R-M® fête ses 100 ans avec la marque suédoise Volvo    Entretien Exclusif – Jo-Wilfried Tsonga : « Je suis heureux de jouer à Marrakech ! »    Mawazine vibrera aux sons du hip-hop US avec Black Eyed Peas    La 1ère édition du Festival du cinéma québécois à Rabat    Trophée Hassan II et Coupe Lalla Meryem de golf : C'est parti !    International: Maroc Telecom résiste à la conjoncture    Hervé Renard passe au confessionnal    Festival du cinéma africain de Tarifa-Tanger : Trois films marocains en lice    Repenser la chose migratoire!    Tennis : Le Maroc au Championnat africain U14 en Afrique du Sud    Said Amzazi suspend le dialogue avec les enseignants    Lever de rideau sur le 2e Festival national du rire «Comique Benslimane»    Afrique du Sud: 51 morts dans des inondations, le président Ramaphosa sur place    Ukraine: Le comédien Volodymyr Zelensky remporte la présidentielle    BCIJ: Démantèlement d'une cellule terroriste de six «Daechiens»    Commissions parlementaires : Les nouveaux présidents élus    Algérie: Le PDG de Sonatrach limogé, celui d'un groupe privé en détention provisoire    Abdennabaoui s'attaque à la traite des êtres humains    Edito : Ramed, mort clinique?    DGSN : Lancement d'une large enquête judiciaire sur des centres d'appels fictifs    Cinq Marocains légèrement blessés dans un accident de la route à Cuba    Casablanca : Le BCIJ met la main sur 7 tonnes de chira    Aziz Akhannouch dresse un premier bilan    ONCF: Al Boraq transportera bientôt son millionième voyageur    850.000 MRE y sont attendus…    Kim Jong Un espère un sommet « couronné de succès et utile » avec Poutine    Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Vidéo-Trophée Hassan II de golf : Brillante entrée en jeu de l'équipe du Prince Moulay Rachid    Hakim Ziyech dans le viseur du Real Madrid    Le Maroc, une destination des plus dynamiques du moment    La Chambre des représentants exprime sa solidarité avec les détenus palestiniens    L'enfer tel que raconté par des Marocains de Syrie    La FDT boycotte le 1er Mai    Ces mystérieux objets au-delà de Neptune    Les chœurs de Notre-Dame, ces "orphelins" de la cathédrale    La grotte d'Ifri N'Abbou, un joyau naturel au potentiel touristique réel    Détenus d'Al Hoceima : Driss Lachguar reçoit une délégation d'ONG des droits de l'Homme    Poursuite de la généralisation du guichet numérique des autorisations    Le PDG du plus grand groupe privé algérien incarcéré    Après le titre, objectif Coupe de France avec Neymar pour le PSG    Chelsea manque l'occasion de monter sur le podium    Colloque international sur la "Digitalisation-numérisation au service de la gouvernance"    Fouad Laroui et Abdellah Dibaji présents aux journées culturelles d'Azemmour    Le long métrage marocain "Le Miracle du Saint Inconnu" en compétition à la 58ème semaine de la critique de Cannes    Sept tonnes de haschich saisies à Casablanca    Les avocats plaident pour une réforme de fond    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Angela Merkel prépare sa sortie après un cinglant revers électoral
Publié dans La Nouvelle Tribune le 29 - 10 - 2018

Angela Merkel a posé lundi les jalons de son retrait du pouvoir en annonçant que son mandat de chancelière était le dernier et en renonçant à la présidence de son parti, conséquences d'un cinglant revers électoral régional en Allemagne.
« Aujourd'hui il est temps d'ouvrir un nouveau chapitre », a déclaré, visiblement émue, Angela Merkel lors d'une conférence de presse à Berlin, confirmant des informations qui avaient fuité auparavant.
Son mandat actuel de chancelière entamé en mars, le quatrième depuis son arrivée au pouvoir en 2005, sera « le dernier », a-t-elle dit. A l'échéance prévue en 2021, elle a dit aussi ne pas avoir l'ambition de commencer une carrière dans les institutions européennes, comme certains médias allemands lui en prêtaient l'intention.
