Vie privée: Le Parquet général veut renforcer la protection    Le projet de loi de finances au Parlement    Brexit: Les principaux points du nouvel accord    Un Monde Fou    Le groupe Lamatem inaugure la première usine de textile médical au Maroc    Dans un message adressé aux participants à la deuxième Conférence internationale de Marrakech sur la justice    Divers Economie    L'Espagne, berceau des précieux faucons du Moyen-Orient    La digitalisation joue un rôle prépondérant en matière d'impulsion de la croissance économique    Madrid de nouveau sur la sellette    Les Editions de la Gazette en deuil, Nadia Sefraoui nous a quittés    Premier League : Manchester met fin à la série victorieuse de Liverpool    Calcio : L'Inter reste aux trousses de la Juve    Amine Harit convoité par le Barça    Les supporters du WAC interdits de déplacement à Safi    L'urgence d'investir dans l'éducation numérique en Afrique    Des chercheurs ont filmé la fourmi la plus rapide du monde    Mobilisation sociale contre la déperdition scolaire à Essaouira    L'UE et l'ONUDC en ordre de bataille à Rabat    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Sauvages" imagine un président français issu de l'immigration maghrébine    Participation marocaine à la Foire internationale du livre de Belgrade    Mohammed Abdennabaoui : Le ministère public veille à préserver l'activité de l'entreprise    Casablanca : Un pédophile viole plus de 40 fillettes    Bank Al-Maghrib et la Banque Centrale d'Egypte renforcent leur partenariat    Hariri : «Le gouvernement a entamé ses réformes grâce aux manifestants»    Safi : Ouverture d'une enquête judiciaire pour féminicide    Le Salon du cheval: Une 12ème édition réussie    Julian Assange, confus et bredouillant, devant la justice à Londres    Hong Kong : Premières excuses officielles de la police    La Chine affiche son ambition de « grande puissance » de l'internet    Martil: Avortement d'une tentative de trafic de près de 600 kg de chira    Marrakech accueille son premier musée dédié au Patrimoine immatériel    Concert pour la tolérance 2019 : Pari réussi    Faouzi Skali : «Nous sommes dans l'exploration de la culture soufie en tant que telle»    Les fantaisies d'un président!    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Etablissements et entreprises publics : Un investissement prévisionnel de plus de 101 milliards de dirhams en 2020    Accidents de travail. La facture fait mal aux entreprises    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Une belle leçon des joueurs botolistes    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Le groupe Maroc Télécom consolide ses résultats en septembre    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Les Botolistes proches de la qualification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Initiative Köhler : Alger pris au piège ?
Publié dans La Nouvelle Tribune le 02 - 10 - 2018

C'est officiel, l'envoyé personnel du Secrétaire général de l'ONU, l'Allemand Horst Köhler, a adressé en fin de semaine dernière une « lettre » invitant le Maroc, l'Algérie, la Mauritanie et le polisario à se réunir pour « une table ronde » les 4 et 5 décembre prochain à Genève.
Précisons que les parties invitées sont priées de donner une réponse avant le 20 octobre. Köhler, qui avait annoncé à plusieurs reprises vouloir relancer le processus de dialogue entre les parties impliquées et intéressées au règlement de la question du Sahara occidental marocain, a donc réussi son premier pari, celui de lancer une nouvelle initiative après plus de six années de blocage, (mars 2012, dernier round de rencontres à Manhasset).
Mais sera-t-elle pour autant couronnée de succès ?
On notera, tout d'abord, que cette démarche nouvelle comporte un élément d'importance, l'invitation faite à l'Algérie et à la Mauritanie, lesquelles sont considérées par l'ONU comme des « parties intéressées ».
Alger pris au piège
Pour sa part, le Maroc soutient mordicus et depuis 1975, que le polisario n'est autre qu'un appendice stipendié du pouvoir algérien, lequel « arme, finance, abrite et soutient » les mercenaires de Tindouf depuis plus de quatre décennies !
Cette invitation de M. Köhler à Alger et à Nouakchott est aussi logique que conforme à l'esprit et la lettre des plus récentes résolutions du Conseil de Sécurité sur le Sahara, notamment celle du 30 avril 2018 qui établissait que ces deux capitales « pouvaient et devaient » s'impliquer résolument dans la recherche d'une solution au conflit.
Les hypocrites d'Alger, f…c… par excellence, (la décence nous interdit de mettre en toutes lettres), ont toujours prétendu n'avoir aucun lien direct avec cette affaire, l'Algérie affirmant avec la plus parfaite mauvaise foi qu'elle se bornait à réclamer l'application du Droit international et les résolutions de l'ONU !
Or, cette invitation est si embarrassante pour le pouvoir algérien que la presse de ce pays a mis plusieurs jours à « avaler la pilule », annonçant au départ que « les pourparlers directs entre le Maroc et le polisario allaient reprendre à l'instigation de M. Horst Köhler » et sans piper mot sur la convocation faite au régime de Bouteflika…
Sachant que la diplomatie algéroise avait déserté les rencontres de Manhasset dès 2008 et eu égard à la position à la Ponce Pilate proclamée depuis, on peut d'ores et déjà considérer que la démarche de l'envoyé spécial de M. Guterres plonge Alger dans un embarras profond parce qu'allant à contresens de sa propagande et de sa position butée et rien n'indique pour l'instant que les diplomates algériens seront au rendez-vous de Genève en décembre prochain.
Et sans préjuger de la position que le Royaume adoptera quant à cette table-ronde au bord du Lac Léman, il est évident que l'absence de l'Algérie suffirait à elle seule à justifier de l'annulation de cette rencontre, car Rabat refuse de prendre langue avec les seuls mercenaires de Tindouf.
Rabat-Washington, ça baigne…
La seconde observation qu'inspire l'initiative de M. Köhler, c'est qu'elle est marquée de l'empreinte des Etats-Unis d'Amérique qui ont, très certainement, usé de toute leur influence auprès du Secrétaire général de l'ONU pour que l'invitation lancée soit quadripartite.
Sans omettre le récent déplacement à Washington de Nacer Bourita, notre ministre des AE, qui a rencontré le « gratin » du State Department et surtout le conseiller à la Sécurité du président Trump, M. John Bolton,


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.