Quelle réforme pour la fiscalité au Maroc?    Des solutions contre l'insatisfaction des troupes    Vladimir Poutine invite Kim Jong-un    Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Khalid Naciri au Forum de la MAP    De Zemamra à Azemmour    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





PJD, « cachez-moi ce sein… »
Publié dans La Nouvelle Tribune le 17 - 01 - 2019

Et voilà de nouveau le PJD au-devant de la scène médiatique ! Non pour une question politique, mais pour une « banale » affaire de mœurs et de tenue vestimentaire…
L'une des parlementaires du parti islamiste, Mme Amina Maelainine, fait l'objet d'une campagne d'accusations et de critiques sur les réseaux sociaux à la suite de la publication de photos prises lors d'un déplacement à Paris où elle figurait sans son « couvre-chef », le foulard, un accessoire indispensable pour toutes celles qui, sauf exceptions, militent et occupent des positions importantes au sein du parti de MM. El Othmani et Benkirane.
La députée du PJD nie tout en bloc, affirmant qu'il s'agit de photos-montage. Car, si les accusations s'avéraient fondées, cela voudrait sans doute dire qu'elle a plus peur du « qu'en–dira-t-on » que des prescriptions religieuses, Paris n'étant pas majoritairement « terre d'Islam »…
Et dès que la polémique a pris de l'ampleur, deux lignes se sont affrontées au sein du PJD, celle, majoritaire, de M. El Othmani, appuyé par le premier édile de Fès, M. Driss El Azami El Idrissi et celle de M. Abdelilah Benkirane, qui compte d'ailleurs parmi ses soutiens indéfectibles, Mme Amina Maelainine (avec ou sans foulard, d'ailleurs) !
Les deux clans se sont opposés lors du dernier Conseil national du PJD où l'on a vu les premiers, tenants pour l'occasion d'une ligne rigoriste, sur la base des « fondamentaux » des principes islamistes, rappeler à l'ordre la parlementaire « découverte » et les seconds, emmenés par Benkirane lui-même, qui a défendu une ligne plus souple, plus tolérante, excipant que la Femme marocaine avait le droit de choisir en toute liberté son accoutrement, y compris au sein de la formation qu'il a longtemps dirigée.
Au-delà de ces affrontements qui pourraient n'être qu'anecdotiques, on perçoit bien qu'ils expriment en réalité la confrontation de deux tendances ou fractions au sein du PJD, celle de l'actuel secrétaire général et chef du gouvernement, M. El Othmani et celle de son prédécesseur à la tête du parti, M. Benkirane, qui rêve, sans nul doute, de reprendre les rênes de sa formation.
Il faut dire que cette affaire, qui succède à l'inculpation d'un autre fer de lance de la ligne Benkirane, le parlementaire Hamieddine, met l'ancien Zaïm du PJD en situation de faiblesse et d'inconfort puisque ce sont ses principaux lieutenants qui sont mis en cause.
Et personne ne saurait nier que cette lutte intestine se déroule dans la perspective des prochaines élections législatives de 2021, chacun voulant assurer la domination de son clan sur la formation islamiste à la veille de la bataille inéluctable avec « l'ennemi », le RNI de M. Aziz Akhannouch.
Car il n'échappe guère aux observateurs attentifs de la scène politique nationale que cet épisode futur se prépare minutieusement, notamment chez les partisans de la modernité que sont les militants du parti de la colombe sous l'autorité et avec le dynamisme de leur chef, Aziz Akhannouch.
Celui-ci ne ménage ni son temps, ni ses efforts pour mobiliser ses troupes, en acquérir davantage, couvrir l'ensemble du territoire national, avec, en prime, une orientation fortement dédiée à la mise en avant des problématiques qui interpellent toute la composante berbérophone de la Nation marocaine, comme la célébration de Yanayer, réclamée avec force la semaine passée par le RNI à Nador.
Le RNI se veut aujourd'hui le parti de la ville et de la campagne et cela se voit, des provinces du Sud au Souss, du Rif à au Moyen-Atlas, du Tensift à la Moulouya.
Cette mobilisation tous azimuts n'est pas sans inquiéter le PJD qui comprend bien qu'il aura en face de lui un challenger autrement déterminé que la nébuleuse informe du PAM lors des prochaines législatives !
Et s'il fallait trouver une morale à « la polémique du foulard », on dira qu'elle exprime parfaitement le hiatus qui se perçoit de plus en plus distinctement entre les grandes tendances de la société marocaine, entre des visions et postures conservatrices, réactionnaires et passéistes, recouvertes d'un vernis religieux qui s'avère fragile (n'est-ce pas Mme Maelainine ?), et celles qui défendent la Femme dans tous ses droits, la modernité, l'ouverture et la tolérance sans pour autant renoncer aux valeurs, traditions et principes fondateurs de notre peuple.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.