Clôture à Marrakech de la 12ème édition de la World Policy Conference    Cinq ans pour réussir la transformation radicale de l'école    Chasse dans l'Oriental: Le contrôle se muscle    Un Monde Fou    Dialogue social : El Otmani rencontre syndicats et employeurs    Essoufflement de la croissance de la région MENA en 2019    La Bourse de Casablanca affiche une performance hebdomadaire en baisse    Etat des lieux de l'entrepreneuriat au Maroc    TGR : Le déficit budgétaire s'est creusé à 32,3 MMDH en septembre    Raz de marée annoncé pour le juriste Kais Saied    Un accord possible sur le Brexit dans la dernière ligne droite    Il fait l'actu : Kaiss Saïed, nouveau président de la Tunisie    Allemagne et Pays-Bas entrevoient l'Euro    Neymar de nouveau blessé    Le Gabon, ultime test pour le Onze national avant l'entame des éliminatoires de la CAN    Salaheddine Mezouar jette l'éponge    Au grand dam des demandeurs d'asile marocains, le Maroc est un pays sûr    Nouveau modèle de développement et confiance    Madrid s'attaque à ses perruches invasives    Les plus gros bad buzz des stars du football    Une journée sans voiture : L'idée est louable mais la manière n'y était pas vraiment    Insolite : Promesse ministérielle    Les trophées "Export bio Maroc 2019" décernées à sept entreprises    El Jadida à l'heure de son 2ème Salon du dessin et de l'estampe    La Biennale internationale de Rabat a déjà accueilli plus de 50 000 visiteurs    Arab Reading Challenge: La Marocaine Fatima Zahra Akhiar passe en finale    Outsourcia s'offre le français Simplify    Le 3e Salon maghrébin du livre fait la part belle aux enfants    Elle devrait s'accélérer, selon la Banque mondiale : Une croissance économique de 3,3% en 2020-2021    FRMF: Tout savoir sur les billets du match Maroc-Algérie locaux    TIBU Maroc présente la 1ère promotion de «Intilaqa»    Yemoh & The Minority Globe lance «Welcome to Africa» le 25 octobre    Suite à une réunion avec la tutelle : Les transporteurs routiers de marchandises annulent leur grève    Les violations des droits humains à Tindouf mises à nu    Ligue des champions de la CAF : Le WAC gagnera par forfait contre l'USMA    Brexit: Un accord « possible » dans la dernière ligne droite, selon Dublin    Moga Festival. L'électro métissé d'Essaouira !    Le Maroc tenu en échec par la Libye en attendant le Gabon ce mardi    À Hong Kong, la violence des radicaux n'entame pas l'unité du mouvement    Joie dans les rues de Quito pour célébrer la fin de la crise    Ouverture de la première session de la 4e année législative    Al Hoceima-CGI, un démenti en toute diligence    Paul Kagame : « Le développement de l'Afrique relève de la responsabilité des Africains »    Le Maroc remporte à Abu Dhabi le Championnat arabe du muay-thaï    Fès : Trois individus arrêtés en flagrant délit de possession de plus de 2 t de chira    Vidéo. Marrakech : L'accident enregistré par une caméra de surveillance    WPC de Marrakech : La ‘‘Route de la Soie'', entre alarmistes et réalistes    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gilets jaunes : Les manifestions commencent, la mobilisation en baisse
Publié dans La Nouvelle Tribune le 15 - 12 - 2018

Les premiers « gilets jaunes » convergeaient samedi vers les Champs-Elysées pour un cinquième samedi de manifestations, un test pour le président Emmanuel Macron qui peine à endiguer la fronde, malgré une série de concessions.
« La dernière fois, on était là pour les taxes, cette fois, c'est plus pour les institutions: on veut plus de démocratie directe », résume Jérémy, intérimaire de 28 ans venu depuis Rennes (ouest) « gueuler pour se faire entendre ».
