Un danois faisant l'objet d'un avis de recherche international arrêté à Marrakech    Innovation: Le Maroc force d'inspiration pour les pays africains    Interdit en Turquie, Wikipedia porte plainte pour lever le blocage    CAN 2019 : Deux matchs amicaux en juin pour les Lions de l'Atlas    Ksar El Kebir : Un jeune homme tue son voisin et prend la fuite    Gestion des plaintes. L'Etat tente d'être plus réactif    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    Protection du patrimoine culturel : La tutelle se penche sur un nouveau projet de loi    La Semaine du film arabe des droits de l'Homme à Rabat    ONSSA : Retrait de 143 tonnes de produits impropres à la consommation    Brexit : Theresa May repousse le vote sur son projet de loi    Huawei en passe de mettre au point son propre système d'exploitation    Raja de Casablanca : Fabrice Ngoma s'engage pour une durée de 3 ans    Youssef Chippo, un Lion d'une longue carrière    2002: Les Lions de l'Atlas toujours éliminés au premier tour    Argentine: L'ancienne présidente devant les juges…    L'Arabie Saoudite prévoit l'exécution de trois importants prédicateurs    Personnes en situation de handicap. Un nouvel avis du Conseil supérieur de l'éducation    La CGEM veut assurer les arrières du secteur privé    Lipper Fund Awards : Valoris Management distinguée pour la 8ème fois    Les six mois qui vont changer la face de l'UE    La journée internationale de la biodiversité célébrée mercredi à Rabat : Pour l'appropriation de la biodiversité par les citoyens    Le secret du Progrès!    Qatar 2022. La Fifa renonce au schéma à 48    Constats chocs du PDG de la RAM    Première année du baccalauréat : Les dates chamboulées    Le SG du PPS rencontre des représentants de syndicats des artistes    Crise de transparence    Hervé Renard dévoile bientôt la présélection des Lions    Le Maroc prend note, « avec regret », de la démission de Horst Köhler    Bilan gouvernemental, les parlementaires partagés    « Darkweb »: Un réseau international de pédophiles tombe    Quelle Europe à nos portes ?    Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Atlantique Assurances se lance dans le coton    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gilets jaunes : Les manifestions commencent, la mobilisation en baisse
Publié dans La Nouvelle Tribune le 15 - 12 - 2018

Les premiers « gilets jaunes » convergeaient samedi vers les Champs-Elysées pour un cinquième samedi de manifestations, un test pour le président Emmanuel Macron qui peine à endiguer la fronde, malgré une série de concessions.
« La dernière fois, on était là pour les taxes, cette fois, c'est plus pour les institutions: on veut plus de démocratie directe », résume Jérémy, intérimaire de 28 ans venu depuis Rennes (ouest) « gueuler pour se faire entendre ».
Peu avant 09H30, une trentaine de personnes avaient été interpellées dans la région parisienne, bien loin des 300 interpellations recensées à la même heure samedi dernier dans le cadre de contrôles préventifs. Au total, il y eut près de 2.000 interpellations, un record.
Paris avait une nouvelle fois l'allure d'une ville en état de siège: des véhicules blindés dans la rue, des forces de l'ordre en nombre, des banques et magasins aux façades recouvertes de contreplaqué.
Autour de l'Arc de Triomphe, qui avait été mis à sac le 1er décembre, des fourgons de gendarmes mobiles étaient positionnés dès l'aube, tandis qu'un canon à eau était aperçu sur les Champs-Elysées, devenus au fil des semaines l'épicentre des manifestations. Quelque 8.000 membres des forces de l'ordre ont été déployés dans la capitale.
Mais, signe que la tension retombe un peu, la Tour Eiffel, les musées du Louvre, d'Orsay et le Grand palais, fermés samedi dernier, restent ouverts, tout comme les grands magasins à l'approche de Noël.
Les cafés étaient également ouverts pour tenter de combler le manque à gagner lié aux fermetures des samedis précédents, qui pèsent lourdement sur l'économie: la croissance, déjà faible en France, sera ainsi inférieure aux prévisions.
Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie, a chiffré la perte d'activité pour les commerces à « en moyenne de -25%, avec des pointes à -50, -70, dans certains endroits -90% ».
Les manifestations avaient réuni 136.000 personnes sur l'ensemble de la France lors des deux derniers samedis. Mais elles ont surtout été marquées par des scènes de guérilla urbaine, en particulier à Paris, des images qui ont fait le tour du monde.
« On s'attend à un mobilisation un peu moindre mais avec des individus un peu plus déterminés », a déclaré vendredi soir le secrétaire d'Etat à l'Intérieur Laurent Nuñez.
Un « gilet jaune » du Vaucluse (sud), Christophe Chalençon, qui fait pourtant partie des représentants « constructifs » du mouvement, a appelé à « devenir encore plus ferme », prévoyant de manifester samedi « jusqu'à la démission » du président.
Emmanuel Macron, vilipendé dans les manifestations, a lancé vendredi un appel à un retour au « calme », à « l'ordre » et à « un fonctionnement normal » du pays.
Le président, qui affronte ainsi la pire crise de son quinquennat, est déterminé à ce que ce mouvement ne sonne pas le glas de son ambitieux programme de réformes.
Face à la fronde, le gouvernement espère une baisse du soutien de la population, qui était large avant de s'amenuiser après les violents débordements.
Le président a ainsi fait une série de concessions aux « gilets jaunes », dont la plus emblématique porte sur une hausse de 100 euros des aides sociales versées à ceux qui touchent le salaire minimum. Mais ces mesures ont été diversement reçues par le mouvement, qui réclame plus de pouvoir d'achat.
« 100 euros de plus, c'est du flan, ça ne concerne qu'une minorité de personnes », a regretté samedi Ludovic, 40 ans, conditionneur cariste venu manifester à Paris.
Après l'attentat jihadiste de Strasbourg mardi qui a fait quatre morts, les appel à ne pas manifester, notamment au sein de la majorité et du gouvernement, ont aussi été rejetés par une partie des « gilets jaunes », n'y voyant aucun rapport.
Si les modérés, représentés par le collectif des « gilets jaunes libres » ont appelé à une « trêve » et estimé que « le temps du dialogue est venu », d'autres ont affiché leur détermination à redescendre dans la rue pour obtenir de nouvelles avancées sociales et économiques.
« Ca passe ou ça casse », résume le quotidien Le Parisien. « Macron mise sur la concertation pour éteindre la contestation », écrit Le Figaro.
Environ 69.000 membres des forces de l'ordre ont été déployés à travers la France, contre 89.000 samedi dernier. En régions où de nombreuses manifestations sont annoncées, des renforts sont prévus là ont eu lieu des violences, comme Bordeaux ou Toulouse, dans le Sud-Ouest.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.