Sahara marocain. Coup d'envoi d'une deuxième table ronde à Genève    HCP : Evolution du taux de la fécondité au Maroc    El Othmani : La gratuité de l'enseignement, maintenue et affirmée    Jeux mondiaux 2019 de Special Olympics : Le Maroc déccroche 34 médailles dont 12 en or.    Interpellée pour "intention de s'adonner à la prostitution"... Le cri de colère d'une Marocaine à Jakarta    Chez les dentistes, un projet de loi fait jaser    Conférence-Débat: La place des femmes dans l'espace public    Les AREF comptent licencié les enseignants contractuels pour abandon de poste    Paradis fiscaux : Jouahri exprime sa colère vis-à-vis du maintien du Maroc par l'UE sur la liste grise    Colloque international de Rabat : Réflexions sur la pensée de Khatibi    Tennis : Grand Prix Hassan II du 7 au 14 avril à Marrakech    Communiqué du BP du PPS    Fusillade d'Utrecht : Le suspect va comparaître pour homicides « terroristes »    Brexit: May demande un report à des Européens « fatigués » de la saga    La diaspora invitée à contribuer au développement de leur pays d'origine    Motor Village et Marokoto, partenaires de la Raquette d'Or de Mohammedia    3è Festival «Les Océanes» à Essaouira : Le surf et la protection du littoral à l'honneur    Mujer : Tout un numéro réservé au Maroc !    Le ver dans le fruit !    Centres hospitaliers universitaires. Opération sauvetage en marche?    Italie : 51 enfants pris en otage, échappent au drame de justesse    Vidéo de l'attentat de Christchurch : Facebook s'explique    Flexibilité du DH: L'élargissement de la bande pas pour demain    Le détenteur de Sapress prend le contrôle de Sochepress    La journée mondiale de la poésie célébrée à la Villa des arts de Rabat    AFMA: Résultat net consolidé en baisse de 15% en 2018    Préscolaire    Projection du documentaire "A Thousand girls like me" qui ouvre le débat sur l'inceste    Le PSG obtient gain de cause devant le TAS    Les enjeux de la dernière journée des éliminatoires de la CAN 2019    La jeunesse face à la classe politique    La Commission interministérielle spécialisée examine le plan de mise en œuvre de la déconcentration administrative    Radio Medi1 : Guergarate et Nouadhibou sur la fréquence 99.8    Organisation de la Femme Istiqlalienne    Haute commission mixte entre le Maroc et le Rwanda    Etudiants et professionnels de Santé défilent contre Bouteflika à Alger    Brigitte Bardot pète les plombs    Prochaine tenue du Forum national du handicap    Syrie    Finances publiques. Une guide pour la programmation triennale    Edito : L'eau    Centrale Danone lance une nouvelle gamme de lait : «Centrale Ta9alid Bladi»    Le Onze national à Lilongwe en vue de peaufiner les ultimes réglages    Insolite : Promotion mensongère    Quand la langue de Molière nous rapproche et nous unit    "L'Algérie.. La crise du régime et l'illusion de l'Etat" nouvel ouvrage de Mohammed Benhamou    Les Lions se préparent pour leurs prochaines échéances    Trois clubs marocains au tirage des coupes africaines    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mme Meriem Othmani, Présidente de l'INSAF, appelle à se mobiliser contre le travail des petites bonnes
Publié dans La Nouvelle Tribune le 13 - 12 - 2018

Mme Meriem Othmani, Présidente de l'INSAF (Institut national de solidarité avec les femmes en détresse), a tenu, à l'occasion d'une conférence organisée ce 10 décembre, une diatribe contre l'exploitation des petites bonnes, phénomène qui continue de gangrener la société marocaine, en dépit des lois récentes censées le contenir.
« Elles sont âgées de 6 à 16 ans. Elles sont toutes maigres, car elles ne mangent pas à leur faim. Toutes petites, elles connaissent le froid et les humiliations. Elles dorment à la cuisine sur une paillasse. Elles n'ont jamais joué dans leur courte vie, et regardent avec envie les poupées des petites filles des maîtres. Elles sont réveillées à 6h du matin, et se couchent très tard. Elles travaillent sans relâche, et leurs petites mains, sont gercées par les produits de nettoyage corrosifs. Elles ne sont pas soignées, ne peuvent plus sortir sans parler des coups qu'elles reçoivent. si les maîtres sont insatisfaits de leur travail. Parfois nous pouvons entendre leurs cris, et leurs pleurs dans certains immeubles. Ce sont les « petites bonnes » », a-t-elle ainsi commencé son intervention.