Peu avant 09H30, une trentaine de personnes avaient été interpellées dans la région parisienne, bien loin des 300 interpellations recensées à la même heure samedi dernier dans le cadre de contrôles préventifs. Au total, il y eut près de 2.000 interpellations, un record.
Paris avait une nouvelle fois l'allure d'une ville en état de siège: des véhicules blindés dans la rue, des forces de l'ordre en nombre, des banques et magasins aux façades recouvertes de contreplaqué.
Autour de l'Arc de Triomphe, qui avait été mis à sac le 1er décembre, des fourgons de gendarmes mobiles étaient positionnés dès l'aube, tandis qu'un canon à eau était aperçu sur les Champs-Elysées, devenus au fil des semaines l'épicentre des manifestations. Quelque 8.000 membres des forces de l'ordre ont été déployés dans la capitale.
Mais, signe que la tension retombe un peu, la Tour Eiffel, les musées du Louvre, d'Orsay et le Grand palais, fermés samedi dernier, restent ouverts, tout comme les grands magasins à l'approche de Noël.
Les cafés étaient également ouverts pour tenter de combler le manque à gagner lié aux fermetures des samedis précédents, qui pèsent lourdement sur l'économie: la croissance, déjà faible en France, sera ainsi inférieure aux prévisions.
Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie, a chiffré la perte d'activité pour les commerces à « en moyenne de -25%, avec des pointes à -50, -70, dans certains endroits -90% ».
Les manifestations avaient réuni 136.000 personnes sur l'ensemble de la France lors des deux derniers samedis. Mais elles ont surtout été marquées par des scènes de guérilla urbaine, en particulier à Paris, des images qui ont fait le tour du monde.
« On s'attend à un mobilisation un peu moindre mais avec des individus un peu plus déterminés », a déclaré vendredi soir le secrétaire d'Etat à l'Intérieur Laurent Nuñez.
Un « gilet jaune » du Vaucluse (sud), Christophe Chalençon, qui fait pourtant partie des représentants « constructifs » du mouvement, a appelé à « devenir encore plus ferme », prévoyant de manifester samedi « jusqu'à la démission » du président.
Emmanuel Macron, vilipendé dans les manifestations, a lancé vendredi un appel à un retour au « calme », à « l'ordre » et à « un fonctionnement normal » du pays.
Le président, qui affronte ainsi la pire crise de son quinquennat, est déterminé à ce que ce mouvement ne sonne pas le glas de son ambitieux programme de réformes.
Face à la fronde, le gouvernement espère une baisse du soutien de la population, qui était large avant de s'amenuiser après les violents débordements.
Le président a ainsi fait une série de concessions aux « gilets jaunes », dont la plus emblématique porte sur une hausse de 100 euros des aides sociales versées à ceux qui touchent le salaire minimum. Mais ces mesures ont été diversement reçues par le mouvement, qui réclame plus de pouvoir d'achat.
« 100 euros de plus, c'est du flan, ça ne concerne qu'une minorité de personnes », a regretté samedi Ludovic, 40 ans, conditionneur cariste venu manifester à Paris.
Après l'attentat jihadiste de Strasbourg mardi qui a fait quatre morts, les appel à ne pas manifester, notamment au sein de la majorité et du gouvernement, ont aussi été rejetés par une partie des « gilets jaunes », n'y voyant aucun rapport.
Si les modérés, représentés par le collectif des « gilets jaunes libres » ont appelé à une « trêve » et estimé que « le temps du dialogue est venu », d'autres ont affiché leur détermination à redescendre dans la rue pour obtenir de nouvelles avancées sociales et économiques.
« Ca passe ou ça casse », résume le quotidien Le Parisien. « Macron mise sur la concertation pour éteindre la contestation », écrit Le Figaro.
Environ 69.000 membres des forces de l'ordre ont été déployés à travers la France, contre 89.000 samedi dernier. En régions où de nombreuses manifestations sont annoncées, des renforts sont prévus là ont eu lieu des violences, comme Bordeaux ou Toulouse, dans le Sud-Ouest.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.