L'Organisation de la coopération islamique réagit aux attaques israéliennes    Algérie: Peine de prison pour 22 manifestants ayant arboré un drapeau berbère    Espagne: Accord entre socialistes et Podemos pour former un gouvernement    Soldes monstres en Chine: Alibaba bat son record mais la croissance ralentit    Casablanca: arrestation d'un Algérien pour vol par effraction dans un établissement hôtelier    Insurance: ACAPS asserting control    L'Université Al Akhawayn classée première université marocaine pour la 5ème année consécutive    Le grand cinéaste Costa Gavras à Marrakech pour les Semaines du film européen    Mohamed Boudra, représente l'Afrique pour la présidence du CGLU-Monde    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    ONG Freedom House : le Maroc « partiellement libre » sur internet    LaLiga en opération de charme à Casablanca    TGR : Le déficit budgétaire continue de se creuser    Nador: 8e Festival international de cinéma et mémoire commune    Après 38 ans de recherches, l'acteur Rabie Kati retrouve la tombe de son père    Fatimazahra Akhiar au sprint final de l'Arab Reading Challenge    Négociateurs d'instruments financiers : 30 professionnels certifiés par l'AMMC    Le PLF 2020 au cœur des réunions parlementaires    Voici les adversaires de la RSB et du HUSA en Coupe de la CAF    Blessé, Marco Ansensio est à Marrakech !    Kamal Hachkar explore l'héritage musical judéo-marocain    Cameroun : Wafa Assurance acquiert 65% du capital de Pro Assur SA    Hong Kong: Les manifestations touchent les universités et le quartier des affaires    Concours télévisé à Moscou    Gastronomie: Une semaine pour consacrer le Made in Italy    ZLECA, une aubaine pour les échanges intra-maghrébins    Enfants en institution. Le Parquet s'allie à l'UNICEF    Il y a 30 ans aujourd'hui que le «Mur de Berlin» est tombé…    Jamal Sellami nouvel entraîneur du Raja de Casablanca    La Tribune de Nas : Liverpool…Oh la main…    Africagua 2019. Le Maroc invité d'honneur    Le discours de la vérité!    «Une partie de la mémoire musicale a disparu avec les orchestres nationaux»    Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Coupe du Trône : Le TAS sort le DHJ et retrouve le HUSA dans une finale inédite    Table ronde: Le paysage politique après le remaniement gouvernemental, quels enjeux?    Politique budgétaire. Le Maroc, bon élève du FMI    Tous responsables    Programme emploi FBR du MCC : 6,2 millions de dollars pour les 9 premiers boursiers    Convention de partenariat : TIBU Maroc devient le représentant officiel de STEM Sports au Maroc    Le Maroc et la Mauritanie font revivre leur histoire d'amour à Chinguetti    Météo: Le temps qu'il fera ce mardi    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Cisjordanie : La commémoration du décès de Yasser Arafat vire au drame    Né dans la rue, une bavure inadmissible !    El Otmani interpellé sur le financement de l'économie et les catégories vulnérables    Le marocain Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Le bruit augmenterait le risque d'AVC    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





GMT+1 : Avant l'heure, c'est plus l'heure…
Publié dans La Nouvelle Tribune le 29 - 10 - 2018

Vendredi dernier le conseil du gouvernement s'est réuni spécialement pour décider, à la surprise générale, du maintien de l'heure d'été.
M. Saad Eddine El Othmani et ses collègues ont, en effet, décidé de garder le GMT+1 de façon permanente, citant pour unique argument le fait que « cette mesure vise à éviter les changements opérés à maintes reprises durant l'année et leurs répercussions négatives » précise le communiqué.
Une décision d'autant plus surprenante que cinq jours auparavant, un précédent communiqué officiel annonçait le retour à l'heure d'hiver comme prévu le dimanche 28 octobre.
