Le Pakistan réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Tenue prochaine de la 14ème Réunion de haut niveau France-Maroc    L'ambassadeur du Royaume à Saint-Marin remet ses lettres de créance    «Raconte-moi ton Histoire-Handicap: le courage d'en parler»    La fête de l'Huma s'illumine!    Le danger plane sur nos assiettes : Lait, légumes, fruits, viande, rien n'est totalement sain, selon la Cour des comptes    L'offre mondiale de céréales plus abondante que prévu    Le Maroc présente les atouts de son offre touristique à Saint-Pétersbourg    Trump a "du mal à croire" qu'Israël ait espionné la Maison Blanche    Insolite : Venue arrêter quatre suspects, la police philippine repart avec 277 Chinois    Suspense total avant le premier tour de la présidentielle tunisienne    Italie: Le gouvernement Conte 2 obtient la confiance du Parlement    Comment le terrorisme se résilie, se régénère, se diversifie et innove    Ligue 1 : Neymar observé, tribunes scrutées    Divers sportifs    Qui d'autres que le WAC ? Sacré trois fois en cinq saisons, les Rouge et blanc semblent les mieux armés    Divers    Les nouveautés de la loi-cadre 51.17 présentées à Laâyoune    Faire de petites siestes, c'est bon pour le cœur    Ibrahim Bouslah : L'affaire Karoui, un casse-tête juridique    Sophia Hadi revisite avec brio "La chute" d'Albert Camus    Une centaine de productions étrangères tournées au Maroc en 2019    Sidi Larbi Cherkaoui, le chorégraphe référence de la danse contemporaine en Belgique    La Nouvelle Tribune et www.lnt.ma, partenaires du Wall Street Journal !    Fonds de retraite du RCAR, mise au point de la CDG    La BAD émet une obligation globale de référence de 2 milliards de dollars    Grève des pilotes : British Airways annule ses vols le 27 septembre    Surf : Le marocain Ramzi Boukhiam qualifié pour les JO 2020    La Tribune de Nas : Pas de « Karti »…er…    Une mini NBA pour les juniors marocains    Des matchs palpitants d'entrée    Coupes africaines : Voici les affiches du deuxième tour    Ouagadougou : sommet de la CEDEAO sur le terrorisme, avec la participation du Maroc    Catastrophes naturelles: Une taxe de solidarité au Conseil du gouvernement    Affaire Imlil: La partie civile réclame l'ex-ministre de la justice à la barre    Météo : quel temps fera-t-il ce samedi ?    Al Haouz : Plus de 110.000 bénéficiaires de l'initiative royale "Un million de cartables"    Inondations dans le sud-est de l'Espagne : cinq morts en deux jours, le pays sous le choc    Les manuels scolaires manquants seront disponibles entre les 17 et 20 septembre    El Jadida : Décès d'une personne placée en garde à vue    CIH: le RNPG en baisse de plus de 47% au S1-2019    L'Etat s'attaque aux chargeurs de téléphones non conformes    Négociations commerciales avec Pékin: Washington veut « des progrès substantiels »    Ouragan Dorian: 1.300 personnes non localisées aux Bahamas menacées par une nouvelle tempête    Laâraj insiste sur une renaissance culturelle pour un développement plus efficace    Les Inqualifiables poursuivent leur tournée !    Après Londres, le MACAAL accueille une grande rétrospective dédiée à Mohamed Melehi    Festival de Fès de la culture soufie: «Une autre civilisation est possible»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit: Après l'échec de la motion de censure, Theresa May se remet au travail
Publié dans La Nouvelle Tribune le 17 - 01 - 2019

La Première ministre britannique Theresa May, après avoir survécu de justesse à une motion de censure, doit retourner jeudi à la difficile mission qui lui est assignée: sauver le Brexit.
C'est par 325 voix contre 306, soit une marge de seulement 19 voix, que les députés ont repoussé mercredi la motion de censure. Il s'agissait de la première contre un gouvernement britannique depuis 26 ans.
La veille, la Chambre des communes avait beaucoup plus franchement rejeté, par 432 voix contre 202, l'accord négocié avec Bruxelles pour sortir le Royaume-Uni de l'Union européenne.
Place maintenant au « plan B », qui selon la presse britannique est difficile à distinguer.
« La prochaine étape pour le gouvernement doit être de consulter les auteurs de plans alternatifs en vue du Brexit et de les présenter au Parlement comme un menu parmi lequel faire son choix », estimait jeudi le Guardian (centre-gauche).
