Administration vitale vs attaques informatiques    Venezuela: L'ONU durcit le ton face aux sanctions américaines    Un Monde Fou    Special Olympics 2019 : belle moisson pour le Maroc    500 Kg de chira saisis au large de Tanger    Inertie    Modèle de développement: L'université de Casablanca présente son mémorandum    Modèle de développement: L'université de Casablanca pointe du doigt le partage inégal des richesses    Expo: L'Afrique entre mélancolie et espoir    Tourisme culturel: Dubaï veut confirmer sa nouvelle réputation    La gastronomie marocaine à l'honneur en Ukraine    Clap de fin pour la 2e table ronde sur la question du Sahara marocain    Milieu rural. L'accès à l'eau potable quasi généralisé    L'hommage de Céline Dion aux victimes de Christchurch    Winston Peters : Les musulmans de Nouvelle-Zélande seront en sécurité    Manœuvres aéronavales dans le golfe de Guinée    Driss Lachguar : Ce qui importe pour nous, c'est que le futur Premier secrétaire serve au mieux le projet sociétal moderniste du parti    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec l'ambassadeur du Liban à Rabat    Euro 2020: La Croatie s'en tire à bon compte    "Football Leaks": Le hacker Rui Pinto extradé au Portugal    En attendant le verdict de la CAF, les U23 jouent leur va-tout devant la RDC    Eliminatoires CAN-2019 : Déjà qualifiés, les Lions font match nul au Malawi    Vidéo – La 10e édition de l'Afriquia Merzouga Rally est fin prête !    Combien gagne Nagui    Attijariwafa bank affiche une progression soutenue de ses résultats    La ZLECA, une avancée en matière de commerce et d'investissement transfrontalier    Beckham admet avoir utilisé son téléphone en conduisant    La césarienne cinquante fois plus mortelle pour les femmes africaines    Ces célébrités ont touché le fond : Britney Spears    Nota Bene    Aujjar : Le mariage des mineures demeure une réalité qui interpelle tout le monde    Mohamed Benabdelkader : La Charte de la déconcentration administrative, une étape décisive dans la consécration de la régionalisation avancée    Nota Bene    Michel Temer, le survivant rattrapé par le scandale Lavage Express    Janet Jackson grillée par ses fans en pleine crise d'ego    La décision radicale des enfants de Michael Jackson    Björk réédite tous ses albums en cassettes colorées    Paris: Souad Massi, l'icône algérienne « prête sa voix » aux manifestants    « Maan », nouveau mouvement politique !    Boeing enchaîne les coups durs.. Annulation d'une commande de 49 appareils    Casablanca Finance City. La région Casablanca-Settat entre dans le capital    L'industrie manufacturière en bonne forme... la construction moins bien portante    Le WAC retrouve le Horoya Conakry en quarts    Naufrage à Mossoul: Le bilan s'élève à 100 morts    Essaouia: Coup d'envoi de la 3è édition du Festival »Les Océanes »    Séisme politico- économique    Le Groupe Banque Populaire plus que jamais champion de la collecte de l'épargne    Sahara marocain-Genève II : Kohler garde espoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elections en RDC: l'émissaire de l'UA met la pression, internet et RFI coupés
Publié dans La Nouvelle Tribune le 03 - 01 - 2019

– « L'Afrique a les regards braqués vers vous »: le chef des observateurs électoraux de l'Union africaine (UA) a voulu mettre les acteurs de la présidentielle en République démocratique du Congo « devant leurs responsabilités », à quelques jours de la proclamation des résultats provisoires.
Dans l'attente de cette échéance à hauts risques, les autorités congolaises ont coupé le signal de réception de Radio France internationale (RFI) et retiré l'accréditation de sa correspondante en RDC, où la radio publique française est très écoutée.
« Faites en sorte que nous ne soyons pas déçus », a déclaré le chef de la mission d'observation électorale de l'Union africaine (UA), l'ancien président malien Diacounda Traoré, après une réunion mercredi soir avec les quatre acteurs principaux de l'élection congolaise.