Pour rappel, le passage à l'heure d'été au Maroc date de 2013 suivant le décret 2.13.781 du 28 septembre. Depuis, les Marocains avancent leurs montres à la fin de chaque mois de mars et les reculent à chaque fin du mois d'octobre, avec l'exception qui s'opère durant le mois de Ramadan.
Ce décret, vraisemblablement improvisé par nos décideurs, suscite donc plusieurs commentaires et constats.
Tout d'abord, comment peut-on prendre une décision aussi importante à J-2 de l'évènement en question ? Ne fallait-il pas plutôt plancher sur la problématique quelques semaines ou même quelques mois auparavant, prendre le temps de discuter, de débattre et surtout d'expliquer « step by step » les tenants et les aboutissants d'une telle démarche ?
D'ailleurs cette prise de décision tardive, s'est logiquement fait ressentir le dimanche matin, où la quasi-totalité des téléphones et gadgets connectés dont le changement d'heure se fait automatiquement et est indexé sur les réseaux (Apple, Google, Microsoft…) sont revenus à l'heure d'hiver, car comme on pouvait s'y attendre, les décrets improvisés de notre cher gouvernement ne voyagent pas au-delà de notre scène médiatique nationale !
M. El Khalfi au lieu de se suffire de communiquer l'information à nos chers concitoyens, aurait ainsi dû faire de même auprès des acteurs technologiques pour éviter ce changement d'heure automatique.
Par ailleurs, le ministre de l'Education nationale a annoncé l'introduction de certaines mesures pour accompagner ce maintien de l'heure d'été.
Ainsi, les cours démarreront à 9h dans les écoles publiques et sûrement dans bon nombre d'écoles privées.
On pourrait logiquement demander à M. Amzazi si les parents qui accompagnent leurs enfants à l'école pourront-ils arriver à 9h15 ou même un peu plus tard à leurs travail ?
Pire encore, les élèves n'auront désormais qu'une heure de pause de 13h à 14h, obligeant certains à ne pas rentrer chez eux pour le déjeuner, ce qui pose la question suivante, compte tenu de l'absence des cantines dans les écoles publiques, comment réussiront-elles à gérer cette nouvelle donne ?
Mais, apparemment, ce décret gouvernemental ne repose pas sur rien. Effectivement, le ministère délégué chargé de la Réforme de l'Administration et de la Fonction publique aurait au préalable effectué « une étude approfondie » sur le sujet, qu'il n'a d'ailleurs pas rendu publique, et la décision serait donc mûrement réfléchie…
Rappelons-nous, il y a quelques mois, l'Union Européenne annonçait vouloir abandonner l'heure d'été (ou l'heure d'hiver), en se basant, entre autres, sur un sondage fait par les services de M. Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, qui a révélé que 80% des personnes consultées étaient favorables à la suppression du changement d'heure.
Les détracteurs de l'heure d'été, qui se basent sur des études scientifiques sur le sujet, affirment que ce changement exerce un impact négatif sur le sommeil, la santé et engendre une hausse des accidents de la route, pour au final, ce qui est le comble, très peu d'économie d'énergie.
L'autre argument qu'on entend souvent pour valider le passage à l'heure d‘été est le sacro-saint « doing business », le fait de se rapprocher des fuseaux horaires adoptés par les principaux partenaires du Royaume pour des raisons économiques.
On imagine que les opérateurs d'offshoring (centres d'appels) se frottent déjà les mains, maintenant qu'il sont alignés sur les horaires de leurs donneurs d'ordres européens.
Comment expliquer donc le sentiment d'improvisation que la signature du décret vendredi a laissé apparaître ?
Une décision qui aurait mérité un débat préalable, l'interrogation des opérateurs économiques, celle des parents d'élèves, et qui, faute de ce processus de concertation, permet l'éclosion de rumeurs les plus fantaisistes sur les réseaux sociaux, confortant ainsi l'opinion publique dans la conviction que les véritables raisons de cette décision sont ailleurs !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.