Quelle réforme pour la fiscalité au Maroc?    Des solutions contre l'insatisfaction des troupes    Vladimir Poutine invite Kim Jong-un    Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Khalid Naciri au Forum de la MAP    De Zemamra à Azemmour    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Londres ouvre la procédure pour les Européens souhaitant rester après le Brexit
Publié dans La Nouvelle Tribune le 21 - 01 - 2019

Le gouvernement britannique lance lundi une application mobile sur laquelle les résidents européens installés au Royaume-Uni peuvent effectuer leur demande pour rester dans le pays après le Brexit.
Près de 3,5 millions de citoyens européens vivent actuellement au Royaume-Uni. Ils devront demander le statut de « résident permanent » (« settled status » en anglais), pour continuer à travailler ou toucher des prestations sociales lorsque le pays aura rompu ses liens avec l'UE.
Le ministère de l'Intérieur a assuré vouloir simplifier la procédure au maximum. Sur l'application – qui ne fonctionne pas encore sur iPhone -, les usagers sont invités à prendre en photo leur passeport biométrique et leur visage pour confirmer leur identité.
Ils sont ensuite dirigés vers un site internet pour renseigner leur adresse, et peuvent donner leur accord pour une vérification de leur situation fiscale, afin de confirmer leur adresse.
Troisième étape, ils doivent déclarer leur casier judiciaire. Une lourde condamnation peut aboutir à un rejet de la demande.
Après une phase de test de l'application, conduite entre novembre et décembre auprès de 30.000 personnes, le ministère a annoncé des premiers résultats : 81% des demandes ont été traitées dans un délai d'une semaine. Si aucun dossier n'a été refusé, presque 10% d'entre eux restaient sans réponse trois semaines après la fin du test. « Nous sommes sur la bonne voie », a réagi la secrétaire d'Etat à l'Immigration, Caroline Nokes.
Mais certaines voix s'élèvent pour exprimer des inquiétudes devant le nombre de requêtes quotidiennes qui pourraient être soumises, jusqu'à 6.000 selon certaines estimations. Le Home Office a engagé 1.900 personnes pour répondre à cette nouvelle charge de travail.
« C'est un test important pour le ministère, les enjeux sont élevés », juge Jill Rutter, spécialiste des questions migratoires au centre de réflexion British Future.
« Si tout se passe bien, le Royaume-Uni enverra le message fort que les Européens sont les bienvenus, et que le gouvernement contrôle la situation. Si cela se passe mal, les conséquences seront terribles », prévient-elle.
La procédure coûte 65 livres (74 euros), soit le prix d'un passeport. Elle est gratuite pour ceux disposant déjà du statut de résident permanent.
A partir du 30 mars, les demandes pourront également se faire par courrier ou dans des administrations locales.
Des discussions se poursuivent avec Apple pour permettre aux usagers d'un iPhone d'accéder à l'application.
Si un accord de sortie est trouvé entre Londres et Bruxelles, les citoyens européens arrivés avant fin 2020 pourront réclamer le statut de résident permanent, à condition d'en faire la demande avant le 30 juin 2021.
Sans accord, seuls les expatriés installés avant la date du Brexit, soit le 29 mars 2019, pourront le faire, jusqu'à la date limite du 31 décembre 2020.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.