En vidéo – Turquie : 9 morts et 47 blessés dans un accident de TGV    Risque de licenciement pour Yatim    CAN 2019 : L'Egypte en lice pour l'organisation    Le nouveau plan de la CGEM et de l'AMIC pour le financement des strartups    Atlantic Dialogues. Le populisme au cœur du débat    Publication de «La lettre de créance, apothéose de la vérité»    «My mina», une création d'Amina Bedraoui Idrissi    So Art Gallery Casablanca expose des palettes africaines    Nette amélioration recettes de la conservation foncière    Coupe du Trône de saut d'obstacles : La finale de la 6è édition du 14 au 16 décembre au RCSE Dar Es Salam    Coupe arabe des clubs champions : Le Raja souffre mais se qualifie pour les quarts de finale    Un «Pacte mondial d'avenir»    Un manifeste en 7 mesures pour les droits de la femme    L'armée égyptienne annonce la mort de 27 "terroristes" dans le Sinaï    Casablanca : Le festival du film arabe désormais sur la carte des événements marocains    Qatar hôte de la finale de la Supercoupe entre le Raja de Casablanca et l'Espérance de Tunis    Syrie.. Avertissement américain à l'égard de la Turquie    Accident de TGV en Turquie: au moins 7 morts et 46 blessés        Message de condoléances de SM le Roi au président français suite à la fusillade de Strasbourg    Venezuela: Les électeurs boycottent les urnes…    France.. De nouveaux reports pour les matchs de Ligue 1    Le groupe basque International Citrus Band présente son album "Latitudes"    Adoption des lois : Les députés mettent le paquet    Programme d'urgence de l'éducation nationale : Beaucoup d'argent, peu de résultats    Fondation BMCE Bank: 37 bacheliers des écoles Medersat.com primés    Akhannouch s'entretient à Abidjan avec le président de la BAD    Edito : Cour des comptes, la même chanson    Le modèle marocain en matière de financement des agriculteurs présenté à Libreville    La BRVM d'Abidjan lance la 2ème cohorte de son Programme Elite, soutenu par la BVC    Narjiss Nejjar. "Martin Scorsese est le parrain de la Cinémathèque de Rabat"    Rapport GermanWatch sur l'indice mondial des risques climatiques Le Maroc s'en tire à bon compte    News    Signature d'une convention pour la création d'une unité industrielle à Nador    La concurrence en Afrique est moins féroce qu'au Maroc    La qualité des produits du terroir marocain saluée au "SIAL Middle East 2018"    "Mbarek o masoud" Une pièce théâtrale interprétée par des détenus    Baisse de 38% du taux de mortalité infantile en sept ans    Divers    Divers Economie    Pedro Sanchez accuse les séparatistes catalans de mentir comme les Brexiters    Le sambo rejoint la famille olympique    Ligue des champions : Liverpool grâce à Salah    Guardiola soutient Sterling et appelle à combattre le racisme tous les jours    Juliette Binoche présidente du jury de la Berlinale    Le syrien Nabil Suleiman préside le jury du Festival international du film transsaharien de Zagora    Bouillon de culture    Haïti réitère son respect de l'intégrité territoriale du Maroc et de sa souveraineté sur ses provinces sahariennes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Theresa May lutte pour sa survie sur le Brexit
Publié dans La Nouvelle Tribune le 15 - 11 - 2018

Ebranlée par des démissions en série de son gouvernement, la Première ministre britannique Theresa May luttait pour sa survie jeudi, donnant aux députés le choix entre soutenir son projet d'accord de divorce avec Bruxelles ou risquer une sortie sans accord, voire pas de Brexit du tout.
« Le choix est clair: nous pouvons choisir de partir sans accord, risquer qu'il n'y ait pas de Brexit du tout ou choisir de nous unir et soutenir le meilleur accord que nous pouvions négocier, cet accord », a dit Mme May, défendant dans une ambiance survoltée le texte de près de 600 pages que quatre membres de son gouvernement ont refusé d'endosser, choisissant de claquer la porte.
Sur le gril pendant trois heures, chahutée et critiquée par des députés de tous bords, elle a défendu bec et ongles le compromis, condamné d'avance par des parlementaires europhiles comme europhobes, sans arriver à éviter une demande d'un vote de défiance par les Brexiters les plus acharnés de son parti.
