Netflix installe un studio de production à New York    Maryam Touzani sélectionnée à Cannes    Incendie de Notre Dame. L'Archevêque de Paris exprime sa gratitude au Roi Mohammed VI    Aziz Akhannouch : Le digital, opportunité pour l'agriculture d'aspirer à un nouveau palier de développement    Turquie: l'opposition remporte officiellement le contrôle d'Istanbul    FAR-RSB. 32 policiers et 2 supporters blessés après le match d'hier    Ground Zorro: Pet de lapin    Trump blanchi par son ministre, avant la publication du rapport de l'enquête russe    L'Académie célèbre les 30 ans d'existence de l'option internationale du bac    Incendie de la Mosquée Al Aqsa : El Othmani salue le don royal    Au SIAM, Nestlé Maroc met en avant ‘‘Alliance For Youth''    Le Maroc et l'Allemagne s'engagent pour le projet DIAF    Pas besoin d'en savoir plus    Plan Maroc Vert. 813 nouveaux projets dans le cadre de l'acte II    Michael Kiwanuka au Jazzablanca !    Orange Cyberdefense mise sur le Maroc    Challenge Azura de rugby : Casablanca abrite la 2ème édition    Intelligence artificielle : Peut-on faire confiance aux algorithmes ?    Suicide d'un détenu à la prison de Tétouan    Réunion à Rabat du Comité central de pilotage    Grève des enseignants. Le CNDH relance sa médiation    Venezuela: Maduro juge « illégales » les sanctions américaines contre la Banque centrale    Profession infirmière: Les enjeux de la spécialisation    Culture: « Le Maroc à Abu Dhabi »    Haj 1440 : 750 encadrants pour les pèlerins marocains    Indonésie: L'islam au cœur de la campagne électorale…    Les enseignants des académies prolongent leur grève jusqu'au 25 avril    L'identité plurielle assumée    Dur des portugaises!    La Fondation BMCE Bank inaugure des unités de préscolaire à Nador    Edito : Notre-Dame la Médina    Les camps de Tindouf, à nu    Braquages en série : Les banques visées par des bandits en herbe et d'autres professionnels    Crise des opioïdes : La prescription en chirurgie pointée du doigt    La Nasa révèle une étude capitale pour de futurs voyages interplanétaires    Un Ajax seigneurial et un Barça impérial au dernier carré de la Ligue des champions    Rude épreuve soussie pour le Wydad    CAN U17 : L'EN acculée à franchir le cap camerounais    Nasser Bourita s'entretient à Moscou avec Serguei Lavrov    Stars de la même famille : Les Coppola    Le Festival des Alizés, un rendez-vous exceptionnel à Essaouira    Marrakech célèbre le Mois du patrimoine par une multitude d'activités culturelles et artistiques    Conseil de gouvernement. L'ordre du jour du jeudi    CAN (U17) en Tanzanie: Le Maroc rate la victoire face au Sénégal    Peugeot au tournoi de tennis de Monte-Carlo    La 2e Coupe arabe des clubs portera le nom du roi Mohammed VI    Loi-cadre de l'enseignement : Amzazi et Azziman annoncés chez les conseillers    Moscou : Bourita rencontre Lavrov    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Confiance ou pas : Tsipras joue son va-tout au Parlement grec
Publié dans La Nouvelle Tribune le 16 - 01 - 2019

Le Premier ministre grec Alexis Tspiras joue mercredi soir son va-tout devant le Parlement, appelé à lui voter la confiance au terme de débats acharnés sur l'accord avec le voisin macédonien quant à son nouveau nom.
Avant de s'exprimer sur l'accord de Prespes (ou Prespa) qui rebaptise République de Macédoine du Nord le petit pays balkanique, les députés grecs doivent décider mercredi à minuit (22H00 GMT) s'ils accordent ou non leur confiance au gouvernement Tsipras.
« Chacun doit assumer ses responsabilités en ce moment crucial », a martelé mardi le chef du gouvernement grec, dont la coalition a éclaté sous l'effet des divisions provoquées par cet accord gréco-macédonien conclu en juin.
Les traits tirés, le Premier ministre a demandé la confiance des députés après la démission de son allié, le ministre de la Défense Panos Kammenos, chef du petit parti souverainiste des Grecs indépendants (ANEL), qui a mis un terme à quatre ans de coalition.
« Ma conscience exige que nous exploitions cette opportunité historique, même si elle a un coût politique », a déclaré Alexis Tsipras à l'ouverture des débats mardi.
« Je demande au Parlement de renouveler sa confiance dans le gouvernement qui a sorti le pays de la crise », a rappelé le leader de gauche. Il a estimé que les prochaines élections n'auraient pas lieu avant l'automne: selon lui, le gouvernement « a encore neuf mois et de très importantes missions à mener ».
Son parti, Syriza, compte 145 députés sur les 300 du parlement grec. Or la confiance n'exige qu'une majorité simple, de 120 élus ou plus.
Alexis Tsipras est certes fragilisé par le départ de Panos Kammenos, qui a annoncé qu'il voterait la défiance en raison de son opposition à l'accord gréco-macédonien. Mais il doit pouvoir compter sur le vote de quatre députés ANEL ayant fait sécession, ainsi que sur celui d'une élue indépendante, à en croire les médias grecs, qui évoquent des « tractations en coulisses ».
« Cuisine politique » ou « concertations et marchandages »: les quotidiens Ta Nea (centre-gauche) et Kathimerini (droite) soulignent en outre le vote-clé d'un député dissident de Potami (pro-européen), qui aurait décidé d'accorder sa confiance à Tsipras au risque d'être exclu de son parti.
– Accord « dévastateur » –
À droite, la Nouvelle Démocratie (78 députés), en tête dans les sondages sur les prochaines législatives, votera contre le gouvernement, avec comme objectif de précipiter les élections.
« Pensez-vous que vous allez intimider les élus? Ils ne se laisseront pas terroriser », a fustigé le leader du principal parti d'opposition, Kyriakos Mitsotakis, à l'adresse du Premier ministre.
« Le pays a besoin d'un nouveau gouvernement, nous avons perdu trop de temps », a-t-il ajouté, lui qui juge « dévastateur » l'accord sur le nouveau nom de la Macédoine.
Au coeur des débats parlementaires, l'accord gréco-macédonien ouvre les portes de l'UE et de l'Otan à la jeune République de Macédoine, née de l'éclatement de la Yougoslavie. La Grèce avait jusqu'alors opposé son veto à cette adhésion, jugeant que le nom de Macédoine n'appartenait qu'au patrimoine historique grec et désignait exclusivement sa province septentrionale.
Pour Alexis Tspiras, l'accord qui rebaptise l' »ancienne république yougoslave de Macédoine » (Arym, Fyrom en anglais) en « République de Macédoine du nord », est « une occasion historique » de mettre fin à un litige politico-sémantique qui dure depuis 27 ans.
L'accord de Prespes devra être validé au parlement grec avant fin janvier, après l'avoir été par les élus macédoniens.
La bataille est loin d'être gagnée, l'accord devant recueillir la majorité absolue (151 voix) à la Vouli.
Mais, selon le Premier ministre, « un jour viendra où nous serons tous jugés par l'Histoire ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.