1,2,3, où va l'Algérie ?    Crédit du Maroc explose son bénéfice    Marrakech: Quand des personnalités parlent «identité»    Vidéo – Le Raja arrache une victoire dans les arrêts de jeu    Algérie : Un maire limogé pour avoir suscité une manifestation contre Bouteflika    Vidéo – Le Wydad s'impose face au Youssoufia de Berrechid et creuse l'écart    Le nouveau cadre de partenariat entre le Maroc et la Banque mondiale approuvé    Crédit du Maroc améliore son RNPG    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    L'armée vénézuélienne déterminée à empêcher l'entrée de l'aide    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    Grippe : Un nouveau pas dans la longue quête du vaccin universel    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers    Cigarettes électroniques. Dangereuses ou pas pour les femmes enceintes ?    Soutien international à l'initiative "Ceinture bleue" lancée par le Maroc    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    La CGEM s'engage en faveur du financement de la TPME    Clash et ego trip, le rap avant l'heure de la poésie arabe    ODD : Le Maroc s'est engagé de « manière claire » dans l'absence d'un cadre institutionnel    Honda annonce la fermeture de son usine britannique de Swindon en 2021    L'UE va pour la première fois limiter les émissions de CO2 des camions    Voitures d'époque : La fédération dévoile son programme sportif de 2019    Affaire Benalla : Les conclusions du Sénat    Halieutis    Oulad Mogador Music Action : Trois jeunes groupes sélectionnés    «Le groupement artistique» honore Mohamed Belmou    «Ana nabghiha», nouveau single de Cheb Kadil    Sécurité routière: El Otmani appelle à accélérer la mise en œuvre de la stratégie nationale    Le Centre de santé urbain «Massira II» à Témara rénové : SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie d'inauguration    Les profondes divergences entre Washington et les pays européens    Derby de l'Oriental : Une affaire entre voisins    SM le Roi reçoit les nouveaux walis et gouverneurs    Said Ahmiddouch installé nouveau Wali de Casablanca-Settat    Une justice propre aux mineurs au Maroc ?    Semences. La SONACOS poursuit la diversification de ses marchés    Top 5 des meilleurs buteurs actuels d'Europa League    Commerce en Afrique. Le Maroc approuve l'accord sur la zone de libre-échange    Edito : Du sang neuf    Première enquête sur les hépatites virales au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Angela Merkel prépare sa sortie après un cinglant revers électoral
Publié dans La Nouvelle Tribune le 29 - 10 - 2018

Angela Merkel a posé lundi les jalons de son retrait du pouvoir en annonçant que son mandat de chancelière était le dernier et en renonçant à la présidence de son parti, conséquences d'un cinglant revers électoral régional en Allemagne.
« Aujourd'hui il est temps d'ouvrir un nouveau chapitre », a déclaré, visiblement émue, Angela Merkel lors d'une conférence de presse à Berlin, confirmant des informations qui avaient fuité auparavant.
Son mandat actuel de chancelière entamé en mars, le quatrième depuis son arrivée au pouvoir en 2005, sera « le dernier », a-t-elle dit. A l'échéance prévue en 2021, elle a dit aussi ne pas avoir l'ambition de commencer une carrière dans les institutions européennes, comme certains médias allemands lui en prêtaient l'intention.
En clair: elle mettra alors un terme à sa carrière politique de premier plan.
De même, en vue d'un congrès de la CDU prévu en décembre, elle a indiqué renoncer à se présenter à un renouvellement de son mandat de présidente du mouvement, qu'elle occupe depuis 18 ans. Une manière pour elle de préparer sa succession.
– Fin de règne –
« Il n'est plus possible de faire comme si rien ne s'était passé » suite à l'élection régionale de dimanche en Hesse, qui avait valeur de test de popularité au plan national. Son parti démocrate-chrétien, bien qu'arrivé en tête avec 27%, y a perdu plus de onze points par rapport au précédent scrutin.
Il y a deux semaines le camp conservateur avait déjà enregistré un résultat très décevant lors d'une autre élection régionale, en Bavière, tandis que l'extrême droite anti-migrants d'une part et les écologistes d'autre part progressent fortement.
Angela Merkel est devenue la cible de critiques croissantes dans une partie de l'opinion, avec une popularité en déclin continu du fait notamment de sa décision d'ouvrir les portes du pays à plus d'un million de demandeurs d'asile en 2015 et 2016.
Dans le même temps, elle a justifié son souhait d'aller au bout de son mandat actuel en 2021 par la nécessité de faire preuve de « responsabilité » à la tête du pays, dans un climat mondial et intérieur agité.
Cette fin de mandat risque toutefois d'être compliquée pour la dirigeante.
En annonçant son départ dans deux ans au plus tard, elle risque de souffrir d'une perte de crédibilité à l'international, en Europe notamment au moment où l'Union européenne traverse une crise.
Ce sera le cas aussi sur le plan intérieur avec l'arrivée prochaine d'une nouvelle personnalité à la tête de son propre parti, qui pourrait favoriser un cap politique différent.
Mme Merkel a indiqué à ce sujet qu'elle ne choisirait pas de successeur lors du congrès du parti de décembre. La compétition s'annonce du coup très rude entre partisans du maintien d'un cap modéré et ceux qui réclament un coup de barre conservateur face à la poussée de l'extrême droite anti-migrants.
Une proche de la chancelière, l'actuelle secrétaire générale du parti, Annegret Kramp-Karrenbauer, ainsi que deux « rebelles » partisans d'un coup de barre à droite, le ministre de la Santé Jens Spahn et Friderich Merz, ont déjà fait acte de candidature.
Mme Merkel a eu droit à une ovation des membres de la direction de son parti après ses annonces en interne. Mais le chef du parti en Hesse, Volker Bouffier, n'a pu s'empêcher au lendemain du rude revers électoral de dire que la décision de Mme Merkel de commencer à passer la main était « la bonne ».
La chancelière apparaît fragilisée politiquement depuis le début de son mandat en mars. Elle n'a pu qu'aux forceps constituer un gouvernement majoritaire de coalition avec des sociaux-démocrates récalcitrants.
Une conséquence des élections législatives de 2017, marquées par la percée de l'extrême droite de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) qui a dynamité le monde politique allemand.
Ce mouvement s'est félicité lundi du début de retrait d'Angela Merkel. « Nous y sommes pour beaucoup », a trompété le co-président du parti Alexander Gauland.
– SPD en crise –
L'autre grande source de difficultés pour la chancelière est l'avenir de sa coalition gouvernementale, du fait des difficultés politiques encore plus grandes de l'allié social-démocrate.
Le SPD a été éreinté lui aussi lors des élections de Hesse, perdant une dizaine de points à 19,8%.
La présidente du SPD Andrea Nahles a agité la menace d'un départ du gouvernement faute de garanties sur un catalogue de mesures que le parti veut voir rapidement adopter contre le réchauffement climatique ou encore la hausse des loyers.
Mme Merkel a elle-même reconnu que sa coalition donnait une image « inacceptable » dans l'opinion. En cause: les conflits permanents qui l'opposent depuis des mois avec l'aile droite de son camp sur la politique migratoire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.