Vidéo – Achraf Bencharki signe un magnifique doublé et délivre Lens    LdC : Le Wydad laisse des plumes en Afrique du sud    La DGSN se dote d'un système informatisé pour les amendes    Buzz – Bill Gates, le milliardaire qui fait la queue    Tunisie : Une deuxième grève générale prévue pour février    Pargneaux : La Maroc, exemple africain dans la lutte contre le chômage des jeunes    LdC : Le Wydad ne pourra pas aligné son meilleur joueur de l'année    Diapo – Un fourgon transportant 17 millions de dirhams se renverse    Ghazali : La stratégie énergétique du Maroc est fondée sur les énergies renouvelables    Création d'un registre national pour organiser les médias numériques    Organisation du programme jeunes Marocains ambassadeurs des Nations-Unies à Casablanca    Bourita appelle à la création d'un "G10 Méditerranée"    Benchamach œuvre à renforcer les relations maroco-saoudienne    Le Forum international de l'étudiant fait escale à Dakhla    "Gilets jaunes" : A nouveau dans les rues malgré le "Grand débat" lancé par le gouvernement    Fortes pluies dans plusieurs provinces du Royaume    "Afrique du Rire" : Deuxième édition ouverte ce vendredi à Abidjan    VIDEO - Corniche Aïn Diab : Le cri de colère d'une femme à mobilité réduite    2,4 MMDH consacrés à la gestion des déchets ménagers en 10 ans    Casablanca : 5 ans de prison pour chacun des membres d'une bande de malfrats    Deux jeunes hommes se suicident à Nador et Chtouka Aït Baha    El Othmani : Le Maroc « parie sur la transformation digitale »    Fespaco 2019 : «Indigo» de Selma Bargach en lice pour l'Etalon d'or de Yennenga    Musée Saint Laurent: Les 4 expos de cette nouvelle année    Marrakech : Localisation d'une ressortissante danoise portée disparue    Triple candidature pour l'organisation du Mondial-2030 : Le verdict dans quatre ans    Divers sportifs    Le scénario à 48 équipes toujours en gestation    Federica Moghrerini reçue en audience par S.M le Roi Mohammed VI    Habib El Malki : Le Royaume est attaché à sa stratégie de partenariat avec l'UE    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    Donald Trump, le show et le chaos    Andy Murray aura bientôt droit à sa statue à Wimbledon    Trump et Pelosi à couteaux tirés autour du "shutdown"    L'IS représente 15,3% des recettes fiscales en Afrique    Le prix du cannabis au Canada en hausse après la légalisation    Le Kluster CFCIM labellisé par la CCG    Des investisseurs italiens saluent les performances économiques réalisées au Maroc    Ligue des champions : Le WAC en force à Pretoria    Brad Pitt moqué sur la Toile    Selena Gomez fière de la personne qu'elle devient    Kim Kardashian bientôt maman pour la quatrième fois    « Chantons Notre Patrimoine Commun », le spectacle placé sous le signe du vivre ensemble    Algérie : la date de l'élection présidentielle fixée le 18 avril    Le Zamalek ne lâchera pas Hamid Ahaddad    SM le roi Mohammed VI reçoit Federica Mogherini au Palais Royal    Nouvel an Amazigh : À quand Yennayer au Maroc?    Brexit : Les discussions entre May et l'opposition dans l'impasse    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mme Meriem Othmani, Présidente de l'INSAF, appelle à se mobiliser contre le travail des petites bonnes
Publié dans La Nouvelle Tribune le 13 - 12 - 2018

Mme Meriem Othmani, Présidente de l'INSAF (Institut national de solidarité avec les femmes en détresse), a tenu, à l'occasion d'une conférence organisée ce 10 décembre, une diatribe contre l'exploitation des petites bonnes, phénomène qui continue de gangrener la société marocaine, en dépit des lois récentes censées le contenir.