En clair: elle mettra alors un terme à sa carrière politique de premier plan.
De même, en vue d'un congrès de la CDU prévu en décembre, elle a indiqué renoncer à se présenter à un renouvellement de son mandat de présidente du mouvement, qu'elle occupe depuis 18 ans. Une manière pour elle de préparer sa succession.
– Fin de règne –
« Il n'est plus possible de faire comme si rien ne s'était passé » suite à l'élection régionale de dimanche en Hesse, qui avait valeur de test de popularité au plan national. Son parti démocrate-chrétien, bien qu'arrivé en tête avec 27%, y a perdu plus de onze points par rapport au précédent scrutin.
Il y a deux semaines le camp conservateur avait déjà enregistré un résultat très décevant lors d'une autre élection régionale, en Bavière, tandis que l'extrême droite anti-migrants d'une part et les écologistes d'autre part progressent fortement.
Angela Merkel est devenue la cible de critiques croissantes dans une partie de l'opinion, avec une popularité en déclin continu du fait notamment de sa décision d'ouvrir les portes du pays à plus d'un million de demandeurs d'asile en 2015 et 2016.
Dans le même temps, elle a justifié son souhait d'aller au bout de son mandat actuel en 2021 par la nécessité de faire preuve de « responsabilité » à la tête du pays, dans un climat mondial et intérieur agité.
Cette fin de mandat risque toutefois d'être compliquée pour la dirigeante.
En annonçant son départ dans deux ans au plus tard, elle risque de souffrir d'une perte de crédibilité à l'international, en Europe notamment au moment où l'Union européenne traverse une crise.
Ce sera le cas aussi sur le plan intérieur avec l'arrivée prochaine d'une nouvelle personnalité à la tête de son propre parti, qui pourrait favoriser un cap politique différent.
Mme Merkel a indiqué à ce sujet qu'elle ne choisirait pas de successeur lors du congrès du parti de décembre. La compétition s'annonce du coup très rude entre partisans du maintien d'un cap modéré et ceux qui réclament un coup de barre conservateur face à la poussée de l'extrême droite anti-migrants.
Une proche de la chancelière, l'actuelle secrétaire générale du parti, Annegret Kramp-Karrenbauer, ainsi que deux « rebelles » partisans d'un coup de barre à droite, le ministre de la Santé Jens Spahn et Friderich Merz, ont déjà fait acte de candidature.
Mme Merkel a eu droit à une ovation des membres de la direction de son parti après ses annonces en interne. Mais le chef du parti en Hesse, Volker Bouffier, n'a pu s'empêcher au lendemain du rude revers électoral de dire que la décision de Mme Merkel de commencer à passer la main était « la bonne ».
La chancelière apparaît fragilisée politiquement depuis le début de son mandat en mars. Elle n'a pu qu'aux forceps constituer un gouvernement majoritaire de coalition avec des sociaux-démocrates récalcitrants.
Une conséquence des élections législatives de 2017, marquées par la percée de l'extrême droite de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) qui a dynamité le monde politique allemand.
Ce mouvement s'est félicité lundi du début de retrait d'Angela Merkel. « Nous y sommes pour beaucoup », a trompété le co-président du parti Alexander Gauland.
– SPD en crise –
L'autre grande source de difficultés pour la chancelière est l'avenir de sa coalition gouvernementale, du fait des difficultés politiques encore plus grandes de l'allié social-démocrate.
Le SPD a été éreinté lui aussi lors des élections de Hesse, perdant une dizaine de points à 19,8%.
La présidente du SPD Andrea Nahles a agité la menace d'un départ du gouvernement faute de garanties sur un catalogue de mesures que le parti veut voir rapidement adopter contre le réchauffement climatique ou encore la hausse des loyers.
Mme Merkel a elle-même reconnu que sa coalition donnait une image « inacceptable » dans l'opinion. En cause: les conflits permanents qui l'opposent depuis des mois avec l'aile droite de son camp sur la politique migratoire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.