Algérie    «Gilets jaunes»: La Belgique touchée aussi?    Un paquet de mesures en faveur des TPE    Gros appétit pour les énergies renouvelables    4L Trophy 2019: Une course pour les jeunes façon Paris-Dakar    Code de la famille: Les écueils qui plombent la réforme    Enseignement du français: Un nouveau concept dès septembre    Les Marocains du monde au SIEL    Appel à des mesures concrètes pour répondre aux problématiques des petites entreprises    Maroc: la CDG se dote d'une branche « Investissement »    Nasser Bourita : Les accords Maroc-UE sont compatibles avec le droit international    La petite blague de George Clooney    Trump va déclarer l'"urgence nationale" pour construire son mur à la frontière    Divers    Frontex place les Marocains au Top ten des passeurs    Ligue Europa : Arsenal tombe à Borisov, le Séville FC s'offre la Lazio    Divers sportifs    Une journée au complet et du spectacle en vue    Les entreprises espagnoles opèrent au Maroc dans des secteurs de grande importance    Repenser la cohabitation entre les automobilistes et les cyclistes    Cancer du col de l'utérus: le vaccin est "sûr et indispensable"    Appel à une stratégie nationale visant à faire de l'école un espace pour tous    Divers    Les conditions de travail demeurent précaires à l'échelle mondiale    La bourde de Katy Perry    Pourquoi Johnny Depp n'incarnera plus jamais Jack Sparrow    Les problèmes de peau de Kim Kardashian    Nador : Arrestation d'une bande de présumés passeurs    Casablanca: Incendie dans un stand du SIEL, rapidement maîtrisé    L'ours grognant russe inquiète les ministres de la Défense allemand et britannique    Hydrocarbures : Le Conseil de la concurrence recommande une « refonte globale » du secteur    Luis Rubiales loue la qualité des installations sportives au Maroc    Démantèlement d'une cellule terroriste composée de cinq extrémistes s'activant à Safi    Le Forum international de l'étudiant à Safi    La nouvelle vie du Grand théâtre Cervantès    La Botola pro adopte le VAR la saison prochaine    Vidéo – Munich : La sécurité mondiale en question    Coupe de la CAF : La RSB bat le HUSA et s'adjuge la première place    Le Maroc et l'Espagne écrivent un nouveau chapitre de coopération économique    A SIEL ouvert…    La première édition d'ADCC en Afrique se déroulera au Maroc    Un drame humanitaire occulté    Parlement : Une session mi-figue, mi-raisin    « Le bilan des banques participatives est réjouissant ». Entretien avec Mohammed Maarouf, Directeur général de BTI Bank filiale BMCE BANK    Bourita met au point au sujet des ambassadeurs marocains au Golfe    Sit-in massif lors du concert d'Enrico Macias à Casablanca    SIEL: les jeunes d'El Jadida publient un recueil de poèmes    Lanceurs d'alerte dans la fonction publique. Bientôt un régime spécifique ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc, de quelle culture parlons-nous ?
Publié dans La Nouvelle Tribune le 13 - 11 - 2018

L'espace d'art de la Fondation TGCC pour les arts et la culture, Artorium, a abrité, le 8 novembre 2018, une conférence de haut niveau autour des politiques culturelles au Maroc. Avec Mamoun Lahbabi, Nour Eddine Lakhmari, Nabil Bayahya et Abdelhak Najib. Un débat de fond sur une question épineuse.
C'est une conférence de très haut niveau qui s'est déroulée, le jeudi 8 novembre 2018, à l'espace d'art Artorium. Un grand débat autour des politiques culturelles au Maroc avec la participation de grandes figures des Arts et de la culture telles que le cinéaste Nour Eddine Lakhmari, l'écrivain Mamoun Lahbabi et l'analyste et président de l'Association Marocaine du Conseil en Management (AMCM), Nabil Bayahya.
Modéré brillamment par Abdelhak Najib, écrivain, journaliste et chroniqueur télé, le débat a été un réel diagnostic sans compromis sur les réalités culturelles du Maroc. Dans son préambule Abdelhak Najib qui menait les débats a posé de nombreuses questions invitant les intervenants à apporter des éléments de réponse : De quelle culture parlons-nous? Y a-t-il vraiment une volonté politique de faire de la culture un réel levier de développement dans notre pays? La place qu'occupe Internet dans la diffusion d'une certaine forme de culture ne constitue-t-elle pas un danger? Et qu'en est-il de l'apologie de la médiocrité qui à droit de cité dans le paysage culturel marocain?
