Cinq matchs à huis clos et 85.000 DH d'amende pour le MCO    Halieutis. Le Maroc récolte les fruits d'une stratégie audacieuse    Casablanca : Deux sociétés délégataires s'occuperont de la gestion des déchets    HCP : Seulement 4,2% des travailleurs indépendants ont un diplôme de niveau supérieur    2è Eco-Trail Lalla Takerkoust : Sport, nature et… solidarité    La Tribune de Nas : Une vieille dame kidnappée en Uruguay    Un Marocain signe un record de traversée en dériveur dans le golfe de Thaïlande    Casablanca : Une domestique de 13 ans torturée, la DGSN réagit    Le pape veut « du concret » lors d'un sommet sur les abus sexuels du clergé    Théâtre : «Bourass» en tournée nationale et internationale    Lacage Urban Music Awards : Remise des trophées le 23 février    Fouad Laroui présente son ouvrage «Lumières marocaines»    Infrastructures : Fquih Ben Saleh se dote d'une nouvelle salle couverte omnisports    France : La grippe hivernale fait 2.800 morts    Daesh : Une Britannique apatride après avoir été déchue de sa nationalité    Tanger-Med : Saisie d'importantes sommes d'argent en devise et d'appareils électroniques    L'ENCG ouvre ses portes à Meknès à la prochaine rentrée universitaire    Près de 3485 morts sur les routes marocaines en 2018    «Ceinture bleue»: soutien africain et européen à l'initiative du Maroc    Partenariat GBM et le Maroc 2019-2024    L'Atlético de Madrid fait perdre à la Juventus plus de 9 % en bourse    « WA DRARI » : Le documentaire qui plonge au coeur du phénomène SHAYFEEN    Trump menace les militaires qui soutiennent Maduro…    Crédits garantis. La CCG affiche ses performances    Un groupe de travail rattaché à l'ONU recardé pour s'être mêlé à l'affaire Bouachrine    Zakia Driouich : «Halieutis constitue aujourd'hui une vitrine du développement du secteur de la pêche»    "Apatride" de Narjiss Nejjar enfin en salles    4e Forum parlementaire sur la justice sociale : Bouayach appelle à nouer avec la logique des droits    Marrakech : Quelque 25 agences de voyages autorisées à organiser le Hajj 1440    Sécurité routière. L'incivisme a la peau dure    Munich – Un parfum de campagne électorale    Grève générale !    Grève. Les fonctionnaires toujours mobilisés    Edito : Rattraper le retard    1,2,3, où va l'Algérie ?    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    News    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo acquitté de crimes contre l'humanité
Publié dans La Nouvelle Tribune le 16 - 01 - 2019

Laurent Gbagbo a été acquitté mardi de crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale, qui a ordonné la mise en liberté de l'ancien président ivoirien, infligeant un nouveau revers à l'accusation de cette juridiction internationale.
« La Chambre fait droit aux demandes d'acquittement présentées par Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé (ex-chef du mouvement des Jeunes patriotes) concernant l'ensemble des charges » retenues contre eux et « ordonne la mise en liberté immédiate des deux accusés », a déclaré le juge président Cuno Tarfusser.
Cette décision avait été prise, car « l'accusation ne s'est pas acquittée de la charge de la preuve conformément aux critères requis » par la justice internationale.
M. Gbagbo, 73 ans et M. Goudé, 47 ans, vont toutefois devoir passer encore au moins une nuit dans leur cellule du centre de détention de La Haye. Le procureur peut encore contester leur mise en liberté lors d'une audience prévue mercredi à 09H00 GMT. Il aura également la possibilité de faire appel.
L'heure était à la fête dans le banc des accusés au moment de l'énoncé des acquittements. M. Gbagbo et M. Goudé sont tombés dans les bras l'un de l'autre, sous les applaudissements de leurs sympathisants.
– Scènes de liesse –
Scènes de liesse également en Côte d'Ivoire, où la nouvelle de la prochaine libération de M. Gbagbo a été saluée par des cris de joie, des danses et des concerts d'avertisseurs à Gagnoa, la ville natale de l'ancien président.
