Algérie    «Gilets jaunes»: La Belgique touchée aussi?    Un paquet de mesures en faveur des TPE    Gros appétit pour les énergies renouvelables    4L Trophy 2019: Une course pour les jeunes façon Paris-Dakar    Code de la famille: Les écueils qui plombent la réforme    Enseignement du français: Un nouveau concept dès septembre    Les Marocains du monde au SIEL    Appel à des mesures concrètes pour répondre aux problématiques des petites entreprises    Maroc: la CDG se dote d'une branche « Investissement »    Nasser Bourita : Les accords Maroc-UE sont compatibles avec le droit international    La petite blague de George Clooney    Trump va déclarer l'"urgence nationale" pour construire son mur à la frontière    Divers    Frontex place les Marocains au Top ten des passeurs    Ligue Europa : Arsenal tombe à Borisov, le Séville FC s'offre la Lazio    Divers sportifs    Une journée au complet et du spectacle en vue    Les entreprises espagnoles opèrent au Maroc dans des secteurs de grande importance    Repenser la cohabitation entre les automobilistes et les cyclistes    Cancer du col de l'utérus: le vaccin est "sûr et indispensable"    Appel à une stratégie nationale visant à faire de l'école un espace pour tous    Divers    Les conditions de travail demeurent précaires à l'échelle mondiale    La bourde de Katy Perry    Pourquoi Johnny Depp n'incarnera plus jamais Jack Sparrow    Les problèmes de peau de Kim Kardashian    Nador : Arrestation d'une bande de présumés passeurs    Casablanca: Incendie dans un stand du SIEL, rapidement maîtrisé    L'ours grognant russe inquiète les ministres de la Défense allemand et britannique    Hydrocarbures : Le Conseil de la concurrence recommande une « refonte globale » du secteur    Luis Rubiales loue la qualité des installations sportives au Maroc    Démantèlement d'une cellule terroriste composée de cinq extrémistes s'activant à Safi    Le Forum international de l'étudiant à Safi    La nouvelle vie du Grand théâtre Cervantès    La Botola pro adopte le VAR la saison prochaine    Vidéo – Munich : La sécurité mondiale en question    Coupe de la CAF : La RSB bat le HUSA et s'adjuge la première place    Le Maroc et l'Espagne écrivent un nouveau chapitre de coopération économique    A SIEL ouvert…    La première édition d'ADCC en Afrique se déroulera au Maroc    Un drame humanitaire occulté    Parlement : Une session mi-figue, mi-raisin    « Le bilan des banques participatives est réjouissant ». Entretien avec Mohammed Maarouf, Directeur général de BTI Bank filiale BMCE BANK    Bourita met au point au sujet des ambassadeurs marocains au Golfe    Sit-in massif lors du concert d'Enrico Macias à Casablanca    SIEL: les jeunes d'El Jadida publient un recueil de poèmes    Lanceurs d'alerte dans la fonction publique. Bientôt un régime spécifique ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Turquie: Le ministre des Finances va s'adresser aux investisseurs, la livre remonte
Publié dans La Nouvelle Tribune le 16 - 08 - 2018

La livre turque continuait de remonter jeudi avant une rencontre très attendue entre le puissant ministre des Finances Berat Albayrak, par ailleurs gendre du président Recep Tayyip Erdogan, et plusieurs centaines d'investisseurs étrangers.
M. Albayrak, nommé ministre du Trésor et des Finances le mois dernier, doit s'adresser à 13H00 GMT à environ un millier d'investisseurs originaires des Etats-Unis, d'Europe et d'Asie lors d'une téléconférence inédite, selon l'agence de presse étatique Anadolu.
Lors de cette conférence, M. Albayrak abordera les derniers développements liés à l'économie, a précisé l'agence.
Avant ce rendez-vous qui sera scruté par les marchés, la livre turque, qui s'est effondrée la semaine dernière sur fond de crise diplomatique avec les Etats-Unis, rebondissait pour le troisième jour de suite. Elle gagnait ainsi 1,80% en valeur face au dollar à 08H00 GMT.
La livre semble s'être stabilisée depuis mardi sous l'effet de mesures prises par la banque centrale et de nouvelles barrières dressées par le régulateur turc des banques (BDDK) pour limiter la spéculation sur la devise turque.
Cette dernière, qui a perdu 40% de sa valeur cette année, a connu la semaine dernière une spectaculaire débâcle qui a fait souffler un vent de panique sur les places boursières mondiales redoutant un effet contagieux.
Cet effondrement a été accéléré par une escalade des tensions entre la Turquie et les Etats-Unis qui ont pris des sanctions réciproques et augmenté leurs tarifs douaniers pour certains produits.
Malgré le rebond de la livre de ces derniers jours, les économistes restent préoccupés par la dispute entre Ankara et Washington, liée notamment à la détention d'un pasteur américain en Turquie, et par la mainmise de M. Erdogan sur l'économie.
Les marchés ont été sidérés par le refus de la banque centrale de relever ses taux d'intérêt le mois dernier, en dépit de la chute de la livre et d'une inflation galopante. M. Erdogan, partisan de la croissance à tout prix, s'y oppose fermement.
Les investisseurs seront donc attentifs à d'éventuels signaux concernant les taux lors de la conférence de M. Albayrak jeudi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.