R-M® fête ses 100 ans avec la marque suédoise Volvo    Entretien Exclusif – Jo-Wilfried Tsonga : « Je suis heureux de jouer à Marrakech ! »    Mawazine vibrera aux sons du hip-hop US avec Black Eyed Peas    La 1ère édition du Festival du cinéma québécois à Rabat    Trophée Hassan II et Coupe Lalla Meryem de golf : C'est parti !    International: Maroc Telecom résiste à la conjoncture    Hervé Renard passe au confessionnal    Festival du cinéma africain de Tarifa-Tanger : Trois films marocains en lice    Repenser la chose migratoire!    Tennis : Le Maroc au Championnat africain U14 en Afrique du Sud    Said Amzazi suspend le dialogue avec les enseignants    Lever de rideau sur le 2e Festival national du rire «Comique Benslimane»    Afrique du Sud: 51 morts dans des inondations, le président Ramaphosa sur place    Ukraine: Le comédien Volodymyr Zelensky remporte la présidentielle    BCIJ: Démantèlement d'une cellule terroriste de six «Daechiens»    Commissions parlementaires : Les nouveaux présidents élus    Algérie: Le PDG de Sonatrach limogé, celui d'un groupe privé en détention provisoire    Abdennabaoui s'attaque à la traite des êtres humains    Edito : Ramed, mort clinique?    DGSN : Lancement d'une large enquête judiciaire sur des centres d'appels fictifs    Cinq Marocains légèrement blessés dans un accident de la route à Cuba    Casablanca : Le BCIJ met la main sur 7 tonnes de chira    Aziz Akhannouch dresse un premier bilan    ONCF: Al Boraq transportera bientôt son millionième voyageur    850.000 MRE y sont attendus…    Kim Jong Un espère un sommet « couronné de succès et utile » avec Poutine    Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Vidéo-Trophée Hassan II de golf : Brillante entrée en jeu de l'équipe du Prince Moulay Rachid    Hakim Ziyech dans le viseur du Real Madrid    Le Maroc, une destination des plus dynamiques du moment    La Chambre des représentants exprime sa solidarité avec les détenus palestiniens    L'enfer tel que raconté par des Marocains de Syrie    La FDT boycotte le 1er Mai    Ces mystérieux objets au-delà de Neptune    Les chœurs de Notre-Dame, ces "orphelins" de la cathédrale    La grotte d'Ifri N'Abbou, un joyau naturel au potentiel touristique réel    Détenus d'Al Hoceima : Driss Lachguar reçoit une délégation d'ONG des droits de l'Homme    Poursuite de la généralisation du guichet numérique des autorisations    Le PDG du plus grand groupe privé algérien incarcéré    Après le titre, objectif Coupe de France avec Neymar pour le PSG    Chelsea manque l'occasion de monter sur le podium    Colloque international sur la "Digitalisation-numérisation au service de la gouvernance"    Fouad Laroui et Abdellah Dibaji présents aux journées culturelles d'Azemmour    Le long métrage marocain "Le Miracle du Saint Inconnu" en compétition à la 58ème semaine de la critique de Cannes    Sept tonnes de haschich saisies à Casablanca    Les avocats plaident pour une réforme de fond    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit : La question irlandaise peut faire échouer l'accord, souligne Michel Barnier
Publié dans La Nouvelle Tribune le 19 - 10 - 2018

Le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier a prévenu vendredi que la question de la frontière entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord pouvait faire échouer les négociations concernant l'accord sur le Brexit.
« Ma conviction est qu'il faut un accord. Je ne suis pas encore sûr que nous l'obtiendrons. Il est difficile, mais possible », a assuré M. Barnier sur France Inter, précisant que les deux parties étaient « à 90% d'accord ».
« La réponse est oui », a-t-il toutefois affirmé, interrogé pour savoir si la question irlandaise pouvait faire échouer les négociations, qualifiant ce point « d'extrêmement grave ».
« Je parle au nom des 27 chefs d'Etat et de gouvernement, si je puis dire aussi au nom du Parlement européen, il y a unanimité du côté de l'UE pour que dans l'accord de retrait que je dois mettre sur la table (…) il y ait un règlement sérieux avec les Britanniques », a affirmé M. Barnier.
« L'exigence de garantir en Irlande qu'il n'y aura pas de frontière est l'une des conditions de la paix, de la stabilité de cette île après beaucoup de tragédies », a rappelé le chef de négociations.
Les négociations sur les conditions du divorce bloquent sur la question de la frontière entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord et la définition du « filet de sécurité » (« backstop ») exigé pour s'assurer qu'une frontière physique ne verra pas de nouveau le jour dans l'île, afin de préserver les Accords de Paix de 1998.
Les points de vue de Londres et de Bruxelles restent pour l'instant irréconciliables sur ce dossier, ce qu'ont confirmé les deux parties pendant un sommet de deux à Bruxelles qui s'est conclu jeudi.
La solution proposée par l'UE prévoit de maintenir l'Irlande du Nord dans l'union douanière et le marché unique, si aucune autre solution n'est trouvée. Londres propose que l'ensemble du Royaume-Uni reste aligné sur les règles douanières de l'Union jusqu'à la signature d'un accord de libre-échange plus large.
Les négociateurs pourraient se donner un peu d'air avec l'option consistant à étendre de « quelques mois » la période de transition au cours de laquelle le Royaume-Uni continuera à appliquer toutes les règles de l'UE et à en bénéficier, en contribuant à son budget, mais sans participer aux prises de décision. Elle est actuellement prévue pour durer jusqu'à la fin 2020.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.