« Nous ne pouvons pas accepter dans notre pays ce relent d'esclavagisme. Nous ne devons pas permettre le sacrifice de ces enfants, sous prétexte que leurs parents sont pauvres », a continué Mme Othmani.
D'après les études de l'INSAF, si l'on prend un village de 100 familles, 96 familles vont envoyer leurs enfants à l'école, et 4 vont envoyer leur petite fille au travail en ville. Pourtant, toutes ces familles ont subi la sécheresse de la même manière, leurs bêtes sont mortes, et elles sont toutes aussi pauvres les unes que les autres. « Nous devons dénoncer ces crimes, car il s'agit bien de crimes que cette forme d'exploitation d'un autre âge », a-t-elle martelé. Et d'ajouter : « Aucune raison ne peut justifier ces comportements cruels. Nous pouvons les libérer, juste en faisant connaitre l'article 23 de la loi 19-12 sur le travail domestique. Nous pouvons expliquer aux employeurs les peines qu'ils encourent : de 25 000 à 30 000 Dh d'amendes, voire 50 000 à 60 000 Dh d'amendes en cas de récidive, et de 1 à 3 mois de prison ».
Elle a ainsi émis l'espoir de pouvoir rendre ces filles à leurs parents, et qu'elles puissent enfin aller à l'école.
En 2002, l'INSAF, grâce au soutien financier de Yann-Borgstedt, de la fondation Womanity, a pu initier un vaste programme de rapatriement des petites bonnes. Dès que l'association a pu repérer un enfant en situation de travail domestique, elle a demandé à ses parents de la reprendre à la maison, a expliqué Mme Othmani.
« Nous avons remis 250 Dhs par mois aux parents, durant plus de 10 ans. Nous avons fourni les fournitures scolaires. Nous avons organisé des cours de soutien quand cela était nécessaire, afin qu'elles puissent rattraper le niveau. Nous les avons conduites jusqu'au baccalauréat. Nous avons pu sauver 400 petites bonnes. 34 jeunes filles ont déjà passé leur baccalauréat, 14 sont déjà à la faculté et 54 passeront leurs bac d'ici 3 ans. Une ex petite bonne vient d'être admise à l'école des beaux-arts de Casablanca. Nous continuons sans faillir ce vaste programme grâce au soutien de partenaires fidèles sans qui rien n'auraient pu se faire », a-t-elle poursuivi.
Les partenaires en questions sont l'Unicef, la Principauté de Monaco, la Coopération Espagnole (AECID), la Fondation BMCI, la Fondation CDG, le Lycée Lyautey, le Ministère de l'Emploi, les Délégations de l'Education Nationale, et les Délégations de l'Entraide Nationale. Grâce à eux, les équipes de l'INSAF sur les terrains sillonnent les villages dans les montagnes au secours de ces enfants. « La dernière que nous avons trouvé à 8 ans, elle s'appelle Aicha c'est son instituteur qui nous a signalé sa disparition. Elle est maintenant revenue à l'école », a précisé la présidente de l'institut.
Elle a ainsi appelé à diffuser le message sur les sanctions prévues par l'article 23 de la loi 19-12 en diffusant le message sur les réseaux sociaux. « Il faudrait que le Maroc entier connaisse l'article 23. Nous voulons que les employeurs aient peur des conséquences de l'emploi d'une petite bonne », a-t-elle insisté.
« Nous sommes tous concernés nous devons tous nous liguer pour leur rendre leur liberté. Elles ont droit à aller à l'école et à avoir une vie digne dans notre beau pays. Ces enfants ne sont pas ceux d'Insaf. Ce sont nos enfants à tous. Les entendez-vous ? Elles crient leur souffrance, leur solitude et leur abandon. Aidez-les ! Protégez-les ! », a-t-elle conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.