Fès s'active pour la lutte contre le tabagisme    Manal Manal Manal … est accusée de plagiat !    Botox parties à Marrakech. Un "ancien" nouveau scandale    Clap de fin pour la 2e table ronde sur la question du Sahara marocain    Dumbo, le célèbre éléphant de Disney revient dans les salles    Marocaine des Journalistes Sportifs (MJS)    Sahara marocain : Horst Köhler annonce un Genève III et de l'espoir    Inwi de nouveau désigné meilleur réseau internet mobile de l'année    Aujjar : Le mariage des mineures demeure une réalité qui interpelle tout le monde    Nota Bene    Eliminatoires CAN-2019 : Déjà qualifiés, les Lions font match nul au Malawi    Vidéo – La 10e édition de l'Afriquia Merzouga Rally est fin prête !    Paris: Souad Massi, l'icône algérienne « prête sa voix » aux manifestants    Belles distinctions pour le téléfilm « Ali Ya Ali » d'Abdelhaï Laraki    Attijariwafa bank mise sur la relance du crédit pour 2019    Vidéo : Une semaine après, la Nouvelle-Zélande rend hommage aux victimes de Christchurch    Un consulat pilote marocain à Algésiras    L'industrie manufacturière en bonne forme... la construction moins bien portante    «Miss handicap Côte d'Ivoire 2019» lance sa 2e édition    Les inconditionnels du Raja fêtent son 70e anniversaire    Naufrage à Mossoul: Le bilan s'élève à 100 morts    Le WAC retrouve le Horoya Conakry en quarts    Essaouia: Coup d'envoi de la 3è édition du Festival »Les Océanes »    Un 2ème Salon national professionnel dédié : 20% de l'effectif national en Sardi provient de la province de Settat    Edito : Contractuels instrumentalisés    Les contractuels instrumentalisés par Al Adl wal Ihssane et Annahj Addimocrati    Séisme politico- économique    Chine: Une explosion massive dans une usine chimique fait 47 morts    Azemmour : Arrestation d'une Française faisant l'objet d'un mandat d'arrêt international pour homicide involontaire    Réunions de haut niveau pour Benchaaboun à Bruxelles    Accès à l'eau. Comment Lydec déploie son réseau    Le Groupe Banque Populaire plus que jamais champion de la collecte de l'épargne    L'entrée au capital de CFC de la région de Casablanca-Settat est actée    Education financière : CAM encadre 10.700 petits producteurs agricoles et ménages ruraux    Un carnage évité de justesse pour 51 collégiens pris en otage dans un bus à Milan    Journée mondiale de la météorologie    Driss Lachguar reçoit Nabil Chaath    Ces célébrités ont touché le fond : Heather Locklear    Divers    Le match contre le Malawi, un sérieux test pour les prétendants à la liste définitive de Renard    Le RTCMA fin prêt pour accueillir la 35ème édition du GP Hassan II de tennis    Kingsley Coman : Le retour d'un joyau fragile    Participation marocaine à la Conférence de l'ONU sur la coopération Sud-Sud    La lutte menée par le Maroc contre le trafic de migrants louée par le ministre espagnol de l'Intérieur    "Indigo" de Salma Bargach, un film marocain de classe mondiale    Ouverture officielle à Rabat des Journées de la Francophonie    L'artiste peintre Afif Bennani expose ses oeuvres à Montréal    El Othmani : La gratuité de l'enseignement, maintenue et affirmée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit: Après l'échec de la motion de censure, Theresa May se remet au travail
Publié dans La Nouvelle Tribune le 17 - 01 - 2019

La Première ministre britannique Theresa May, après avoir survécu de justesse à une motion de censure, doit retourner jeudi à la difficile mission qui lui est assignée: sauver le Brexit.
C'est par 325 voix contre 306, soit une marge de seulement 19 voix, que les députés ont repoussé mercredi la motion de censure. Il s'agissait de la première contre un gouvernement britannique depuis 26 ans.
La veille, la Chambre des communes avait beaucoup plus franchement rejeté, par 432 voix contre 202, l'accord négocié avec Bruxelles pour sortir le Royaume-Uni de l'Union européenne.
Place maintenant au « plan B », qui selon la presse britannique est difficile à distinguer.
« La prochaine étape pour le gouvernement doit être de consulter les auteurs de plans alternatifs en vue du Brexit et de les présenter au Parlement comme un menu parmi lequel faire son choix », estimait jeudi le Guardian (centre-gauche).