« Elles sont âgées de 6 à 16 ans. Elles sont toutes maigres, car elles ne mangent pas à leur faim. Toutes petites, elles connaissent le froid et les humiliations. Elles dorment à la cuisine sur une paillasse. Elles n'ont jamais joué dans leur courte vie, et regardent avec envie les poupées des petites filles des maîtres. Elles sont réveillées à 6h du matin, et se couchent très tard. Elles travaillent sans relâche, et leurs petites mains, sont gercées par les produits de nettoyage corrosifs. Elles ne sont pas soignées, ne peuvent plus sortir sans parler des coups qu'elles reçoivent. si les maîtres sont insatisfaits de leur travail. Parfois nous pouvons entendre leurs cris, et leurs pleurs dans certains immeubles. Ce sont les « petites bonnes » », a-t-elle ainsi commencé son intervention.
« Nous ne pouvons pas accepter dans notre pays ce relent d'esclavagisme. Nous ne devons pas permettre le sacrifice de ces enfants, sous prétexte que leurs parents sont pauvres », a continué Mme Othmani.
D'après les études de l'INSAF, si l'on prend un village de 100 familles, 96 familles vont envoyer leurs enfants à l'école, et 4 vont envoyer leur petite fille au travail en ville. Pourtant, toutes ces familles ont subi la sécheresse de la même manière, leurs bêtes sont mortes, et elles sont toutes aussi pauvres les unes que les autres. « Nous devons dénoncer ces crimes, car il s'agit bien de crimes que cette forme d'exploitation d'un autre âge », a-t-elle martelé. Et d'ajouter : « Aucune raison ne peut justifier ces comportements cruels. Nous pouvons les libérer, juste en faisant connaitre l'article 23 de la loi 19-12 sur le travail domestique. Nous pouvons expliquer aux employeurs les peines qu'ils encourent : de 25 000 à 30 000 Dh d'amendes, voire 50 000 à 60 000 Dh d'amendes en cas de récidive, et de 1 à 3 mois de prison ».
Elle a ainsi émis l'espoir de pouvoir rendre ces filles à leurs parents, et qu'elles puissent enfin aller à l'école.
En 2002, l'INSAF, grâce au soutien financier de Yann-Borgstedt, de la fondation Womanity, a pu initier un vaste programme de rapatriement des petites bonnes. Dès que l'association a pu repérer un enfant en situation de travail domestique, elle a demandé à ses parents de la reprendre à la maison, a expliqué Mme Othmani.
« Nous avons remis 250 Dhs par mois aux parents, durant plus de 10 ans. Nous avons fourni les fournitures scolaires. Nous avons organisé des cours de soutien quand cela était nécessaire, afin qu'elles puissent rattraper le niveau. Nous les avons conduites jusqu'au baccalauréat. Nous avons pu sauver 400 petites bonnes. 34 jeunes filles ont déjà passé leur baccalauréat, 14 sont déjà à la faculté et 54 passeront leurs bac d'ici 3 ans. Une ex petite bonne vient d'être admise à l'école des beaux-arts de Casablanca. Nous continuons sans faillir ce vaste programme grâce au soutien de partenaires fidèles sans qui rien n'auraient pu se faire », a-t-elle poursuivi.
Les partenaires en questions sont l'Unicef, la Principauté de Monaco, la Coopération Espagnole (AECID), la Fondation BMCI, la Fondation CDG, le Lycée Lyautey, le Ministère de l'Emploi, les Délégations de l'Education Nationale, et les Délégations de l'Entraide Nationale. Grâce à eux, les équipes de l'INSAF sur les terrains sillonnent les villages dans les montagnes au secours de ces enfants. « La dernière que nous avons trouvé à 8 ans, elle s'appelle Aicha c'est son instituteur qui nous a signalé sa disparition. Elle est maintenant revenue à l'école », a précisé la présidente de l'institut.
Elle a ainsi appelé à diffuser le message sur les sanctions prévues par l'article 23 de la loi 19-12 en diffusant le message sur les réseaux sociaux. « Il faudrait que le Maroc entier connaisse l'article 23. Nous voulons que les employeurs aient peur des conséquences de l'emploi d'une petite bonne », a-t-elle insisté.
« Nous sommes tous concernés nous devons tous nous liguer pour leur rendre leur liberté. Elles ont droit à aller à l'école et à avoir une vie digne dans notre beau pays. Ces enfants ne sont pas ceux d'Insaf. Ce sont nos enfants à tous. Les entendez-vous ? Elles crient leur souffrance, leur solitude et leur abandon. Aidez-les ! Protégez-les ! », a-t-elle conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.