L'hypothèse d'un non Brexit pourrait se concrétiser par la tenue d'un second référendum, dont l'idée a gagné du terrain ces derniers mois, et qui renverserait le résultat de la consultation de juin 2016. Mme May est fermement opposée à la tenue d'un tel référendum.
L'eurosceptique ministre du Brexit Dominic Raab, la secrétaire d'Etat du Brexit Suella Braverman, le secrétaire d'Etat à l'Irlande du Nord Shailesh Vara, ainsi que la ministre du Travail Esther McVey, ont démissionné jeudi avec fracas, inquiets notamment du sort particulier réservé à la province britannique d'Irlande du Nord après le Brexit.
Ces démissions ont conforté les partisans d'une sortie sans accord avec l'UE dans le propre camp de Mme May, très divisé, où son leadership est de plus en plus contesté.
Le chantre du Brexit Jacob Rees-Mogg mène la révolte et a écrit une lettre pour réclamer officiellement un vote de défiance, selon un député membre du groupe qu'il préside, l'European Research Group (ERG). « Le projet d'accord de divorce présenté au parlement aujourd'hui s'avère pire qu'attendu et échoue à remplir les promesses faites à la nation par la Première ministre », a-t-il écrit.
L'appui de 48 députés, soit 15% du groupe conservateur aux Communes, est nécessaire pour organiser un tel vote.
– Intérêt national –
Le compromis prévoit un « filet de sécurité » (« backstop » en anglais), solution de dernier recours prévoyant le maintien de l'ensemble du Royaume-Uni dans une union douanière avec l'UE ainsi qu'un alignement réglementaire plus poussé pour l'Irlande du Nord, si aucun accord sur la future relation entre Bruxelles et Londres n'était conclu à l'issue d'une période de transition de 21 mois prévue après le Brexit, le 29 mars 2019, et prolongeable une fois.
« Le régime réglementaire proposé pour l'Irlande du Nord présente une menace très réelle pour l'intégrité du Royaume-Uni », a dénoncé Dominic Raab dans sa lettre de démission.
Mais Mme May a fait valoir qu'aucun accord avec Bruxelles ne serait possible sans cette assurance. « L'UE ne négociera aucun partenariat futur sans elle », a-elle garanti aux députés.
L'ex-chef du parti europhobe Ukip, Nigel Farage, grand artisan du Brexit, a salué la défection de M. Raab. « Bravo Dominic Raab, encore quelques autres (démissions) et nous serons débarrassés de cette hypocrite Première ministre », a-t-il tweeté.
La tâche s'annonce donc plus qu'ardue pour Theresa May, qui doit convaincre les parlementaires de voter le projet d'accord en décembre, une fois qu'il sera entériné lors d'un sommet européen le 25 novembre à Bruxelles.
Son allié, le petit parti unioniste nord-irlandais DUP, dont l'appoint est indispensable pour avoir une majorité absolue, a ouvertement exprimé son opposition au texte.
Quant au Parti travailliste, il a laissé entendre qu'il ne voterait pas le texte. « Le parlement n'acceptera pas un faux choix entre ce mauvais accord et l'absence d'accord », a dit son dirigeant Jeremy Corbyn au parlement.
Le Brexiter conservateur Mark Francois a calculé qu'il était « mathématiquement impossible » de faire adopter le texte. Un autre Tory, Andrew Bridgen, a appelé Theresa May à démissionner « dans l'intérêt national ».
La cacophonie régnant au Royaume-Uni, qui a fait chuter la livre sterling, contrastait avec la satisfaction affichée du côté de Bruxelles, le Parlement européen estimant que l'accord était « le meilleur » possible pour l'UE.
La chancelière allemande Angela Merkel s'est dite « très contente » qu'un accord ait été trouvé. Le Premier ministre français Edouard Philippe a jugé que le projet était « un grand pas » mais relevé que des « inquiétudes » demeuraient sur son adoption finale, notamment en raison de « l'actualité politique britannique ».
Le président du Conseil européen Donald Tusk a lui dit qu'il ferait « tout ce qui est en (son) pouvoir pour que cet adieu soit le moins douloureux possible ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.