« Après deux ans et demi, le plan B est de laisser le Parlement prendre la main. Au moins c'est un plan. Mais le Parlement est-il capable d'avoir des résultats conforme au résultat du référendum, ou est-ce le début d'une grande trahison du vote populaire? », s'interrogeait le Daily Telegraph (conservateur).
« Mme May doit montrer qu'elle est prête à faire des concessions. Si elle sincère dans son souhait d'avancer, elle a aussi besoin de faire preuve d'un peu d'humilité et de réalisme quant à son autorité écornée », affirmait le Daily Mirror (gauche).
Déterminée à « poursuivre le travail » et mettre en oeuvre le résultat du référendum de juin 2016, lors duquel les Britanniques avaient voté à 52% pour quitter l'Union européenne, la Première ministre a entamé mercredi soir une série de discussions avec l'opposition dans un « esprit constructif ».
Elle a rencontré plusieurs dirigeants à l'exception notable du leader du Labour, principal parti d'opposition, Jeremy Corbyn. Celui-ci a décliné l'invitation tant que le gouvernement n'exclut pas l'éventualité « catastrophique » d'une sortie de l'UE sans accord.
« Il est maintenant temps de mettre nos intérêts personnels de côté », a déclaré Theresa May dans la soirée devant Downing Street, après avoir rencontré le leader des libéraux démocrates, le chef des nationalistes écossais du SNP au Parlement et celui du parti nationaliste gallois Plaid Cymru.
« Déçue » que Jeremy Corbyn ait refusé le dialogue, elle a précisé que sa porte restait « ouverte ». Les discussions redémarrent jeudi.
« Ces discussions transpartisanes ne peuvent pas porter sur des changements cosmétiques à son accord, qui a déjà été rejeté. Nous devons discuter de vraies alternatives et un deuxième référendum doit être sur la table », a tweeté le chef des nationalistes écossais du SNP au Parlement, Ian Blackford, après sa rencontre avec la cheffe du gouvernement.
Le SNP, comme le parti libéral démocrate, le parti nationaliste gallois Plaid Cymru et les Verts plaident pour un second référendum, pressant le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn de soutenir pleinement cette option.
M. Corbyn avait lui privilégié le scénario de législatives anticipées, tout en gardant « toutes les options ouvertes », dont une nouvelle consultation populaire.
– Soutien des Brexiters –
Ses espoirs ne se sont pas concrétisés: la centaine de députés du camp conservateur de Theresa May qui avaient voté contre l'accord de Brexit mardi, contribuant à son humiliante défaite, ont cette fois serré les rangs derrière leur cheffe.
Son allié, le petit parti unioniste nord-irlandais DUP (dix députés), qui assure une majorité absolue au Parlement, a maintenu en vie le gouvernement. Mais Mme May doit maintenant « tirer les leçons » du rejet de son texte au Parlement, a prévenu le député du DUP Nigel Dodds.
Le DUP veut voir disparaître le « filet de sécurité » (« backstop » en anglais) prévu dans l'accord de retrait, qu'il accuse de menacer l'intégrité politique et économique du Royaume-Uni.
Cette option de dernier recours prévoit la mise en place d'une union douanière entre le Royaume-Uni et l'UE pour éviter le rétablissement d'une frontière physique entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord, si aucune autre solution n'est trouvée à l'issue de la période de transition, prévue pour durer jusqu'à fin 2020. De nombreux députés britanniques craignent que cela n'arrime leur pays à l'UE indéfiniment.
– Plan B –
Face à une situation qui semble inextricable, Mme May a jusqu'à lundi pour proposer un « plan B ». Elle pourrait tenter de retourner négocier avec les dirigeants de l'UE, mais ceux-ci ont jusqu'à présent répété que l'accord conclu en novembre après 17 mois de difficiles négociations était le seul sur la table.
Pour progresser dans les discussions, Theresa May pourrait être contrainte de revenir sur les « lignes rouges » qu'elle a elle même tracées. Elle avait notamment exclu de respecter les conditions d'accès au marché unique européen, qui incluent notamment la libre circulation des personnes, et elle avait exigé de retrouver une liberté commerciale totale.
Elle pourrait aussi demander un report de la date de sortie du Royaume-Uni de l'UE, fixée au 29 mars 2019, ce qu'elle a exclu jusqu'ici.
Il y a « encore le temps de négocier », a estimé la chancelière allemande Angela Merkel, appelant Theresa May à faire des propositions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.