Tariq Ramadan reconnait avoir eu des rapports sexuels avec deux plaignantes    Nouveau modèle du développement : Résultats du brainstorming de Skhirat (Document)    Khashoggi : Ankara parle d'un meurtre « planifié », la presse implique MBS    Retrait américain d'un traité nucléaire : John Bolton à Moscou pour explications    Italie : Rome maintient son budget mais promet à l'UE de contenir la dette    Le Maroc décide l'expulsion des migrants stoppés devant Melilla    Télémédecine : Lancement des premières activités de téléconsultations    Andalousies Atlantiques. Raymonde El Bidaouia et Hajja El Hamdaouia en "cœur" à Essaouira    Sanchez, VRP du Maroc auprès de l'UE    Botola Maroc Telecom D1 : L'Ittihad de Tanger tarde à décoller    Régions. L'Etat tient ses promesses    IAM: la Data accélère la croissance    Tennis de table : Le Maroc au 30e Championnat arabe prévu du 2 au 8 novembre à Tunis    Real Madrid / Lopetegui: « Je serai encore l'entraîneur demain »    Partenariat : CFC signe un protocole d'accord avec Shanghai    Météo : Temps passagèrement stable dès mardi    Douze militaires blessés à Melilla    Attijariwafa bank : Deux nouveaux Espaces Libre service Bancaire à Agadir et Tiznit    Tourisme. L'embellie pour Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Coin de l'expert    Le Wydad de Casablanca s'imposé à domicile face au Mouloudia d'Oujda    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Meknès    Inondations dans l'Aude : 200 millions d'euros de dégâts    Transformation numérique : L'industrie 4.0 en débat à l'Ecole Centrale Casablanca    Le Projet «Réussir» laisse place au bilan    Le prince Moulay El Hassan préside la cérémonie de remise des prix SM le Roi Mohammed VI de saut d'obstacles    Culture et identité : quels défis à relever?    « Visa for Music » dévoile la sélection officielle    Abdelwahab Doukkali expose ses «génies» à Bab Rouah    Edito : Exercice particulier    Le conseil communal de Mohammedia destitue son président PJD    Tanger Med : Plusieurs opérations de trafic de produits de luxe avortées    Pour avoir provoqué un accident de la route en état d'ébriété : Un brigadier-chef placé en garde à vue à Béni Mellal    Mouhcine Malzi, artiste jusqu'aux tripes    Ramed. 2019, l'année de la fin des galères ?    Kamal Lahlou : La participation du Maroc aux JOJ à Buenos Aires a été très honorable    Des Centres de santé défaillants    Divers    Séminaire international sur le rôle des Parlements et des CES d'Afrique face aux défis de la migration    News    Tenue à Asunción de la première session des consultations politiques Maroc-Paraguay    La Russie réitère sa volonté d'approfondir sa coopération avec le Maroc    Le choc OCK-Raja débouche sur un nul    Jack Lang : Ceux qui ont suscité la polémique contre l'enseignement de l'arabe sont en vérité des xénophobes et leurs arguments sont absurdes    Le conte populaire marocain, un patrimoine humain authentique et millénaire au bord de l'extinction    La rareté du lectorat pèse lourdement sur la chaîne du livre    L'Affaire Khashoggi et la main de Washington…    Malgré les aveux saoudiens, Trump et l'UE réclament plus de détails sur le meurtre de Khashoggi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'UE rejette la demande américaine d'isoler l'Iran
Publié dans La Nouvelle Tribune le 16 - 07 - 2018

Les Européens ont rejeté lundi la demande des Etats-Unis d'isoler économiquement l'Iran et ont adopté un instrument juridique pour protéger les entreprises européennes présentes dans ce pays contre les sanctions américaines, a annoncé la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini.
« Nous avons approuvé l'actualisation du statut de blocage et nous prenons toutes les mesures pour permettre à l'Iran de bénéficier des retombées économiques de la levée des sanctions », a expliqué Mme Mogherini à l'issue d'une réunion avec les ministres des Affaires étrangères de l'UE.
La loi de blocage européenne entrera en application pour le 6 août, date du premier volet des sanctions américaines. Le second volet entrera en vigueur le 4 novembre, pendant les élections à mi-parcours aux Etats-Unis.
Ce règlement élaboré en 1996 doit permettre de contrer le fait que les sanctions américaines s'appliquent à toutes les entreprises et personnes physiques dans le monde, selon le principe de l'extraterritorialité du droit américain. Nombre de grandes entreprises européennes comme le groupe Total ont décidé de se retirer d'Iran s'ils ne sont pas exemptés des sanctions américaines.
Washington a refusé d'exempter les entreprises européennes après avoir dénoncé l'accord sur le nucléaire avec l'Iran.
Federica Mogherini a reconnu que « l'exercice est difficile, car « le poids des Etats-Unis dans l'économie mondiale n'est pas négligeable ».
« Je ne suis pas en mesure de dire si nos efforts vont suffire, mais nous faisons tout ce que nous pouvons pour éviter que l'accord sur le nucléaire avec l'Iran ne meure, car les conséquences seraient catastrophiques pour tous », a-t-elle averti.
Le chef de la diplomatie française Jean-Yves le Drian a insisté pour sa part sur « la nécessité de permettre à l'Iran de continuer à vendre son pétrole ».
Il a souligné que « l'UE et les autres signataires de l'accord conclu avec Téhéran en 2015, la Chine et la Russie, cherchent un mécanisme financier permettant de garantir à l'Iran la capacité d'exporter son pétrole ».
Le secteur de l'énergie a fourni 50 milliards de dollars de recettes à l'Etat iranien en 2017, selon les données européennes. Les ressources proviennent essentiellement du pétrole, car les exportation de gaz sont très faibles, 10 milliards de m3 en 2017.
L'Iran exporte 3,8 millions de barils de pétrole par jour. 20% sont achetés par l'UE et 70% par la Chine et d'autres pays d'Asie, indiquent les données de l'UE.
Les services du commissaire à l'Energie Miguel Arias Canete travaillent sur ce mécanisme et « des propositions sont attendues », a-t-on indiqué de source diplomatique.
L'euro et non plus le dollar devrait être la devise utilisée pour les transactions sur le pétrole iranien, réglées via des transferts entre les banques centrales européennes et la banque centrale iranienne. Des assurances seront en outre souscrites dans les Etats européens importateurs pour les cargaisons, comme cela se fait en Grèce, en France et en Italie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.