Il s'agit des deux principaux candidats d'opposition, Félix Tshisekedi et Martin Fayulu, d'un représentant du candidat du pouvoir, Emmanuel Ramazani Shadary, et du président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), Corneille Nangaa.
« Nous les avons mis devant leurs responsabilités », a poursuivi devant la presse M. Traoré, entouré de MM. Tshisekedi et Fayulu, et du représentant du candidat du pouvoir.
Il a plaidé pour le dialogue à quelques jours de la proclamation des résultats provisoires par la Céni, qui a évoqué la date-butoir de dimanche.
« Ce dialogue est conditionné par un certain nombre de choses. D'abord la bonne volonté des uns et des autres. Ensuite il y a eu les élections. Que les résultats qui seront proclamés soient conformes à la volonté des électeurs », a poursuivi M. Traoré.
M. Traoré avait lancé ce même message dans l'après-midi à la fin de la présentation de son rapport préliminaire sur les élections dimanche en RDC.
Dans l'attente des résultats, le signal de RFI a été coupé par les autorités congolaises qui ont déjà suspendu l'accès à internet et aux réseaux sociaux.
« Nous n'allons pas laisser une station mettre de l'huile sur le feu au moment où nous attendons la compilation des résultats provisoires », a déclaré le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende.
RFI couvre abondamment l'actualité de la RDC, le plus grand pays au monde avec le français pour langue officielle (environ 80 millions d'habitants).
La correspondante de RFI a été privée de son accréditation par le porte-parole du pouvoir qui accuse la radio de proclamer « les résultats, les tendances, alors qu'il n'y a que le président de la Céni qui peut proclamer les résultats et les tendances ».
RFI « regrette le retrait de l'accréditation de sa correspondante à Kinshasa, Florence Morice, qui n'a exercé que son travail de journaliste professionnelle », s'est défendue sa direction.
La radio rappelle qu'elle « n'a donné aucun résultat » et « demande l'annulation de cette mesure de retrait d'accréditation et le rétablissement de sa diffusion ».
Dès lundi au lendemain du scrutin, les autorités ont demandé aux opérateurs de couper l'accès internet pour éviter « un soulèvement populaire », d'après un conseiller du président Kabila.
« Il y a des gens qui intoxiquaient la population avec de faux chiffres concernant les élections », a ajouté ce conseiller diplomatique, Barnabé Kikaya Bin Karubi.
La coalition Lamuka autour du candidat d'opposition Martin Fayulu estime que la coupure d'internet « augure de la fraude et de la tricherie en train de se faire en ce moment précis », selon son directeur de campagne, Pierre Lumbi.
Même la majorité a demandé le rétablissement de l'internet.
L'élection présidentielle doit désigner le successeur du président Kabila, contraint de ne pas briguer un troisième mandat par la Constitution.
Joseph Kabila, au pouvoir depuis l'assassinat de son père en 2001, élu en 2006, avait été réélu dans la contestation en 2011.
Les élections se sont déroulées dans un « climat apaisé et serein, malgré les ingérences et tous les défis organisationnels, politiques et sécuritaires », ont estimé les 80 observateurs de l'UA dans leur rapport préliminaire.
L'UA relève tout de même un « dysfonctionnement de la machine à voter », « la disponibilité tardive des listes électorales et des formulaires de procès-verbaux de dépouillement et des résultats », ainsi que « la suppression de plusieurs bureaux de vote à Kinshasa ».
La Conférence des évêques (Cenco) doit présenter jeudi un rapport bien plus complet, fruit du travail des 40.000 observateurs qu'elle affirme avoir déployés.
Kinshasa a refusé toute mission d'observation européenne ou américaine, de même que toute aide logistique des Nations unies pour organiser les élections dans le plus grand pays d'Afrique sub-saharienne (2,3 millions de km2).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.