L'offensive de Trump met en péril la survie de Huawei, selon des experts    Huawei : Nouvelle salve de Washington contre Pékin    Turkish Airlines lance une ligne Antalya-Casablanca    L'Espagne reste premier partenaire commercial du Maroc, selon Eurostat    Elections : Des dirigeants européens se mobilisent contre les populistes    Le Maroc réélu au bureau exécutif du Conseil des ministres arabes de la Santé    Maradona appelle à boycotter un film sur lui    Etude. Maîtriser l'anglais améliore-t-il nos conditions au travail?    Rabat. Un centre de santé lancé à Diour Jamaâ    Le Musée national d'histoire naturelle de Rabat célèbre la journée internationale des musées    La RSB fait l'essentiel à Berkane face au Zamalek, en attendant la confirmation au Caire    Stress hydrique. La Chine et le Maroc allient leurs forces    Aéroport Fès-Saiss : Hausse du trafic des passagers à fin avril 2019    1998: retour des Lions pour une place au quart…    Préfecture de Marrakech : Quelque 1.031 projets réalisés durant la phase I et II de l'INDH pour un coût global de 1,7 MMDH    Seedorf : Le Maroc favori de la CAN    Artcom'Sup intègre la World Design Organization    Lahoucine Bardaouz, un talent pluriel    L'autre dans le cinéma    PAM. Crise autour du 4e congrès national    Bouskoura : Trois ouvriers meurent par asphyxie dans un canal des eaux usées    Côte d'Ivoire : Atlantique Assurances, filiale de la BCP, lance une offre dédiée aux agriculteurs de coton    RDC : Moïse Katumbi accueilli en héros national après son retour au bercail    Fiscalité. Les libéraux veulent reconstituer un front uni    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Etats-Unis : Quand un milliardaire diplômé rembourse les dettes étudiantes de toute sa promotion    Chronique Humour et Ramadan : Qu'Imam me suive…    Le Maroc à Genève pour la 72ème Assemblée mondiale de la santé    L'enseignement supérieur passe au mode grève    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    Kamal Daissaoui fait chevalier de l'ordre pour le progrès des sciences et de l'invention    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Donald Trump : Si Téhéran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Khashoggi : La presse turque implique « MBS » avant des révélations attendues d'Erdogan
Publié dans La Nouvelle Tribune le 22 - 10 - 2018

La presse turque a publié lundi de nouvelles informations impliquant le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane dans le meurtre à Istanbul du journaliste Jamal Khashoggi, à la veille de révélations promises par le président turc Recep Tayyip Erdogan.
Selon le quotidien turc Yeni Safak, l'homme présenté comme le chef d'un commando saoudien de 15 agents dépêchés à Istanbul pour tuer le journaliste, a ainsi été directement en contact avec le bureau de MBS après « l'assassinat ».
L'homme en question est Maher Abdulaziz Mutreb, un membre de la garde rapproché de « MBS », qui peut être vu sur des images de vidéosurveillance diffusées par les médias turcs arriver au consulat saoudien puis devant la résidence du consul le jour de la disparition de Khashoggi, le 2 octobre.
Le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir a indiqué dimanche que Jamal Khashoggi avait été victime d'un « meurtre », évoquant une « opération non-autorisée » par le pouvoir, dont Mohammed ben Salmane n'était « pas informé ».
Dans le quotidien Hurriyet, un éditorialiste proche du pouvoir turc, Abdulkadir Selvi, affirme que le journaliste a été immédiatement conduit vers le bureau du consul à son arrivée au consulat où il a été « étranglé » par les agents saoudiens. « Cela a duré entre 7 et 8 minutes ».
Le corps a ensuite été « coupé en 15 morceaux » par un médecin légiste faisant partie du commando saoudien, a ajouté M. Selvi, selon lequel le corps démembré a été sorti du consulat mais se trouverait toujours dans un endroit inconnu à Istanbul.
« Si le prince hériter ne rend pas de comptes et n'est pas évincé de son poste, nous ne devons pas clore ce dossier », a poursuivi l'influent chroniqueur.
Les aveux, émaillés de contradictions, de Ryad sur les circonstances de la mort du journaliste, continuent de susciter une vague de scepticisme dans le monde.
Ryad a annoncé le limogeage du numéro deux du Renseignement saoudien, le général Ahmed al-Assiri, et de trois autres hauts responsables de ces services, ainsi que d'un conseiller « médias » à la cour royale, Saoud al-Qahtani. Dix-huit suspects saoudiens ont été interpellés.
Mais des analystes occidentaux ont vu dans ces limogeages et arrestations une tentative de désigner des boucs émissaires et d'épargner le prince héritier ben Salmane, dit MBS, l'homme fort du royaume.
Sous le titre « l'étau de resserre autour du prince héritier », Yeni Safak affirme que le chef du commando a appelé « à quatre reprises le directeur du bureau du prince héritier, Bader Al-Asaker » après le meurtre de Khashoggi. « Au moins l'un de ces appels a été effectué depuis le bureau du consul général », a ajouté le journal, qui ne précise pas ses sources.
Mutreb a aussi appelé « un numéro américain », qui pourrait être celui de Khaled ben Salmane, frère de MBS et ambassadeur du royaume à Washington.
– « Toute la vérité » –
Ces nouvelles révélations surviennent à la veille d'une intervention très attendue de M. Erdogan au cours de laquelle il a promis dé révéler « toute la vérité » sur la mort de Khashoggi.
M. Erdogan s'est entretenu au téléphone dans la nuit de dimanche à lundi avec son homologue américain Donald Trump peu après la parution d'une interview dans laquelle ce dernier a dénoncé « des mensonges » et jugé que les versions données par Ryad « partent dans tous les sens ».
Dans un communiqué commun, Londres, Paris et Berlin ont estimé dimanche qu'il y avait « un besoin urgent de clarification » sur les circonstances de la mort « inacceptable » du journaliste, âgé de 60 ans.
Les autorités saoudiennes, après avoir soutenu que le journaliste était ressorti vivant du consulat, ont finalement admis samedi que Khashoggi y avait été tué.
Le procureur général avait alors affirmé que le décès avait résulté d' »une bagarre et sur une rixe à coups de poing » entre des agents saoudiens et Khashoggi mais d'autres responsables ont affirmé qu'il avait été « étranglé ».
Dans une nouvelle contradiction, M. Jubeir a affirmé dans son interview à Fox que les autorités saoudiennes ne « savaient pas comment, dans le détail » le journaliste est mort, tout en parlant de « meurtre ».
Outre une crise de crédibilité, ce scandale international a poussé au boycott, par des responsables occidentaux et des dirigeants de firmes internationales, d'une grande conférence économique, chère au prince héritier, prévue à Ryad à partir de mardi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.