Le Maroc devient de moins en moins dépendant de l'eau du ciel, affirme Otmani    Coupe de France: Nayef Aguerd de retour dans le groupe dijonnais    Coronavirus: les autorités chinoises mettent à la disposition des Marocains résidant à Hubei deux numéros verts    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    PAM : Abdesslam Boutayeb annonce sa candidature au poste de Secrétaire général du parti    Marathon international de Marrakech: Victoire de Hicham Laquahi    Négociations post-Brexit: Barnier met en garde contre une rupture brutale    Aït Bennasser : On verra pour mon avenir en fin de saison    Rumeurs de nouveaux compteurs électriques, le démenti formel de l'ONEE    Trump reçoit Netanyahu avec un plan de paix « déjà mort »    Bolton Claim Set to Scramble Impeachment Proceedings    Surf : C'est parti pour le 1er Pro Taghazout Bay !    Football féminin : Le Maroc affronte la Tunisie en amical    Hand-CAN 2020 : Le Maroc décroche son billet pour le Mondial    Décès de Dr Jean Lévy : Un humaniste et combattant inlassable pour la tolérance    Scène culturelle: la guerre des communiqués…    Soirée caritative au profit des enfants atteints d'un cancer    Mahi Binebine: «On donne de nous un triste spectacle !»    Huawei: Londres s'apprête à trancher sous la pression de Washington    Conférence initiée par la CDG à Rabat : De la transformation structurelle pour booster la croissance    Décès d'une détenue au centre hospitalier Al Ghassani de Fès : la mise au point de la DGAPR    Le PPS perd un de ces doyens    Banque d'affaires: Les russes de Renaissance Capital tâtent le terrain    Algérie : après un an, la contestation populaire unit ses forces vives    Les litiges relèvent désormais de la compétence des TPI    Les jeunes et le discours religieux contemporain    L'initiative «100 jours, 100 villes» du RNI fait escale à Asilah    «La confiance de Sefrioui dans Addoha est un signal positif»    La HACA à l'édition 2020 du Salon de la radio et de l'audio-digital à Paris    Les nageurs meknassis se positionnent sur le podium du Championnat d'hiver de Meknès    Point de vue : Dire pour construire et non dire pour détruire    Le groupe Addoha intensifie ses investissements au Ghana    Nous sommes tous Nour    Chute d'obus de mortier sur l'Est de Tripoli : Un Marocain tué    Mission multi-sectorielle sur les mines et industries extractives à Nouakchott    CGEM-DGI : CGEM-DGI Une rencontre de communication sur les dispositions de la loi de Finances 2020    Une baisse du marché sans impact sur les recettes fiscales    Abdelaziz Barrada rejoint les Lusitanos Saint-Maur    Edito : Triste déballage    Voici le temps qu'il fera ce lundi    Harvey Weinstein avait une "liste rouge" des femmes susceptibles de le dénoncer    Noureddine Saïl à Dakar : "Il faut multiplier les productions cinématographiques nationales afin de promouvoir le cinéma africain"    Russie: Le nouveau gouvernement a du pain sur la planche…    L'ambassade du Maroc à Pékin rassure    Le PPS au parlement: Le pays ne dispose que de 13 médecins légistes!    Coronavirus : Voici les pays touchés    Capitales africaines de la culture : Rabat supplée Marrakech à la hâte    Piers Faccini, le maître de la complainte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'impasse budgétaire s'aggrave aux Etats-Unis, Trump acculé
Publié dans La Nouvelle Tribune le 09 - 01 - 2019

Avec les Etats-Unis englués dans un blocage budgétaire dommageable pour son mandat, Donald Trump apparaissait mercredi disposer d'options limitées pour renverser la vapeur et arracher le financement de son mur frontalier anti-migrants.
Au lendemain d'un discours solennel depuis le Bureau ovale, au cours duquel il a usé d'un ton dramatique, tentant de rallier coûte que coûte les Américains à son projet sécuritaire phare, le locataire de la Maison Blanche ne semblait guère plus avancé.
En neuf minutes télédiffusées en direct sur les principales chaînes du pays, M. Trump n'a proposé aucune nouvelle porte de sortie à l'impasse, concentrant ses arguments contre les immigrants clandestins qu'il a accusés de faire couler « le sang américain ».
Insistant sur une « crise du coeur et une crise de l'âme » provoquée selon lui par l'afflux massif de clandestins, le président n'a offert qu'une solution: construire un mur à la frontière mexicaine, fait de barres verticales en acier et non en béton dans l'espoir de rendre l'idée plus acceptable pour les démocrates.
Ces derniers ont réagi dans la foulée, par la voix de leurs deux leaders au Sénat et à la Chambre des représentants, respectivement Chuck Schumer et Nancy Pelosi.
« Le président Trump doit cesser de prendre les Américains en otages, doit cesser de créer de toutes pièces une crise » migratoire et humanitaire à la frontière, a lancé Mme Pelosi.
– Deux camps arc-boutés –
« Le président Trump s'appuie sur la peur et non sur les faits; la division et non l'unité », a renchéri M. Schumer.
Les négociations budgétaires sont au point mort: depuis deux semaines et demi, quelque 800.000 fonctionnaires fédéraux sont contraints soit à rester chez eux, soit à devoir attendre la fin du blocage pour être payés.
Le bras de fer était voué à se durcir mercredi et jeudi: les démocrates Nancy Pelosi et Chuck Schumer, entourés de fonctionnaires touchés par le « shutdown », ont convoqué la presse sur la colline de Capitole.
Donald Trump s'y rendra aussi, pour un déjeuner de travail avec des élus républicains. Il recevra aussi des élus des deux bords à la Maison Blanche.
Le président poursuivra jeudi son offensive aux résultats incertains en se rendant à la frontière, « pour rencontrer ceux qui sont en première ligne ».
Il devrait encore une fois y marteler son message sécuritaire, en renonçant toutefois à déclarer une « urgence » nationale pour activer des pouvoirs extraordinaires, une procédure qui plongerait le pays dans une extraordinaire bataille politico-judiciaire.
Ayant échoué à convaincre Mexico de payer pour ce chantier monumental, M. Trump réclame 5,7 milliards de dollars pour « une barrière en acier plutôt qu'un mur en béton ».
Promesse emblématique de sa campagne, ce mur est à ce jour resté lettre morte, les démocrates refusant de débloquer des fonds pour ce qu'ils qualifient de solution « immorale », « inutile » et « inefficace ».
Le record du plus long « shutdown » de l'histoire pourrait bientôt tomber: 21 jours, entre fin 1995 et début 1996, sous le présidence de Bill Clinton.
Interrogé mercredi sur CNN, le sénateur républicain Marco Rubio a résumé le rapport de force par ces mots: « Les deux camps sont convaincus d'être ardemment soutenus par la base de leur parti, par ceux qui les ont élus. Les deux camps ont le sentiment que s'ils cèdent, cela leur coûtera politiquement extrêmement cher ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.