Quelle réforme pour la fiscalité au Maroc?    Des solutions contre l'insatisfaction des troupes    Vladimir Poutine invite Kim Jong-un    Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Khalid Naciri au Forum de la MAP    De Zemamra à Azemmour    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Retrait d'un traité nucléaire : Washington vise autant Pékin que Moscou
Publié dans La Nouvelle Tribune le 23 - 10 - 2018

En annonçant leur retrait d'un traité de désarmement majeur sur les armes nucléaires, les Etats-Unis visent autant la Chine, qui a développé ces dernières années des armes interdites par ce texte dont elle n'est pas signataire, que la Russie, accusée de le violer.
Officiellement, c'est la Russie qui est citée comme coupable de violation du traité sur les armes nucléaires de portée intermédiaire (INF) avec son nouveau système 9M729, des missiles tirés à partir d'un dispositif terrestre et dont la portée dépasse, selon Washington, les 500 km, ce que Moscou dément.
« La Russie n'a pas respecté le traité. Nous allons donc mettre fin à l'accord et développer ces armes », a déclaré Donald Trump en annonçant le retrait américain du traité INF (Intermediate Nuclear Forces), signé en 1987 par les présidents américain et soviétique de l'époque Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev.
M. Trump n'a pas précisé si un nouveau traité pourrait être négocié, mais il a indiqué lundi que les Etats-Unis développeraient ces armes à moins que la Russie et la Chine n'acceptent d'arrêter elles-mêmes de les développer.
« Tant que les gens ne seront pas revenus à la raison, nous en développerons », a déclaré le président à des journalistes à la Maison Blanche. « C'est une menace pour qui vous voulez. Et ça inclut la Chine, et ça inclut la Russie, et ça inclut quiconque veut jouer à ce jeu-là. »
Depuis plusieurs années, Washington accuse Moscou de ne pas respecter ce traité qui, en abolissant l'usage de toute une série de missiles d'une portée variant de 500 à 5.500 km, avait mis un terme à la crise déclenchée dans les années 1980 par le déploiement des SS-20 soviétiques à têtes nucléaires ciblant les capitales occidentales.
C'est donc en Russie que le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton, s'est rendu aussitôt la décision annoncée, mais il a noté qu'il y aurait « d'autres participants » au processus de négociation.
Il a précisé à la radio Echo de Moscou que des consultations seraient ensuite menées « avec nos amis en Europe et en Asie ».
Pour John Lee, un expert du centre de réflexion conservateur Hudson Institute, « le problème de la Chine, qui n'est limitée par aucun accord, est très différent et beaucoup plus pressant » que celui de la Russie.
– Mattis « parfaitement d'accord » –
Ces dernières années, Pékin a « développé des missiles de portée intermédiaire terrestres capables d'emporter des charges conventionnelles et nucléaires », ajoute cet expert dans une tribune publiée lundi sur le site de CNN. Quelque 95% des missiles de l'armée chinoise violeraient le traité INF si la Chine en était signataire, ajoute-t-il.
Sur ce dossier, le Pentagone et la Maison Blanche paraissent sur la même longueur d'onde.
Le ministre de la Défense Jim Mattis « est parfaitement d'accord avec le président et il est en contact étroit avec lui là-dessus », a indiqué lundi un porte-parole du ministère, le colonel Rob Manning.
Dans sa nouvelle « posture nucléaire » publiée en début d'année, le Pentagone affirme que « la violation la plus grave de la Russie porte sur un système interdit par le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire ». Mais le document mentionnait aussi les missiles développés par la Chine, qui cherche à affirmer sa suprématie militaire en Asie.
Au début du mois, M. Mattis avait prévenu que la Russie devait « se conformer de nouveau au traité INF ou les Etats-Unis ser(aient) dans l'obligation de réagir au mépris cavalier (de ses) limites spécifiques ». La situation actuelle est « intenable », avait-il précisé à l'issue d'une réunion des ministres de la Défense des pays de l'Otan à Bruxelles.
Signe que le Pentagone envisageait ce retrait du traité INF depuis des mois, la nouvelle politique américaine sur ses missiles balistiques, annoncée pour début 2018, n'a pas encore été publiée, et sa sortie est annoncée depuis des mois pour « dans quelques semaines ».
Interrogé à ce sujet lundi, le colonel Manning a indiqué qu'il n'avait aucune date précise à annoncer, mais il a souligné que « tous les facteurs seraient pris en compte avant sa publication ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.