Un marocain remporte le marathon de Poitiers-Futuroscope    Le Maroc et l'Espagne préparent l'opération Marhaba    L'ex-manager de Stan Lee arrêté pour abus de faiblesse    Marouane Chamakh prend sa retraite    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Les Berkanis à un pas du sacre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Une réaction curieusement ingrate!    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Banque privée : Les principaux requis de succès    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc, de quelle culture parlons-nous ?
Publié dans La Nouvelle Tribune le 13 - 11 - 2018

L'espace d'art de la Fondation TGCC pour les arts et la culture, Artorium, a abrité, le 8 novembre 2018, une conférence de haut niveau autour des politiques culturelles au Maroc. Avec Mamoun Lahbabi, Nour Eddine Lakhmari, Nabil Bayahya et Abdelhak Najib. Un débat de fond sur une question épineuse.
C'est une conférence de très haut niveau qui s'est déroulée, le jeudi 8 novembre 2018, à l'espace d'art Artorium. Un grand débat autour des politiques culturelles au Maroc avec la participation de grandes figures des Arts et de la culture telles que le cinéaste Nour Eddine Lakhmari, l'écrivain Mamoun Lahbabi et l'analyste et président de l'Association Marocaine du Conseil en Management (AMCM), Nabil Bayahya.
Modéré brillamment par Abdelhak Najib, écrivain, journaliste et chroniqueur télé, le débat a été un réel diagnostic sans compromis sur les réalités culturelles du Maroc. Dans son préambule Abdelhak Najib qui menait les débats a posé de nombreuses questions invitant les intervenants à apporter des éléments de réponse : De quelle culture parlons-nous? Y a-t-il vraiment une volonté politique de faire de la culture un réel levier de développement dans notre pays? La place qu'occupe Internet dans la diffusion d'une certaine forme de culture ne constitue-t-elle pas un danger? Et qu'en est-il de l'apologie de la médiocrité qui à droit de cité dans le paysage culturel marocain?
Les intervenants ont apporté des éléments de réponse pour faire le bilan de plus d'un demi-siècle de tâtonnements dans l'absence d'une réelle politique culturelle au Maroc.
Pour Nour Eddine Lakhmari les choses sont simples. En tant que cinéaste, auteur de la trilogie casablancaise, Casanegra, Zero et Burn Out pour lui : «un pays qui ne produit pas ses propres images est un pays mort. Ou alors il laisse d'autres se charger de lui en créer à leur guise. Nous avons un réel problème de culture au Maroc. Nous avons un vide énorme qu'il faut combler dans l'urgence par une réelle éducation artistique, par la liberté d'expression, par une prise de conscience que la culture est un grand levier de développement humain. Nous avons aujourd'hui besoin d'une movida qui engage et fédère tous les artistes et les intellectuels pour donner naissance à un mouvement qui nous fasse décoller et apporter plus de sang neuf à une culture moribonde ».
Même son de cloche chez Abdelhak Naji, qui anime l'unique émission culturelle digne de ce nom à la télévision marocaine Al Oula. Le présentateur de Sad Al Ibdae insiste sur l'implication de toutes les forces créatrices de ce pays pour donner une véritable impulsion à une scène culturelle et artistiques sclérosée. «Il n'y a pas de culture sans liberté. Il n'y a pas de créativité sans folie non plus. Nous devons à tous prix nous affranchir de ces visions liberticides qui voudraient faire de la culture une pâle copie du marasme de la société. Non, la culture doit constamment ouvrir des brèches, défoncer des portes barricadées et apporter du renouveau, de nouvelles visions, dans l'audace et la prise de risque pour secouer les consciences et réanimer les esprits délétères pour nous débarrasser de tant de tabous, de jugements de valeurs et d'archaïsmes ».
Mamoun Lahbabi, auteur de plus de 15 romans et grande figure de la littérature marocaine d'expression française, si le constat est alarmant pour les réalités de la culture au Maroc, il ne faut pas perdre de vue toutes les réalisations qui ont vu le jour depuis plus de deux décennies au Maroc. « Des musées, des théâtres, des maisons de jeunesse, des bibliothèques, des galeries d'art, des expositions de grande envergure… ce sont là des indicateurs d'une volonté de donner une place encore plus importante à la culture au Maroc. Il faut rester optimistes et ne pas perdre de vue que beaucoup de choses bougent aujourd'hui, avec des initiatives individuelles qui restent le nerf vif de toute culture vivante. Reste cette question d'indépendance et de liberté. Je pense qu'il est crucial que les actions individuelles gardent leur force d'indépendance. Ce sont celles-ci qui créent de réels mouvements culturels où la liberté demeure le maître-mot ».
Quant à Nabil Bayahya, auteur d'un ouvrage de référence, intitulé : « les politiques culturelles à l'âge du numérique : l'exemple du Maroc », après avoir fait un retour sur un demi-siècle de politiques culturelles au Maroc, de la culture pour tous, à chacun sa culture, il a insisté sur le rôle joué par Internet dans la création et la diffusion de la culture, pas seulement au Maroc, mais partout dans le monde. Un rôle de choix qui comporte aussi de nombreuses dérives qui peuvent nuire à la culture en donnant place à plus de médiocrité, plus de mélange de genres, dans l'absence d'un véritable filtre anti-dérapages.
Au bout de deux heures de débat et d'interventions de l'assistance avec des figures comme Ahmed Boulane qui a témoigné de son expérience personnelle pour apporter un autre son de cloche à la culture marocaine, Docteur Hachem Tyal qui a fustigé une société qui accouche de fous et de schizophrènes dans l'absence d'une réelle politique de l'intelligence… et d'autres points de vue qui versent tous dans la même direction : le Maroc traverse une profonde crise de vide culturel.
L'urgence est de lancer un réel débat de société pour faire de la culture une priorité nationale à une époque où la médiocrité prend plus de champ et supplante la véritable création, qui, elle, est de plus en plus marginalisée et noyée dans un flux d'inepties de tous genres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.