Administration vitale vs attaques informatiques    Venezuela: L'ONU durcit le ton face aux sanctions américaines    Un Monde Fou    Special Olympics 2019 : belle moisson pour le Maroc    500 Kg de chira saisis au large de Tanger    Inertie    Modèle de développement: L'université de Casablanca présente son mémorandum    Modèle de développement: L'université de Casablanca pointe du doigt le partage inégal des richesses    Expo: L'Afrique entre mélancolie et espoir    Tourisme culturel: Dubaï veut confirmer sa nouvelle réputation    La gastronomie marocaine à l'honneur en Ukraine    Clap de fin pour la 2e table ronde sur la question du Sahara marocain    Milieu rural. L'accès à l'eau potable quasi généralisé    L'hommage de Céline Dion aux victimes de Christchurch    Winston Peters : Les musulmans de Nouvelle-Zélande seront en sécurité    Manœuvres aéronavales dans le golfe de Guinée    Driss Lachguar : Ce qui importe pour nous, c'est que le futur Premier secrétaire serve au mieux le projet sociétal moderniste du parti    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec l'ambassadeur du Liban à Rabat    Euro 2020: La Croatie s'en tire à bon compte    "Football Leaks": Le hacker Rui Pinto extradé au Portugal    En attendant le verdict de la CAF, les U23 jouent leur va-tout devant la RDC    Eliminatoires CAN-2019 : Déjà qualifiés, les Lions font match nul au Malawi    Vidéo – La 10e édition de l'Afriquia Merzouga Rally est fin prête !    Combien gagne Nagui    Attijariwafa bank affiche une progression soutenue de ses résultats    La ZLECA, une avancée en matière de commerce et d'investissement transfrontalier    Beckham admet avoir utilisé son téléphone en conduisant    La césarienne cinquante fois plus mortelle pour les femmes africaines    Ces célébrités ont touché le fond : Britney Spears    Nota Bene    Aujjar : Le mariage des mineures demeure une réalité qui interpelle tout le monde    Mohamed Benabdelkader : La Charte de la déconcentration administrative, une étape décisive dans la consécration de la régionalisation avancée    Nota Bene    Michel Temer, le survivant rattrapé par le scandale Lavage Express    Janet Jackson grillée par ses fans en pleine crise d'ego    La décision radicale des enfants de Michael Jackson    Björk réédite tous ses albums en cassettes colorées    Paris: Souad Massi, l'icône algérienne « prête sa voix » aux manifestants    « Maan », nouveau mouvement politique !    Boeing enchaîne les coups durs.. Annulation d'une commande de 49 appareils    Casablanca Finance City. La région Casablanca-Settat entre dans le capital    L'industrie manufacturière en bonne forme... la construction moins bien portante    Le WAC retrouve le Horoya Conakry en quarts    Naufrage à Mossoul: Le bilan s'élève à 100 morts    Essaouia: Coup d'envoi de la 3è édition du Festival »Les Océanes »    Séisme politico- économique    Le Groupe Banque Populaire plus que jamais champion de la collecte de l'épargne    Sahara marocain-Genève II : Kohler garde espoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'impasse budgétaire s'aggrave aux Etats-Unis, Trump acculé
Publié dans La Nouvelle Tribune le 09 - 01 - 2019

Avec les Etats-Unis englués dans un blocage budgétaire dommageable pour son mandat, Donald Trump apparaissait mercredi disposer d'options limitées pour renverser la vapeur et arracher le financement de son mur frontalier anti-migrants.
Au lendemain d'un discours solennel depuis le Bureau ovale, au cours duquel il a usé d'un ton dramatique, tentant de rallier coûte que coûte les Américains à son projet sécuritaire phare, le locataire de la Maison Blanche ne semblait guère plus avancé.
En neuf minutes télédiffusées en direct sur les principales chaînes du pays, M. Trump n'a proposé aucune nouvelle porte de sortie à l'impasse, concentrant ses arguments contre les immigrants clandestins qu'il a accusés de faire couler « le sang américain ».
Insistant sur une « crise du coeur et une crise de l'âme » provoquée selon lui par l'afflux massif de clandestins, le président n'a offert qu'une solution: construire un mur à la frontière mexicaine, fait de barres verticales en acier et non en béton dans l'espoir de rendre l'idée plus acceptable pour les démocrates.
Ces derniers ont réagi dans la foulée, par la voix de leurs deux leaders au Sénat et à la Chambre des représentants, respectivement Chuck Schumer et Nancy Pelosi.
« Le président Trump doit cesser de prendre les Américains en otages, doit cesser de créer de toutes pièces une crise » migratoire et humanitaire à la frontière, a lancé Mme Pelosi.
– Deux camps arc-boutés –
« Le président Trump s'appuie sur la peur et non sur les faits; la division et non l'unité », a renchéri M. Schumer.
Les négociations budgétaires sont au point mort: depuis deux semaines et demi, quelque 800.000 fonctionnaires fédéraux sont contraints soit à rester chez eux, soit à devoir attendre la fin du blocage pour être payés.
Le bras de fer était voué à se durcir mercredi et jeudi: les démocrates Nancy Pelosi et Chuck Schumer, entourés de fonctionnaires touchés par le « shutdown », ont convoqué la presse sur la colline de Capitole.
Donald Trump s'y rendra aussi, pour un déjeuner de travail avec des élus républicains. Il recevra aussi des élus des deux bords à la Maison Blanche.
Le président poursuivra jeudi son offensive aux résultats incertains en se rendant à la frontière, « pour rencontrer ceux qui sont en première ligne ».
Il devrait encore une fois y marteler son message sécuritaire, en renonçant toutefois à déclarer une « urgence » nationale pour activer des pouvoirs extraordinaires, une procédure qui plongerait le pays dans une extraordinaire bataille politico-judiciaire.
Ayant échoué à convaincre Mexico de payer pour ce chantier monumental, M. Trump réclame 5,7 milliards de dollars pour « une barrière en acier plutôt qu'un mur en béton ».
Promesse emblématique de sa campagne, ce mur est à ce jour resté lettre morte, les démocrates refusant de débloquer des fonds pour ce qu'ils qualifient de solution « immorale », « inutile » et « inefficace ».
Le record du plus long « shutdown » de l'histoire pourrait bientôt tomber: 21 jours, entre fin 1995 et début 1996, sous le présidence de Bill Clinton.
Interrogé mercredi sur CNN, le sénateur républicain Marco Rubio a résumé le rapport de force par ces mots: « Les deux camps sont convaincus d'être ardemment soutenus par la base de leur parti, par ceux qui les ont élus. Les deux camps ont le sentiment que s'ils cèdent, cela leur coûtera politiquement extrêmement cher ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.