2è sommet marocain du pétrole et du gaz à Marrakech    Un mirage F-1 des FAR s'écrase en mission d'entraînement près de Taounat    RDC: Le Washington Post décortique les contradictions de la présidentielle    Le Raja de Casablanca bat l'Africain Stars de la Namibie    Etat des lieux : Le sexisme fait des ravages en France    Le renouvellement des élites doit toucher tous les domaines    Point de vue : Naissance du label «Morocco L'ghedd»    Shutdown: Trump attaque les démocrates qui refusent son offre de sortie de crise    Le pape invite les jeunes à prier en ligne avec l'application "Click to Pray"    Akhannouch met en avant le potentiel de la numérisation de l'agriculture marocaine    Coupe de la CAF : 3 clubs marocains dans un seul groupe !    Facturation électronique, aucune obligation en absence de l'ICE    Après Abidjan, le Festival "Afrique du Rire" fait escale à Marrakech    Youcef Drissi Anticonformiste, rebelle et décalé !    Rallier Auxerre à Bzou, le défi d'Abderrazak El Badaoui    Un symposium sur le management sportif à Agadir    Amzazi rencontre l'ambassadeur anglais    Sous le signe de l'excellence et de la diversité    Attaque israélienne à Damas : 4 soldats syriens morts    Pêche côtière et artisanale: Stagnation des débarquements en 2018    «France football»: Zyech 2e meilleur joueur maghrébin de l'année    Hamid Douieb : un retour aux racines…    Vidéo – Les images de la « super Lune » de sang    Classement «Times Higher Education» : L'Université Mohammed V en tête des universités marocaines    Brexit: Theresa May de retour dans l'arène du Parlement pour présenter son « plan B »    Londres ouvre la procédure pour les Européens souhaitant rester après le Brexit    Encadrement de proximité : L'ONCA lance «la contractualisation du Conseil agricole privé agréé»    Interview with Mr Adil Douiri, founder of Mutandis, following the company's very successful IPO    Edito : Partenaire fiable et utile    Casablanca : Un policier contraint d'utiliser son arme pour neutraliser un dangereux récidiviste    Un registre national des services médiatiques voit le jour    Daniel Salaverry : Les relations entre Rabat et Lima évoluent de manière constante    Lancement de la formation pour le programme Jeunes marocains ambassadeurs aux Nations unies    Divers    Rkia Derham reçue en audience par le Premier ministre indien    Sit-in à Rabbouni réclamant la traduction en justice des assassins de Omar Ould Anay    Tabac et alcool assurément dangereux    Il faut mettre fin à la stigmatisation des troubles mentaux    Liga : Le Real double Séville    Racisme : L'appel de Koulibaly rejeté    Le DHJ se renforce à 0 dirham    Habib El Malki a représenté S.M le Roi à la cérémonie d'investiture du nouveau président de Madagascar    Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"    La "success story" du groupe OCP sous les feux de la rampe à Dakar    La musique classique arabe s'invite en Chine    «Il est important de laisser des écrits lorsque l'on dépose des projets»    SM le Roi Mohammed VI reçoit Mme Federica Mogherini    «Il faut récupérer tout ce qui est consommé à travers le monde»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Retrait d'un traité nucléaire : Washington vise autant Pékin que Moscou
Publié dans La Nouvelle Tribune le 23 - 10 - 2018

En annonçant leur retrait d'un traité de désarmement majeur sur les armes nucléaires, les Etats-Unis visent autant la Chine, qui a développé ces dernières années des armes interdites par ce texte dont elle n'est pas signataire, que la Russie, accusée de le violer.
Officiellement, c'est la Russie qui est citée comme coupable de violation du traité sur les armes nucléaires de portée intermédiaire (INF) avec son nouveau système 9M729, des missiles tirés à partir d'un dispositif terrestre et dont la portée dépasse, selon Washington, les 500 km, ce que Moscou dément.
« La Russie n'a pas respecté le traité. Nous allons donc mettre fin à l'accord et développer ces armes », a déclaré Donald Trump en annonçant le retrait américain du traité INF (Intermediate Nuclear Forces), signé en 1987 par les présidents américain et soviétique de l'époque Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev.
M. Trump n'a pas précisé si un nouveau traité pourrait être négocié, mais il a indiqué lundi que les Etats-Unis développeraient ces armes à moins que la Russie et la Chine n'acceptent d'arrêter elles-mêmes de les développer.
« Tant que les gens ne seront pas revenus à la raison, nous en développerons », a déclaré le président à des journalistes à la Maison Blanche. « C'est une menace pour qui vous voulez. Et ça inclut la Chine, et ça inclut la Russie, et ça inclut quiconque veut jouer à ce jeu-là. »
Depuis plusieurs années, Washington accuse Moscou de ne pas respecter ce traité qui, en abolissant l'usage de toute une série de missiles d'une portée variant de 500 à 5.500 km, avait mis un terme à la crise déclenchée dans les années 1980 par le déploiement des SS-20 soviétiques à têtes nucléaires ciblant les capitales occidentales.
C'est donc en Russie que le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton, s'est rendu aussitôt la décision annoncée, mais il a noté qu'il y aurait « d'autres participants » au processus de négociation.
Il a précisé à la radio Echo de Moscou que des consultations seraient ensuite menées « avec nos amis en Europe et en Asie ».
Pour John Lee, un expert du centre de réflexion conservateur Hudson Institute, « le problème de la Chine, qui n'est limitée par aucun accord, est très différent et beaucoup plus pressant » que celui de la Russie.
– Mattis « parfaitement d'accord » –
Ces dernières années, Pékin a « développé des missiles de portée intermédiaire terrestres capables d'emporter des charges conventionnelles et nucléaires », ajoute cet expert dans une tribune publiée lundi sur le site de CNN. Quelque 95% des missiles de l'armée chinoise violeraient le traité INF si la Chine en était signataire, ajoute-t-il.
Sur ce dossier, le Pentagone et la Maison Blanche paraissent sur la même longueur d'onde.
Le ministre de la Défense Jim Mattis « est parfaitement d'accord avec le président et il est en contact étroit avec lui là-dessus », a indiqué lundi un porte-parole du ministère, le colonel Rob Manning.
Dans sa nouvelle « posture nucléaire » publiée en début d'année, le Pentagone affirme que « la violation la plus grave de la Russie porte sur un système interdit par le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire ». Mais le document mentionnait aussi les missiles développés par la Chine, qui cherche à affirmer sa suprématie militaire en Asie.
Au début du mois, M. Mattis avait prévenu que la Russie devait « se conformer de nouveau au traité INF ou les Etats-Unis ser(aient) dans l'obligation de réagir au mépris cavalier (de ses) limites spécifiques ». La situation actuelle est « intenable », avait-il précisé à l'issue d'une réunion des ministres de la Défense des pays de l'Otan à Bruxelles.
Signe que le Pentagone envisageait ce retrait du traité INF depuis des mois, la nouvelle politique américaine sur ses missiles balistiques, annoncée pour début 2018, n'a pas encore été publiée, et sa sortie est annoncée depuis des mois pour « dans quelques semaines ».
Interrogé à ce sujet lundi, le colonel Manning a indiqué qu'il n'avait aucune date précise à annoncer, mais il a souligné que « tous les facteurs seraient pris en compte avant sa publication ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.