Karim El Aynaoui : «Nous avons constitué au fil du temps une communauté qui a une force de proposition»    Affaires des deux touristes assassinées : Une personne arrêtée    La misère!    Insolite : Un braconnier contraint de regarder "Bambi"    Les autorités françaises ferment une école clandestine salafiste    Zagora: Le film indien «La chanson des scorpions» décroche le Grand prix    Laaraj : Pour une présence plus marquée de l'amazigh dans les chaînes publiques    Taroudant danse au rythme de la Taskiwin    #International.. Cinq actus qu'il ne faut pas avoir raté    Sidaction 2018: Nouvel appui d'Intelcia à l'ALCS    BENATIQ: « La migration est un facteur d'enrichissement »    TUI fly renforce ses dessertes France-Maroc    SM le Roi a présidé une veillée religieuse en commémoration du 20è anniversaire de la disparition de feu SM Hassan II    Un acteur du «Prince de Bel Air» accuse le jeu Fortnite d'avoir plagié sa danse    ONU: L'AG adopte le Pacte mondial pour les réfugiés, pendant du Pacte de Marrakech    Agriculture Triple A : M. Akhannouch reçoit Mme Kalibata    Le secteur bio fait sa promotion à Rabat    Efficacité énergétique : Said Mouline appelle l'Afrique à renforcer ses capacités    Accord de coopération entre la MAP et l'agence russe Sputnik    Une Norvégienne et une Danoise retrouvées mortes dans la commune d'Al Haouz    Le gotha de la formation professionnelle en Afrique réuni à Dakhla    GB-Brexit : Theresa May assaillie de toutes parts…    Espagne : Les restes de Franco seront bien exhumés du mausolée de Valle de los Caidos    Le Souverain préside une veillée religieuse en commémoration du 20e anniversaire de la disparition de feu SM Hassan II    «Financial Times» : Cinq raisons pour vivre à Casablanca    Edito : PLF    Saham Assurance : MHE s'engage financièrement pour honorer le deal avec Sanlam    Double meurtre près de Toubkal    Le Maroc à l'heure de la Journée internationale du migrant    Le dirham reste stable par rapport à l'euro et se déprécie vis-à-vis du dollar    La place du diplôme des écoles de textile dans le système industriel débattue à Tanger    Des experts marocains débattent de la durabilité et de l'innovation dans le secteur touristique    Madagascar: Le PDG et le "dandy", dix ans d'une rivalité politique féroce    Insolite : Un stagiaire pas comme les autres    Les réseaux sociaux, une occupation à grands risques pour les enfants Comment les en protéger    Les sanctions américaines menacent la dénucléarisation de la Corée    Coupe de la CAF : Le Raja cartonne d'entrée    La bonne opération du CAYB et de l'AS. FAR    CAN-2019 : Forces et faiblesses des candidatures sud-africaine et égyptienne    Démarche unioniste des syndicats des collectivités locales    "T-Jonction", lorsque la mort mène à une nouvelle vie    Spider-Man s'accroche en haut du box-office    Marwan Hamed, lauréat du Festival du film arabe    Mohamed Salah à nouveau élu joueur africain de l'année par la BB    Allemagne : Achraf Hakimi, un «élément clé» du Borussia Dortmund    Africa Gaming Fest : Le premier événement du genre en Afrique avec un Cash Prize de 150.000$    Vidéo – Coupe de la CAF : Les cinq buts du Raja face au Cercle Mberi Sportif du Gabon    En vidéo – Moulay El Hassan préside la finale de la Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc, de quelle culture parlons-nous ?
Publié dans La Nouvelle Tribune le 13 - 11 - 2018

L'espace d'art de la Fondation TGCC pour les arts et la culture, Artorium, a abrité, le 8 novembre 2018, une conférence de haut niveau autour des politiques culturelles au Maroc. Avec Mamoun Lahbabi, Nour Eddine Lakhmari, Nabil Bayahya et Abdelhak Najib. Un débat de fond sur une question épineuse.
C'est une conférence de très haut niveau qui s'est déroulée, le jeudi 8 novembre 2018, à l'espace d'art Artorium. Un grand débat autour des politiques culturelles au Maroc avec la participation de grandes figures des Arts et de la culture telles que le cinéaste Nour Eddine Lakhmari, l'écrivain Mamoun Lahbabi et l'analyste et président de l'Association Marocaine du Conseil en Management (AMCM), Nabil Bayahya.