« Après deux ans et demi, le plan B est de laisser le Parlement prendre la main. Au moins c'est un plan. Mais le Parlement est-il capable d'avoir des résultats conforme au résultat du référendum, ou est-ce le début d'une grande trahison du vote populaire? », s'interrogeait le Daily Telegraph (conservateur).
« Mme May doit montrer qu'elle est prête à faire des concessions. Si elle sincère dans son souhait d'avancer, elle a aussi besoin de faire preuve d'un peu d'humilité et de réalisme quant à son autorité écornée », affirmait le Daily Mirror (gauche).
Déterminée à « poursuivre le travail » et mettre en oeuvre le résultat du référendum de juin 2016, lors duquel les Britanniques avaient voté à 52% pour quitter l'Union européenne, la Première ministre a entamé mercredi soir une série de discussions avec l'opposition dans un « esprit constructif ».
Elle a rencontré plusieurs dirigeants à l'exception notable du leader du Labour, principal parti d'opposition, Jeremy Corbyn. Celui-ci a décliné l'invitation tant que le gouvernement n'exclut pas l'éventualité « catastrophique » d'une sortie de l'UE sans accord.
« Il est maintenant temps de mettre nos intérêts personnels de côté », a déclaré Theresa May dans la soirée devant Downing Street, après avoir rencontré le leader des libéraux démocrates, le chef des nationalistes écossais du SNP au Parlement et celui du parti nationaliste gallois Plaid Cymru.
« Déçue » que Jeremy Corbyn ait refusé le dialogue, elle a précisé que sa porte restait « ouverte ». Les discussions redémarrent jeudi.
« Ces discussions transpartisanes ne peuvent pas porter sur des changements cosmétiques à son accord, qui a déjà été rejeté. Nous devons discuter de vraies alternatives et un deuxième référendum doit être sur la table », a tweeté le chef des nationalistes écossais du SNP au Parlement, Ian Blackford, après sa rencontre avec la cheffe du gouvernement.
Le SNP, comme le parti libéral démocrate, le parti nationaliste gallois Plaid Cymru et les Verts plaident pour un second référendum, pressant le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn de soutenir pleinement cette option.
M. Corbyn avait lui privilégié le scénario de législatives anticipées, tout en gardant « toutes les options ouvertes », dont une nouvelle consultation populaire.
– Soutien des Brexiters –
Ses espoirs ne se sont pas concrétisés: la centaine de députés du camp conservateur de Theresa May qui avaient voté contre l'accord de Brexit mardi, contribuant à son humiliante défaite, ont cette fois serré les rangs derrière leur cheffe.
Son allié, le petit parti unioniste nord-irlandais DUP (dix députés), qui assure une majorité absolue au Parlement, a maintenu en vie le gouvernement. Mais Mme May doit maintenant « tirer les leçons » du rejet de son texte au Parlement, a prévenu le député du DUP Nigel Dodds.
Le DUP veut voir disparaître le « filet de sécurité » (« backstop » en anglais) prévu dans l'accord de retrait, qu'il accuse de menacer l'intégrité politique et économique du Royaume-Uni.
Cette option de dernier recours prévoit la mise en place d'une union douanière entre le Royaume-Uni et l'UE pour éviter le rétablissement d'une frontière physique entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord, si aucune autre solution n'est trouvée à l'issue de la période de transition, prévue pour durer jusqu'à fin 2020. De nombreux députés britanniques craignent que cela n'arrime leur pays à l'UE indéfiniment.
– Plan B –
Face à une situation qui semble inextricable, Mme May a jusqu'à lundi pour proposer un « plan B ». Elle pourrait tenter de retourner négocier avec les dirigeants de l'UE, mais ceux-ci ont jusqu'à présent répété que l'accord conclu en novembre après 17 mois de difficiles négociations était le seul sur la table.
Pour progresser dans les discussions, Theresa May pourrait être contrainte de revenir sur les « lignes rouges » qu'elle a elle même tracées. Elle avait notamment exclu de respecter les conditions d'accès au marché unique européen, qui incluent notamment la libre circulation des personnes, et elle avait exigé de retrouver une liberté commerciale totale.
Elle pourrait aussi demander un report de la date de sortie du Royaume-Uni de l'UE, fixée au 29 mars 2019, ce qu'elle a exclu jusqu'ici.
Il y a « encore le temps de négocier », a estimé la chancelière allemande Angela Merkel, appelant Theresa May à faire des propositions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.