite coopération, dans les secteurs de la politique, de l'économie, du social, de la culture et de la sécurité ».
Le document confirme la reprise du commerce, des transports et des télécommunications, le rétablissement des relations diplomatiques et la mise en œuvre des décisions internationales sur la frontière commune.
Des images de la cérémonie montrent MM. Issaias et Abiy attablés à un bureau en bois, avec en toile de fond les drapeaux des deux pays, signant cette déclaration.
Le ministre éthiopien des Affaires étrangères, Workneh Gebeyehu, a annoncé la création d'une commission conjointe sous la supervision des deux chefs de la diplomatie, chargée d'établir un « calendrier tangible » des réformes. Cette commission chapeautera des sous-comités qui vont définir dans le détail quand et comment chaque problématique sera mise en œuvre ».
Pour la première rencontre depuis 20 ans entre les deux plus hauts dirigeants érythréens et éthiopiens, la délégation éthiopienne avait reçu dimanche un accueil chaleureux à Asmara.
« Nous nous sommes mis d'accord pour la reprise du trafic aérien et naval, pour la circulation des personnes entre nos deux pays et la réouverture des ambassades », avait déclaré M. Abiy.
« Nous abattrons le mur et, avec amour, nous bâtirons un pont entre les deux pays », avait ajouté avec lyrisme le jeune Premier ministre, 42 ans, qui depuis sa nomination en avril a amorcé ce rapprochement entre les deux anciens frères ennemis.
La compagnie Ethiopian Airlines devrait reprendre ses vols à destination d'Asmara dès la semaine prochaine, a rapporté lundi la radio-télévision Fana.
– Accès à la mer –
Ce dégel a été lancé par l'annonce en juin par M. Abiy de la volonté de l'Ethiopie d'appliquer l'accord de paix signé en 2000 à Alger avec l'Erythrée et les conclusions de la commission internationale indépendante sur la démarcation de la frontière.
L'Ethiopie et l'Erythrée se sont livré de 1998 à 2000 à une guerre conventionnelle, avec chars d'assaut et tranchées, qui a fait quelque 80.000 morts, notamment en raison d'un désaccord sur leur frontière commune.
Le refus éthiopien d'appliquer une décision en 2002 d'une commission soutenue par l'ONU sur le tracé de la frontière a entretenu une longue animosité entre les deux pays.
Le rétablissement des liens diplomatiques et commerciaux après des années d'hostilité pourraient profiter aux deux voisins et à toute la Corne de l'Afrique, rongée par les conflits et la pauvreté.
La normalisation contribuera à réaliser « notre aspiration pour la paix et l'intégration économique de notre région et du continent africain », a salué l'organisation régionale Igad (Autorité intergouvernementale pour le développement).
Autrefois façade maritime de l'Ethiopie avec les ports de Massawa et d'Assab, l'Erythrée a déclaré son indépendance en 1993 après avoir chassé les troupes éthiopiennes de son territoire en 1991 au terme de trois décennies de guerre.
L'indépendance de l'Erythrée a privé l'Ethiopie de tout accès à la mer et l'a forcée à s'appuyer presque exclusivement sur Djibouti pour son commerce maritime.
L'accès de l'Ethiopie, deuxième pays le plus peuplé d'Afrique, aux ports érythréens devrait stimuler l'économie des deux pays, tout en menaçant l'hégémonie de Djibouti.
La liberté de mouvement des deux côtés de la frontière permettra la réunion de deux peuples, liés par une histoire, une langue et une ethnicité communes, et de familles séparées depuis plus de 20 ans.
Les principaux dirigeants est-africains ont salué ces avancées. « Nous vous félicitons et nous sommes avec vous », a écrit sur Twitter le président rwandais Paul Kagame.
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a applaudi lundi « un symbole d'espoir très important non seulement pour les deux pays, non seulement pour l'Afrique, mais pour le monde entier ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.