Modéré brillamment par Abdelhak Najib, écrivain, journaliste et chroniqueur télé, le débat a été un réel diagnostic sans compromis sur les réalités culturelles du Maroc. Dans son préambule Abdelhak Najib qui menait les débats a posé de nombreuses questions invitant les intervenants à apporter des éléments de réponse : De quelle culture parlons-nous? Y a-t-il vraiment une volonté politique de faire de la culture un réel levier de développement dans notre pays? La place qu'occupe Internet dans la diffusion d'une certaine forme de culture ne constitue-t-elle pas un danger? Et qu'en est-il de l'apologie de la médiocrité qui à droit de cité dans le paysage culturel marocain?
Les intervenants ont apporté des éléments de réponse pour faire le bilan de plus d'un demi-siècle de tâtonnements dans l'absence d'une réelle politique culturelle au Maroc.
Pour Nour Eddine Lakhmari les choses sont simples. En tant que cinéaste, auteur de la trilogie casablancaise, Casanegra, Zero et Burn Out pour lui : «un pays qui ne produit pas ses propres images est un pays mort. Ou alors il laisse d'autres se charger de lui en créer à leur guise. Nous avons un réel problème de culture au Maroc. Nous avons un vide énorme qu'il faut combler dans l'urgence par une réelle éducation artistique, par la liberté d'expression, par une prise de conscience que la culture est un grand levier de développement humain. Nous avons aujourd'hui besoin d'une movida qui engage et fédère tous les artistes et les intellectuels pour donner naissance à un mouvement qui nous fasse décoller et apporter plus de sang neuf à une culture moribonde ».
Même son de cloche chez Abdelhak Naji, qui anime l'unique émission culturelle digne de ce nom à la télévision marocaine Al Oula. Le présentateur de Sad Al Ibdae insiste sur l'implication de toutes les forces créatrices de ce pays pour donner une véritable impulsion à une scène culturelle et artistiques sclérosée. «Il n'y a pas de culture sans liberté. Il n'y a pas de créativité sans folie non plus. Nous devons à tous prix nous affranchir de ces visions liberticides qui voudraient faire de la culture une pâle copie du marasme de la société. Non, la culture doit constamment ouvrir des brèches, défoncer des portes barricadées et apporter du renouveau, de nouvelles visions, dans l'audace et la prise de risque pour secouer les consciences et réanimer les esprits délétères pour nous débarrasser de tant de tabous, de jugements de valeurs et d'archaïsmes ».
Mamoun Lahbabi, auteur de plus de 15 romans et grande figure de la littérature marocaine d'expression française, si le constat est alarmant pour les réalités de la culture au Maroc, il ne faut pas perdre de vue toutes les réalisations qui ont vu le jour depuis plus de deux décennies au Maroc. « Des musées, des théâtres, des maisons de jeunesse, des bibliothèques, des galeries d'art, des expositions de grande envergure… ce sont là des indicateurs d'une volonté de donner une place encore plus importante à la culture au Maroc. Il faut rester optimistes et ne pas perdre de vue que beaucoup de choses bougent aujourd'hui, avec des initiatives individuelles qui restent le nerf vif de toute culture vivante. Reste cette question d'indépendance et de liberté. Je pense qu'il est crucial que les actions individuelles gardent leur force d'indépendance. Ce sont celles-ci qui créent de réels mouvements culturels où la liberté demeure le maître-mot ».
Quant à Nabil Bayahya, auteur d'un ouvrage de référence, intitulé : « les politiques culturelles à l'âge du numérique : l'exemple du Maroc », après avoir fait un retour sur un demi-siècle de politiques culturelles au Maroc, de la culture pour tous, à chacun sa culture, il a insisté sur le rôle joué par Internet dans la création et la diffusion de la culture, pas seulement au Maroc, mais partout dans le monde. Un rôle de choix qui comporte aussi de nombreuses dérives qui peuvent nuire à la culture en donnant place à plus de médiocrité, plus de mélange de genres, dans l'absence d'un véritable filtre anti-dérapages.
Au bout de deux heures de débat et d'interventions de l'assistance avec des figures comme Ahmed Boulane qui a témoigné de son expérience personnelle pour apporter un autre son de cloche à la culture marocaine, Docteur Hachem Tyal qui a fustigé une société qui accouche de fous et de schizophrènes dans l'absence d'une réelle politique de l'intelligence… et d'autres points de vue qui versent tous dans la même direction : le Maroc traverse une profonde crise de vide culturel.
L'urgence est de lancer un réel débat de société pour faire de la culture une priorité nationale à une époque où la médiocrité prend plus de champ et supplante la véritable création, qui, elle, est de plus en plus marginalisée et noyée dans un flux d'inepties de tous genres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.