« Je suis content. Il n'a rien fait de mal et il a fait 7 ans de prison. C'est important qu'il soit libéré, c'est notre leader », a lancé un de ses partisans, Bertin Sery.
L'ancienne première dame ivoirienne, Simone Gbagbo, a également laissé éclater sa joie. « Ma conviction était faite, le président Laurent Gbagbo n'est pas coupable de tout ce dont on l'accusait ».
Le porte-parole du gouvernement ivoirien, Sidi Tiemoko Touré, est resté sur sa réserve après l'acquittement : « On ne commente pas la décision de justice. Mais en toutes choses, il faut garder de la compassion pour les victimes » de la crise post-électorale qui a fait environ 3.000 morts en 2010-2011.
Premier ancien chef d'Etat à avoir été remis à la CPI, M. Gbagbo était jugé pour des crimes commis pendant la crise post-électorale de 2010-2011, née de son refus de céder le pouvoir à son rival, l'actuel président ivoirien Alassane Ouattara.
– « Impunité des crimes »-
M. Gbagbo et Charles Blé Goudé étaient accusés de quatre chefs de crimes contre l'humanité: meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains, pour lesquels ils ont toujours plaidé non coupable.
Après avoir occupé le palais présidentiel pendant plusieurs mois, Laurent Gbagbo avait finalement été arrêté en avril 2011 par les forces du président Ouattara, soutenues par l'ONU et la France, avant d'être remis à la CPI.
« Enfin la Côte d'Ivoire entière va pouvoir tourner la page des tristes événements de 2010-2011 », a réagi Pascal Affi N'Guessan, président du Front Populaire Ivoirien (FPI), fondé par M. Gbagbo, avant d'ajouter: « Pour le FPI, les conditions sont désormais réunies pour l'unité en vue de la reconquête du pouvoir en 2020 », date de la prochaine présidentielle dans ce pays d'Afrique de l'Ouest, premier producteur mondial de cacao.
L'acquittement de MM. Gbagbo et Goudé est « une victoire de la justice », s'est félicité l'avocat principal de l'ancien président ivoirien, Emmanuel Altit.
Mais la décision des juges ravive les critiques sur la CPI, qui essuie un nouveau camouflet.
Les avocats de l'Etat ivoirien ont qualifié mardi de « non-sens » et de « surprenante » la décision de la CPI.
« C'est une décision surprenante parce que quatorze demandes de mises en liberté ont été successivement refusées et on ne peut pas imaginer qu'à chaque fois la CPI n'ait pas examiné les faits. Pour nous c'est inexplicable: 3.500 morts et il n'y a pas de coupable », a déclaré Me Jean-Pierre Mignard.
La plupart des tentatives de la Cour de juger des personnalités politiques de haut rang – presque toutes en Afrique – se sont terminé par des échecs ou des acquittements.
Dernier acquittement en date, celui de l'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba en juin 2018. Il avait d'abord été condamné à 18 ans de prison pour des crimes commis par sa milice en Centrafrique entre 2002 et 2003.
Mais selon la défense de M. Gbagbo, son acquittement après plus de sept ans en détention et plus de deux ans de procès est, au contraire, une preuve de « professionnalisme et d'indépendance ». « En rendant cette décision, la CPI a contribué à bâtir sa légitimité », a estimé Emmanuel Altit.
L'acquittement des deux hommes est « un nouveau pas vers l'impunité des crimes commis lors des violences post-électorales », a regretté la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH).
Le procureur de la CPI, Fatou Bensouda, a regretté la décision des juges, « décevante et inattendue ».
En Côte d'Ivoire, M. Gbagbo est toujours sous le coup d'une condamnation de 20 ans qui date de janvier 2018 pour crimes économiques. Deux autres condamnés dans la même affaire sont libres – condamnés mais pas écroués. Il est peu probable que la police ivoirienne tente d'arrêter M. Gbagbo une fois de retour dans le pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.