Quelle réforme pour la fiscalité au Maroc?    Des solutions contre l'insatisfaction des troupes    Vladimir Poutine invite Kim Jong-un    Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Khalid Naciri au Forum de la MAP    De Zemamra à Azemmour    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit : Les discussions entre May et l'opposition dans l'impasse
Publié dans La Nouvelle Tribune le 18 - 01 - 2019

Les tractations souhaitées par la Première ministre Theresa May pour parvenir à un consensus sur un accord de Brexit sont dans l'impasse, la dirigeante britannique jugeant « impossible » de remplir une condition posée par le Labour.
Le chef du parti travailliste, Jeremy Corbyn, a exigé jeudi de la cheffe du gouvernement conservateur qu'elle écarte clairement l'éventualité d'une sortie sans accord de l'Union européenne au 29 mars, avant d'entamer toute discussion.
« Impossible », a répondu Theresa May dans un courrier rendu public jeudi soir, car ceci « n'est pas dans les pouvoirs du gouvernement ». Elle estime qu'il n'existe que « deux manières d'éviter un +no deal+ »: le vote d'un accord au Parlement ou l' »annulation des résultats du référendum » de 2016. Jugeant « injuste » cette dernière option, elle ajoute que seul le Parlement peut empêcher un divorce sans accord.
La dirigeante assure néanmoins que sa porte « reste ouverte à une rencontre sans conditions préalables ». Mercredi soir, elle avait commencé à recevoir les dirigeants de l'opposition, bien consciente de la nécessité de convaincre au-delà de son camp pour trouver une solution depuis le rejet massif, mardi au parlement, de son accord de sortie négocié avec Bruxelles.
Mais « la Première ministre n'est pas prête à des discussions sérieuses pour trouver une solution », a déploré dans la soirée un porte-parole du parti travailliste, réitérant les mêmes exigences.
Pour Caroline Lucas, députée des Verts, les tentatives de dialogue de Theresa May « arrivent trop tard ». « Il n'y a aucun signe que la Première ministre veuille trouver un compromis », a-t-elle fustigé sur Twitter, après l'avoir rencontrée dans la matinée.
– Plan B –
La cheffe du gouvernement doit présenter lundi un projet alternatif, qui devrait toutefois rester assez semblable à l'accord initial. Signe de l'enjeu, elle a annulé sa participation au forum économique mondial de Davos, qui s'ouvre lundi pour une semaine.
Les députés britanniques auront la possibilité d'amender ce « plan B ». Leurs modifications seront présentées au vote le mardi 29 janvier, à deux mois tout juste de la date prévue du Brexit.
À mesure que l'échéance se rapproche, l'hypothèse d'un report du divorce est de plus en plus discutée à Bruxelles, pour éviter le chaos d'une sortie sans accord. Elle a reçu jeudi le soutien du comité parlementaire britannique chargé du Brexit. Mais c'est au gouvernement de Theresa May qu'il revient d'en faire la demande aux 27.
« S'ils nous disent que c'est pour organiser de nouvelles élections ou un nouveau référendum, cela ferait partie des motifs acceptables », a estimé un diplomate européen, « mais il faut que ce soit court, pas plus de quelques semaines ».
– Nouveau sondage –
Selon le Times, Mme Leadsom et d'autres eurosceptiques veulent que le « plan B » limite dans le temps la possibilité de mettre en place le « filet de sécurité », solution de dernier recours pour éviter le retour à une frontière terrestre entre l'Irlande et l'Irlande du Nord, décriée par les Brexiters. Ils veulent aussi que soit incluse la promesse de négocier un accord de libre-échange sur le modèle canadien.
De son côté, l'europhile ministre des Finances, Philip Hammond, a assuré que le scénario d'une sortie sans accord, qui effraie particulièrement les milieux économiques, serait abandonné, au cours d'une conversation téléphonique avec des chefs d'entreprise.
L'option d'un second référendum, quant à elle, demeure exclue par Theresa May. Cela prendrait plus d'un an pour organiser une nouvelle consultation, a estimé jeudi Downing Street.
Ce scénario est défendu par le SNP, le Parti libéral-démocrate, le parti nationaliste gallois Plaid Cymru et les Verts, qui pressent Jeremy Corbyn de leur emboîter le pas. Mais si le leader travailliste plaidait pour un second référendum, il provoquerait une série de démissions au sein de son cabinet, affirme le quotidien britannique The Guardian dans son édition de vendredi.
Selon un sondage YouGov réalisé auprès de 1.070 personnes pour le mouvement People's Vote, qui réclame un deuxième référendum, 56% des Britanniques voteraient pour rester dans l'UE en cas de nouvelle consultation, soit la proportion la plus élevée depuis le vote de juin 2016 qui a décidé du Brexit.
La livre sterling, pour sa part, progressait jeudi face au dollar et à l'euro, le marché misant sur un report de la date du Brexit. A 20H00 GMT, son cours face à la monnaie européenne était de 87,67 pence, contre 88,44 mercredi à 22H00 GMT. Et elle valait 1,2987 dollar contre 1,2885 mercredi soir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.