Les intervenants ont apporté des éléments de réponse pour faire le bilan de plus d'un demi-siècle de tâtonnements dans l'absence d'une réelle politique culturelle au Maroc.
Pour Nour Eddine Lakhmari les choses sont simples. En tant que cinéaste, auteur de la trilogie casablancaise, Casanegra, Zero et Burn Out pour lui : «un pays qui ne produit pas ses propres images est un pays mort. Ou alors il laisse d'autres se charger de lui en créer à leur guise. Nous avons un réel problème de culture au Maroc. Nous avons un vide énorme qu'il faut combler dans l'urgence par une réelle éducation artistique, par la liberté d'expression, par une prise de conscience que la culture est un grand levier de développement humain. Nous avons aujourd'hui besoin d'une movida qui engage et fédère tous les artistes et les intellectuels pour donner naissance à un mouvement qui nous fasse décoller et apporter plus de sang neuf à une culture moribonde ».
Même son de cloche chez Abdelhak Naji, qui anime l'unique émission culturelle digne de ce nom à la télévision marocaine Al Oula. Le présentateur de Sad Al Ibdae insiste sur l'implication de toutes les forces créatrices de ce pays pour donner une véritable impulsion à une scène culturelle et artistiques sclérosée. «Il n'y a pas de culture sans liberté. Il n'y a pas de créativité sans folie non plus. Nous devons à tous prix nous affranchir de ces visions liberticides qui voudraient faire de la culture une pâle copie du marasme de la société. Non, la culture doit constamment ouvrir des brèches, défoncer des portes barricadées et apporter du renouveau, de nouvelles visions, dans l'audace et la prise de risque pour secouer les consciences et réanimer les esprits délétères pour nous débarrasser de tant de tabous, de jugements de valeurs et d'archaïsmes ».
Mamoun Lahbabi, auteur de plus de 15 romans et grande figure de la littérature marocaine d'expression française, si le constat est alarmant pour les réalités de la culture au Maroc, il ne faut pas perdre de vue toutes les réalisations qui ont vu le jour depuis plus de deux décennies au Maroc. « Des musées, des théâtres, des maisons de jeunesse, des bibliothèques, des galeries d'art, des expositions de grande envergure… ce sont là des indicateurs d'une volonté de donner une place encore plus importante à la culture au Maroc. Il faut rester optimistes et ne pas perdre de vue que beaucoup de choses bougent aujourd'hui, avec des initiatives individuelles qui restent le nerf vif de toute culture vivante. Reste cette question d'indépendance et de liberté. Je pense qu'il est crucial que les actions individuelles gardent leur force d'indépendance. Ce sont celles-ci qui créent de réels mouvements culturels où la liberté demeure le maître-mot ».
Quant à Nabil Bayahya, auteur d'un ouvrage de référence, intitulé : « les politiques culturelles à l'âge du numérique : l'exemple du Maroc », après avoir fait un retour sur un demi-siècle de politiques culturelles au Maroc, de la culture pour tous, à chacun sa culture, il a insisté sur le rôle joué par Internet dans la création et la diffusion de la culture, pas seulement au Maroc, mais partout dans le monde. Un rôle de choix qui comporte aussi de nombreuses dérives qui peuvent nuire à la culture en donnant place à plus de médiocrité, plus de mélange de genres, dans l'absence d'un véritable filtre anti-dérapages.
Au bout de deux heures de débat et d'interventions de l'assistance avec des figures comme Ahmed Boulane qui a témoigné de son expérience personnelle pour apporter un autre son de cloche à la culture marocaine, Docteur Hachem Tyal qui a fustigé une société qui accouche de fous et de schizophrènes dans l'absence d'une réelle politique de l'intelligence… et d'autres points de vue qui versent tous dans la même direction : le Maroc traverse une profonde crise de vide culturel.
L'urgence est de lancer un réel débat de société pour faire de la culture une priorité nationale à une époque où la médiocrité prend plus de champ et supplante la véritable création, qui, elle, est de plus en plus marginalisée et noyée dans un flux d'inepties de tous genres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.